J'ai découvert cette série sur Amazon il y a une semaine et j'ai adorééééé. Mon esprit de slasheuse a donc pondu ça, un court chapitre par caractéristique humaine ^^ Par contre je n'ai pas lu le livre donc c'est probable que je raconte n'importe quoi sur leur façon de gérer leur corps ;-) Enjoy=

1. Fatigue

Depuis qu'il avait été envoyé sur Terre pour y commettre les pires méfaits, Crowley avait rarement eu l'occasion de s'ennuyer. L'esprit préoccupé par les façons saugrenues de voir aboutir des plans plus farfelus les uns que les autres, il avait vu les heures – voire années – défiler à leur juste valeur. Rien ne lui avait jamais paru trop « long ».

Depuis qu'il avait déjoué l'Apocalypse (avec peut-être l'aide de quelques personnes, il devait l'avouer), la donne avait changé. Comme il était prévu, car c'était le plan qu'il avait élaboré avec Aziraphale, l'Enfer avait perdu contact avec lui depuis des mois. Ce n'était pas pour lui déplaire, il avait ainsi tout le loisir de profiter de la vie sur Terre sans rendre de compte à personne.

Quand il ne passait pas ses journées à regarder les derniers films sortis (il avait jubilé devant Avengers Infinity War en voyant les héros échouer là où lui et Aziraphale avaient réussi), il suivait l'avancement des humains sur la compréhension de leurs « miracles » (la création des étoiles, par exemple). Il trouvait cela passionnant, de les voir travailler si dur pour expliquer l'inexplicable. Enfin peut-être pas totalement « l'inexplicable ». La physique quantique par exemple, résultait tout simplement en un défaut difficilement repérable de la distraction de Dieu lors de la création de l'Univers. Une micro-seconde d'assoupissement, et voilà que les lois de la physique étaient figées par de minuscules trous quantiques. Plutôt que de tout recommencer depuis le début, la flemmardise du divin l'avait poussé à raisonner : « personne ne remarquera jamais rien ». Il avait probablement sous-estimé sa création même s'il avait fallu presque 6000 ans aux humains pour découvrir ce petit couac.

Crowley était étalé dans sa chaise dans une position rappelant fort celle des prostituées dans leur vitrines tard la nuit, mais il ne pouvait pas le savoir, lui qui n'arborait aucune attirance pour les plaisirs charnels. Il sursauta lorsque son téléphone sonna et attendit quelques sonneries (cela lui semblait moins désespérant de se jeter dessus dès le premier son) pour décrocher.

- « Anthony Crowley à l'appareil, ouiiiii ? »

- « Tu te fais toujours appeler Anthony ? » répondit la voix d'Aziraphale à l'autre bout de la ligne.

- « Pourquoi ton nom n'est pas apparu sur mon téléphone ? » répondit le démon en ignorant sa remarque.

- « Ah oui ! En fait je ne t'appelle pas depuis la librairie... »

- « Tu t'es enfin décidé à prendre un téléphone portable ? »

- « Non non, écoute… »

Depuis leur dernier repas, des mois auparavant, il n'avait plus vraiment eu l'occasion de parler à Aziraphale. Il avait essayé de le contacter pour une compagnie lors de sa séance d'ivresse mais comme il était tombé oreille à oreille avec son répondeur, il n'avait pas insisté.

- « Ma super fiesta, c'était la semaine passée. Je t'ai raillé de la liste d'invité, d'ailleurs. »

- « Une super fiesta ? » s'enquit l'ange.

- « J'étais sur le point d'inviter le meilleur foodtruck de la ville. Tu sais, ces « voitures à manger », comme tu les appelles. » C'était bien sur un mensonge pour induire un soupçon de regret chez son ami.

- « Oh Crowley… J'ai entendu ton appel mais j'étais en plein dans la lecture d'un passage tellement critique… Il faudrait que tu le lises d'ailleurs, ça s'appelle… »

- « Qu'est-ce que tu veux ? » le coupa Crowley en entendant sa voix tourner dans les aigus avec l'émotion.

- « Tu as déjà été dans des thermes ? »

- « Tu veux dire, si j'ai déjà été en mauvais termes ? »

- « Non, non ! Tu sais, ces endroits où les humains adorent aller avec de l'eau, de la chaleur, des bulles, … »

- « Des geysers ? Tu es dans un geyser, c'est ça que tu veux me dire ? »

- « Non ! » répondit Aziraphale sans perdre patience. « Ecoute j'y ai passé la journée hier et j'ai adoré l'endroit ! Tu peux peut-être me rejoindre ? On irait manger un bout après ? Leur restaurant est tout simplement divin ! »

- « Tu me vends du rêve », marmonna Crowley. Il resta silencieux quelques secondes, envisageant la proposition. Qu'avait-il à perdre ? Il n'avait pas très bien compris en quoi cela consistait avec les explications très imprécises de l'ange mais il était toujours ouvert à de nouvelles expériences. Et si cela rendait Aziraphale heureux…

- « Crowley ? »

- « Bon d'accord, dis-moi où se trouve ton truc et j'arrive… »

Il put entendre l'ange sourire à l'autre bout du fil.

