Hey, toi !

Tout d'abord, désolée, j'ai BEAUCOUP négligé ce recueil.

Pour ma défense, il s'est passé beaucoup d'évenements dans ma vie, ces derniers temps !

*tousse*

Il y a eu la découverte de Brooklyn Nine-Nine, de Orange is the new black, de Sherlock, de Simon & Garfunkel, de Gorillaz, la redécouverte de Queen, et beaucoup d'autres choses encore !

Et ça n'a pas arrangé mes nuits sans sommeil, croyez-moi ! (si le Chaton passe par là, elle pourra confirmer, elle en fait pas mal les frais)

Mais bon, du coup, je vous reviens avec pas mal d'inspiration !

Bref, je suis de retour pour un bon vieux Matoine. J'en avais pas écrit depuis hyper, hyper longtemps !

J'espère qu'il te plaira, il a été écrit il y a deux nuits de ça !

PS : Oui, je change beaucoup entre le "tu" et le "vous" dans mes intros, c'est parce que je ne suis pas fichue de choisir entre les deux Est-ce-que je peux avoir ma statuette de la pire auteure de ce site svp ? :D

PS2 : J'hésite entre les chansons "Putain, vous m'aurez plus" et "Regarder les filles pleurer" de SAEZ (alias quelqu'un que j'apprécie fort beaucoup) pour un OS sur le Patron, laquelle lui irait le mieux à votre avis ?


Mathieu se réveilla en sursaut.

Haletant, tout tremblant, paniqué.

Les joues trempées de larmes et le front de sueur.

Il regarda autour de lui, serrant sa lourde couverture contre lui. La bleue avec les pandas, celle qu'Antoine lui avait acheté pour la St. Valentin. Bon, il lui avait probablement acheté pour se foutre de lui, mais Mathieu l'aimait bien, cette couette.

Elle était rassurante, et le calmait, contrairement au cauchemar qu'il venait de faire.

Encore.

Toujours le même cauchemar, les mêmes larmes, la même panique.

Le même besoin qu'on le rassure.

La même peur qui lui serrait le ventre, qui le faisait trembler.

Il l'avait encore vue mourir.

C'était toujours la même chose. Le rêve commençait par lui, assis à côté d'elle. Elle est sa meilleure amie, elle s'appelle Lilas, elle a deux ans de plus que lui. Et ça fait trois ans qu'il ne l'a pas vue.

Et ça fait trois ans qu'elle est morte.

Il la revoit, jonchée sur son siège, ses pieds sur le tableau de bord. Elle a toujours eu des petits pieds, Lilas. Mathieu adorait se foutre de sa gueule à cause de ça.

Tout est clair, limpide dans son esprit. L'éternelle salopette verte portée par la petite rousse. Leur débat -incroyablement stupide- sur un combat entre le Patron et Murdoc du groupe Gorillaz. Lilas pariait sur Murdoc, Mathieu sur le Patron. Il se rappelait encore des converses roses de sa meilleure amie, et de ses tâches de rousseur qui se voyaient encore plus parce que Mathieu roulait en plein soleil.

La jeune fille s'était détachée pour attraper un paquet de cookies sur un des sièges arrières une demie-heure avant, puis avait oublié de se réattacher. Grossière erreur.

Mathieu avait profité d'un panneau stop pour rapidement changer le CD. Il était passé de Nirvana à Simon & Garfunkel, choix intéressant. La chanson Most Peculiar Man venait de se lancer, déprimant Lilas à tout jamais, et il était trop occupé à ranger le CD dans son boitier pour vraiment faire attention à la route.

Se réengageant, Mathieu n'eut pas vraiment le temps de réagir lorsqu'un camion lui fonça dessus.

Il revoit tout. Le logo, l'air terrifié de Lilas. Et surtout sa meilleure amie prendre le pare-brise de plein fouet.

Il avait été sauvé par sa ceinture de sécurité. Elle n'avait pas eu cette chance.

- Mathieu ?

Le jeune homme fut tiré de ses pensées par son petit-ami. Antoine avait remis ses lunettes, le regardant d'un air inquiet. C'était la première fois qu'ils dormaient ensemble, Mathieu étant plutôt réticent à l'idée que le plus grand ne le surprenne dans un tel moment de faiblesse.

- Tout va bien ?

Le vidéaste secoua lentement la tête de droite à gauche, se mordant violemment la lèvre. Incapable de retenir ses larmes, il ouvrit la bouche pour expliquer ce qui se passait à Antoine, qui avait passé un bras autour de ses épaules. Il ne parvint qu'à produire un faible sanglot, qui fendit le coeur de son amant.

- Tu veux en parler ?

Mathieu réfléchit quelques secondes, avant de refaire le même geste. Non, il ne voulait pas en parler. Peut-être qu'elle était partie il y a longtemps. Et peut-être qu'il aurait dû s'y faire. Mais il n'avait pas eu le temps de faire son deuil.

Trois ans, c'est beaucoup trop tôt pour se remettre de la mort de quelqu'un.

- C'est par rapport à l'accident ?

La voix d'Antoine était empreinte de doute. Il n'osait pas vraiment poser des question à Mathieu de peine de le peiner encore plus. Mathieu hocha lentement la tête.

Antoine ne savait pas tout. Il pensait juste que Mathieu avait fait un accident, seul, trois ans auparavant. Il n'avait jamais entendu parler de Lilas, Mathieu ayant gardé toutes les photos d'eux à l'abri, supprimant toutes celles se trouvant sur Internet pour éviter les questions intrusives de ses fangirls.

- Oui.

- T-Tu veux un calin ?

Mathieu hocha de nouveau la tête, se réfugiant dans les bras de son futur mari. Il enfouit sa tête dans le torse du plus grand, laissant libre court à sa peine. Antoine lui caressait doucement les cheveux, passant de temps en temps sa main dans le dos du plus petit.

Le créateur de Salut les Geeks fit à l'autre un petit sourire pour le rassurer, se laissant bercer par les paroles apaisantes d'Antoine.

Antoine le serra un peu plus fort contre lui, murmurant des "ça va aller", ou des "je suis là" à intervalles réguliers.

Mathieu finit par s'endormir pour un sommeil sans cauchemar, calmé.

Antoine esquissa un petit sourire, embrassant son front, avant de finir par s'endormir lui aussi.