Chapitre 1

Le soleil brillait de mille feux, au-dessus de l'océan immense, éclairant le pont d'un navire d'une taille colossale, ressemblant à une baleine. Mais alors que la quiétude et la sérénité régnaient en maître, un hurlement retentit : « THATCH ! ACE ! »

Un homme vêtu d'une chemise violette déboutonnée arriva, cherchant furieusement du regard ceux qu'il avait hélé, le visage tordu en une expression de pur agacement. Il avait des cheveux blonds décoiffés regroupés en haut de son crâne et tenait à la main un ananas taillé, qui avait un immense sourire. Deux hommes éclatèrent de rire tandis que le blond souriait faussement, crispé et lâchait : « C'était vraiment hilarant…

Euh… calme-toi, Marco… ce n'était qu'une petite blague tu sais ?

Une. Petite. Blague ? »

Le plus jeune des deux farceurs recula d'un pas en soupirant : « Et voilà, le piaf va péter un câble…

Ace… tu es de corvées de ménage pendant deux semaines, yoi.

Quoi ? Mais…

Tu aurais dû te taire, Ace ! s'exclama joyeusement son complice, Tu sais bien que Marco déteste ce genre de surnom !

Quant à toi, Thatch, gronda le dénommé Marco, tu es privé de saké pendant un mois, yoi.

QUOI ? »

Satisfait de sa vengeance, le blond s'en alla, laissant les deux autres stupéfaits et dégoûtés.

Ce dernier, tout comme les deux autres qu'il venait de punir, faisait partie de l'équipage de Barbe Blanche, l'homme le plus fort du monde, et était le premier commandant de sa flotte. Le second du capitaine. Quant aux deux autres, il s'agissait de Thatch, le commandant de la quatrième flotte et d'Ace, le commandant de la deuxième division. Ils se trouvaient actuellement dans le Nouveau Monde, soit la deuxième partie de Grand Line.

Barbe Blanche était assis sur le pont, observant ses fils travailler lorsque soudainement la vigie s'exclama : « Île en vue ! A tribord ! »

Le capitaine fronça les sourcils et fut vite imité par la majorité des commandants. Ce fut le blond qui déclara : « Une île ? Ici ? Comment est-ce possible, yoi ?

Marco a raison, Père, nous sommes passés plusieurs fois dans les environs et nous ne l'avons jamais vu ! s'exclama un jeune garçon d'environ dix-sept ou dix-huit ans.

Je suis d'accord avec Haruta, déclara Thatch, Il me semble impossible qu'une île soit subitement apparue sur l'océan comme ça ! »

Leur capitaine ferma pensivement les yeux avant de déclarer : « Bien. Allons-y, nous éclaircirons ce mystère une fois là-bas. La première et la quatrième division s'occuperont de visiter l'île et de parler à ses habitants, s'il y en a. Les autres, vous resterez à bord pour le moment.

Bien, Père, mais je pense que deux divisions, c'est quand même…

Mieux vaut être prudent. »

Ace hocha la tête avant que la vigie ne s'exclame : « Bateau à bâbord !

Un bateau de guerre, yoi ? demanda Marco.

Euh… pas vraiment, non, on dirait plus un bateau de pêche ! »

Les commandants échangèrent un regard perplexe : ils étaient quand même loin des rivages de cette île et ils croisaient déjà des pêcheurs ? Ils tournèrent la tête dans la direction indiquée et observèrent un petit bateau à voile qui naviguait rapidement, des poissons sur le pont, entourés par trois hommes de petites tailles. Thatch plissa les yeux et s'exclama : « Ce sont des gosses !

Quoi ?! s'écrièrent les autres commandants, Mais… »

Pensif, Barbe Blanche déclara : « Laissons-les pour le moment, et continuons vers l'île. Je pense que nous trouverons des réponses là-bas. »

Quelques minutes plus tard, le Moby Dick jeta l'ancre dans ce qui semblait être un port de pêche et Marco lança : « Thatch, tu viens yoi ?

