Salut, tout le monde.

Voici, ma nouvelle fic sur cet univers.

Ce chapitre a simplement été relu donc désolé, s'il reste des fautes.

Le rythme de publication ne sera pas régulier.

Bonne lecture :)


Chapitre 1: L'oiseau de malheur

Tsunayoshi Sawada était un petit garçon comme les autres. Il avait un papa et une maman super gentils. Il avait un grand-frère génie des classements et premier de classe, et encore un autre grand-frère qu'il ne voyait pas très souvent puisqu'il vivait à l'étranger et vivait sa petite vie tranquille d'acteur et réalisateur de cinéma. Son très grand-frère de vingt-cinq ans avait des cheveux blonds comme l'or, des yeux bleus comme la mer la plus pure et il s'appelait Giotto Sawada. Son autre grand-frère de quinze ans, Fûta, avait des cheveux châtains et des yeux noisette pétillants de gentillesse. Lui, Tsunayoshi, avait des cheveux châtains en bataille comme ceux de son grand-frère Giotto et il avait les mêmes yeux que son grand-frère Fûta mais pétillants de gentillesse et d'innocence. Oui, Tsuna était un petit-garçon comme les autres. Enfin ça c'est ce qu'il pensait jusqu'à ce que son grand-frère Fûta aille ouvrir la porte de la maison alors qu'ils étaient seuls à la maison pendant que leur papa et maman était parti faire des courses.

-Bonjour, Monsieur l'agent. Dit Fûta en souriant à l'agent de police devant la porte

L'agent était un homme des plus ordinaires. Il avait des cheveux noirs et des yeux tout aussi noirs. Il avait l'air d'avoir la trentaine. Il portait son uniforme tirée à quatre épingles alors que d'une de ses mains il tenait son chapeau d'uniforme.

-Bonjour, jeune homme. Je suis l'agent Okumura. Êtes-vous l'aîné des frères Sawada ? Demanda l'agent

-Hm…oui, je suis Fûta Sawada. Pourquoi ? Répondit Fûta de plus en plus intrigué

-Bien. Je ferais bien d'entrée et vous de vous asseoir. Dit l'agent qui ne semblait vraiment pas à l'aise

-Très bien. Allons dans la cuisine. Mon petit-frère est dans le salon. Dit Fûta en le laissant entrée et en le guidant vers la petite cuisine

-Je crois qu'il devrait être avec nous. A moins que vous ne préfériez lui dire vous-même.

-J'ai compris. Je vais lui dire de venir. Dit-il à l'agent_ Tsuna ! Viens dans la cuisine s'il-te-plaît. Dit Fûta en direction du salon

-Oui ! S'exclama une voix enfantine

Il ne fallut pas longtemps pour qu'un petit garçon d'à peine dix ans arrive. Il devait avoir huit neuf ans peut-être prochainement dix mais il n'était pas bien grand par rapport à son grand-frère. Il était vraiment mignon avec sa bouille d'ange, ses grands yeux pétillants de gentillesse et d'innocence sans compter son grand sourire plein de joie. L'agent observa avec plaisir et tristesse la complicité entre les deux frères. Le plus petit s'était accroché à son grand-frère et était accroché à lui comme un koala à sa branche. Fûta invita l'agent à prendre place dans la cuisine alors que lui s'asseyait avec son adorable petit-frère sur les genoux.

-De quoi voulez-vous nous parler, monsieur l'agent ? Demanda Fûta qui avait un mauvais pressentiment en voyant le regard triste de l'homme sur lui et son frère

-Il y a eu un grave accident en ville tout à l'heure. Un conducteur ivre à renverser plusieurs passants sur un trottoir. Plusieurs d'entre eux ont juste été gravement blessé malheureusement un couple est mort sur le coup. Je suis vraiment navré, les enfants. Ce couple c'était vos parents. Mes sincères condoléances. Dit l'agent qui était vraiment mal à l'aise

Il avait dû annoncer une ou deux fois ce genre de nouvelle mais cela n'avait jamais été à des enfants. Encore moins à un adolescent de quinze ans qui semblait croire que c'était un cauchemar et qu'il allait bientôt se réveillé. Alors que le petit de dix ans avait caché sa tête dans le pull vert de son grand-frère pour pleurait toutes les larmes qui secouer son petit corps. L'agent Okumura vit le plus grand resserrait sa prise sur son petit-frère alors qu'il faisait des cercles apaisant dans le dos de son frère.

