Disclaimer : Les personnnages ne m'appartiennent pas.


Murata sourit voir disparaître son ami devenait une habitude. Pour savoir se défendre, il avait même appris le karaté, dans un livre certes, mais il connaissait les bases en théorie. Il avait envie de dire à cet idiot qu'à présent, il n'avait plus besoin de son aide. Qu'il n'était pas autant victime de harcèlement que ça. Même s'il avait compté à ce point pour son ami. Il avait voulu parler de ça alors qu'ils seraient en chemin pour rentrer chez eux. Mais non, il avait encore disparu. Les minutes semblaient presque s'étirer quand on attendait. Pourquoi ce garçon qui l'avait sauvé était né ? Et qui était-il en réalité ? Il avait une vague d'idée, mais il n'osait pas y croire. Il tirerait les choses au clair peut-être à son retour.

Yuuri de son côté rêvait, plutôt, il faisait un mauvais rêve, il était entouré d'eau et au lieu de s'y sentir comme chez lui. Il étouffait, ça lui rappelait un peu son premier voyage dans ce monde. Il s'était vraiment senti presque à l'agonie. Il avait beau vouloir remonter à la surface, il y avait un dauphin qui lui bloquait l'ascension. Il se sentait si mal. Il bougeait comme un fou dans son lit, le souffle court, comme s'il se noyait vraiment. Il ne sentit pas tout de suite les attentions de Conrad. Le soldat le secouait dans l'espoir d'éveiller l'homme.

« Il est plus que l'heure... »

Le souverain ouvrit les yeux brièvement, il ne vit pas tout de suite l'homme. Il n'avait qu'une envie, dormir. Il était sûrement trop tôt. Il grogna. Il devait vraiment se réveiller son mauvais songe l'avait déjà bien entamé dans son énergie. Il finit par regarder Conrad au-dessus de lui.

« Votre majesté, il est temps de vous réveiller.
- Ne m'appelle pas comme ça. J'ai déjà dit que je préférais que tu me nommes par mon prénom.
- Désolé, c'est l'habitude.
- Tu la perds aléatoirement cette habitude, il me semble.
- Le troisième oiseau d'alarme a déjà crié.
- Tu plaisantes ? »

Le souverain leva son torse précipitamment en fixant Conrad qui se grattait l'arrière du crâne. Il portait un jogging digne des sportifs de son monde. Il avait dû l'acheter lors de son voyage sur terre. Parfois, Yuuri oubliait que le soldat avait fait un séjour sur le monde dans lequel il avait été élevé et né. Dire qu'il était parti plusieurs déjà. Un jour d'été dans son monde valait combien de temps dans ce monde. Ça semblait aléatoire. Il était parti simplement visiter un parc aquatique avec un ami. Il avait serré la nageoire d'un dauphin. Mais c'était sans compter sur son manque de chance. Il était tombé et était revenu dans ce monde plongé dans un étrange mélange entre moyen-âge fantastique, uniforme des guerres mondiales de son monde et personnes trop belle pour être réelles. Avec tout ça, il était ici depuis presque cent vingt jours. Pas que ça le dérange, que du contraire, mais il savait combien c'est trois mois, plus ou moins, pouvait se répercuter. Était-il disparu depuis une heure ? Une journée ? Cette question l'obsédait.

« C'est encore ce rêve.
- Oui, avec Bando.
- Ne t'en fais pas. Vous finirez par aller à nouveau sur terre... »

Il avait essayé de rentrer, sans succès. Du coup, il avait profité de la présence de Wolfram pour prendre un bain en gardant une bonne distance. Il avait beau avoir accepté un peu que ce garçon dans sa vie, il n'était pas encore paré à passer à l'étape suivante.

« Bientôt quatre mois que je suis ici… »

Il posa un regard autour de lui, il trouva Wolfram sur lui. Il était pelotonné comme un chat. Cela ne devait pas être très confortable de dormir comme ça.

« Wolfram, réveille-toi, je ne suis pas confortable, puis si Gunter nous voit ainsi… S'il te plaît Wolf. »

Il avait beau vouloir dégager le mazoku aux cheveux blonds, ce dernier s'accrochait à lui et aux couvertures. Il était bien content que ça soit Conrad qui le réveille. La position était vraiment équivoque. Il lâcha un soupir. Il passa une main sur ses joues, elles étaient si chaudes, il devait sûrement rougir. Il savait que son professeur se ferait des films. Il n'avait pas besoin de ça. Il n'était pas encore paré. Il avait s'assumer en tant que bisexuel, il n'était pas encore prêt pour l'avouer à tous. Deux frappes se firent entendre. Il insista d'autant plus pour défaire l'emprise de son fiancé.

« Ouvrez-moi votre majesté. S'il vous plaît. Je veux savoir si vous allez bien. Si vous vous sentez bien. Ouvrez cette porte. »

Il finit par dégager Wolfram doucement enfila rapidement un jogging semblable à celui de Conrad Sauf qu'il était plus petit. Yuuri se sentait à l'aise dans cette tenue. Il était bien content que Conrad ai verrouillé la porte derrière lui. Il dormait certes avec le mazoku blond, mais il savait que cette position aurait déclenché une tempête dont il sentait qu'il aurait du mal à y survivre mentalement et physiquement.