J'arrive ! Dis, mon cher Marco, tu me sembles bien impatient de visiter cette île… alors ?

Cela fait juste dix minutes que j'attends ici qu'un certain cuisinier de malheur daigne arriver, yoi… souffla le phénix.

Vraiment ? Zut ! Et moi qui croyais que tu avais envie de rencontrer quelques magnifiques créatures qui… »

L'homme coiffé d'un pompadour se tut alors qu'une aura dangereuse se déployait autour du blond et que ce dernier le fixait, le défiant de finir sa phrase. Marco lâcha : « On regarde. On se renseigne et on rentre. Compris, Thatch, yoi ?

Oui, oui, ne t'en fais pas, Marco ! »

Ce dernier ne parut pas convaincu mais descendit quand même du bateau, suivant son frère vers le village qui de prime abord semblait pauvre.

Les rues étaient vides et poussiéreuses. Les deux commandants froncèrent les sourcils devant l'absence évidente de villageois quand soudain, ils se raidirent. Un groupe de personnes armées se dirigeait vers eux.

Thatch posa discrètement ses mains sur ses épées tandis que Marco gardait son flegme habituel.

Ce groupe, constitué de dix hommes armés de hallebardes et de fusils, n'était pas une menace, mais ils venaient à peine d'arriver.

Celui qui semblait être leur chef s'exclama jovialement : « Bien le bonjour messieurs ! Par le plus grand des hasards, seriez-vous des pirates ?

Oui, nous sommes les pirates de Barbe Blanche, yoi. »

Marco avait répondu calmement, bien que légèrement méfiant devant la joie trop évidente de son interlocuteur. Ce dernier s'écria avec un sourire immense : « FABULEUX ! Oh ! Je ne me suis pas présenté ! Je suis Kato Toshi ! Colonel de l'armée de Maryam !

Colonel ? répéta Thatch en fronçant les sourcils.

Oui, et mon roi souhaiterait vous inviter à assister à la fête mensuelle de notre île ! »

Le premier commandant se détendit un peu tandis que Thatch souriait : « Une fête ?

Oui ! La fête des fleurs ! Vous verrez, c'est un événement spectaculaire et vraiment attendu par tous nos citoyens !

En parlant de citoyens… lâcha Marco, Nous n'avons croisé personne depuis que nous sommes arrivés yoi…

C'est tout à fait normal, aujourd'hui, c'est le jour du recensement, alors ils sont tous à la capitale ! sourit le soldat. »

Ils hochèrent la tête puis Marco soupira : « Bon, je vais avertir Père dans ce cas, ce sera à lui de décider, yoi.

Fabuleux ! Je suis sûr que vous adorerez les divertissements qu'offre cette fête !

Juste pour plus d'indications, combien de temps dure cette fête ?

Deux jours ! Si on ne compte pas la sélection !

La sélection ?

Nous devons retourner à la capitale au plus vite pour préparer les festivités ! s'exclama le colonel, Elle se trouve au cœur de l'île ! Nous avons hâte de vous revoir, messieurs ! »

Ils repartirent au pas de course et Thatch lâcha stupéfait : « C'était quoi, ça ?

Aucune idée, mais j'ai un drôle de pressentiment… allons rapporter cette conversation à Père, yoi. »

Une fois de retour sur le Moby Dick, les deux commandants se rendirent immédiatement dans la chambre de leur capitaine, ce dernier cachant rapidement une bouteille de saké sous son lit. Marco, blasé, déclara d'un ton fatigué : « Père, si les infirmières trouvent cette bouteille…

Et alors ? Je ne compte pas m'arrêter de boire, mon fils, et ce ne sera pas quelques infirmières qui y changeront quoi que ce soit !

Père, avec votre état, vous… laissez tomber ! abdiqua le Phénix en se passant une main sur son visage las. »

Barbe Blanche éclata d'un rire guttural en voyant son fils aussi désappointé puis demanda : « Alors ? Cette expédition ?