-Je suis désolé de ne pas pouvoir vous laissez entre vous pour…digérer la nouvelle. Mais je dois vous posez quelques petites questions pour savoir où vous allez vivre. Dit l'agent Okumura de plus en plus mal à l'aise

-Faites. Dit difficilement Fûta du bout des lèvres alors qu'il essayait de calmer son petit-frère si sensible

-Est-ce que vous avez de la famille à Nanimori ? Demanda l'agent en sortant un petit calepin pour écrire les réponses de l'aîné

-Non. Dit tout aussi difficilement Fûta d'une voix qui ne cachait pas du tout le fait qu'il allait lui aussi bientôt pleuré comme son petit-frère mais il devait rester fort pour lui jusqu'à ce qu'ils soient en sécurité et surtout ensemble

-Un oncle ou une tante ? Ou peut-être des grands-parents ? Du côté de votre père ou de votre mère ?

-Non pour les trois.

-Je suis désolé, les enfants. Si vous n'avez plus de famille, la loi dit bien que vous allez être envoyé en orphelinat où vous serez sûrement séparer. Dit l'agent se sentant vraiment mal par rapport à ces enfants

Il avait vraiment l'impression d'être un oiseau de malheur pour ces pauvres gosses. Il leur annoncé que leur parents étaient morts puis qu'ils allaient être envoyé à l'orphelinat et sûrement séparer et tout cela en à peine une heure. Il ne fut même pas surpris de voir le plus grand resserrait encore une fois sa prise sur son petit-frère comme s'il ne voulait pas le lâcher. Jamais. C'était son petit-frère et ils étaient maintenant seul sans parents.

-Je…ne…veux pas…être séparé…de…toi, grand-frère. Pleura le petit sur les genoux de son grand-frère en tournant un regard baignait de larmes vers son grand-frère et l'agent

-On ne se sera pas séparer, Tsuna. Je te le promets. Dit Fûta avec certitude en embrassant le front de son petit-frère et en essuyant ses larmes du bout des doigts

-Si vous allez en orphelinat c'est un risque. Vous vous irez avec les grands mais votre petit-frère ira avec les petits. A moins que vous ayez de la famille ailleurs à la qu'elle vous n'auriez pas pensé à cause de la mauvaise nouvelle. Dit l'agent en espérant que c'était cette raison qui justifié la promesse de l'aîné

Il ne voulait vraiment pas envoyé deux pauvres enfants dans un orphelinat. Enfants qui devraient voir un semblant de funérailles pour leur parent puisque comme il ne restait plus que les deux enfants mineurs cela n'allait pas être facile surtout pour s'occuper de l'enterrement sans compter vider et vendre la maison.

-Il nous reste notre grand-frère, Giotto Sawada. Il vit en Italie. Dit Fûta en se demandant comme il avait fait pour ne pas penser à son grand-frère

-Vraiment ?! Est-il majeur ? Demanda l'agent soudain rassurer à l'idée que les deux enfants ne finissent pas à l'orphelinat

-Il a vingt-cinq ans. Nous pouvons l'appeler par webcam. Dit Fûta

-Parfait, alors appelez-le. Dit l'agent soulagé

On ne pourrait pas lui reprocher de confier les enfants à quelqu'un de tout juste majeur. S'il voulait à ce point que les deux enfants n'aillent pas à l'orphelinat c'est parce qu'il menaçait de fermer et les enfants n'étaient pas très bien encadré par cette nouvelle directrice qui était suspecté de détournement de fond.

