Hey, voici mon grand retour sur ce site !

Tout d'abord, je m'excuse d'avance. Ce texte is a mess. I'm a mess too.

Je l'ai recorrigé, mais je suis totalement crevée, donc je vous prie de m'excuser s'il reste des coquilles. Ah, et aussi, je sais pas ce que ça fait de se faire tirer dessus xD J'essaye d'imaginer, mais je saurais sans doute jamais ce que ça fait xD Donc désolée si la façon dont le perso meurt n'est pas réaliste, j'ai fait de mon mieux xD

J'ai revu la mort de mon ship préféré des Misérables, il fallait que je fasse un OS dessus. J'étais pratiquement obligée.

Mais bon, vous mentiriez si vous disiez que le Enjoltaire n'est pas le meilleur ship des Mis ;)

Je sais que ce texte est un peu court, mais je compte en écrire pleeeeeeeein d'autres !

Ah, et je sais que ce fandom est mort, mais on a passé le jour de la barricade il y a peu, donc je me sentais obligée d'écrire !

PS : Si vous avez des bonnes fics Enjoltaire, n'hésitez pas à m'en envoyer, je suis en pleines recherches T-T Et je galère !

PS2 : Cet OS a été écrit en collaboration avec la chanson de George Blagden, l'acteur qui joue Grantaire. C'est d'ailleurs de cette chanson que vient le titre. Je vous conseille cette chanson, que ce soit en musique de fond ou en général, elle est géniale ! Elle est super douce, et l'acteur a une voix magnifique (mais ça on l'avait déjà vu dans le film xDD

PS3 : Si tu trouves la rèf à Brassens mal planquée dans le texte qui fait de moi un encore plus gros cliché de L, j'te fais un câlin virtuel !

Putaing, cette intro n'avait aucun sens.

Pardonnez-moi pour vos feels, je m'excuse à l'avance.

Des gros bisous sur vos joues.


Est-ce-qu'on est censés avoir peur à l'approche de la mort ?

Parce que Grantaire avait peur. Non, il n'avait pas peur. Il était terrifié. Tétanisé. Paniqué.

Les synonymes défilaient dans sa tête à toute allure. Il attrapa la main d'Enjolras, le regardant une fraction de seconde.

Il s'imprégna de la beauté du garçon. De sa beauté physique, de ses jolies boucles blondes et de ses grands yeux si expressifs, mais également de la beauté de ses gestes. Il adorait la façon dont Enjolras se battait pour ses valeurs, pour des principes qu'il n'aurait jamais pu défendre seul. C'était l'une des choses qui rendait son camarade magnifique à ses yeux.

La détermination, et la rebellion, c'est d'une beauté frappante.

Il serra les doigts du jeune homme dans les siens, traçant des cercles sur la peau pâle du bout du pouce. Un geste simple, qui traduisait beaucoup.

L'alcoolique n'avait même pas besoin d'échanger un autre regard avec son ami révolutionnaire pour savoir ce qu'il pensait. Il était également terrifié, mais déterminé. Il tenta d'apporter du réconfort à son ami. Leurs deux corps tremblaient, mais ils n'avaient pas froid.

Ils soutenaient tous deux les regards des soldats, les défiant. Viens, viens, tue-nous. Tu sais très bien lequel d'entre nous a tort. Lequel d'entre nous aura à répondre de ses actes une fois en haut.

Lequel rougira de honte.

Mourir pour des idées, quelle idée excellente.

Si seulement il avait pu prévoir sa mort. Il aurait bu un peu plus, aurait peut-être écrit une lettre pleine de sarcasme à ses amis. Fait un dessin indécent d'Enjolras, qu'il aurait montré à tout le monde, il le méritait un peu, au fond...

Il serrait toujours la main d'Enjolras de toutes ses forces lorsque le soldat choisit de tirer.

Il n'eut pas le temps d'esquiver. Et de toute façon, il n'avait pas envie d'esquiver. Le geste était trop beau, trop symbolique. Les gens auraient peut-être compris pourquoi ils se battaient finalement.

Parce qu'il venait juste de le comprendre.

Et putain, qu'est-ce-que ça fait mal de mourir !

Il eut le temps de sentir le coup.

Une balle, ça déchire la peau, ça s'infiltre dans le corps. L'espace d'un instant, d'un tout petit instant, il en voulut à Enjolras. Si ce dernier ne l'avait pas entrainé dans ces conneries, s'il avait été moins mignon, Grantaire ne serait sans doute pas mort pour lui.

Puis il se ravisa très vite. Sentit qu'il avait lâché la main de son ami.

Si seulement il avait osé lui avouer ses sentiments... Mourir avec des regrets, c'était une idée totalement stupide.

L'ivrogne sentit ses yeux commencer à se fermer. Il lutta contre l'envie de s'endormir, se concentrant sur la douleur pressant son abdomen. Il baissa les yeux, et vit tout le sang, paniquant.

Il tenta de se calmer. Où était Enjolras ? Il ne le voyait plus, ne l'entendait plus, ne le sentait plus...

Le jeune homme ferma les yeux, sombrant dans un sommeil sans rêve.

Et sans réveil.