26.

C'est un « pop » qui brise la paralysie du moment. Kreattur apparait, plus fébrile et docile qu'il ne l'a jamais été depuis l'investiture de l'Ordre dans la demeure familiale des Black.

_Il y en a un autre… Les traitres et les Sangs-Mêlés en ont ramené un autre…

_Un autre quoi ? Questionne Sirius, en se rapprochant de l'Elfe les poings déjà serrés.

_Horcruxe…

C'est Harry qui a répondu, sa main crispée sur sa cicatrice.

_Il y en avait déjà un avant, n'est-ce pas Kreattur ? Un caché ici… C'est pour ça que j'ai toujours ces migraines…

Kreattur acquiesce.

_Le Maitre de Kreattur lui a donné une mission prestigieuse, il a dit, une mission secrète et Kreattur respecte son Maitre…

_Quelle mission ? Je ne t'ai jamais ordonné quoi que ce soit… Lance Sirius.

_Le bon Maitre de Kreattur, le bon fils… Répond l'Elfe, ses mains se tordant toujours mais un sourire mauvais se dessinant aux coins des lèvres.

Sirius va pour l'attraper, mais la voix de Kingsley l'arrête.

_Peut-être devrions-nous trouver un endroit plus confortable pour comprendre ce qu'il se passe, Albus est mal en point… Je pense qu'il serait judicieux de réunir l'ordre…

À ces mots Remus et Severus opinent et d'un geste fluide et presque chorégraphié, lancent leurs Patronus pour prévenir le reste de la société secrète.

Le groupe quittent la cuisine pour se diriger vers le salon du square Grimmaurd, s'installant sur les différents canapés et fauteuils.

Dumbledore n'a toujours pas dit un mot, le regard dans le vide, il ne semble pas se rendre compte que son annulaire gauche a été mutilé. Il ne semble d'ailleurs pas se rendre compte de grand-chose.

_Que s'est-il passé ? Demande Rogue à Shacklebolt, tout en venant s'assoir près de Harry, lui tendant une boite du baume de Valériane qu'il semble toujours avoir avec lui.

Kingsley soupire, debout près du fauteuil dans lequel il a installé Albus, il secoue la tête.

_Je ne sais même pas vraiment… Nous étions sur les ruines de la maison des Gaunt…

_Les Gaunt ? Questionne Drago.

_La lignée maternelle de Vous-Savez-Qui. Albus, grâce à un souvenir récupéré auprès de je-ne-sais-qui, pensait que nous pourrions trouver quelque chose en rapport avec les Horcruxes là-bas. Il avait raison.

Sans autres explication l'Auror ouvre le morceau de tissu avec lequel il est apparu plus tôt. A l'intérieur l'annulaire sectionné du Directeur de Poudlard, auquel semble s'être incrustée une bague faite d'or et d'une pierre noire gravée d'un symbole.

_Baaah ! Font d'une même voix Harry et Drago, fermant les yeux de dégout.

_Nous nous sommes dispersés pour chercher des indices. Au bout d'une dizaines de minutes j'ai entendu un cri horrible, puis j'ai trouvé Albus agenouillé. Ses yeux étaient noirs, sa bouche entrouverte, et la bague sifflait, comme si elle projetait un sort. J'ai tenté de l'enlever mais rien à faire. J'ai alors saisi l'épée de Gryffondor et…

Il ne termine pas sa phrase, pointe juste sa main vers la bague.

_Elle a toute de même réussi à faire des dégâts, continue Kingsley, sa main soulevant doucement la manche de Dumbledore, laissant visible une marque noire qui s'étale de la main du sorcier jusqu'au milieu de son avant-bras.

Lupin et Rogue s'approchent, s'accroupissant près de Dumbledore. Ils regardent la marque, vont jusqu'à toucher la tâche qui semble avoir arrêté sa progression.

_Tu as déjà vu quelque chose de semblable ? Demande Remus, ses yeux restant sur la trainée noire.

Severus secoue la tête, se redresse.

_Le Seigneur des Ténèbres est plutôt doué pour créer ses propres maléfices. Il dit simplement. Attendons Minerva et Molly, elles connaissent l'ancienne magie, peut-être sauront-elles nous éclairer.