Eh bien… commença Thatch, on a vu un village désert et croisé l'armée de cette île. D'ailleurs nous sommes invités par leur roi pour assister à ce qu'ils appellent la fête des fleurs !

Invités ? Savent-ils qui nous sommes, au moins ?

Oui, ils étaient même euh… ravis ?

Je vois… plutôt surprenant… »

Ils hochèrent de la tête, puis le capitaine s'exclama : « Dans ce cas, je ne vois aucun problème, nous y assisterons, mais restez sur vos gardes. J'ai un léger pressentiment…

Un mauvais pressentiment, Père ?

Pas un bon, en tout cas. »

Marco sentait également son Phénix remuer en lui et il se sentait étrangement mal à l'aise quand ils avaient parlé aux gardes, comme si quelque chose était vicié, pourri. Leur Père avait donc aussi cette impression ? Bien. Mieux valait être préparé à tout.

Plus tard, alors que l'après-midi touchait à son terme, Barbe blanche appela ses fils à se rassembler sur le pont. Il les observa attentivement, remarquant leur curiosité envers cette île puis déclara d'une voix sonore : « Bien ! Pour ce soir, je vous autorise à aller sur l'île pour voir s'il y a des tavernes ! Seulement, je vous demanderais de faire attention aux autres, et de rester groupés pour une fois. Les divisions qui resteront à bord seront la troisième, la cinquième et la quinzième. La première, deuxième, quatrième et seizième division, vous pouvez y aller. »

Pour ceux qui allaient pouvoir festoyer ce soir, c'était une immense joie qui emplissait leurs esprits et leur cœur, tandis que pour ceux consignés à bord, c'était plutôt de la déception.

Ace s'exclama : « Marco, Thatch ! Vous avez vu des tavernes quand vous avez exploré ?

Maintenant que tu le dis, je ne suis pas sûr… réfléchit ce dernier, Marco ?

On verra là-bas, yoi. »

Les quatre divisions réunies comptait environ quatre cents pirates qui se mirent en quête de taverne pour y boire jusqu'à pas d'heure, mais à leur plus grande déception, ils n'en trouvèrent aucune dans le village des pêcheurs…

Ils allaient rentrer tête basse au navire quand Ace qui marchait en tête, entendit des rires et des cris de joies en direction de la plage, qui se trouvait non loin d'eux. Curieux, il y jeta un coup d'œil et vit trois enfants : le plus vieux semblait avoir quatorze ans, il était fin et plutôt grand pour son âge, de longs cheveux blonds attachés en une queue de cheval entourait son visage tanné par le soleil, ses yeux étaient marrons foncés, pétillant de fierté alors qu'il ébouriffait les cheveux de celui qui semblait n'avoir que neuf ans. Ce dernier n'arriverait même pas à la taille d'Ace, ses cheveux bruns mal coiffés entourant un visage innocent et adorable, les joues roses, et… le plus frappant étaient ses yeux. Ils étaient d'un vert émeraude étincelant. Le troisième semblait avoir douze ans et avait de courts cheveux blonds ainsi qu'une paire d'yeux noirs, qui semblaient perdus dans le vague.

Ils se trouvaient à côté d'une embarcation qui sembla familière à Ace. Il s'agissait du bateau qu'ils avaient aperçu plus tôt dans la matinée ! Il sourit en voyant le petit roi des mers mort sur le sable, tandis que les garçons jubilaient et s'avança, les mains dans les poches, sans prêter gare à ses hommes qui s'étaient arrêtés, ainsi qu'à Thatch qui se dirigeait maintenant vers lui. Le plus vieux des trois enfants déclara alors : « Il faut qu'on rentre Jim ou notre mère va s'inquiéter !

Oui, mais on fait quoi du poisson ? demanda le dénommé Jim, qui se trouvait être le deuxième blond.

Euh… hey Thomas ! Tu crois que ce sera bon, pour la taverne, ce poisson ? lança le plus vieux au plus jeune.

J'crois que oui !

Parfait ! Dans ce cas, on te le laisse ! On se voit demain !