- « Spa était le mot approprié, au fait… »

Aziraphale se tourna vers lui d'un air interrogateur en avalant une nouvelle gorgée de champagne.

- « Quand t'as essayé de me décrire ce truc – que j'ai déjà testé il y a quelques milliers d'années chez les Romains d'ailleurs – tu pouvais dire spa… »

- « Allons, les romains n'avaient pas cette machine à bulle ! » argumenta l'ange en indiquant d'un geste l'endroit les entourant.

- « Tu parles du champagne ou du jacuzzi ? »

Car oui, un démon et un ange étaient actuellement en train de siroter une bouteille de champagne dans un jacuzzi entièrement privatisé pour eux.

Bien qu'ils n'étaient, en raison de leur nature céleste, pas très sensibles aux stimuli physiques qui les entouraient, Crowley devait admettre que barboter dans un bain d'eau chaude à remous avait quelque chose d'agréable. Surtout si Aziraphale était à côté de lui.

- « Tu sais, ça me rappelle un peu ce bain d'eau bénite dans lequel je devais plonger », continua le démon en se resservant un verre.

- « L'eau était bien plus froide que ça, ce n'était pas très agréable », expliqua Aziraphale d'un air presque désolé. « Tu as… eu des nouvelles de ton camp ? Depuis ce tour de passe-passe ? »

- « Pas une seule, et je m'en porte très bien. »

Crowley déposa son verre avant de se laisser couler dans le jacuzzi, jusqu'à ce que seul son visage dépasse de l'eau. Aziraphale lui, avait l'air inquiet mais n'avait pas envie d'interrompre la relaxation de son ami pour de futiles appréhensions.

Ils restèrent dans le bain à bulle jusqu'à ce l'aiguille de l'horloge passe la barre de minuit. S'ils avaient humains, ils auraient probablement ressemblé à de vieux abricots desséchés. Ils retournèrent presque une demi-heure dans le sauna finlandais, une simple serviette blanche entourant leurs hanches.

- « Tu ne t'es pas demandé, ce que nous allions devenir maintenant que… qu'il n'y a plus rien à faire ? » demanda finalement Aziraphale en camouflant encore une fois son inquiétude.

- « Plus rien à faire mon ange ? Le monde est en constante évolution, comment serait-il possible pour nous de ne plus avoir rien à faire ? » rigola Crowley dans un léger état d'ébriété. « De nouveaux livres sont écrits chaque jour, tu auras toujours quelque chose à faire. »

- « Je ne peux pas non plus passer toute ma vie à lire ! Tu ne comprends pas mon point Crowley… »

- « Tu pourras toujours passer quelques moments avec moi, pour changer, par exemple », répondit le démon en pointant sa main vers son torse. « Comme ici, c'est cool non ? »

- « Oui mais quel sera le… but ? »

- « Je ne savais pas qu'il te fallait un but pour vivre », répondit-il en grimaçant.

Aziraphale avait l'air triste lorsque les iris jaunes de Crowley se posèrent sur lui, l'observant intensément.

- « J'ai toujours eu un but, tu sais. Depuis le jardin d'Eden jusqu'au déjouement de l'apocalypse. Mais maintenant… Je ne sais plus trop quoi faire, je suis perdu. Et je pense que tu dois l'être aussi Crowley. »

- « Par pitié », siffla le démon en levant ses yeux au ciel. « Tu sais c'est quoi ton problème ? C'est que tu vois trop de problèmes. »

- « Vraiment ? C'était plutôt ton rôle récemment », répliqua l'ange en n'ayant pas l'intention de se faire démonter.

- « Et voilà ! On a déjoué l'Apocalypse, monsieur l'ange n'a plus de miracles à accomplir et du coup, ça va être de ma faute ! »

- « Je n'ai pas dit ça ! Je dis juste qu'on devrait s'inquiéter non ? Ou au moins se demander ce que nous comptons faire de nos vies sur Terre puisque je doute qu'un de nos camps ne comptent nous récupérer après ce qu'il s'est passé. »

- « Et ce serait tant mieux ! Je préfère disparaitre complètement plutôt que de retourner dans cet endroit ! »

- « Ne dis pas ça, Crowley, c'est triste. »

Les yeux de chiens battus de l'ange attestaient bien de la véracité de ses propos. Crowley ne demanda pas exactement ce qui était le plus triste entre se faire rejeter de son camp ou de disparaitre complètement. Il préféra se laisser le suspense.

