Luka Couffaine aimait la musique. Elle lui permettait de s'évader dans un monde différent de celui qu'il connaissait. Elle lui permettait d'exprimer les sentiments et les émotions qu'il ressentait sans avoir à les verbaliser. La musique l'apaisait mais surtout, le rendait vivant.

Pourtant, en cet instant, aucune musique ne pouvait exprimer l'inquiétude et la peur qu'il ressentait pour lui, pour sa famille ou pour le peuple de Paris.

Sur leur bateau, sa mère, sa sœur et lui avaient été témoin de l'attaque féroce de non pas un, mais de plusieurs Akumas qui contrôlaient dangereusement la lave et le métal. Fière capitaine, sa mère avait refusé de suivre les consignes d'évacuation lorsque l'alarme de guerre avait sonné dans la ville, forçant Luka à observer en silence les dizaines de milliers de citoyens fuyant désespérément Paris.

Sa famille et lui avaient été témoin de l'attaque répétée des trois akumas sur les différents édifices, brûlant tout sur leur passage dans l'espoir de faire sortir Ladybug et Chat Noir et de pouvoir mettre la main sur leurs Miraculous.

Et les héros étaient arrivés, apportant avec eux leur équipe au complet. À la vue des cinq combattants de Paris, l'espoir des habitants avaient semblé s'agrandir mais très vite, tous avaient compris qu'aucun d'eux ne s'en sortirait indemne. Les Akumas étaient féroces, semblaient entraînés et compétents, mais surtout, portaient une haine farouche contre les héros, sentiment qui les rendaient plus puissants que jamais.

Luka avait vu s'écrouler, de son bateau, le restant de Notre-Dame de Paris, puis, plus tard dans la journée, la Tour Eiffel. Aux informations, les journalistes sur le terrain avaient tenté de suivre la bataille mais la chaleur intense provoquée par les coulées de lave les avait empêchés d'avancer. Ils étaient sûrs qu'un Akuma avait été vaincu, mais personne ne savait rien sur le statut des deux autres. Et pire encore, Ladybug et Chat Noir ne semblaient plus être sur le devant de la scène, les vidéos envoyées aux chaînes d'information montrant Rena Rouge, Carapace et Queen Bee luttant seuls contre les monstres de lave.

Il faisait maintenant nuit noire et Luka ne put s'empêcher de serrer les poings en regardant la ville brûler autours de lui, la colère, l'horreur et la douleur déformant ses traits. Sa mère posa une main sur son épaule et il relaxa instantanément. Il n'était pas question de se faire akumatiser maintenant et de donner plus de raison au Papillon de créer d'autres Akumas.

Il ne comprenait ni pourquoi, ni comment, mais cette fois-ci, le papillon avait réussi à créer plusieurs de ces monstres à la fois. Il ne l'avait jamais fait avant. Une chose était sûre, ce criminel était passé à une autre étape et semblait plus désespéré que jamais d'attraper les Miraculous de Ladybug et Chat Noir.

Une autre vague de frustration l'enveloppa et il dût une nouvelle fois se forcer à respirer. Ladybug avait expliqué en entrevue un an auparavant que les deux Miraculous des héros, s'ils étaient combinés et mal utilisés, entraîneraient la destruction de Paris et de ses environs. Ils avaient promis aux citoyens qu'ils faisaient tout en leur pouvoir pour arrêter le Papillon, mais jusqu'ici, leurs recherches avaient été vaines.

Cela faisait maintenant trois ans que le premier Akuma ainsi que les deux héros étaient apparus et rien ne s'arrangeait. En regardant autours de lui, il se demanda si le pouvoir de Ladybug les sauverait encore tous cette fois.

Boom.

Le jeune-homme sursauta au moment même où Juleka lâcha un petit cri.

Boom. Boom.

Deux, puis trois formes venaient d'attérir sur leur bateau. Il les reconnu immédiatement.

Réna Rouge, Caparace et Queen Bee.

Il les observa brièvement tandis que Rena Rouge s'approchait de lui. Queen Bee s'appuyait sur la rambarde du bateau, visiblement incapable d'utiliser sa jambe gauche. Son costume, si pétillant et coloré en temps normal était déchiré en différents endroits et recouvert d'une couche de cendre grise. Le côté de son visage, à la lueur des feux autours d'eux, était marqué par endroit. Il réalisa avec effroi qu'il s'agissait de brûlures. Chloé Bourgeois était marquée de nombreuses brûlures au troisième degré et ce fait choqua particulièrement Luka qui avait l'habitude depuis quelques mois maintenant de la côtoyer de temps en temps, lors de ses concerts à l'hôtel Bourgeois.

Il avança d'un pas vers elle mais la jeune-fille détourna le regard rapidement. Elle fronçait les sourcils, les yeux baignées de larmes qu'elle retenait de son mieux, se mordant furieusement les lèvres.

Il constata que Carapace n'était pas en meilleure forme, le verre de ses lunettes protectrices fendues en plusieurs endroits, une profonde entaille descendant de son front à son menton, passant par un de ses yeux. Luka dû retenir une envie pressante de vomir lorsqu'il constata que le sang avait coagulé là où se tenait normalement l'œil de Carapace. Mais ce qui le marqua le plus fut le tremblement des épaules de ce dernier et l'impression que son monde venait de s'écrouler.

