21.

Il grogne. Il est tard, il le sait à la lumière déjà trop vive qui éclaire ses paupières.

Il s'est endormi tard. Ou tôt. Il est resté longtemps à regarder les silhouettes endormies des deux adolescents qu'il a fait sien.

Avec un peu d'aide.

Il faut qu'il demande à Albus de lui fournir les bons papiers, les formulaires, il veut les remplir, s'assurer que personne ne peut venir détruire ce qu'il met tant de temps à reconstruire.

Il ouvre lentement les yeux. La maison est calme. Encore. La matinée doit être avancée mais pas encore assez pour que le reste des occupants aient pris la liberté de vagabonder sans supervision.

Il est directeur de maison, il sait ce dont sont capables quatre adolescents. Même un peu mal en point. Et même soutenus par un voix raisonnable telle qu'Hermione.

Il sourit un peu avant de sursauter à un demi-ronflement derrière lui.

Quand il se retourne c'est pour découvrir une tignasse brune recroquevillée contre son dos et emmitouflée sous un édredon. Édredon partagé avec une autre silhouette. Blonde celle-ci, étalée en étoile, si bien que la moitié de son corps, penche dangereusement vers le vide.

Il étouffe un rire, surpris par l'action. Depuis combien de temps n'a-t-il pas ri ?

Il fronce les sourcils, un unique souvenir se dessinant dans sa mémoire, quelque part entre les maisons de Cokeworth, un parc et une fillette rousse.

Il secoue la tête, ne veut pas se perdre dans les méandres de jours anciens, où tout était plus simple et pourtant plus difficile. Le fantôme de Tobias passe, et lui décide de commencer sa journée, un sourire toujours au coin des lèvres.

Il plie sa couverture, avant de la laisser sur le fauteuil au coin de sa chambre, puis se retourne vers les deux clandestins qui ont investi son lit. Avec des gestes experts qu'il a acquis sans s'en apercevoir au cours des derniers mois, il les installe plus confortablement avant de les engloutir sous l'édredon du lit de Harry. Il attrape sa robe de chambre, glisse dans ses chaussons puis se dirige vers la cuisine, la promesse d'une tasse de café en silence, le réjouissant d'avance.


Il est au milieu de la lecture de la dernière parution de son magazine de Potions préféré quand il entend l'escalier du grenier grincer.

Il plonge de nouveau ses lèvres dans sa tasse de café noir et ne lève pas les yeux.

_ Bonjour Professeur, sourit Hermione.

_ Miss Granger… répond Rogue les yeux toujours dans son magazine.

_ Je préférai Hermione.

_ Et moi le silence…

Hermione rit doucement avant de mettre de l'eau à chauffer. Elle se sert son thé et se dirige vers la table de la salle à manger, saisit la bouteille de lait en verse un nuage dans sa tasse puis s'assoit en face de son professeur de Potions.

_ Je savais que vous étiez un gentil, elle dit au bout de quelques minutes de silence.

Dernière « Potion Weekly », il y a un grognement.

_ Enfin pas au début, notre première année on pensait sincèrement que c'était vous qui aviez jeté un sort au balai de Harry lors du match de Quidditch… Et que vous vouliez voler la Pierre Philisophale pour Vous-Savez-Qui…

A ces mots Rogue abaisse un coin de son magazine.

_ Vous ne seriez pas à l'origine du feu qui a ruiné une de mes robes préférées ? Il demande dans un grincement.

Hermione fronce les sourcils, pas soucieuse mais étonnée.

_ Comment pouvez-vous en avoir des préférées, elles ont toutes la même couleur, noire.

_ Elles ne sont pas noires, plus une teinte foncée de bleu Soméca. Et j'en préfère certaines…

La jeune sorcière cache un nouveau rire dans sa tasse, avant de répondre honnêtement.

_ Je pensais que vous vouliez tuer Harry…

Severus soupire.

_ Le nombre de points que j'aurais pu vous soustraire si nous étions à Poudlard…

_Mais après la première année, j'étais de votre côté ! elle s'exclame. Même quand Ron voulait absolument vous faire passer pour le terrible co… goujat, des cachots. Ses joues s'enflamment un peu, quand elle délivre la dernière phrase.

Son professeur lève les sourcils et dans un rictus répond :

_ Je ne suis pas certain que Monsieur Weasley connaisse la définition du mot goujat…

Hermione ouvre la bouche pour défendre son ami, quand elle est interrompue par de nouveaux arrivants.

Harry les cheveux plus ébouriffés que jamais et Drago, les yeux encore collés et le pyjama un peu fripé.

_'Jour, dit ce dernier avant de s'installer aux côtés de Severus et de poser sa tête sur ses bras.

Harry prend place de l'autre côté de son professeur, sa main trouvant déjà la cafetière.

Il n'avait jamais gouté au café avant de vivre avec Severus mais depuis que le Maitre des Potions lui le a permis, il préfère commencer sa journée avec ce breuvage plutôt qu'avec du thé noir.

