A/N: Bonjour à tous et à toutes! Me revoici avec une traduction qui a été longtemps attendue par mes lecteurs les plus assidus! Il y a maintenant trois ans, je mettais un point final à une histoire qui m'a pris deux ans de travail, et énormément d'émotions. Je l'ai donc traduite en français, en espérant qu'elle vous plaira autant qu'aux quelques lecteurs anglophones qui sont venus la lire en son temps.

Je posterai cinq chapitres par semaine, et n'hésitez pas à me poser des questions, j'y réponds toujours! ;)


Disclaimer: Je ne possède ni les personnages présentés dans cette histoire ni la majorité des scènes qui s'y déroule. Je ne possède que mes personnages Baraz et Fíli, fils de Kíli ainsi que les aventures qu'ils vivent.


Précédemment dans Rhenio mì Ennor…

Ariana, une femme ordinaire issue de notre monde, trouve un jour une porte hobbite dans sa chambre. En la traversant, elle se retrouve auprès de Bilbo Baggins le soir de sa rencontre avec Gandalf the Grey et les treize Nains. Elle se joint à eux pour la soirée.

Bilbo, trop effrayé par la perspective de partir à l'aventure, refuse d'aider Thorin et les siens. Ariana, qui se surnomme elle-même Ari, est une fan inconditionnelle de Lord of the Rings et décide de prendre la place de Bilbo. Thorin refuse de prime abord, puis accepte.

Alors qu'elle prend part à une histoire qu'elle connait si bien, Ari ne peut s'empêcher de changer des choses : Bifur meurt dans les Misty Mountains, tué par les gobelins elle donne le nom de Bilbo à Gollum pendant leur jeu de devinettes pour s'assurer que l'Histoire ne change pas soixante ans plus tard elle devient amie avec Bard l'archer et l'aide à retrouver sa Flèche Noire avant de partir pour la Montagne Solitaire alors qu'elle est portée, inconsciente, dans les couloirs d'Erebor après que Smaug soit parti détruire Laketown, Bofur découvre l'Arkenstone et la lui donne elle l'emporte pour négocier avec Thranduil le roi sylvain et retrouve Gandalf et son cousin Radagast qui se sont joints à la bataille pendant la Bataille des Cinq Armées, Fíli meurt en lui sauvant la vie, Thorin décède de ses blessures, mais Kíli survit.

Kíli se voit donc offrir la couronne d'Erebor, mais il décline l'offre et jure allégeance au cousin de son oncle, Dáin Ironfoot, avant de partir pour les Blue Mountains rejoindre sa mère Dís.

Ari devient amie avec plusieurs des Nains durant son aventure : Bofur, de qui elle tombe amoureuse Fíli et Kíli et Óin.

En tant que fan, elle porte toujours sur elle plusieurs objets issus du monde de Tolkien : une copie de Nenya, l'anneau de Galadriel , qu'elle porte autour du cou et une feuille de la Lórien.

Ari et Bofur quittent Middle-Earth en empruntant la porte du jardin de Bilbo et se marient dans notre monde avant de retourner à Hobbiton trois ans plus tard lorsque Ari est enceinte de leur enfant.


Prologue : Un avertissement amical


2987 T.A. (du Troisième Âge)


Le trou de Hobbit était silencieux tandis que le soleil se couchait sur Hobbiton. Le seul son que l'on pouvait entendre était celui du craquement des flammes dans la cheminée tandis que la silhouette d'une vieille dame était assise dans un fauteuil, caressant du regard la couverture d'un vieux livre, les yeux remplis de larmes.

Une jeune femme entra alors dans la pièce. Elle avait l'air de n'être pas plus âgée que vingt ans, de longs et brillants cheveux d'un roux éclatant tombant plus bas que sa taille alors qu'elle les peignait d'un air absent. Ses yeux d'un bleu très clair tombèrent sur la vieille dame, et elle vint s'asseoir auprès d'elle.

« Maman ? Qu'est-ce que c'est ? »

La silhouette triste rencontra le regard de la jeune rousse avec un air désolé.

Ariana avait alors 74 ans, mais avait l'impression d'en avoir trente de plus lorsqu'elle regardait sa fille Baraz et sa jeunesse éternelle malgré ses 43 ans de vie.

Baraz était de sang-mêlé, moitié humaine et moitié naine, et cela lui octroyait la longue vie du peuple de son père. Elle n'avait jamais considéré sa mère comme étant une vieille dame, mais Ariana ne pouvait s'empêcher de se sentir ancienne lorsqu'elle regardait sa fille. Et encore plus lorsqu'elle regardait son mari Bofur qui, malgré ses 187 ans, avait toujours l'allure d'un humain dans sa quarantaine.

Elle regarda la couverture du livre une nouvelle fois. Elle était d'un rouge profond, avec une forme gravée en doré qui faisait penser à un œil. Autour de celui-ci, on pouvait distinguer une écriture fine et inconnue de beaucoup, puisqu'elle était en Quenya, et racontait l'histoire d'une magie bien noire.

