Alpha et Oméga

En l'an 320 du calendrier Parse, alors que la nouvelle de la défaite de l'armée Parse avait atteint la capitale ainsi que les villages alentours, l'armée lusitanienne avançait rapidement vers Ecbatana. Seuls les remparts de la cité les séparaient des habitants de la capitale.

Mais, alors que les villages parses brûlaient un à un, dans une maison un peu plus éloignée que les autres, une vieille femme tremblait de peur alors qu'un Lusitanien la menaçait avec la pointe d'une épée : « Reniez vos dieux païens et embrassez notre foi ou mourez ! »

Heureusement, la vieille femme n'eut pas à faire ce choix car une flèche vint se ficher dans la gorge du soldat fanatique qui s'écroula mort. Tournant la tête dans la direction d'où venait la flèche, l'ancienne remarqua alors une jeune femme d'à peine vingt ans, armée d'un arc, tandis que ses longs cheveux châtains étaient rassemblés en une tresse lâche. Quelques mèches étaient cependant rebelles et lui donnaient un air effarouché. Vêtue d'une longue tunique tachée par la terre et le sable, elle ne ressemblait guère à une paysanne, ni à une noble… retrouvant sa voix, la vieille femme demanda : « Qui es-tu ?

- Vous allez bien madame ? s'enquit tout d'abord la jeune fille en croisant son regard. »

La vieille femme retint son souffle en fixant les yeux bleus ciel qui la fixaient, purs et innocents. Elle hocha la tête avant de demander : « Pourquoi m'as-tu aidé ?

- Parce que vous aviez besoin d'aide… répondit l'inconnue, Oh ! Je suis désolée ! Je ne me suis même pas présentée ! Je m'appelle Clara !

- E-enchantée… »

Clara lui sourit gentiment avant de se gratter la joue, gênée : « Serai-ce trop vous demander si je prenais un peu d'eau dans votre puits ?

- Non… sers-toi… bafouilla la vieille femme avant de renifler légèrement l'air et de hoqueter de surprise.

- Il y a quelque chose qui ne va pas ? s'enquit Clara en se retournant, intriguée.

- Tu… tu es… tu es une… une oméga ? »

Cette dernière se figea alors que la vieille femme la fixait, stupéfaite. Clara recula d'un pas alors que l'ancienne s'exclamait horrifiée : « Tu ne peux pas rester ici ! Ils nous tueront toutes les deux s'ils savent qu'une oméga est venue chez moi et que je lui doit la vie !

- Je… je vais m'en aller, ne vous en faîtes pas ! »

La jeune fille sortit de la maison en courant, oubliant même de puiser de l'eau dans le puits en disparaissant dans la forêt, des larmes lui piquant les yeux… elle était encore rejetée…

Pendant ce temps, le prince héritier, Arslan, et son fidèle chevalier Daryûn avaient rejoint l'ancien seigneur de Daylam, Narsus, pour lui demander de leur accorder son aide pour reprendre le Parse aux Lusitaniens. Ce dernier n'avait accepté que lorsque le prince lui avait offert d'avoir une place à la cour en tant que peintre officiel de la famille royale, provoquant l'horreur chez Daryûn qui avait essayé de le dissuader, en vain.
Cependant, Narsus demanda curieusement : « Dîtes-moi, Altesse, d'après ce que je sais, vous êtes un oméga… pensez-vous pouvoir vous affirmer auprès des nobles qui sont pour la grande majorité des bêtas ou pire, des alphas ?

- Je… j'avoue que je ne sais pas comment je vais y arriver, mais je sais que je ferais de mon mieux, Narsus. décréta le jeune prince. »

Ce dernier hocha la tête, d'un air satisfait avant qu'ils ne décident de s'en aller, devant regrouper les forces armées du Parses.

Pendant ce temps, dans une forêt, une jeune fille était assise dans un arbre, les genoux repliés contre son buste. Elle semblait triste mais son regard désemparé disparut quand elle entendit des bruits de sabots un peu plus loin… elle sauta de l'arbre et s'approcha discrètement de la route pour voir passer un peu en contrebas, une cavalière armée d'un arc, de flèches et de poignards effilés. Cette femme avait une peau aussi pâle que celle de Clara, des yeux verts comme des émeraudes, des cheveux longs et lisses d'un noir profond, ainsi que des courbes très féminines. Clara la fixait, ne sachant si elle était une ennemie ou juste une voyageuse de passage quand la femme tourna la tête vers elle, lançant d'une voix calme : « Montre-toi, jeune fille, je ne te ferai aucun mal. »

Clara écarquilla les yeux en la voyant la fixer droit dans les yeux : comment avait-elle fait pour la repérer si rapidement ? Mais, son instinct la poussa à se montrer, saisissant toutefois son arc et une flèche, avant de se lever de derrière son buisson. L'inconnue la fixa, impassible avant de lui faire signe de s'approcher. Clara descendit prudemment la pente pour arriver sur la route terreuse et elle leva les yeux vers la femme qui haussa un sourcil avant de sourire doucement : « Tiens… je ne m'attendais pas à ce que tu sois une oméga… »
La jeune fille sursauta avant de reculer, la main crispée autour de son arc, prête à disparaître dans la forêt à la première occasion, alors que la femme déclarait : « Je suis Faranghis, prêtresse au service du dieu Mithra, et toi ? Qui es-tu ?

- Je m'appelle Clara… répondit prudemment la jeune fille.

- Pourquoi te cachais-tu, dis-moi ? C'est parce que tu es une oméga ?

- Oui… je … »

Faranghis hocha tristement de la tête avant de déclarer : « Où te rendais-tu ?

- Je ne sais pas… loin d'Ecbatana… et loin des Hommes… avoua Clara en baissant les yeux.

- Je vois… tu cherches donc à échapper à la règle qui oblige les omégas à n'être que des esclaves au service des alphas ?

- … oui… »

La prêtresse fit la moue avant de pencher la tête sur le côté et de déclarer : « Les djinns me disent que tu n'es pas ordinaire et que je devrais te proposer de m'accompagner. Qu'en dis-tu ?

- Pourquoi voudriez-vous de moi à vos côtés ? demanda surprise Clara.

- Les djinns me le conseillent, de plus, je me sentirais responsable si tu venais à être capturée par des barbares convoitant ton statut d'oméga. »

Réfléchissant un instant, Clara finit par hocher la tête, avant de demander : « Corrigez-moi si je me trompe, mais vous êtes une bêta ?

- Exact, ton intuition est bonne, jeune oméga, espérons qu'elle le reste encore longtemps. Allez, monte. »

Faranghis lui tendis la main, l'aidant à monter derrière elle sur le cheval blanc qui secoua légèrement la tête, hennissant doucement. Elle monta sans savoir à quel point, cette rencontre allait changer sa vie…