Il y a un instant de silence, tandis que les yeux du groupe restent sur la silhouette affaiblie de leur leader.

C'est Kreattur qui met fin à la contemplation :

_Il est encore dedans… Il dit simplement.

_Qui ? Demande Sirius.

_Le Lord, Il est toujours dedans, Kreattur le sait, Kreattur a vu d'autres breloques maléfiques, mais il ne sait pas comment les détruire. Kreattur a essayé… La roche, le feu, la magie des elfes… Rien… Le Lord est encore là…

_Nous savons. Assure Severus, en s'approchant du vieil elfe. Nous avons trouvé un moyen Kreattur, un moyen pour finir la mission que Regulus t'a donné.

_Vraiment ? Le Maitre des Potions sait comment détruire le Lord ?

_En partie…

Kreattur fronce les sourcils, puis croise les bras.

_Il doit le montrer à Kreattur. Kreattur sait que le Maitre des Potions sait se jouer des autres. Il l'a vu auprès de Madame Bellatrix. Il l'a vu avec les Sangs-de-Bourbes et les traitres… Kreattur doit croire.

Severus acquiesce.

_Très bien, il dit seulement en tendant une main vers Shacklebolt. L'épée…

_Papa… Fait la voix incertaine de Drago, qu'est-ce ?...

_Nous avons la confirmation que cette bague est un Horcruxe, il est donc préférable de la détruire.

_Rogue, Dumbledore voudrait certainement…

_Dumbledore n'est actuellement pas en état de faire quoi que ce soit, Black, et il y a un second morceau d'âme du Seigneur des Ténèbres dans cette maison. Morceau d'âme détenu par votre Elfe de maison, qui ne nous le donnera qu'après avoir eu la preuve que nous pouvons anéantir ces monstruosités…

_Je pourrais l'obliger, lui ordonner…

_Nous devons le détruire ! Peut-être que le maléfice qui touche Albus s'annulera une fois le réceptacle détruit.

_Très bien, abdique Sirius, sans autre argument. Peut-être devrions-nous nous reculer un peu ? … Il continue, faisant signe aux deux jeunes sorciers de le suivre, près de l'embrasure de la porte.

Les deux adolescents le talonnent, leurs yeux restant sur leur père. Kingsley tend l'épée de Gryffondor à Rogue, avant de venir aux côtés de Remus, leurs baguettes prêtes à faire feu.

Severus laisse échapper un long soupir avant de lever l'épée et de l'abattre avec force contre la pierre noire.

Alors, il y a un cri strident, si aigüe que les armoires en verre, et les fenêtres du salon éclatent, projetant à vive allure des bouts de verre et de cadre.

La bague scintille, devenant incandescente et réduisant en cendre l'annulaire du plus grand ennemi de Voldemort. Enfin, une silhouette, noire et squelettique, semble s'échapper du bijou fissuré, avant qu'un silence médusé ne s'abatte sur la pièce.

_ Ça s'est plutôt bien passé… lance Remus, levant sa baguette vers les fenêtres pour les réparer.

_Plutôt bien, acquiesce Severus en se saisissant de la bague désormais froide, posée au milieu d'un tas de cendres.

Il la laisse reposer au creux de sa paume un instant avant de fermer son poing et de la faire tourner dans sa main.

_Un de moins, plus que deux… Il dit, en se tournant vers ses fils.

_Trois en fait… Fait une voix derrière lui.

Une voix qu'il connait, une voix qu'il n'a pas entendue depuis plus de quinze ans. Une voix qui n'a pas vieillie… Une voix qu'il a aimée.

Son cœur rate un battement, alors qu'il se retourne, pour découvrir une silhouette translucide presque palpable, une silhouette d'un autre temps qui sourit timidement alors que trois voix s'exclament :

_Regulus…

Le jeune homme lève une main maladroite, saluant timidement un passé devenu présent.

_Hey… Il dit seulement, sa main levée venant se perdre dans sa chevelure noire.

Ses cheveux sont courts, bien coiffés et son visage est moins dessiné que celui de Sirius, lui donnant une apparence plus simple et moins charmante. Ses yeux cependant ont une profondeur et une douceur qui manque à l'ainé des Black.

_Reg… soupire d'ailleurs son frère, s'avançant, tremblant vers la silhouette bleutée. Comment ?...

