EDIT 10 AVRIL 2020

" Nous vivons des heures sombres, c'est indéniable.

Notre monde n'a sans doute jamais connu menace plus grande que celle-ci. Mais je déclare ceci à toute notre communauté : Nous tous, qui sommes à votre service, nous continuerons à défendre votre liberté et à repousser les forces qui cherchent à vous en priver. Votre Ministère demeurera fort ! "
Rufus Scrimgeour

Bienvenue à toi qui découvre ma fic, j'espère qu'elle pourra t'apporter un peu de divertissement en ces temps troublés, j'ai hâte de lire ce que tu en penses, alors n'hésite pas et bonne lecture :)


Bonjour à tous

Suite à une inspiration qui m'est venue comme ça et que j'ai développée et qui m'a amené à peu à peu la mettre en écrit, je vous fais découvrir cette fic.

Entre esclavage, violences, viols et torture, mais avec happy end très certainement.

L'histoire se passe au temps des maraudeurs et aura pour principaux personnages Rémus et Sirius.

Résumé : le jour où Rémus devient esclave sexuel qui viendra le sauver? Une lumière d'espoir pourra-t-elle le sortir de la noirceur de son avenir? Cette lumière peut-elle venir de Sirius, un jeune homme culpabilisant du sort de son ami, vendu quelque part par sa faute? Leur amitié pourra-t-elle y survivre? Attention fic abordant des sujets durs ( torture, viol )

Petit disclaimer : Les personnages ne m'appartiennent pas, mais sont l'oeuvre de notre Déesse J.K.R. Je ne touche aucune rémunération ou quelconque bénéfice que ce soit pour cette fic, juste le plaisir de vous faire plaisir !

Warning : scènes de viol et violence, dans ce chapitre et/ou dans d'autres ! Que les âmes sensibles ou les mineurs passent leur chemin, je vous rappelle que cette fic est de rating M et ce n'est pas pour rien !

Pour ceux et celles qui lisent mon autre et première fic Tu seras ma femme, rassurez-vous je ne l'ai pas abandonnée, et je continuerai à publier :)

Pour le rythme de cette fic je pense qu'il faut compter un chapitre par semaine

Sur ce, je vous laisse donc découvrir le premier chapitre de La soumission du loup, la rédemption du chien (son ancien nom pour ceux qui nous rejoignent :))

J'attends impatiemment vos avis en review :)

Lessa ! :)


Chapitre 1 : Réveil et Souvenirs

POV Rémus

J'ouvre les yeux difficilement. L'air est étouffant. Je respire mal.

Autour de moi la pénombre m'oppresse, le silence est lourd.

Je sollicite l'ensemble de mes sens, je ne sens rien, mon odorat de loup pourtant efficace d'habitude ne perçoit rien, mes yeux ne découvrent rien d'autre que l'obscurité, ma gorge me brûle assoiffée, seules mes mains m'apportent un début de réponse, caressant une surface rugueuse, dure, froide.

Sentant mon corps complètement endolori, j'essaie de bouger, mais des entraves m'en empêchent.

Je sens des pressions, froides et dures contre mes poignets, mes avant-bras, mon cou, ma taille et mes mollets.

Je suis assis, contre un mur me semble-t-il, à même le sol.

Le loup gronde au fond de moi, il n'aime pas être entravé, il s'agite et grogne férocement dans ma poitrine.

Lui d'ordinaire si silencieux...

Je ne peux le calmer, ni m'empêcher de paniquer, ma respiration se fait erratique, je me sens étouffer.

Des questions m'assaillent.

Que fais-je ici ? Pourquoi ? Depuis combien de temps ?

D'un coup, tout me revient.

Flash-back :

J'hurle, je supplie mon père qui me tourne le dos, alors que quatre mains me maintiennent fermement.

Ces quatre mains me soulèvent alors par les bras et les jambes, un sort me paralyse, et je sens qu'on me traîne, qu'on m'éloigne de mon père, il se tourne une dernière fois vers moi, le regard vide et dit d'une voix froide :

-J'aurais dû savoir que ta folie te pousserait aux pires actes un jour… Tu as failli tuer un élève, je ne peux plus laisser cette situation comme ça qui n'a déjà que trop durée. A partir du ce jour tu n'es mon plus fils, en fait, tu ne l'as plus été depuis ce jour où tu as été mordu, tu n'es qu'un monstre, j'aurais dû réaliser ça bien avant.

Et sur ces paroles, il part.

Pas d'excuses, pas de pitié, il porte dans sa main une belle bourse qui paraît pleine.

Les deux hommes tâchent de m'entraîner en dehors de la pièce.

On traverse un long couloir, je me débats, le loup se démène.

Je ne peux me retenir de pousser son hurlement caractéristique.

Ma gorge laisse passer ce cri qui n'est que colère, désespoir, peur.

Mais je ressens alors une violente décharge électrique dans l'ensemble de mon corps qui vient faire taire le loup, surpris et souffrant, tout comme moi.

Je lance un regard noir à l'homme m'ayant jeté le sort.

Il ricane en me regardant.

Ils finissent par me balancer dans une pièce vide, un sort d'entrave m'attache alors un peu partout, me tenant douloureusement assis dans une perpendiculaire qui n'est pas naturelle.

L'un des hommes, celui qui m'a balancé le sort, me prend violemment par le menton, s'abaisse à mon niveau et me dit méchamment :

-Hé le clébard, ici tu n'es plus rien, ta folie a intérêt à vite disparaître. Deviens un gentil toutou et tu sortiras d'ici. On ne vendra jamais un loup sauvage, alors on va te mater. Fais-toi docile, et tu sortiras peut-être un jour de cette cellule. Et crois-moi, vu l'argent que tu vas nous rapporter, on va te briser, pas d'eau, pas de nourriture, rien, jusqu'à ce que l'on s'assure que le bestiau au fond de toi s'adoucisse. Grogne et tu en subiras les conséquences.