-Je vais chercher ton ordinateur, grand-frère. Dit Tsunayoshi en sautant de ses genoux et en filant vers les escaliers qu'il monta quatre à quatre

Il passa devant la chambre close de ses parents en essayant d'y faire abstraction mais il n'y arriva et pleura de nouveau. Il ne ferait plus de montagne russe avec son papa, plus de bons petits plats avec sa maman. Son papa ne viendrait plus le rassurer après un cauchemar en lui disant qu'il combattrait les méchants monstres avec ses armes de super papa. Sa maman ne lui donnerait plus de grand sourire en lui disant qu'il était son petit ange. Ils ne feraient plus jamais cela parce qu'ils étaient morts et qu'il ne lui restait plus que grand-frère Fûta et grand-frère Giotto, qu'il ne connaissait presque pas malgré qu'il lui envoie des cadeaux pour son anniversaire et qu'il discute avec lui par webcam. Tsuna ouvrit la porte de la chambre de son grand-frère qui était parfaitement bien rangé. Il la traversa débrancha l'ordinateur portable et le prit sur le bureau. Il l'alluma avant de sortir de la chambre et de refermer la porte derrière lui. Il descendit l'escalier en faisant bien attention à ne pas tomber avec l'ordinateur dans ses mains. Il revint à la cuisine et posa l'ordinateur devant son grand-frère en faisant bien attention aux tasses de thé qu'il avait servi.

-Merci, Tsuna. Dit Fûta en lui ébouriffant les cheveux et en poussant une tasse de thé devant lui

-Merci, grand-frère. Dit Tsuna en prenant la tasse et en soufflant dessus en faisant bien attention à ne pas se brûler

Fûta chercha un moment dans son ordinateur. Il avait un peu de mal à retrouver l'application qu'il lui fallait au milieu de tous ses logiciels de classements. Il la trouva enfin et l'alluma en même temps qu'il mettait en route la webcam. Une fois fait, il ne resta plus qu'à attendre que Giotto se montre puisqu'apparemment au vu de l'image son ordinateur et sa webcam étaient en route. L'image était une sorte de chambre de chambre dans les tons rouges avec un lit deux personnes. L'ordinateur devait être placé sur un petit bureau puisqu'on voyait le dossier d'une chaise en premier plan. Une silhouette svelte vêtue d'un pantalon noir et d'une chemise jaune apparut dans le champ de la webcam.

-Gio'. Y a ton frère qui t'appel par la webcam ton ordi. Dit une voix d'homme douce et envoutante

-J'arrive. Dit une voix douce toute joyeusement avant qu'un homme de vingt-cinq ans ressemblant à Tsuna apparaisse

Le jeune homme avait des cheveux blonds en batailles, des yeux bleus pétillants de joie et un sourire communicatif. Giotto tira la chaise et s'assis face à son ordinateur. Il fit plusieurs manipulations pour être sûr que sa webcam, le son et tout le reste fonctionnaient bien. Cependant, Giotto perdit son grand sourire quand il vit que son petit-frère n'allait pas bien. Il était plus pâle que d'ordinaire et ses yeux pétillaient d'un éclat qui n'était pas celui qu'il avait d'habitude. D'ailleurs où était Tsuna et leurs parents ? Ce n'était pas normal. D'habitude ils l'appelaient tous ensembles et ils passaient beaucoup de temps à parler jusqu'à ce que Tsuna s'endorme, en fait.

-Salut, Fûta. Qu'est-ce qui t'arrives ? Tu n'as pas l'air très bien. Dit Giotto sa voix s'élevant dans la petite maison de ses parents en étant entendu par l'agent Okumura, Tsuna et Fûta

-Salut, Giotto. Je… Commença Fûta

-Papa et maman sont morts. Je veux pas aller à l'orphelinat…et…être séparer de grand-frère Fûta. Pleura Tsuna en apparaissant au côté de son grand-frère dans le champ de la webcam

Tsuna avait vraiment très peur d'être séparé de son grand-frère. Il ne voulait pas être séparé de lui. Il ne voulait pas être tout seul. Son grand-frère était super fort. Il le défendait toujours des vilains garçons à l'école qui passait leur temps à l'embêter et le faire tomber. Il ne voulait pas. Lui il n'était pas comme ses deux grands-frères il était peureux, timide et pas fort du tout. Son grand-frère ne pouvait pas le laisser tout seul.

Pendant que Tsuna paniquait à l'idée de ce qui se passerait si son grand-frère et lui étaient séparés, Giotto digérait tant bien que mal la nouvelle que venait de dire son tout petit-frère. Il repensait à ses parents si fiers d'eux trois. Ils étaient si fier que lui l'aîné soit devenu un grand acteur, réalisateur que Fûta excelle dans les mathématiques et dans les classements, et de Tsuna le petit dernier qui semblait avoir la main verte. Il repensa à la si bonne cuisine de sa mère, à l'humour si particulier de son père et ses si bons conseils. Il pensa à ce qu'il venait de perdre pour toujours mais aussi à ses petits-frères. A Fûta qui avait dû rester fort face à la nouvelle pour Tsuna alors qu'il devait être autant brouiller par le chagrin qu'eux.

