A/N : Bonjour, amis lecteurs !

Bon, bah voilà, j'aurais pas mis un mois ) Je vais essayer de mettre un nouveau chapitre en ligne tous les WE ou toutes les deux semaines. Pour l'instant, je peux le faire parce que j'ai quelques chapitres d'avance, je ne vous promets rien pour dans quelques semaines, cependant x) Restez plutôt sur l'idée de deux semaines, hein. Voire plus. J'ai pas envie de me mettre trop la pression non plus, voyez-vous.

Donc, voici la journée d'après ! Je fais un chapitre = une journée pour l'instant. Mais plus les chapitres avancent, plus les lapses de temps seront longs. Enfin, plus ou moins. Vous verrez x) En tout cas, j'espère ne pas trop vous ennuyer xD

Bonne lecture !


Lorsque les deux femmes se réveillèrent, elles furent surprises de trouver ce petit corps dans leur lit. Cependant, elles finirent par se souvenir de ce qui s'était passé la veille : Isolina n'était pas arrivée à s'endormir et était venue les voir.

Une fois levées, elles reprirent leurs habitudes, seulement comptant une personne de plus avec elles : elles déjeunèrent, se préparèrent pour le travail et sortirent. Isolina n'avait pas dit grand-chose, comme à son habitude.

Asami embrassa Korra, et Isolina les regarda encore une fois comme si c'était un miracle. Peut-être qu'elles devraient cesser de s'embrasser, pensa Asami. C'était en fait un peu étrange d'être regardées de cette façon. Puis, elle chassa ces pensées, se disant que Korra n'arriverait jamais à tenir. Et elle n'était même pas sûre de pouvoir y arriver elle-même.

Finalement, Asami emmena la fille avec elle au travail. Ses employés la regardèrent avec les yeux écarquillés, incrédules. Ils n'avaient jamais vu leur PDG avec une enfant auparavant. Et n'était-elle pas censée justement ne pas la prendre au travail ? La femme aux yeux verts les ignora et grimpa sans détour les étages de la tour de Future Industries, se dirigeant droit vers son bureau, Isolina lui tenant la main.

Elle s'arrêta seulement pour parler à son assistant.

« Bonjour, Lu », dit Asami.

Il arrêta de griffonner quelque chosesur un bout de papier pour sourire à sa patronne.

« Bonjour, Miss Sato. Avez-vous besoin de quelque chose ? demanda-t-il, professionnellement.

- En fait, oui. Tu peux me trouver me trouver une petite table avec une chaise, s'il te plait ? Et puis, si tu as des papiers ou des jeux pour enfants, mets avec.

- Tu prévoies d'ouvrir une école dans votre bureau ? plaisanta-t-il avec un sourire en coin, abandonnant les formalités puisque cela n'avait pas l'air d'ordre professionnel.

- Non, j'ai juste une petite fille avec moi,et je veux qu'elle se sente à l'aise. »

Elle fit un mouvement de la tête vers Isolina, et son assistant se leva pour la voir,son bureau étant trop haut pour voir quoique ce soit, sauf le buste de ses interlocuteurs adultes.

La jeune fille regardait par la fenêtre, comme si quelque chose d'intéressant était à l'extérieur, tenant la main d'Asami dans l'une des siennes et sa peluche dans l'autre. Elle était en fait en train de mâchouiller l'oreille du nounours violet.

« Ooooh, je vois. Alors, Korra et toi avez finalement adopté ? demanda-t-il, curieux.

- Pas exactement… Nous nous occuponsseulement d'elle pendant quelques jours. Bref, si tu pouvais trouver ces quelques trucs, ce serait parfait. Sinon, retourne simplement au travail, je ne veux pas te mettre en retard.

- Oui, Miss Sato. »

Alors que le téléphone de son assistant sonnait, demandant de nouveau son attention, Asami alla dans son bureau. Elle espérait vraiment qu'elle ne perturberait pas trop son travailavec ses demandes pour le moins inhabituelles…

Elle ferma la porte derrière elle et Isolina, et s'agenouilla pour parler à la fille.

« Alors, voici mon bureau », présenta-t-elle presque timidement, avec un léger sourire.

La fille regarda autour d'elle. Il n'y avait pas grand-chose. Le bureau était peint de couleurs chaudes telles que le rouge et l'orange. Il y avait un bureau en bois près d'une large fenêtre, recouvert d'un tas de papiers et de petits objets qu'elle ne connaissait pas.

