Note d'auteur:

Bonjour tout le monde ^^

Je vous remercie toutes et tous pour vos mises en favoris et vos reviews, je vais d'ailleurs commencer comme d'habitude par les réponses à celles-ci:

brigitte26: Tu comprendras pourquoi il a agit ainsi dans ce chap ^^

Pims: Tu en sauras plus dans ce chapitre :D

lesaccrosdelamerceri: Voilà la suite tant attendue. Il est très protecteur en effet, sa famille compte plus que tout à ses yeux

Guest: Tu en sauras plus sur le parrain dans ce chap ^^

adenoide: Marre des rivalités inter-maison XD Tu sauras pour Sirius dans ce chapitre

aurel8611: J'espère que tu penseras de même pour cette suite

Voilà, maintenant, je vous laisse lire, à la semaine prochaine


Chapitre 4 : La pierre philosophale.

Pendant ce temps, Luna, perdue dans ses pensées et s'inquiétant pour son ami, s'est égarée dans le château, se retrouvant bloquée à l'étage interdit. Elle est coincée par Miss Teigne et se réfugie dans une pièce auparavant verrouillée dans laquelle elle entra avec un Alohomora. Elle soupira de soulagement avant de se rendre compte qu'elle était maintenant en présence d'un immense chien à trois têtes assoupit sur une trappe. Elle s'approcha prudemment et remarqua un collier à l'un des cous du molosse. Elle lut alors son nom marqué dessus : Touffu. Elle se demanda un bref instant qui avait bien pu installer un animal de ce genre dans l'école puis la réponse lui sauta aux yeux : Hagrid. En effet elle connaissait assez le garde chasse pour savoir qu'il adorait les créatures en tout genre et vu sa grande taille, il n'a pas du avoir beaucoup de mal à dresser l'animal dans le but clair de protéger quelque chose.

Même si elle ne sait pas de quoi il s'agit, elle se doute que c'est important puis prend un moment pour caresser l'animal qui ne broncha pas même une fois éveillé. Ensuite, elle le quitta sans un bruit et aucune égratignure. Ainsi elle retourna en toute hâte à son dortoir sans que les escaliers ne fassent de caprices. Elle était impatiente que Harry se réveille pour pouvoir tout lui raconter et à nouveau aller en cours en sa compagnie. Cependant, il resta endormi plusieurs jours ce qui inquiéta profondément Dumbledore ainsi que les autres enseignants sans oublier les amis de l'enfant. Il demanda donc à Severus de faire revenir le parrain de « l'élu » puisque madame Pomfresh elle-même ne comprend pas pourquoi il ne se réveille pas.

Hendrick était tranquillement en train de lire un bon bouquin quand le patronus en forme de phénix arriva dans sa maison. A la voix inquiète d'Albus, il sut que c'était grave et écoutant qu'à demi le message, il commença à se préparer avec l'aide d'un elfe de maison. Il s'habilla d'un pantalon noir avec une chemise à une seule manche, se mettant à réfléchir sur un moyen pour aider son filleul. Il n'aimait pas être prit au dépourvu mais à cause de son bras manquant il ne fut pas là avant le soir de la réception du message arrivé chez lui sur les coups de quatre heure de l'après-midi. Il transplana devant les grilles de Poudlard et vit que le professeur de potion l'attendait. Il le conduisit très rapidement là où on l'attendait et le parrain courait derrière prenant appuis sur sa canne pour aller le plus rapidement possible.

Cela leur prit une longue heure pour arriver dans la pièce où était l'enfant car le château était grand et la forme physique de son protecteur étant en dessous de la normale, cela avait été difficile pour lui. Il prit une profonde inspiration une fois finalement arrivé près du lit où était allongé Harry et prit son filleul dans ses bras dès qu'il le vit assez pâlichon, la couleur de sa peau rivalisant avec celle des oreillers blancs sur lesquels reposait sa tête. Il embrassa tendrement son front puis commença à chantonner, sa magie emplissant doucement la pièce, un pouvoir de soin puissant s'infiltrant dans le corps du plus jeune et petit à petit, Luna, restée à son chevet pour veiller sur lui, vit son meilleur ami reprendre des couleurs en souriant. Les autres personnes présentes observaient le phénomène avec étonnement et surprise, s'interrogeant beaucoup sur qui était réellement le protecteur du dernier des Potter.

Celui-ci ouvre les yeux peu après, venant se blottir contre son parrain qui l'enlace tendrement, lui demandant :

- Que s'est-il passé petit ?