Le Serpentard hausse les épaules, un sourire en coin, il jette un regard teinté de joie et de regrets à Rogue

_C'est une longue histoire et il y a du monde qui attend pour arriver… Ils m'ont envoyé en pensant que je serai moins un choc pour vous tous…

_ « Ils » ? Questionne Severus.

_Ce que tu tiens dans les mains, Sev, c'est une des trois Reliques de la Mort…

_Les Reliques de la Mort, sont une fable… S'exclament d'une même voix Rogue et Sirius.

Regulus sourit un peu plus.

_Et pourtant je suis là. Il dit en écartant les bras.

_Kreattur est ravi de revoir son Maitre… Lance précipitamment, le vieil elfe de maison, en s'approchant du jeune revenant et saisissant ses mains, ses yeux étrangement mouillés.

_Je suis content de te voir aussi Kreattur, je suis désolé pour…

_Le Maitre n'a pas à s'en faire, Krettaur sait ce que le Maitre à fait, Kreattur veut lui dire merci.

Regulus acquiesce seulement, serrant un peu plus les mains ridées de son elfe.

_La Pierre de Résurrection… Souffle Remus.

Le plus jeune des Black acquiesce, s'asseyant sur l'accoudoir d'un canapé.

_Tu as toujours été le plus ouvert d'esprit de tous, Remus…

_Heu… Est-ce que quelqu'un pourrait nous expliquer ce qu'il se passe ? Demande Harry en s'approchant de Severus.

Voyant la silhouette tendue de son gardien, il vient se serrer contre lui.

_Aahh, Harry! S'exclame Regulus, ravi de faire ta connaissance ! Crois-moi ce qui suit va te ravir !

À ces mots, Harry fronce les sourcils, puis questionne du regard son père.

_Vas-tu nous dire ce que tu sais Regulus ? Demande Severus sa voix serrée d'impatience et de… tristesse ?...

_Sev, je… Il ne termine pas, n'a pas l'air de savoir quoi dire, finalement soupire avant de se lever et de s'approcher de son ancien ami. C'est vraiment la Pierre de Résurrection que tu tiens dans tes mains, Severus, et si ma présence n'est pas capable de te le prouver, peut-être que la leur, le pourra…

Et soudain c'est trois autres silhouettes qui apparaissent. Toutes un sourire aux lèvres, comme si elles avaient attendu ce moment depuis toujours. Enfin depuis leurs morts, car c'est de cela dont il est question. De morts revenus d'un autre monde.

_Maman… Ce sont deux souffles qui murmurent ces mots, alors que Harry et Drago croisent les regards floués de Lily et Narcissa.

Tous les deux s'approchent des silhouettes transparentes, des larmes coulant sur leurs joues.

_Il faut attendre un peu avant que nous puissions être assez solides pour avoir le droit à un câlin… Sourit doucement Lily.

_Qu… Pourquoi ? Demande la voix tremblante de Harry.

_Le passage entre nos deux plans nécessite de la patience, et comme nous sommes venus en nombre, le voyage et la stabilisation de nos… âmes, je suppose, prend un peu plus de temps… Explique la jeune femme.

Son fils acquiesce, ses yeux se perdant sur l'homme qui se tient aux côtés de sa mère. Grand, les cheveux ébouriffés et des lunettes rondes, on dirait lui avec quelques années de plus et des yeux de biche.

_Harry… Exhale James, sa main cherchant à effacer les traces salées de la joue de son fils mais passant au travers du visage de ce dernier.

_La patience n'a jamais été ton fort, Cornedrue… Lance Sirius, en s'approchant de ses anciens amis, ses yeux tout aussi humides que ceux des deux autres Gryffondor.

_Attendre sept ans que Lily me remarque, j'appelle ça de la patience ! Rétorque le plus âgé des Potter, partageant un sourire avec son meilleur ami, puis avec sa compagne.

_Je t'avais remarqué lors de notre première année James, c'est t'apprécié qui a pris du temps !

Sirius éclate de rire, James également tandis que Remus qui s'est approché doucement partage un clin d'œil avec Lily.

Derrière eux, Regulus, Narcissa et Severus, communiquent d'un regard.

_Gryffondors, dit simplement Regulus en secouant la tête.