Asami se releva pour s'asseoir sur sa chaise, commençant à farfouiller dans ses papiers. Elle ne s'attendait pas à ce que Isolina ne dise « sympa», elle qui n'avait pas parlé de la matinée. L'ombre d'un instant, la surprise s'empara du visage du PDG, puis elle regarda la fille en souriant tendrement.

« Je suis contente que ça te plaise, dit-elle. Quelqu'un va t'apporter quelque chose pour ne pas que tu t'ennuies. »

Isolina haussa les épaules. Elle se promena, regardant tout autour d'elle comme si elle s'attendait à tomber sur une sorte de miracle dans son exploration.

Pendant ce temps, Asami commença à réfléchir aux problèmes de la journée,comme cette réunion qu'elle avait dans deux heures et à laquelle elle devrait probablement amener la petite.

Ce n'était pas qu'elle pensait qu'Isolina était un problème. Elle resterait certainement tranquille, bougeant à peine, à un endroit où personne ne pourrait la remarquer.

Le problème c'était que cela ne montrait pas une très bonne image de la femme d'affaires qu'elle était. Enfin, peut-être qu'ils s'en ficheraient. Après tout, son père l'avait amenée à des réunions auparavant. Mais elle n'était pas son père.

« Qui c'est ? » demanda Isolina, interrompant ses pensées.

La fille peinait à voir au-dessus du bureau car elle était trop petite. Elle était sur la pointe des pieds et son doigt dirigé vers une photo. Une photo d'Asami, son père et sa mère, il y avait des années de cela.

Asami prit la fille sur genoux pour qu'elle puisse regarder sans problème.

« C'était ma famille, répondit Asami avec une voix triste.

- « Était » ? Pourquoi « était » ? demanda la fille, curieuse.

- Ils sont partis maintenant. Korra est ma famille. »

La fille hocha la tête.

« Ma famille est partie aussi », dit-elle.

Asami sourit tristement. La fille ne comprenait pas ce qu'elle voulait dire par « partis ». Mais elle ne voulait pas lui dire que ses parents étaient morts. Cela ne ferait que la mettre mal à l'aise et poser plus de questions. Ce qui restait douloureux quelque part.

« Nous trouverons ta famille, Isolina. Je te le promets. »

La fille baissa seulement la tête, comme si elle ne la croyait pas. Asami allait lui prouver le contraire. Elle allait trouver ses parents. Mais pour l'instant, elle ne pouvait que réconforter la fille et prendre soin d'elle du mieux qu'elle pouvait. Ainsi, elle l'embrassa sur les cheveux.

Isolina leva la tête pour voir le doux sourire d'Asami. Elle sourit en retour et la serra dans ses bras. Les yeux verts s'adoucirent considérablement et leur propriétaire caressa lentement les cheveux noirs de la jeune fille.

Asami savait qu'elle allait s'attacher à cette petite fille. Elle s'était déjà attachée à elle, à son innocence, sa curiosité, à son immense juvénilité. Elle n'était pas sûre que cela allait être vraiment bon, car, quand elle la ramènerait chez ses parents, elle aurait le cœur brisé. Mais pour l'instant… pour l'instant, elle ignorerait ce fait et prendrait soin d'elle, lui donnerait son amour et son soutien, autant qu'elle en aurait besoin.

Finalement, le PDG et la jeune fille décidèrent de partager la chaise et le bureau pour le reste de l'heure. Asami garda Isolina sur ses genoux et travailla. Quant à Isolina, elle dessina.

Ensuite, elles durent se rendre à la réunion qu'Asami avait de prévue. Elle se dit qu'elle pourrait presque laisser la fille dans son bureau et demander à son assistant de ne laisser entrer personne. Cependant, cette pensée s'évanouit rapidement quand elle se leva et qu'Isolina resta accrochée à elle. Il semblait qu'elle avait encore besoin de l'avoir dans les parages, même plutôt très proche.

Comme prévu, la réunion était vraiment ennuyeuse. Asami laissa parfois ses yeux darder vers Isolina qui jouait avec sa petite peluche violette, dans un coin, sans faire de bruit. Elle ne put que se laisser distraire par cette adorable vision enfantine, qui la fit sourire et la détourna plusieurs fois de la conversation, mais elle réussit à faire en sorte que ça ne se voit pas… Pas trop.

Quand elles retournèrent au bureau, ce qu'elle avait demandé à Lu avait été amené. Donc, Isolina put aller à son petit bureau pour faire ce qu'elle voulait.