- Je l'ai vu. Il rôde autour de Poudlard. Il a essayé de s'emparer de moi. Il veut ce que Albus garde dans l'école pour redevenir puissant. Il faut l'en empêcher, ce serait horrible s'il mettait la main dessus, autant pour les Flamel que pour le reste du monde.

Il révéla ceci sur un ton calme, paraissant soudain plus mature qu'il ne l'est, ses paroles lourdes de sens prononcées avec une voix qui sembla comme étant celle d'un autre.

- C'est pas bon du tout ça, grogne l'homme qui lui caressa les cheveux. Nous devons prévenir Nicolas et Pernelle. Tout de suite ! Ils sauront quoi faire.

- Au sujet de la pierre ? demande le directeur.

- Oui, mais surtout de mon petit ange. Dépêchez-vous de les contacter avant que les choses ne deviennent plus graves qu'elles ne le sont déjà.

Le plus puissant sorcier de Grande Bretagne tremble au ton peu rassurant d'Hendrick et quitte la pièce en courant, suivit de Gellert qui a l'air très inquiet. Severus et Luna sont les seuls à oser rester près de lui, le premier posant une main apaisante sur l'épaule de l'aîné, tandis que la seconde câlinait Harry en lui racontant ce qu'il a manqué, surtout l'épisode du chien à trois tête, celui du dragon et aussi de la punition dans la forêt interdite. Il éclata de rire en imaginant la terreur de Ron et cela apaisa la blonde qui avait cru ne pas pouvoir le revoir sourire. Plus tard, elle sursauta en voyant apparaître le couple Flamel qui sourit tendrement à Harry avant de lui demander de s'écarter un peu. Elle obéit après une brève hésitation et l'alchimiste commence à dresser un diagnostique complet du jeune garçon.

Le regard de Nicolas changea, avant il était doux, amical, quoi que inquiet, là après avoir lu plusieurs fois le parchemin, ce qui lui prit au moins une bonne heure, il avait l'air furieux, presque paniqué. Luna en ressentant ceci voulu aider l'alchimiste à se calmer, pour se faire elle utilisa une technique que lui avait enseigné Albus qui consistait à exercer une certaine pression entre les omoplates d'une personne stressée ou en nageant en plein trouble émotionnel, en diffusant un peu de magie. Cela fit effet après de longues minutes et le français remercia la jeune fille rapidement avant de déclare avec un air grave :

- La possession a commencé, et le petit malgré son origine risque d'avoir du mal à se défendre. Je vais donc devoir extraire Voldemort de là avant qu'il soit trop tard. Il doit être mit en quarantaine.

Sa femme écarquilla ses yeux comme tous les gens présents alors qu'il prend l'enfant pour l'amener à des appartements secrets de Poudlard ayant appartenu à Godric Gryffondor, le plus puissant des ancêtres des Potter dont le portrait présent là, est chargé de garder un œil sur lui.

Il fut laissé là sans autre humain présent après que Nicolas eut placé un immense sceau de soin et d'épuration, autour du lit. Le personnage de la peinture s'anima alors et émergea de la toile, venant aux côtés de son descendant juste avant que Hendrick n'apparaisse dans la pièce alors que normalement il n'aurait pas du pouvoir y entrer.

- Cela change une simple et fine moustache ainsi qu'une barbe taillée, constate Godric.

- Tout à fait d'accord. Alors, du nouveau ?

- Non, son état est stable. Le descendant de Sal n'a pas encore bougé.

- Hum… C'est étrange vu comment les symptômes ont rapidement commencé. Penses-tu que c'est parce qu'il nous sent et craint notre courroux ?

- Plus le tiens, je dirais, je te signales que moi je ne suis plus complètement là.

- Je sais. En tout cas, s'il tue notre ange, j'irais chercher son âme pour le torturer longuement.

- Ce ne serait pas une grosse perte. Et concernant les Horcruxes ?

- Je progresses lentement. J'ai déjà mis la main sur le médaillon grâce à Regulus. Le journal est chez les Malfoy il arrivera dans mes mains tôt ou tard. La coupe elle, est sous bonne garde de mes amis gobelins qui attendent mon feu vert pour la détruire si je ne trouves pas de quoi la purifier. La bague a été détruite il y a longtemps et je me suis occupé de la malédiction. Le diadème est ici à Poudlard. Seul le serpent est encore un cas bien mystérieux pour moi mais j'aurais bientôt de l'aide d'un spécialiste en la matière, un proche de l'ennemi, quelqu'un jouant double jeu et voulant sauver Harry autant que nous.

