Repartir à zéro

J'ai encore fait une connerie avec toi, Babe. Et je ne sais pas comment me faire pardonner, je suis chez moi quand j'entends une musique qui me donne l'idée de comment m'excuser. J'arrive devant chez toi, je suis devant ta porte. Je t'appelle mais tu ne viens pas m'ouvrir et je comprends bien pourquoi. Je prends mon souffle et je me lance dans mon plan.

- Donne-moi les mots, pour ne jamais plus te perdre
J'ai un peu sous-estimé combien je t'aime
J'ai mes défauts, mais je me bats pour m'en défaire
Depuis que tu n'as plus confiance on s'entretue

Je n'veux plus te mentir
Mauvaise habitude
Changer d'attitude
Prendre de l'altitude
Je vais être vrai
J'vais briser la censure
Ne plus jamais m'enfuir
Et enfin réagir
Je n'veux plus te mentir
Je veux rebondir
J'te propose de repartir à zéro
Je vais rester vrai

Dis quelque chose, ta voix est mon seul repère
Ton signal pour avancer m'est nécessaire
C'est à zéro, qu'avec toi je veux repartir
J'ai jeté mes actes immatures très loin de nous !

J'entends que tu ouvres la porte, je reste devant toi, je ne bouge pas. J'ai peur de ta réaction, j'ai peur que tu me rejettes encore une fois. Tu me dis d'entrer, je m'assois sur ton canapé.

- Puis-je vraiment te croire cette fois-ci ? me demanda-t-il.
- Je suis sincère Danno, j'ai pris conscience du mal que je t'ai fait avec cette dernière connerie, j'aurais jamais du revoir Catherine, expliquai-je.
- En parlant d'elle, je suis sur qu'elle était super contente quand je suis parti ! s'exclama-Danny.
- Oui, tu as raison, Babe, je l'ai envoyé boulet dès que je t'ai vu sortir de la maison en courant et en pleure, Babe, je suis désolé, je veux qu'on reparte à zéro nous deux, je veux continuer de vivre ma vie à tes côtés, racontai-je.

Il ne me répond pas, je m'approche de lui doucement. Je le prends dans mes bras, il se colle à moi comme une sangsue. J'aime quand il se colle comme ça, j'ai l'impression de lui faire oublier sa souffrance, le monde extérieur. Je ressers mes bras autour de sa taille, par peur qu'il part loin de moi.

- Tu m'étouffes, dit-il.
- Désolé, j'ai peur que si je te lâche tu t'en vas loin de moi, et je ne veux pas, déclarai-je.
- Je serais toujours là pour toi, Babe, répondit-il.

J'enfouis ma tête dans son cou, je me dirige vers son lit. Ce soir, un moment de douceur, rien que nous deux. On se déshabille, on se retrouve en caleçon, on s'installe dans le lit. Danny se colle directement à moi, toujours quand on dort ensemble. Je sens son souffle dans mon cou, j'embrasse son front. Je ressers ma prise autour de lui, pour qu'il soit collé encore plus à moi, je veux le sentir près de moi, lui faire savoir que je passerais le reste de ma vie à ses côtés. Il vient de s'endormir, je le sais car sa respiration est douce, c'est comme une musique apaisante. Puis je m'endors à mon tour.