Elle soupira et posa le livre sur ses genoux. « Ce n'est qu'une vieille relique. »

Baraz – ce qui voulait dire 'rouge' en Khuzdûl et faisait référence à sa chevelure – se pencha vers elle et essaya de déchiffrer le titre de l'ouvrage. « 'The Lord of the Rings'. Cela ressemble à quelque chose que mon Oncle Bilbo pourrait écrire… » Elle pouffa de rire.

Ariana sourit à sa fille. Oui, en effet, cela ressemblait bien à quelque chose que Bilbo Baggins pourrait avoir écrit. Bien que, techniquement, c'était son neveu Frodo qui l'écrirait un jour. Bien plus tard…


La famille d'Ariana s'était installée à Hobbiton après qu'elle et son mari Bofur soient revenus en Middle-Earth. Et si son époux rendait souvent visite à sa famille dans les Blue Mountains ou à Erebor, elle avait toujours été satisfaite de sa vie parmi ce peuple calme et enthousiaste qu'était celui des Hobbits. Et bien que ceux-ci aient au départ refusé que la famille d'installe dans son propre trou de Hobbit, la plupart d'entre eux appréciait désormais de rendre visite à ces trois personnes bizarres qui vivaient en face de Bag-End.

Les doigts d'Ariana tracèrent les symboles sur la couverture une fois de plus, et elle soupira. Puis, doucement, elle approcha le volume des flammes de la cheminée, et l'y laissa tomber.

Baraz laissa s'échapper une exclamation de surprise avant de fixer sa mère du regard, ses yeux bleus remplis de curiosité. « Que-pourquoi as-tu fais cela ? »

Arian sourit tristement. « Ma chérie…il est grand temps que je te raconte une histoire… »

Baraz s'assit plus confortablement dans son fauteuil et écouta sa mère lui raconter son passé, un passé dont elle avait souvent entendu parler. Elle ouvrit de grands yeux quand sa mère lui expliqua que certaines choses n'auraient jamais dû se produire mais que sa présence dans ce monde avait altéré l'Histoire d'une manière qui ne pourrait jamais être résolue. Elle écouta aussi lorsqu'Ariana lui annonça que le livre qu'elle venait s'assassiner était une recollection de choses qui ne s'étaient pas encore produites. Et qui ne pouvaient en aucun cas changer.

Baraz déposa son peigne sur le côté, les sourcils froncés. « Certaines choses doivent encore se produire ? Des choses nous concernant, Maman ? »

Ariana acquiesça, et son regard alla au livre qui se consumait toujours. « Concernant chaque être vivant en Middle-Earth, ma chérie… » Elle regarda sa fille une fois encore, et un sourire coquin apparut sur ses lèvres, l'un de ceux que ni Baraz ni son père ne voyaient encore. « Et je sais que tu voudras participer à cette aventure… »

Il y eut un silence, puis Ariana se releva dans son fauteuil, gémissant alors qu'une vieille douleur se réveillait dans son dos. Son regard était plus intense et plus sérieux que jamais auparavant.

« Baraz, ma chérie, ma petite fleur… » elle sourit tendrement mais il y avait de la tristesse derrière ce sourire, « le temps viendra vite où je ne serai plus de ce monde. » Baraz ouvrit la bouche comme pour la raisonner, mais sa mère leva un doigt pour l'interrompre. « Tout va bien. J'ai vécu une longue et belle vie remplie d'aventures, j'ai bien vécu et je ne regrette rien. Mais bientôt je ne serai plus là pour vous conseiller toi et ton père. » Elle fixa de nouveau les flammes du regard, mais elle ne semblait pas les voir, comme si elle était ailleurs, dans un autre temps, peut-être. « Dans quelques années, ton Oncle Bilbo quittera la Comté. Et je veux que toi et ton père l'accompagniez. »

« Quoi ? » Baraz se leva puis s'agenouilla devant sa mère en lui prenant les mains. « Comment sais-tu tout cela ? »

« Je le sais parce que c'est ainsi que les choses doivent se passer. Et le destin ne doit pas être dérangé. » Elle plaça une main au-dessus de cella de Baraz. « Écoute-moi attentivement, mon cœur. Quand ton Oncle Bilbo décidera de quitter Hobbiton et d'aller visiter Erebor, partez avec lui. Protégez-le. Partez et allez rendre visite à ton Oncle Kíli. Pour moi. »

Baraz fixa sa mère du regard, la peur se frayant un chemin dans ses yeux si jeunes. « Que va-t-il se passer, Maman ? »

« Je ne peux pas te le dire. Mais promets-moi. Promets-moi, ma chérie, que tu partiras avec Bilbo. »

Baraz hocha la tête. « Je te le promets. »

Ariana ferma les yeux, un soupir de soulagement quittant son corps fatigué, et elle se pencha pour embrasser le front de sa fille unique. Elles restèrent longtemps dans cette position, avant qu'une dernière promesse ne se fasse entendre. « Quand le temps sera venu…ne suis pas Frodo… »

Baraz ne lui demanda pas pourquoi elle ne pouvait pas suivre un garçon qui n'avait que 19 printemps. Cela semblait trop important…

Et ça l'était…