Il marque ensuite un temps de pause, se crispant sur sa jambe lui causant toujours tant de douleur.

- Encore ça ? Je croyais que ça c'était arrangé depuis, soupira le portrait.

- Hélas non et toi tu l'auras aussi pour l'éternité.

- Je sais, mais ce n'est pas obligé que ce soit ton cas. Je suis sûre que la petite blonde qui protège les pensées du petit pourra t'aider.

- Pardon ? Quelle blonde ?

- Son amie Luna. Ils ont un lien tous les deux. C'est pour cela qu'elle n'a pas quitté la chambre où elle était et qu'elle essaye d'entrer ici.

- Quoi ?! Mais c'est impossible !

- Ce mot n'existe pas pour cette enfant, rappelle-toi d'où elle vient.

- Hum oui… C'est vrai que ses grands-parents sont particuliers. Bon, je vais la chercher avant

qu'elle ne se blesse. Essaye de ne pas vendre la mèche sur tu sais quoi quand elle arrivera.

- Ne t'inquiète pas, je suis vieux mais j'ai toute ma raison comme toi.

Il sourit puis sortit de la pièce pour aller récupérer Luna tandis que Hermione, Neville et Drago, à qui elle avait raconté pour le chien, avaient découvert ce qu'il gardait et s'attelaient à dénicher un moyen de la récupérer avant que Voldemort ne le fasse. Ils savaient où commencer les recherches et se rassemblèrent dans la toute petite salle où le chien dormait, une harpe enchantée jouant une berceuse très douce. Un portrait les ayant vu se faufiler là-dedans passa dans les différents portraits du château pour prévenir Godric des choses étranges se produisant dans le château, cela lui prit près d'une heure et le fondateur lâcha un juron dans sa peinture quand il apprit où ils étaient avant de dire :

- Tom Jedusort a sûrement un second pantin, j'espère que les enfants n'auront pas de problèmes.

Sur ce Hendrick le rejoins avec la jeune Lovegood mais également Severus Rogue, expliquant à la jeune fille ce qu'elle devait faire pour aider son ami de façon efficace puis priant le professeur de venir en aide à la jeune. Ensuite, en voyant le regard inquiet de l'ancêtre d'Harry, le parrain de ce dernier lui demanda de conter ce qu'il se passait et décida d'aller rejoindre les aventuriers, sachant qu'ils auraient besoin de son aide pour revenir en un seul morceau.

Il soupira en sachant qu'il devra encore courir et prit une potion contre la douleur et une autre, revigorante, afin de perdre le moins de temps possible, sachant que les enfants devaient être aux prises avec les épreuves de leurs professeurs pour lesquels ces derniers lui ont demandé de l'aide. Il courut dans les couloirs aussi vite que le lui permettait sa maudite jambe récalcitrante et il manqua plusieurs fois de se manger le sol. Cela lui prit au moins deux bonnes heures mais pourtant il arriva juste à temps pour les voir passer le filet du diable grâce au sortilège d'Hermione. La plante heureusement ne lui posa pas de problèmes le laissant passer, intimidée par son énergie magique. Il arriva près des enfants et s'adressa à eux après avoir reprit son souffle :

- C'est très courageux ce que vous voulez faire les jeunes, mais aussi affreusement dangereux. Je sais que rien de ce que je vous dirais ne vous fera changer d'avis mais j'insiste pour venir avec vous. Et ce n'est pas négociable.

Les enfants ravalent leurs protestations inutiles en remarquant le regard ferme et déterminé de celui qu'ils devinaient être le parrain d'Harry dont tout le monde parlait depuis que le professeur Black avait été démis de ses fonctions. Baguette levée il ouvrit la voie pour que les jeunes sorciers ne soient pas blessés par une quelconque mauvaise surprise. Il dut admettre que ces gosses avaient de la jugeote contrairement à beaucoup de ceux qu'il avait rencontré dans le château et c'étaient moqués de lui à cause de sa démarche et de son bras manquant. Il était particulièrement admiratif face à la jeune Granger qui avait la prestance et le courage des lions mais aussi la vive intelligence des corbeaux. L'héritier des Malfoy n'était pas en reste non plus avec ses excellentes capacités de vol mais aussi son don de stratège qui leur permit de sortir indemne de l'échiquier géant. Le dernier de leur petit groupe était plus difficile à cerner, il avait indéniablement les qualités des blaireaux mais il était si calme que parfois il se demandait s'il réalisait la gravité de la situation.