« Tu me sauves à nouveau.
- Que ça ne devienne pas une habitude Yuuri. »

Gunter fini par rentrer, l'air paniqué, il ne savait pas ce qu'il voulait, mais le maoh se sentait plus de courir avec Conrad que d'écouter les mots de son professeur.

« Je vais courir à plus tard Gunter.
- Votre majesté... »

Il était déjà en train de partir en trottinant qu'il entendit l'enseignant s'exclamer.

« Wolfram, pourquoi êtes-vous dans le lit du maoh ? Tu possèdes ta propre chambre en plus.
- Encore quelques instants...
- C'est la chambre de sa majesté... »

Yuuri ne voulant pas en entendre plus fila à l'Anglaise. Hors de question de s'expliquer pour le moment de la présence de ce garçon. Il courrait aux côtés de Conrad. Conscient que le soldat devait sûrement ralentir le rythme pour qu'il arrive à suivre.

« De tous les endroits où il pouvait dormir, il a choisi ma chambre et sur moi. Il a une chambre dans le château en plus. Il doit bien avoir d'autres chambres pour les invités dans ce château immense. Ou carrément des suites pour les prestigieux d'entre eux. »

Ce château si grand était à présent le sien, parce qu'il était le roi de ce royaume. Avec toutes les responsabilités qui incombait un monarque dans un monde de fantaisie. Il finit son tour avec Conrad et alla se changer. Il devait soulager un peu Gwendal de cette paperasse. Ce n'était pas l'écriture des mazokus qui le freinait, il la comprenait parfaitement. C'était surtout que certains termes lui semblait totalement inconnus. Heureusement, que Gunter était là pour tenter de lui faire comprendre. Et d'un côté ça le désespérait, et d'un autre, il se disait qu'il avait la partie la plus facile. Gwendal lui mâchait bien le travail. Il n'avait plus qu'à signer. Écrire son nom en mazeki était une étrange sensation. Il se sentait vraiment important. Son nom formait des signes élégants, peut-être même trop de son point de vue. Il remercierait le travail de Gwendal plus tard. Sa façon de tracer les symbooles étaient encore un peu maladroite, mais il progressait bien. Grâce à la magie qui permettait de tout traduire.

« Vous allez bien ?
- Oui, ne t'en fais pas Gunter. C'est juste ces mots parfois, je ne les comprends pas trop. Je peux comprendre en lisant le reste. Mais je ne vois pas en quoi les mazokus se complique la vie avec des mots si complexes.
- Si vous avez besoin de plus de renseignements sur un terme, n'hésitez pas. Je suis là aussi pour ça.
- Merci Gunter. »

Toutes ses responsabilités, il aurait pu les fuir, mais non, il avait promis à Gwendal et d'autres personnes qui serait là pour les protéger. Il se forçait un peu, mais c'était un bon sacrifice à faire. Il voulait que cet endroit soit plus agréable. Ou la liberté serait un choix pour tous. Yuuri savait qu'il y avait d'autres formes de servitudes, mais chaque travail méritait salaire. Il souffla quand il sentit son estomac crier famine.

« Je pense qu'il est temps de manger un peu. Allons déjeuner. »

Il marcha en compagnie de Gunter le long des couloirs. Il retrouva rapidement Conrad et Wolfram qui semblaient parler à quelqu'un. Mais de là où il était. Yurri ne pouvait pas voir avec qui ils discutaient avec autant de passion ? Il s'approcha un peu plus. Il put voir Nicola, son ventre s'était bien arrondi, mais elle restait incroyablement belle. C'était donc à ça que ressemblait une mazoku attendant la vie. Comme les humaines sur terre, mais un petit truc de magique en plus.

« Votre majesté !
- Nicola, vous êtes venue, je suis si content que vous soyez là. Vous êtes magnifique.
- Merci, je devais répondre à votre invitation. »

Yuuri sourit en la voyant si rayonnante et heureuse, malgré l'absence de ce Hube, enfin Hubert d'après Gwendal. Pour lui ça serait Hube un bon moment. Il savait qu'il n'était pas toujours conseillé de monter à cheval lorsqu'on attendait un enfant, donc il devait avoir des carrosses ou des charrettes dans ce monde. Car elle semblait en forme, malgré son état.

« Vous êtes arrivé donc ici, je suis soulagé.
- J'ai été fortement escorté jusqu'ici. Il faut dire que l'armée mazoku tient à ce que les invités de leur roi soient présent à ses côtés. Je vous remercierai jamais assez pour ça.
- Ce n'est rien vraiment… Toujours pas de nouvelle de Hube ?
- D'après Gwendal, nous ne savons pas encore où il est. Il est cherché non seulement par les humains, mais aussi par les mazokus, je suppose que je ne le verrai pas encore avant un moment. Cet homme a été vraiment gentil avec moi…
- Gwendal est un homme bon. »

Il était très bien, l'air de rien, il y avait la fratrie de l'ancienne Maoh qui le soutenait. Il se sentait fort proche d'eux et Gunter, son professeur. Il apprenait de plus en plus sur ce monde, sur les mazokus et d'autres choses grâce à ces hommes qui n'étaient pas mal à regarder. Toutes ces personnes qui le supportaient et l'aidaient sans faillir. Il ne pouvait qu'en être flatté.