Asami travailla pendant des heures, regardant la fille de temps en tempspour s'assurer qu'elle allait bien et aussi parce qu'elle était une adorable distraction.

Elle remarqua qu'Isolina la fixait bien souvent. Parfois, elle se levait même pour se rapprocher d'Asami, faisant quelques pas hésitants autour du bureau de la jeune femme comme si elle se sentait moins seule en faisant cela.

Asami remarquait ensuite les mouvements, puis, relevant la tête, elle lui souriait avec douceur. Ensuite, la jeune fille retournait, heureuse, à son propre bureau.


Considérant tout le travail que le PDG avait à abattre pour être tranquille avec Isolina, la journée se termina bien sortit de son bureau avec Isolina, et son assistant, qui la remarqua, déclara :

« Tu rentres déjà ? Voilà qui est inhabituel, Miss Sato.

- Eh bien, je dois m'arrêter au commissariat et trouver des affaires pour la petite, alors je n'ai pas vraiment le choix, justifia-t-elle. Mais je promets que je me rattraperai plus tard. »

Son assistant gloussa.

« Quand vas-tu enfin comprendre que tu es le patron et que tu ne dois rien à tes employés ? Nous ne sommes pas là pour te juger, nous savons que tu as une vie aussi. Alors, va, avant qu'il ne soit trop tard.

- À demain ! dit-elle. Oh ! Et merci pour le bureau et les autres trucs. »

- De rien. Hésite pas à demander si tu as besoin de quoi que ce soit.

- Bien entendu. »

Elle sortit ensuite de la tour avec Isolina et se rendit au commissariat de police, où elle redemanda à voir Lin.

« Miss Sato, encore toi, déclara-t-elle en guise de salutation, comme si c'était une contrariété. Quelque chose ne va pas avec la petite ? Tu ne veux plus la garder ?

- Non, non, rien de tel. Elle est adorable. Et elle parle en fait. C'est pour ça que je suis ici. Elle s'appelle Isolina et elle a cinq ans. Alors peut-être qu'on pourrait essayer de retrouver ses parents maintenant ?

- Je suppose... Écoute, ce n'est pas ce que je ne veux pas, mais j'ai quelque chose comme une trentaine d'enfants qui doivent retrouver leurs parents. Alors, pourquoi ne pas constituer un dossier et faire des affiches ? Peut-être que ses parents la recherchent, et ce serait plus facile s'ils la trouvent, parce que nous sommes en quelque sorte à court de personnel en ce moment.

- Oh… Ouais, je comprends.

- J'ai juste besoin d'une photo d'elle, après je remplirai tout. Tu peux en faire une dans la pièce là-bas. Mais avant tout,es-tu bien sûre que ses parents vivent dans Republic City ?

- Je n'ai pas demandé. »

Elle regarda Isolina, qui regardait les deux femmes avec de grands yeux.

« Isolina, chérie, où habitent tes parents ? Ici, à Republic City ? Dans une autre nation ? Peut-être dans les Tribus de l'Eau. Tes yeux sont plutôt bleus. Mais ta peau est si pâle… »

La fille la regarda seulement, interdite. Peut-être avec une carte, alors…

Asami trouva une carte et demanda à Isolina de montrer où vivaient ses parents. Elle semblait n'avoir aucune idée de la réponse. Bon… Peut-être pas une carte non plus. Ne savait-elle pas où elle vivait avant d'être séparée de ses parents ?

Ensuite, Asami eut une autre idée :

« Isolina, quel genre d'animaux y avait-il là où tu vivais ? »

Si elle avait vécu dans les Tribus de l'Eau, elle parlerait alors de loutres-pingouins, de chiens-ours polaire ou de quelque chose comme ça. La faune des autres nations était un peu plus similaire, mais toutes avaient leurs particularités.

« Il n'y avait pas d'animaux », répondit-elle avec sa petite voix.

La surprise passa sur le visage d'Asami. Aucun animal ? Comment était-ce possible ? Elle pensa alors à une autre question :

« Quel temps faisait-il ? Était-ce froid ? chaud ?

- Je ne suis pas sûre… Je n'allais pas beaucoup dehors. Mes parents avaient peur…

- Peur ? Peur de quoi ? »

La fille regarda ses pieds, se fermant à toute discussion. Elle ne parlerait plus. Il semblait qu'elle n'aimait pas parler de ses parents. C'était peut-être trop douloureux, et Asami pouvait comprendre ça.