_Drago, pourquoi n'es-tu pas resté au lit si c'est pour finir ta nuit au milieu du petit déjeuner?

_Harry m'a forcé…

Severus se tourne vers le plus jeune de ses pensionnaires, le regard interrogateur.

_ Il est tombé. J'étais en train de me lever pour descendre, il a voulu se retourner et tu sais comment Drago dort… Il s'est retourné du mauvais côté et il est tombé. Je ne l'ai forcé à rien du tout. Explique calmement le sorcier à lunettes.

Rogue le regarde une minute, ne voit que la vérité et finalement abandonne dans une secousse de tête.

Il ébouriffe les cheveux de Drago avant de dire :

_Mange quelque chose, nous avons des projets pour cette après-midi.

Dans un grognement le sorcier blond relève la tête, avant de saisir le saladier de fruits et quelques toasts.

_Toi aussi, il dit à l'attention d'Harry.

Ce dernier secoue la tête :

_ J'ai pas très faim…

Mais Severus ne l'écoute pas, d'un coup de baguette il prépare deux toasts beurrés et une coupelle de fruits, il fait ensuite venir une potion qui zigzague jusqu'à lui.

_ Mange, il dit simplement son ton ne laissant aucune place à la négociation, et prends ça, ça calmera ton estomac.

Harry soupire, mais abdique. Il avale d'une gorgée la potion peu ragoutante avant de se rendre compte que la faim est de nouveau présente.

_Merci, il murmure dans un sourire timide.

Rogue acquiesce seulement, avant de leur tendre à chacun les cachets qu'ils doivent avaler pour les quatre prochains jours.

_ De quoi vous parliez? demande Drago entre deux bouchées de fruits.

_ Miss Granger était en train de m'expliquer comment elle s'est rendu compte que je ne faisais pas parti du camp des « méchants ».

Drago renifle un rire, tandis que Harry s'arrête de manger, son regard faisant des allers- retours entre sa meilleure amie et son gardien.

_ Et ?... il questionne un peu fébrile.

_ Nous en étions à l'aveu de la destruction par le feu d'une de mes robes de professeur préférées quand vous êtes arrivés.

_ Tu as des robes préférées ? Font du même voix le Serpentard et le Gryffondor.

Hermione cache un rire mais lève tout de même un sourcil.

_Ce n'est pas le propos, insiste le professeur de Potions, avant de retourner son regard sur l'adolescente. Donc quand vous vous êtes rendu compte que c'était en fait Quirell qui voulait la Pierre, je suis devenu un gentil ? Il demande, sa curiosité piquée.

Hermione acquiesce mais précise :

_ Disons moins méchant, vous étiez, êtes toujours, déraisonnablement injuste avec les Gryffondor.

Autre rire étouffé de Drago.

La jeune sorcière continue, sous le regard mi-apeuré et mi-étonné de Harry.

_ Puis il y a eu la seconde année et là aussi j'ai vu quelques traits de caractère qui laissaient penser que même si vous n'aimiez pas forcément Harry, vous tentiez le protéger.

_ Quoi ? S'exclame Harry

_ Vraiment ? Dit Severus en même temps, oubliant complètement son magazine pour porter toute son attention sur son élève.

_ Évidemment, assure Hermione, D'abors il y a eu l'incident du serpent au club de duel…Même si vous avez tenté de cacher votre inquiétude sous du sarcasme et du mépris, j'ai bien vu que vous aviez peur pour Harry.

_ Heu… Est-ce que je dois m'excuser pour ça ? Demande Drago en regardant Harry.

Le sorcier à lunettes secoue la tête.

_ C'est oublié.

_ Puis il y a eu le soir où on a découvert Miss Teigne pétrifiée… Rusard était fou de rage et encore de manière détournée vous avez protégé Harry…

Rogue grogne doucement mais lui fait signe de continuer.

_ Enfin il y a une rumeur qui courrait parmi les portraits, disant que vous aviez eu un échange plus que retentissant avec le Directeur concernant le rôle de Harry et de Ron dans la découverte de la Chambre des Secrets. Notamment sur le fait qu'ils y soient allés avec "un sombre crétin imbu de lui-même autrement nommé Lockhart"… Termine Hermione dans un sourire connaisseur.

_ N'étiez-vous pas pétrifiée durant la majeure partie de cette aventure ? Questionne Rogue bien qu'il connaisse déjà la réponse.

La jeune sorcière hausse les épaules.

_ Les portraits m'aiment bien…

Il y a un drôle de silence qui suit avant que Harry ne se retourne complètement vers son gardien.

_ Tu nous as protégés de Remus en troisième année, et encore l'année dernière, tu m'as suivi quand je suis parti avec Fol-Œil… Et Ombrage, les Dursley, tu…

Rogue soupire longuement, ferme une seconde les yeux, avant de les rouvrir sur Hermione et de finalement faire face à Harry.