Quoi ? Mais les gars ! Je ne peux pas le porter tout seul !

Désolés Thomas, mais la taverne est à l'opposé de la maison ! Salut ! »

Les deux enfants s'en allèrent en courant et riant sans remarquer les pirates qui approchaient tandis que le jeune garçon essayait de soulever vainement le poisson géant.

Ace lança jovialement : « Besoin d'aide ?

Ha ! s'écria le gamin en sursautant, Qui… euh… bonjour ?

Ouais, désolé, moi c'est Ace ! Et toi ?

Euh… Thomas, monsieur…

D'accord, alors Thomas, tu as besoin d'aide avec ton poisson ? »

Le gamin recula légèrement mais se détendit en voyant le sourire immense et sincère du pirate, hochant timidement la tête : « Je veux bien, monsieur…

Appelle-moi juste Ace, ok ?

D'accord mo-Ace ! »

Le pirate sourit et d'une main, souleva le Roi des Mers avant de demander : « Alors ? Tu me montres le chemin ?

Waouh ! Vous êtes trop fort ! s'exclama le gamin, ses yeux brillants d'admiration.

Merci ! »

Thatch rejoignit Ace et s'exclama joyeusement : « Ace ? Qu'est-ce que tu fabriques ?

Il a besoin d'aide pour ramener ce poisson chez lui, alors…

Oh je vois ! Au fait, petit…

Je m'appelle Thomas !

Thomas, est-ce que tu saurais s'il y a une taverne dans les environs ? »

Le visage du garçon se fendit d'un immense sourire alors qu'il répondait : « Bien sûr qu'il y en a une ! J'habite là-bas !

Vraiment ? Tu pourrais nous y conduire ? demanda Thatch en souriant face à la candeur de l'enfant, il adorait les enfants !

Bien sûr, mais pourquoi ?

Mes compagnons et moi venons d'arriver et notre capitaine nous a autorisés à aller faire un peu la fête, donc nous cherchons un endroit où nous pourrions boire et manger !

Capitaine ? Vous êtes des pirates ? »

Contrairement à beaucoup de gens, le gamin n'avait pas reculé mais au contraire, il s'était mis à sauter autour de Thatch qui riait doucement, en s'exclamant : « Trop cool ! J'ai toujours rêvé de rencontrer des pirates ! Vous avez déjà trouvé des trésors ? Vous avez combattu la Marine ? Vous avez été sur beaucoup d'îles ?

Oula ! Moins vite ! rit Thatch, Oui, on a trouvé plein de trésors et en effet nous avons combattu la Marine, quant aux îles… nous les avons presque toutes visitées !

Trop cooooollllllll ! sourit le gamin, En fait, vous êtes vachement nombreux !

Oui, j'espère que ça ne posera pas de problème, yoi ? les interrompit Marco en arrivant.

Nan ! Oh ! »

Il fixa le haut du crâne de Marco avant de s'exclamer : « Vous avez des cheveux bizarres, monsieur ! On dirait un ananas ! »

Une veine palpita sur le front du concerné alors qu'il se retenait de tuer ses frères qui ricanaient alors qu'il répliquait : « Je m'appelle Marco. Et ne m'appelle pas comme ça, yoi.

Désolé, monsieur…

C'est rien… bon, alors comme ça, tu sais où on peut trouver une auberge, yoi ?

Oui, suivez-moi ! »

Souriant, Ace emboîta le pas au petit tandis que Thatch s'appuyait sur Marco, calmant son fou rire, jusqu'à ce que ce dernier ne se dégage, le laissant s'écraser par terre.

Quelques minutes plus tard, après avoir grimpé une pente caillouteuse, les pirates aperçurent un bâtiment de taille respectable, pouvant contenir environ deux cents personnes. Mais ils étaient quatre cents. Le jeune garçon se mit à courir en criant à plein poumon : « GRANDE SŒUR ! JE SUIS rentré ! ET J'AMENE des amis ! »

La porte de la taverne s'ouvrit et une jeune femme en sortit, souriante, tandis que le petit garçon courait vers elle. Elle s'accroupit alors qu'il s'arrêtait devant elle et ébouriffa ses cheveux : « Alors, Thomas ? Comment a été la pêche ?