Je sens le loup réagir aux mots de l'homme, il a envie de le mordre, de s'acharner sur lui, de le faire taire, je le sens.

Mais je retiens difficilement ses grondements mécontents, j'ai trop peur de recevoir un nouveau sort.

Il m'ébouriffe les cheveux en se relevant.

-Bah voilà esclave, on va peut-être réussir à faire quelque chose de toi.

Et sur ses paroles, il part, m'enfermant dans ce noir lancinant.

Fin du flash-back

Les souvenirs me remontent en même temps que la bile dans mon estomac.

Esclave ?

Mon père m'aurait-il revendu ?

Je sais que ses finances ne sont pas au top, mais de là à ce qu'il aille à cet extrême.

Je ne sais plus quoi penser.

Je n'y arrive d'ailleurs même plus.

J'ai peur, j'ai faim, j'ai soif, j'ai sommeil.

Mais dans cette position, impossible de trouver le repos.

Que va-t-il m'arriver?

Le garde a parlé d'argent, de vente, il parlait de moi ? JE vais être vendu ?

Ses mots résonnent dans ma tête, clébard, loup, bestiau. Non ce n'est pas moi ça, d'ailleurs le loup s'est fait silencieux, je ne suis pas un monstre !

Je me retiens de hurler cette phrase.

Mais je manque de force, je n'aurais même pas pu si j'avais voulu. Mais je me le répète comme une litanie infernale.

Je ne suis pas un monstre, non !

Je ne le suis pas !

Je suis Rémus, juste Rémus.

Non !

Pas un monstre !

Je ne suis pas un monstre, James et Sirius ont passé trois ans à me démontrer le contraire, qu'au-delà de ce loup qui existe une fois par mois, je suis un homme, quelqu'un de bien, un Gryffondor. J'ai des amis, des gens qui m'aiment.

Je ne suis pas un monstre, je ne me tairai pas, je ne suis pas un mon…

Mes pensées s'arrêtent car j'entends soudain un bruit rompre le silence lourd qui m'entoure.

Je regarde vers la porte et voit la serrure se tourner, la porte s'ouvrir.

Un homme entre, c'est celui de toute à l'heure, son regard est mauvais, il me dit alors :

-Alors le toutou, on se fait à sa nouvelle maison ?

Son ton est inutilement méchant.

Je ne le quitte pas du regard, il s'approche de moi, sa baguette en main.

-Tu te pisses dessus de peur à ma vue ?

Je baisse les yeux, rouge de honte, je ne m'en étais pas rendu compte mais il a raison, je viens de m'uriner dessus.

Je suis mort de peur, d'autant plus que je ne comprends rien à ce qui m'arrive.

Il me balance un rapide sort de nettoyage. L'urine et son odeur disparaissent, je me retrouve à nouveau au sec.

Il s'approche de moi et me regardant dans les yeux me dit :

-Que ça reste entre nous, tu mouftes je t'éclate la gueule, je n'ai juste pas envie de rester dans cette puanteur. Je suis censé te laisser dans ta crasse, mais puisque je dois subir ta compagnie, je veux que cela soit dans de bonnes conditions. On m'a confié la tâche de te dompter. Alors si tu as envie que tout aille bien entre nous, tu as intérêt à te faire tout petit et faire taire cette chose. Vous me faîtes pas peur vous les monstres, j'en ai cassé plus d'un alors ne joue pas au plus malin avec moi, ou tu le regretteras.

Ses mots résonnent en moi me faisant mal, atrocement mal.

Je ne suis pas un monstre, ai-je envie de lui crier. Mais je m'oblige à garder le silence.

Il touche ma joue du doigt, je ne bronche toujours pas, même si son contact me dégoûte.

Mais le loup n'est pas loin, il s'est éveillé, prêt à bondir.

Et alors qu'il me frappe au visage, le loup gronde doucement :

-Qu'est-ce que j'ai entendu là ? reprend l'autre, tu oses gronder sur moi ? Endoloris

D'un mouvement de poignet, le sort quitte sa baguette, et vient frapper mon corps.

Je ne peux m'empêcher de hurler de douleur, j'ai besoin de me débattre, de tenter de me soustraire à cette douleur qui m'assaille, qui assaille le loup, mais complètement entravé je ne peux que subir.

C'est la première fois de ma vie qu'un impardonnable me frappe.

C'est sûrement la pire douleur qui existe au monde.

Même le loup jappe de douleur.

Mais finit par se taire.

Il met alors fin au sort et je soupire de soulagement en essayant de reprendre mon souffle.

-Va falloir faire taire cette bête, si tu veux sortir d'ici un jour, ou même si tu veux seulement manger, recouvrer un peu de liberté de mouvement. C'est cette folie qui t'a conduit ici, ainsi que ta monstruosité, tu te crois dangereux le loup hein ? Mais moi, je vais te réduire au silence. Crois-moi tu ne mordras jamais personne !

Et il me quitte, refermant cette porte qui m'avait amené un peu de lumière, un peu de réconfort.

Ses mots me renvoient vers le souvenir le plus douloureux de ma si jeune vie, celui du jour où j'ai failli tuer Severus Rogue, celui qui comme l'a dit l'homme, a poussé mon père à se débarrasser de moi, à se débarrasser du loup.

Je me retrouve dans la nuit à nouveau, immobile, la faim me fait mal à l'estomac.

J'entends le loup qui s'agite en moi, serait-il terrifié comme je le suis ?


Voilà pour ce premier chapitre :) J'attends vos avis, je continue? oui non? à vous de tout me dire ! :)

Amitiés

Lessa !