_ Je te l'ai dit, je ne t'ai jamais dét…

Il ne peut pas finir, soudain Harry est dans ses bras. Il n'y a pas de larmes, seulement une étreinte. Forte. Serrée. Nécessaire. De celle qui balaye les derniers doutes et qui fait avouer les anciennes fautes.

_ On a fabriqué du Polynectar en deuxième année dans les toilettes de Mimi Geignarde et c'est moi qui ai explosé un chaudron pour qu'Hermione puisse voler la peau de serpent du Cap. Avoue Harry en se dégageant un peu de Severus, les yeux baissés vers ses chaussons. Les jumeaux m'ont donné une carte en troisième année, la carte du Maraudeur, c'est Remus, Sirius, Pettigrow et mon père qui l'ont fabriquée. Elle donne la position de tout le monde dans le château… C'est le bout de parchemin que tu as trouvé quand tu m'as arrêté dans le couloir, celui qui disait…

_ Je me souviens de ce qu'il disait… dit simplement Rogue.

_ Dumbledore nous a dit d'utiliser le remonteur de temps d'Hermione pour sauver Sirius et c'est Dobby qui a volé de la Branchiflore pour m'aider pendant le tournoi… Il termine essoufflé et un peu rougissant.

Il y a un autre silence avant que Drago ne demande :

_ Pourquoi vous avez fabriqué du Polynectar ?

_ On pensait que tu étais l'héritier de Serpentard… répond Hermione.

_ Quoi ?

_ Tu avais le profil, et tu semblais en savoir beaucoup sur la Chambre… continue Harry.

_ Je ne suis pas celui qui parle Fourchelang ! S'exclame le Serpentard.

Harry veut répondre que le journal de Jedusor était dans sa famille, mais Severus le devance.

_ Qu'avez-vous fait ? Avec le Polynectar ?

_On a drogué Crabbe et Goyle, on a pris leurs apparences et on est entré dans la salle commune de Serpentard avec Drago… Explique Harry.

_ A douze ans ? Demande encore Rogue.

Les deux Gryffondor acquiescent.

Le professeur se tourne vers Hermione.

_ De qui avez-vous pris l'apparence ?

_ Heu… ça devait être Millicent Bulstrode, mais… c'était en fait un poil de son chat… Elle rougit.

_ Ahhh, ce n'était donc pas un essai raté pour devenir Animagus… Grince Severus.

La jeune sorcière secoue la tête.

Rogue se passe une main sur le visage avant de regarder l'adolescent devant lui.

_ Tu vas devenir mon fils, il commence, devant lui Harry se tend, derrière lui Drago fait de même. Tous les deux, Drago et toi vous allez devenir mes fils, vous l'êtes déjà à travers la Magie qui nous lie. Et toi, tu dois apprendre à faire confiance…

_ J'ai confiance en toi ! S'exclame le jeune sorcier, et en Hermione, en Drago, en Ron…

_ Tu dois faire confiance aux adultes, Harry. En Minerva…

_ J'ai essayé de lui dire pour la pierre quand on était en première année…

_ En Remus, même en ton imbécile de Parrain…tu dois avoir confiance en Albus…

Harry secoue la tête :

_ Il m'a laissé chez les Dursley… Il…

Rogue l'interrompt encore.

_ Tu dois arrêter de croire que tu dois sauver tout le monde car personne ne te sauve.

Le silence cette fois est lourd, puis un murmure.

_ Tu m'as sauvé toi… Tout le temps…

_ Parfois... Insiste Severus.

Il doit attendre quelques secondes avant que Harry ne hoche doucement la tête.

Le Maitre des Potions sait qu'il n'a pas fini d'apprendre à son futur fils que sa vie vaut tout autant que celles des autres. Une prochaine fois, ce matin Harry a besoin d'absolution.

_ Comme je ne peux pas prendre de points à Gryffondor pour les nombreux affronts que vous venez de confesser, commence Rogue, son ton de voix jumelant celui des cours de Potions. Vous êtes tous les deux de corvée de rangement pour la journée. Monsieur Weasley vous rejoindra dès qu'il sortira des bras de Morphée.

Les deux Gryffondor acquiescent et commencent à débarrasser la table des bols et des tasses.

Harry se met à la vaisselle, tandis qu'Hermione attrape une éponge pour nettoyer la table, dans les escaliers Ron arrive. Il n'a pas le temps de s'avancer vers la table du salon, qu'un balai est déposé dans ses mains par son professeur.

_ Le salon a subi des dommages avec les allers-retours de poudre de cheminette. Grogne Severus.

_ J'n'ai pas encore manger ! S'insurge le sorcier roux.

_ Maintenant Goyle ! Réitère Rogue.

Il faut une seconde à Ron pour qu'il comprenne et ne grogne.

_ J'étais Crabbe !

Sur le canapé, un livre dans les mains, Drago secoue la tête.

_ Gryffondor…

A suivre…