C'était trop bien ! On a attrapé un poisson géant et je l'ai ramené à la maison !

Bravo ! »

Elle tourna ensuite la tête vers les pirates qui les avaient rejoint et déclara avec un sourire poli : « Merci d'avoir aidé mon petit-frère à ramené ce Roi des Mers ici, messieurs… ?

Enchanté, mademoiselle, nous sommes contents d'avoir pu l'aider ! déclara Thatch, Je m'appelle Thatch, et nous sommes les pirates de Barbe Blanche, nous avons cru comprendre que vous teniez une taverne ?

C'est exact, je vous en prie, entrez, je m'occupe du Roi des Mers dans quelques minutes ! »

Malgré son sourire, l'ambiance s'était refroidie et Thomas fit la moue : « Grande-sœur, ils sont gentils…

Mais oui, allez, va te nettoyer un peu le visage avant de venir m'aider !

D'accord ! »

Il partit en courant et une fois qu'il fut rentré, la jeune femme se tourna vers les pirates, son sourire ayant disparu et déclara d'une voix calme : « Vous pouvez rester ici pour faire la fête si vous voulez, mais tout ce que je vous demande, c'est de ne pas faire de grabuge, et un dernier conseil… ne vous avisez pas de mettre mon petit-frère en danger de quelques manières que ce soit : volontairement ou involontairement.

Ce n'était pas dans nos intentions, yoi… soupira Marco, Mais ne vous en faîtes pas, vous n'avez rien à craindre de nous. »

Elle hocha la tête avant de déclarer, le visage plus chaleureux : « Allez vous installer à l'intérieur, je serais là dans une minute, juste le temps de mettre ce poisson dans la cuisine !

Je vais l'y amener, si tu veux ! proposa Ace en souriant, le poisson en question sur le dos.

Euh… ce ne sera pas la peine… »

Mais devant l'insistance d'Ace, elle finit par accepter et le guida jusqu'à la cuisine de sa taverne, où il laissa le Roi des Mers sur une des tables de travail. Il allait sortir de la pièce quand il se retourna et demanda : « Au fait, comment tu t'appelles ?

Clara.

OK ! Moi c'est Ace ! »

Il rejoignit alors ses frères dans la salle, tandis que la jeune femme commençait à se rendre compte qu'elle allait devoir donner à boire à quatre cents pirates…

Thomas fixait avec émerveillement Ace qui souriait devant la joie intense du gamin. Il enflamma son doigt et déclara : « Tu vois ? Je suis le feu !

Trop bien ! Comment tu fais ça ? s'exclama l'enfant en écarquillant ses yeux.

J'ai mangé un Fruit du Démon, le Mera Mera no Mi ! »

A la même table, Thatch ricana en donnant un coup de coude à Marco : « Il s'est fait un ami…

Ce n'est pas étonnant, venant d'Ace.

C'est sûr, après tout, il est encore un gamin ! »

Le concerné se tourna vers eux et lâcha : « Je ne suis pas un gamin !

Mais oui, on te croit… »

Ace sourit malicieusement avant de se pencher vers Thomas : « Tu vois les cheveux de ce grand type bizarre ? Tu ne trouves pas qu'il ressemble à une banane ?

Si ! Une banane et un ananas !

Une salade de fruit ! »

Les deux bruns éclatèrent de rire devant la mine outrée des deux commandants quand la porte de la cuisine s'ouvrit sur la jeune femme de tout à l'heure. En pleine lumière, ils purent la détailler : plus petite qu'Ace, elle devait mesurer dans le mètre soixante-cinq, elle avait de longs cheveux châtains ondulés ainsi que des yeux bleu outremer. Vêtus d'une longue jupe bleue et d'un chemisier blanc, elle portait un plateau. Elle lança : « Une préférence pour l'alcool, messieurs ?