« Je ne peux pas faire mieux », annonça-t-elle à Lin.

La vieille femme soupira.

« Alors, allez prendre cette photo. »

Ce fut ce qu'elles firent. Elles sortirent en remerciant Lin qui se mit à grogner d'avoir une nouvelle affaire sur les bras.

Après, elles allèrent faire un peu de shopping. Asami acheta des vêtements à Isolina — qui, cette fois, étaient parfaitement à sa taille —, ainsi que des jouets pour qu'elle puisse s'occuper. Cela leur prit une heure et demie.

Puis elles retournèrent au manoir. Il était presque 19 heures, et Asami fut un peu surprise quand elle vit que Korra n'était pas encore rentrée. Elles essayaient d'être toutes les deux là à 18 heures 30. C'était une règle entre elles, pour s'assurer qu'elles se voient. Elles dérogeaient parfois à cette règle, mais elles le laissaient généralement savoir à l'autre.

Mais Korra ne l'avait prévenue de rien du tout, rendant donc Asami un peu inquiète. Mais après, elle repensa à toutes les fois où cela s'était produit dans le passé, alors qu'elles n'étaient même pas encore mariées, et cela la soulagea un peu. Korra avait dû oublier, comme Isolina avait débarqué la veille. Ou quelque chose d'important l'avait empêchée de rentrer.

Asami chassa ces pensées. Elle devait s'occuper de la petite. Il était hors de question qu'elle reste debout aussi tard que la nuit précédente !

Alors, Asami la fit manger. Isolina demanda pourquoi elle ne mangeait pas avec elle et elle répondit qu'elle attendait Korra. Isolina demanda pourquoi elle n'était pas encore rentrée et Asami n'avait pas de réponse.

Elle la fit ensuite se préparer pour aller au lit. Il s'avéra que la petite fille avait peur d'être seule dans sa chambre, alors Asami resta un moment avec elle.

Elle lui raconta une petite histoire, comme sa mère le faisait quand elle était petite et caressa les cheveux de la fille. Elle était censée rester jusqu'à ce qu'elle s'endorme. Cependant, elle resta un peu plus longtemps à regarder le mignon, petit visage endormi d'Isolina. Dans sa contemplation, elle finit par s'endormir à côté d'elle.


Korra revint presque au milieu de la nuit. Elle ne fit aucun bruit, se demandant si Asami dormait déjà.

La jeune femme aux yeux verts avait du mal à s'endormir quand elle était inquiète, et Korra savait qu'elle l'avait sans nul doute été à cause de son absence inopinée.

Elle remarqua les deux assiettes posées sur la table et supposa qu'Asami l'avait attendue. Alors, pourquoi n'était-elle pas venue la voir quand elle était rentrée ? Et pourquoi la maison était-elle aussi silencieuse ? Elle alla dans leur chambre, et Asami n'était pas là. Cela l'inquiéta un peu et elle choisit de parcourir toutes les pièces du manoir.

Elle entra dans la chambre dans laquelle se trouvait Isolina, ne se rappelant pas très bien qu'elle était là. Elle fut assez surprise de trouver Asami, endormie, à côté de la petite fille.

Elle leur sourit. C'était une vision belle et attendrissante. Elles étaient mignonnes toutes les deux. Bon, peut-être qu'elle devrait aller se coucher aussi et ne pas les réveiller. Elle verrait Asami dans la matinée de toute façon.

Elle se contenta de couvrir la femme aux yeux verts d'une légère couverture pour ne pas qu'elle ait froid, avant d'embrasser son front pale et d'aller dormir.


A/N : Merci pour la lecture ! Review ? Ou pas, c'est comme vous voulez. Je propose, au cas où l'idée vous viendrez de vous échapper :p

Alors, petite chose. Concernant le « Miss Sato », je le laisse comme ça par choix personnel. Personne ne fait de remarque, mais comme je me dérange moi-même xD Bon, normalement, ça correspondrait à un « Mademoiselle Sato », chose qui ne marcherait pas parce que, un, c'est plus correct, et, deux, elle est mariée. Mais ça me fait juste trop bizarre de l'appeler « Madame Sato ». Dans certaines répliques ça va et dans d'autres... pas du tout. Donc, on va simplement ignorer les conventions sociales et faire genre c'est très bien comme ça ! Qu'est-ce que vous en dites ? x)

Bref, j'espère que vous aurez aimé ! On se revoit au prochain chapitre !

À plus !

Lion