Un drôle de silence s'installe alors. Tous sont dans l'attente de pouvoir s'enlacer. De partager cette étreinte, dernier adieu jamais donné.

_Est-ce que vous allez rester ?

C'est Drago qui a posé la question. Il a les mains dans ses poches, comme pour s'empêcher de venir enserrer sa mère.

Narcissa sourit à son fils, sa main voulant dégager une mèche de cheveux du front du jeune sorcier, mais son geste ne se traduisant que par un simple souffle d'air.

_Tant que Severus sera en possession de la Pierre nous ne serons pas loin. Mais nous ne pouvons pas rester longtemps à chaque fois. Les frontières entre nos deux plans d'existence risquent de se brouiller, et pas toutes les âmes qui se trouvent dans l'au-delà ont de bonnes intentions. Nous devons être prudents.

_Alors… alors vous allez partir de nouveau ?

_Nous n'appartenons plus à ce monde, Dragon, nous sommes ici pour vous aider à gagner la guerre qui se prépare. Une fois cette tâche accomplie, nous repasserons de l'autre côté…

_Mais…

Narcissa secoue la tête. Une nouvelle fois sa main s'avance vers son fils, cette fois elle ne le traverse pas, se posant contre sa joue, son pouce effleurant le dessous de ses yeux où déjà des larmes s'accumulent.

_Tu es aimé Drago, tellement aimé. Ici, elle dit en tournant la tête vers Severus et Harry, et là, elle poursuit sa main venant saisir l'une de celle du jeune Serpentard pour la déposer contre son cœur.

_Tu me manques… Il dit en venant se perdre dans le creux des bras de sa mère. Je suis désolé, tellement désolé pour ce qu'il a fait… Je ne voulais pas, je…

Il ne finit pas mais la sorcière sait. Elle le serre plus fort, sans un mot, laissant le confort de leur étreinte les apaiser tous les deux.

Quand elle tourne la tête, elle croise le sourire de Harry, elle lui rend et d'un hochement de tête toujours gracieux semble le remercier d'avoir pris soin de son fils. Le jeune sorcier hausse les épaules comme pour lui signifier que Drago a fait de même, puis se tourne vers ses parents.

Son cœur lui hurle de se fondre dans l'étreinte qui l'attend. Celle dont il rêve depuis qu'il est enfant. Celle qu'il a désiré tant de fois en voyant Pétunia en donner si facilement à Dudley, tandis qu'il ne recevait que des coups de poêle. Celle qu'il s'est imaginé, fantasmé, inventé, dans les bras de Molly Weasley ou devant le miroir de Riséd…

Pourtant, ses yeux cherchent ceux de son gardien, de son sauveur.

De son père.

Et ce n'est que quand Severus, dans un sourire assuré et rassurant, hoche la tête que Harry se laisse aller dans les bras de ses parents.

Ces instants rêvés devenant alors une réalité floue, la chaleur des corps de Lily et James étant absente, mais le désir si fort, qu'il comble Harry d'une joie encore inconnue.

Un sentiment immense et incroyable. Si bien que quand il sent les lèvres de sa mère effleurer son front, il laisse échapper un sanglot qui s'achève en rire enfantin.

Un rire léger. Insouciant, et qui le temps d'un instant donne au square Grimmaurd des allures de maison familiale.

Mais déjà dans la cuisine, le souffle de la cheminée se fait entendre, la porte d'entrée s'ouvre également. Puis, des pas pressés résonnent dans le couloir avant de laisser place à un nouveau silence étonné.

_Merlin ! Profère Minerva, comment se fait-il que cette maison tienne encore debout, avec vous tous réunis dans une seule et même pièce !

Silence.

Et puis des rires.

Un espoir.

À suivre.

NdA : Wow ! Presque un an avant cette MaJ ! Promis je n'ai pas abandonné cette histoire, mais il m'a fallu du temps pour savoir dans quelle direction je voulais aller. La fiction de Kendra JamesPerception is everything (qui est une pépite !) m'a bien aidée !

Mille fois merci à celle et ceux qui ont continué de lire/ commenter/ favoriser cette histoire, j'espère que cette suite fera honneur à votre enthousiasme et votre soutien !

Prenez soin de vous.

Des bises - M