Ils arrivèrent indemnes au miroir où ils eurent la surprise de retrouver Sirius Black qui était en réalité un Mangemort depuis le début et pourtant il avait refusé d'être gardien du secret de James et Lily, nommant un autre serviteur de Voldemort pour se faire. Seulement lui avait été plus malin que Peter, mort quelques années plus tôt de maladie à Azkaban. Hendrick fusilla alors l'homme du regard, espérant le faire plier comme la fois précédente alors que les enfants restaient derrière lui, regardant le miroir du Riséd. Neville se vit prendre la pierre et sentit le poids dans sa poche mais il resta totalement impassible, impressionnant Drago qui le trouva extrêmement brave. Seulement Sirius ne fut pas dupe et se dirigea vers eux, c'est alors que le parrain d'Harry laissa éclater sa colère, protégeant les enfant sous un Protego d'une puissance inqualifiable avant de lancer un sort provoquant des rafales violentes qui envoyèrent le serviteur contre le plafond, le sonnant.

Le vieil homme prit de profondes inspirations puis un serpent se jeta sur lui. Voldemort l'avait confié à son plus fidèle serviteur pour l'accompagner dans sa tâche de récupérer la pierre, faisant de lui ses yeux et ses oreilles. Il recula d'un pas devant l'animal menaçant qui semblait vouloir le croquer mais c'est alors qu'un puissant sort frappa le serpent et Severus fit son entrée, accompagné d'un Harry tout à fait réveillé et inquiet. Le soleil était levé depuis un moment déjà et le bruit des pas du reste des habitants de l'école résonnait dans les couloirs des autres étages. Le sorcier en noir se dépêcha donc et s'avança vers la créature avant de s'adresser à elle dans un parlé étrange que personne ne saisit à part le parrain qui avait apprit à comprendre cela, la langue de la magie elle-même :

- Que ton esprit soit purifié des ténèbres en toi brave serpent, l'âme intruse connaîtra un sort pire que la mort. Va-t-en vite et profite de ta liberté.

L'animal ne se le fit pas dire deux fois et lorsque l'étrange particule noire fut sortie des pores de sa peau écailleuse, il rampa au loin pour ne plus jamais refaire surface. Hendrick enferma alors la chose noire dans un contenant spécial à l'origine inconnue puis il s'effondra, épuisé. Il avait puisé beaucoup trop dans ses réserves pour protéger les enfants et avait besoin de beaucoup de repos.

Severus créa deux brancards sur lesquels il plaça les hommes inconscients puis il fit sortir les enfants de là, caressant Touffu au passage. Ensuite, il emmena tout ce monde à l'infirmerie et restitua la pierre à ses propriétaires qui jurèrent de lui trouver une meilleure cachette qu'une école remplie d'enfants trop intelligents pour leur plus grand bien. Il s'installa ensuite au chevet du parrain d'Harry malgré le fait qu'il devait bientôt donner cours à ses élèves dans les cachots. Il était dans un tel état d'épuisement que Poppy n'osa rien dire. Elle prit donc le temps de soigner les élèves puis tous purent voir arriver quelqu'un qu'ils ne connaissait pas tous. Cependant, malgré son air ensommeillé, Severus articula quelques mots :

- Chers élèves, je vous présentes un ancien professeur de Poudlard, jumeau de l'homme à qui je tiens la main et second protecteur d'Harry.

Les étudiants étaient stupéfaits mais n'osèrent rien dire alors que leur professeur semblait sur le point de s'endormir. Pourtant ce dernier, en voyant la mine inquiète du visiteur, sut qu'il avait ressentis de plein fouet la souffrance de son frère et lui céda sa place auprès de lui. Le coeur de la chauve souris des cachots, comme l'appelaient les élèves, se serra en voyant Hendrick si mal en point, lui qu'il a toujours connu plein de vie, blagueur comme jamais, d'une infinie délicatesse et possédant une culture immense couplée à une grande sagesse qu'il enviait. Il chérissait les moments trop rares qu'il pouvait avoir avec lui depuis que sa santé c'était détérioré mais il espéra que son séjour forcé à Poudlard lui permettra de passer davantage de temps en sa compagnie. Il désirait le connaître mieux que c'est le cas actuellement, pensant ainsi avoir une chance de lui dire certaines choses très importantes pour lui.