Auriez-vous du saké ?

Bien sûr ! Thomas, je te laisse t'occuper de distribuer la nourriture ?

Oui, grande sœur ! »

Le petit garçon courut vers la cuisine en riant alors qu'il passait sous le nez des pirates et quelques secondes plus tard, il rapporta des assiettes de viandes ainsi que d'autres plats. Thatch goûta avant d'écarquiller les yeux en s'exclamant : « C'est délicieux ! Qui a cuisiné ça ?

C'est ma grande sœur ! Elle cuisine bien, hein ?

Oui, elle cuisine même très bien…

Dis-moi, qui d'autre travaille ici, Thomas ? demanda Marco en mangeant tranquillement (contrairement à Ace…).

Personne ! Juste grande sœur et moi ! »

Ace s'arrêta un bref instant et demanda avant de replonger dans son assiette : « Pas d'employés ?

Ben non ! Ils ne veulent pas venir ici !

Ah bon ? s'étonna Thatch, Pourtant c'est un bel endroit ! »

En effet, la pièce principale où se trouvaient les pirates était spacieuse, les murs étaient en bois roux, le bar était sobre mais délicatement ouvragé, les tables étaient rondes et il régnait une odeur fraîche embaumant l'air.

Thomas pinça les lèvres avant de lâcher : « De toute façon, ce sont des idiots. Clara ne cuisine pas pour eux. Elle ne veut pas.

Elle ne veut pas ?

Non. Et puis… ils disent que nous ne sommes que des déchets bons à rien… »

L'enfant serra les poings sous les regards intrigués des pirates : « Grande sœur, elle dit que si ils n'aiment pas les choses simples, ils font mieux de rester là-bas. Elle ne les aime pas.

Ils ? répéta Marco.

Les euh… les gens de la capitale… »

Soudain, des coupes de saké furent posées sur les tables où mangeaient les pirates tandis que Clara haussait un sourcil en fixant son frère : « Tout va bien Thomas ?

Grande sœur ?

Oui ?

Pourquoi tu laisses ces idiots nous insulter ? »

Tous remarquèrent que la jeune femme se crispa avant de sourire : « Parce qu'ils ne valent pas la peine qu'on leur accorde de l'attention.

Non ! Ils n'ont pas le droit ! Pourquoi tu ne fais jamais rien ? Hein ! »

Les pirates restèrent bouche-bée devant l'explosion de l'enfant. I peine quelques instants, il souriait, et maintenant, il semblait furieux… il croisa le regard calme de sa sœur avant de lâcher : « Désolé, grande sœur…

Ce n'est rien, tu devrais aller te coucher, Thomas…

'nuit… »

Il se leva avant de se diriger vers l'escalier, jusqu'à ce que sa sœur ne lui ébouriffe les cheveux en souriant. Puis, une fois que le jeune garçon fut à l'étage, elle soupira avant de retourner derrière le bar, essuyant des verres pour les remplir de saké, sous les regards curieux des pirates.

Ace avala sa dernière bouchée avant de s'effondrer, le visage dans son assiette. La jeune femme lui lança un coup d'œil intrigué et demanda : « Il est narcoleptique ?

Comment le savez-vous ? s'exclama un pirate.

Thomas est pareil. Il s'endort toujours au pire moment. »

Marco regardait Ace ronfler, désespéré, tandis que Thatch s'amusait à lui dessiner sur le visage… de vrais gamins.

Petit à petit, la joie revint et la taverne résonna sous les rires bruyants des pirates.

Le premier commandant de la flotte de Barbe Blanche soupira en voyant la majorité de ses camarades ivres morts étalés sur le sol. Il entendit Ace bailler avant de demander : « Oi, il est quelle heure ?