Le démon quitta le sauna après quelques minutes de silence, suivi de près par l'ange qui l'accompagna sur un des sofas aux coussins aussi énormes que leur corps.

Les heures passaient au rythme de leurs verres vides quand soudain, sans aucun autre signe avant-coureur, Crowley bailla. Le geste n'était pas en soi exceptionnel, il avait souvent baillé avant pour montrer son ennui. Mais ce bâillement-là était différent car c'était un bâillement de fatigue. Le seul petit problème étant que les démons (et les anges) ne connaissent en théorie pas la fatigue.

Leur corps était constamment alimenté de leur pouvoir céleste et le sommeil était une chose sommaire qu'ils pouvaient bien sûr imiter s'ils le voulaient. Ce n'était pas le cas de Crowley cette fois-ci. Il n'avait pas remarqué le regard outré d'Aziraphale, trop occupé à réaliser ce qu'il venait de se passer.

- « Je t'ennuie démon ? »

Crowley ouvrit la bouche comme un poisson hors de l'eau, les sourcils froncés. Valait-il finalement mieux dire la vérité ?

- « Bien sûr que non, jamais. Je… Je pensais juste à dormir, tu sais que j'aime bien ça. Il y a un lit quelque part ? »

L'air suspicieux d'Aziraphale ne disparut pas pour autant. Crowley essaya d'avoir l'air naturel malgré la légère appréhension qui animait son esprit.

- « Il y a une chambre dans la pièce d'à côté », répondit finalement l'ange. « Ça ne te dérange si je viens avec toi ? Je ne vais pas boire ici tout seul… »

- « Tu es le bienvenu », dit Crowley en bondissant hors du sofa et en lui tendant la main, que l'autre saisit rapidement avec entrain.

Sur la route vers la chambre, leurs serviettes disparurent miraculeusement pour laisser place à ce que les humains appelaient pyjama, une invention dont Crowley louangeait les mérites tant ils étaient confortables pour cette activité.

Bien qu'Aziraphale ne prônait pas particulièrement le fait de dormir, il ne se fit pas prier pour s'installer confortablement sur le lit King-Size réservé avec le spa. Crowley s'allongea à ses côtés, se rapprochant de lui suffisamment pour sentir sa présence.

Il bailla une deuxième fois et la fatigue – qu'il n'avait jamais ressenti jusqu'à présent – sembla prendre possession de l'entièreté de son corps humain.

- « Tout va bien mon cher ? » demanda Aziraphale en se rendant probablement compte de son inquiétude.

- « Ouais, je… rien de grave, ça va passer. »

Il ne voulait pas inquiéter son ami. Ce n'était probablement rien, juste un mauvais tour que lui jouait sa forme humaine, pour l'ennuyer. Il n'avait pas de soucis à se faire, que pouvait-il lui arriver après tout ? C'était juste une nuit de sommeil. Rien de grave en effet. Alors pourquoi se sentait-il mal tout à coup ? Pourquoi ses pensées envisageaient-elles déjà le pire ?

L'ange ne sembla pas convaincu de sa réponse mais claqua les doigts, éteignant toutes les lumières de la pièce.

- « Aziraphale… »

- « Oui ? »

- « Que penses-tu qu'il puisse nous arriver ? Maintenant que nous sommes ici par nous-même ? »

- « Eh bien, rien de pire que de se faire détruire par l'eau bénite ou les flammes de l'enfer, c'est certain. » Sa voix était douce et rassurante. Crowley sentit quelque chose fondre au fond de lui. « Pourquoi cette question ? »

- « Juste une pensée comme ça… Tu crois qu'il est possible pour nous de devenir humain ? Juste comme ça hein, pas de quoi faire un drame… »

- « Et bien je croyais jusqu'à ce qu'il y a peu qu'un démon était incapable de faire quelque chose de bien. Il s'avère que je me suis trompé sur toute la ligne, mon avis n'est donc pas tout à fait juste. »

Crowley grogna devant sa remarque, juste par principe.

- « Ne dis plus jamais ça. »

- « On dirait que quelque chose te perturbe démon ? »

Les yeux du dit démon brulaient de fatigue et il se sentait incapable d'exprimer son ressenti dans cet état.

- « Rien mon ange, juste une envie de dormir… »

- « Bien, passe une bonne nuit, alors. »

Crowley attendit que la respiration d'Aziraphale s'approfondisse, signe qu'il était entré dans sa phase de sommeil. Il en profita pour rapprocher son corps de l'autre être céleste et enrouler ses bras autour de lui. Il était étonné que sa simple présence lui apporte autant de réconfort, l'aidant à chasser les idées tourmentées de son esprit.

Aziraphale sourit dans l'obscurité en sentant le poids du démon tout contre lui.

Juste une nuit de sommeil, rien de grave…

A suivre...

Une review est toujours appréciée si vous avez aimé :-)