Même si parfois Gunter était un peu fou et semblait vouloir défendre l'honneur de son roi et contre tous, malgré son souverain d'ailleurs. C'est pour ça qu'il était bien moins tactile avec cet homme qu'avec les trois frères. Il commençait à peine à accepter cette proximité sans le gêne de toute manière. En parlant du loup. Il profita de la présence de Wolfram pour lui faire un sermon.

« Un fiancé ? Un fiancé, ça ne veut pas dire que vous êtes le compagnon de sa majesté. Dans votre infamie, vous avez dormi avec notre roi. Alors que vous n'êtes pas encore marié. Sans les vœux, vous n'avez rien à faire dans la chambre de sa majesté. »

Wolfram lâcha un soupir. Il fixait l'enseignant.

« Tu es juste jaloux et tu es vraiment de l'ancienne génération. Ce n'est pas avec tes cent cinquante ans que tu pourrais comprendre ma génération et celle de notre roi. Il te faut une autre lecture. On ne fait que dormir. Je n'ai pas encore consommé son corps. Si c'est ce que sous-entends. Dormir ne veut rien dire. Puis Yuuri ne s'en plaind pas trop.
- C'est parce que vous ne lui laissez pas le choix. Vous vous imposez dans sa vie. Un fiancé ça sait quand cesser d'être aux côtés de son promis. Notre roi ne connaît pas nos traditions et ne profite pas de ça.
- Tu es juste jaloux ! »

Yuuri ne voyait pas comment cesser la dispute entre ces deux-là. Mais il l'espérait que ça cesserait rapidement.

« Excusez-moi, mais j'avais oublié de vous dire que Gwendal vous attend. Il m'a chargé de faire passé le message. Et puis ça m'a fait plaisir de voir sa majesté, il a été si gentil avec moi.
- C'est bien Yuuri d'être comme ça. Même s'il a encore du mal à se faire qu'un mâle sera son compagnon de vie. »

Yuuri rougit, une pique de ce genre de la bouche de Conrad le surpris et le gêna. Ce n'était pas sa faute si son éducation et son monde n'était pas très ouvert à ce genre de relation. Avec un Wolf féminin, il n'aurait pas hésité autant. Il s'était assez attaché à lui pour l'embrasser de temps en temps. Mais ça ce crétin ne le savait pas. Deux coups se firent entendre. Ça venait de la porte pas loin d'eux. Conrad ouvrit la porte et un soldat aux cheveux bleu clair qui lui arrivait dans le cou fit son apparition. Il portait le même type d'uniforme que Wolfram, mais semblait moins gradé que son fiancé.

« Que se passe t-il ?
- Je viens faire mon rapport votre seigneurie… Je sais que je peux déranger, surtout que le maoh travaille en ce moment, c'est son heure d'enseignement avec le seigneur Von Christ ou avec vous, seigneur... »

Comme il faisait face à Conrad, il devinait qu'il parlait de son entraînement physique et l'épée. Yuuri le trouva adorable, un truc de mazoku. Soit mignon, soit si classe. Ces gens étaient vraiment trop beau comparé à lui.

« Ne soyez pas si formel, je venais juste de finir une leçon et de me mettre en route pour manger un morceau.
-Bien entendu seigneur, je vous demande pardon, mais la vérité… C'est que quelqu'un est à l'entrée vous demande une audience.
- C'est juste ça, je vais manger un morceau et je pourrais le recevoir. J'espère que ça ne te dérange pas trop Gunter, je sais que tu avais prévu une autre leçon.
- Ce n'est pas faux, mais votre devoir de roi avant tout, majesté. Disait calmement Gunter.
- Merci et ça serait mieux que le roi soit seul durant l'entretien. La personne veut à tout prix que ça reste secret. Disait paniqué le pauvre soldat mazoku. »
Il semblait vraiment sur le point de s'évanouir, et Yuuri voyant ça ne sentait pas trop ce qui allait lui arriver. Il posa un regard sur Conrad. Ce dernier lui sourit.

« Toutes les personnes ici pourront garder le secret, ne t'en fait pas. Même cette chère Nicola... »

Mais la jeune femme était partie, elle avait dû profiter de l'arrivée de ce soldat pour filer à l'Anglaise. Le souverain se disait que lui n'aurait pas cette chance de passer inaperçu avec trois chaperons l'observant.

« Très bien, je vais parler. Notre souverain, celui qui règne sur le territoire du Shin Makoku, celui qui est le plus fort des mazoku… Notre souverain Yuri, vingt-septième maoh… A eut un enfant illégitime ! »

Yuuri resta sous le choc, incapable de bouger et il n'était pas le seul. Il était puceau, comment il aurait eut un enfant illégitime sans qu'il soit au courant. Même Wolfram restait sans voix, c'est pour dire à quel point la situation semblait impensable...