Deux heures du matin… répondit Thatch en souriant narquoisement à Marco, Alors ? Comment allons-nous les ramener au bateau ? »

Ce dernier soupira à nouveau en voyant à peu près trois cents pirates ronflant à même le sol, et commençait à désespérer lorsque Clara lâcha distraitement : « Laissez-les dormir ici, ça ne me dérange pas…

Vous êtes sûre, mademoiselle ? demanda Thatch en la fixant.

Oui, ne vous en faîtes pas. »

Elle posa le dernier verre nettoyé sur l'étagère et se laissa tomber sur un tabouret, les yeux légèrement voilés, tandis que les pirates fronçaient les sourcils. Quelque chose n'allait pas.

Marco demanda soudainement : « Et vos parents ? »

Il regretta presque immédiatement sa question en la voyant diriger vers lui un regard glacial, les traits figés, et elle lâcha d'une voix agacée : « J'ai dit que ça ne me dérangeait pas. »

Ace, curieux, continua : « Vous n'avez pas de parents ?

Si. Tout le monde en a.

Euh…

Si vous voulez savoir où sont ceux de Thomas, allez visiter le cimetière du village. »

La vois s'était faite tranchante, mais Ace, suicidaire, ne le remarqua pas : « Et les vôtres ?

Je me fiche de savoir où ils sont. »

Le fils de Gol D. Roger allait poser une autre question lorsque Thatch l'en empêcha en le bâillonnant. Il sourit d'un air désolé à la jeune femme avant de déclarer : « Veuillez excuser nos questions indiscrètes, mademoiselle, notre jeune frère est un peu idiot parfois… AÏE ! »

Ace venait de lui mordre la main.

Marco soupira.

Clara demanda curieuse : « Jeune frère ? Vous êtes frères ?

Pas de sang, si c'est ce que vous demandez, mais ça n'a pas d'importance pour nous.

Je comprends…

Thomas et vous, vous n'êtes pas frère et sœur de sang, n'est-ce-pas ?

En effet, je l'ai recueilli il y a quatre ans. Après la mort de ses parents.

Vous n'êtes pas un peu jeune pour vous occuper seule d'un enfant ? demanda Thatch en souriant.

Et d'après vous, quel est mon âge ?

Euh… »

Perturbé par le sourire narquois de la jeune femme, Thatch ne répondit pas immédiatement. Il finit par se lancer : « Euh je dirais dix-sept ans ?

Vraiment ? s'étonna la barmaid, Je ne pensais pas que je faisais si jeune ! J'ai pourtant vingt et un ans ! »

Thatch écarquilla les yeux avant de répéter : « Vingt et un ans ?!

Ben oui ! »

Elle sourit, franchement amusée par la réaction du cuisinier. Même Marco avait haussé un sourcil. Ace, lui, éclata de rire en tapant le dos de ses frères : « Ah ! Vous êtes vraiment trop nuls les gars !

La ferme, Ace ! répliquèrent-ils en le frappant. »

La jeune femme éclata de rire à son tour avant de demander : « Si je puis me permettre, que venez-vous faire sur cette île ?

Eh bien, à vrai dire, nous étions curieux. Je veux dire, aucun d'entre nous ne connaissait l'existence de cette île alors nous avons décidé de visiter… répondit calmement Marco.

Je vois. »

Le pirate aux cheveux blonds décida alors de poser une question qui le taraudait depuis quelques temps : « Au fait, pourriez-vous nous expliquer ce qu'est cette fête des fleurs ? »

Clara déglutit avant de se tourner vers eux, surprise : « Comment…

Nous avons croisé un certain colonel Kato Toshi qui nous a transmis un message de votre roi. Il nous a invités à y assister…

… je vois. Au départ, c'était juste une fête pour célébrer un nouveau mois et pour certains, le moyen de vénérer les dieux. Mais maintenant, c'est tout sauf une fête. Du moins pour nous.

Pourquoi ?