-Tsuna. Arrêtes de pleurer, petit ange. Fûta et toi, vous ne serez pas séparer et vous n'irez pas à l'orphelinat. Je suis le plus vieux de nous trois et majeur. Je peux m'occuper de vous. Je vais prendre le premier avion et vous allez vivre chez moi. Dit Giotto voulant impérativement rassurer ses petits-frères et que Tsuna arrêtes de pleurer

-Promis ? Demanda Tsuna en essuyant ses larmes et en ayant son regard brillant d'espoir

-C'est promis. Fûta, je suis désolé mais tu vas devoir t'occuper de Tsuna et emballer vos affaires le temps que j'arrive. Je te promets que je m'occuperai de tout après. Tu n'auras plus rien à gérer. Dit Giotto en regardant chacun de ses frères

-Mais… Commença Fûta en pensant à l'école, leur ami

Ils ne pouvaient pas partir comme ça sur un coup de tête. Ce n'était pas vraiment un coup de tête mais ils étaient inscrit à l'école et avaient leurs amis. Partir comme ça été très précipité autant pour lui que pour Tsuna qui était très sensible.

-Ne t'inquiète pas, Fûta. Je comprends que tout cela te semble très précipité et je suis d'accord avec toi. Mais si vous venez avec moi, vous n'irez pas à l'orphelinat et on vivra tous ensemble. Les vacances viennent de commencer pour vous deux cela me laissera le temps de gérer tout cela. Et on en discutera plus ensemble. Rassura Giotto qui avait très bien compris le problème qu'avait son génie de petit-frère

-Très bien. Tu as sûrement raison. Agent Okumura voulez-vous parler avec mon grand-frère ? Dit Fûta

-Oui, s'il-vous-plaît. Dit l'agent alors que Fûta tourner l'ordinateur vers lui

Fûta envoya son petit-frère se regarder un dessin-animé dans le salon pendant qu'il discutait avec l'agent et Giotto. Fûta voulait être sûr de ce qui allait se passer jusqu'à l'arrivée de son grand-frère. Tsuna hésita un peu avant d'aller à côté de l'agent pour dire « au-revoir » à son très grand-frère. Giotto lui renvoya son salut et lui dit qu'il lui ferait un énorme câlin quand il le verrait et que oui Fûta aurait le droit aussi à son énorme câlin. C'est sur ces mots que Tsuna parti dans le salon se regardait un épisode de « La Brigade des contes de fées » pendant que ses grands-frères et l'agent Okumura discutaient. Ils discutèrent longtemps de ce qui allait se passé. Giotto dit qu'il prendrait le premier vol pour le japon, bien qu'il prévoyait de prendre son jet privé pendant que ses deux frères resteraient dans la maison de leur parents et nulle part ailleurs. Il était hors de question que ses petits-frères se retrouvent dans un orphelinat ou Dieu seul sait où. Non. Fûta était débrouillard. Il savait mettre partiellement l'alarme pour la nuit, il y avait à manger dans les placards et sûrement encore dans le frigo, et il y avait toujours de l'eau et de l'électricité. Donc le temps qu'il arrive, il ne se passerait rien de grave. L'agent Okumura accepta mais à la condition que l'un de ses hommes vienne vérifié que tout aille bien, ce que les deux frères acceptèrent. Giotto souhaita « bon courage » à Fûta et lui demanda d'embrasser pour lui Tsuna. L'agent Okumura repartit après que Giotto ait coupé la communication en décrétant qu'il avait un avion pour le Japon à trouver. Quand Fûta retourna dans le salon, il vit que Tsuna s'était assoupi alors que la télé tourner encore. Il éteint la télé et mis bien son petit-frère dans le canapé avant de l'embrasser sur le front. Fûta soupira tristement en voyant les deux sillons de larmes séchaient sur les joues de son frère.

-Moi aussi, j'ai besoin de me reposer. Murmura Fûta en fermant à clef les portes de la maison et en montant s'allonger sur son lit avec de la musique dans les oreilles


Une Reviews?