Un mouvement vers lui le força à détourner son regard des deux héros pour se poser sur celui de Rena Rouge. Moins blessée que les autres, il vit dans son regard, derrière une détermination invincible et une soif de vengeance extrême, une douleur qu'il ne pouvait décrire. Il sut alors que le pire était arrivé.

Rena tendit la main vers lui et l'ouvrit. À l'intérieur se trouvait une paire de boucle d'oreille noire tâchée de sang. Il les regarda quelques instants puis blêmit lorsqu'il les reconnu. C'était les boucles d'oreille de...

"Luka Couffaine, dit-elle d'une voix basse mais déterminée, voici le Miraculous de la Coccinelle, celui qui accorde le pouvoir de Création. Si tu l'acceptes, tu devras t'en servir pour le bien d'autrui, au dépend de... de ta propre vie."

Elle tourna brièvement son regard vers la mère et la sœur de Luka, qui étaient restées aussi immobiles que leur fils à l'apparition des héros puis le reposa sur lui.

Pâle, Luka s'avança vers elle.

"Ce sont les..."

Aucun mot ne pouvait sortir de sa bouche.

"Ce sont les boucles d'oreilles de Ladybug", s'exprima Rena avec le peu de force qu'il lui restait.

Luka constata qu'elle tremblait.

"Non, répondit-il d'une voix cassée. Ce sont les boucles d'oreilles de Marinette..."

Rena Rouge chancela en même temps que ses compagnons. Elle referma le point et baissa le bras.

"Oui."

Elle avait simplement soufflé ces mots mais ils firent l'effet d'une tornade sur le cœur de Luka.

Marinette est Ladybug. Était... Ladybug.

Il sentit son estomac se retourner.

Marinette est... morte?

Il eut à peine le temps d'atteindre la rambarde qu'il vomit le contenu de son repas par-dessus bord. Il senti à peine sa mère accourir pour le prendre dans ses bras ni Juleka tomber à genoux et se mettre à pleurer, le visage caché dans ses mains.

Il tenta de respirer mais un hoquet d'horreur s'échappa de ses lèvres.

"Luka."

La voix de Rena retentit à quelques centimètres de lui, ferme et immuable.

"Elle s'est battue avec acharnement pendant les trois dernières années. Elle nous a tous sauvé, de nombreuses fois. Elle nous a sauvé des Akumas mais nous a aussi sauvé de nous-mêmes."

Il tourna le regard vers elle, des milliers de pensées envahissant son esprit. Le deuil, la colère, le désespoir, la tristesse et le découragement se battant les uns contre les autres dans son cœur, alors qu'il revivait chacun des moments qu'il avait passé avec Marinette.

"Nous avons besoin de toi."

Il la regarda, immobile, assimilant ses paroles.

Rena Rouge avait posé ses mains sur ses épaules, l'agrippant fermement. Une explosion retentit plus loin, quelque part dans la ville.

"Maintenant n'est pas le moment de penser, il faut AGIR."

Elle jeta un regard vers ses compagnons.

"Nous ferons... notre deuil plus tard."

Les mots de Rena Rouge firent leur effet. Il ferma les yeux, forçant difficilement son cœur à s'endurcir.

Pour le moment. Pour Marinette.

"Alors acceptes-tu d'être le porteur du Miraculous de la Coccinelle pour ce combat?"

"Où est Chat Noir?", demanda-t-il d'une voix rauque, refermant ce qui lui restait d'émotion. Il devait savoir.

Du coin de l'œil, il vit Queen Bee chanceler. Carapace étouffa un sanglot et il fallut plusieurs secondes à Rena Rouge pour reprendre contenance et lui répondre.

"Chat Noir s'est sacrifié en essayant de la sauver, mais n'a pas pu... Il était détransformé et n'a pas pu... se retransformer à temps. Aucun de nous... n'a pu arriver à temps."

Elle ferma les yeux un instant.

"Il reste deux Akumas. Nous en avions vaincu deux mais Papillon a réussi à en akumatiser un 4e. Si tu acceptes de nous aider, nous irons trouver une amie de Chat Noir, pour lui donner son Miraculous. Elle est très forte en arts martiaux et en combat d'épée. Elle saura te protéger. Si elle accepte."

Luka hocha la tête. La renarde leva de nouveau la main et lui présenta les boucles d'oreilles. Il les étudia, puis tourna la tête vers l'endroit où s'était tenu la Tour Eiffel. Il balaya le paysage qui s'étendait autours de lui et n'y vit que fumée et cendres.

Il se tourna enfin vers sa famille. Sa mère se tenait debout, fière. Il senti son inquiétude, son amour pour lui, mais su qu'elle le soutiendrait dans ses choix, comme elle l'avait toujours fait. Elle était fière de lui et le serait toujours.

Une musique se mit à jouer dans sa tête. Une musique remplie de force, de colère et de conviction. Une musique pleine de courage et de détermination.

La musique définissait la vie de Luka. Et en cet instant, elle l'accompagnerait dans son combat.

Il attrapa les boucles d'oreilles.

"J'accepte."