A cause des nobles. Depuis un an, les nobles de la capitale ont passé un accord… commercial avec… »

Elle s'interrompit hésitante et fixa les trois pirates attentifs. Elle soupira puis demanda : « Avant de vous expliquer ça, j'ai juste besoin de savoir une chose. Que pensez-vous de l'esclavage ? »

L'air se réchauffa alors qu'Ace serrait les poings, Marco fronça les lèvres et Thatch se crispa. La jeune femme hocha la tête avant de déclarer : « Les nobles de cette île sont désormais liés à ceux qu'on appelle les Dragons Céleste. Et chaque mois, douze personnes sont tirées au sort le jour de la sélection… ces douze personnes sont présentées à un… un évaluateur qui en sélectionne quelques-uns avant de laisser repartir ceux qui ne sont pas à la hauteur. Ceux qui le sont en revanche… sont vendus comme esclaves aux Dragons Célestes. »

Un silence lourd et épais fut la seule réponse qu'elle obtint et elle continua : « Demain, le tirage au sort aura lieu et ce sera la première année où Thomas participera…

Les enfants aussi participent ? demanda d'une voix grave Thatch.

Malheureusement oui. A partir de neuf ans.

Comment pouvez-vous accepter cela ? explosa Ace. »

Tous se tournèrent vers lui. Il continua, la colère transparaissant dans sa voix : « Pourquoi ne les empêchez-vous pas de continuer l'esclavage ? Êtes-vous trop lâches pour vous battre ?

Ace arrête… ordonna Marco.

Non, laissez, je comprends sa réaction. »

Clara leva ses yeux vers le jeune pirate aux cheveux ébènes et déclara d'une voix glaciale : « Je ne suis pas native de cette île… je suis arrivée il y a dix ans, et déjà les habitants de cette île m'ont rejetés. Tant que les enfants ne sont pas touchés par ces sélections, je ne fais rien. Pour l'instant, aucun enfant n'a été sélectionné. Cependant… »

L'atmosphère devint plus froide et le regard de la barmaid plus tranchant : « Quiconque s'en prendra à mon petit-frère ne pourra pas espérer vivre très longtemps.

Vous ne pourrez rien faire s'il est sélectionné demain, non ? déclara Marco.

Légalement, non. »

Ils comprirent le sous-entendu et Thatch lâcha : « Vous n'avez jamais pensé à partir loin d'ici ?

Si, bien sûr. Mais je ne pense pas pouvoir protéger Thomas si nous devons traverser le Nouveau Monde… de plus, il ne peut pas quitter le champ magnétique de l'île.

Il ne peut pas ? Pourquoi ?

Chaque personne sur cette île s'est vue implanté un traceur dans son corps. Si nous quittons l'île, cela déclenchera l'autodestruction des cellules, entraînant une mort douloureuse et lente. »

Horrifiés, les pirates ne dirent rien, jusqu'à ce que Marco ne demande : « Vous également ?

J'ai été obligé d'en avoir un. Mais cela fait longtemps que je l'ai retiré.

Pourquoi ne pas enlever celui de Thomas, alors ?

Voyez par vous-même. »

Elle remonta sa manche jusqu'à son épaule, dévoilant une cicatrice rosâtre sur le côté du bras gauche. Elle lâcha : « J'ai dû me planter un couteau dans l'épaule pour retirer cette saleté et j'en garderais la cicatrice pour toujours, mais pour Thomas, c'est différent… j'ai eu énormément de chance qu'elle soit implantée dans mon bras. Lui, ils lui ont implanté au niveau de la moelle épinière. »

Thatch jura tandis qu'Ace demandait : « Que se passerait-il si vous essayiez de lui retirer ?

Il serait paralysé dans le meilleur des cas, et mort dans le pire. »

Elle remit sa manche en place puis se leva en déclarant : « Il est tard, je vais vous laisser. Evitez de parler de ça à Thomas, il ne connaît pas tous les détails. Bonne nuit. Il y a quelques chambres à l'étage, vous pouvez prendre les premières sur la gauche.

Merci… »

Elle disparut sans un mot supplémentaire, et les commandants échangèrent un regard éloquent. Ils avaient trouvé ce qui les dérangeait tant sur cette île. Elle était sous le joug des Dragons Célestes.