Bonjour tout le monde !

Et bien.. Que dire.. Hum...

JE SUIS RAVIE D'AVOIR PASSÉE MON COUP DE GUEULE !

Un IMMENSE merci pour toutes vos reviews, elle m'ont vraiment, vraiment, VRAIMENT fait chaud au cœur !

Quand j'ai vu que je n'avais pas de review sur le chapitre 3 malgré le temps qui passait, franchement j'était déprimée... Mais là... Vous m'avez gâté et je tenais sincèrement à vous remercier (encore ?) !

J'ai eu aussi quelques reviews anonyme donc je vais en profiter pour y répondre ici :

AkuZ : Je te remercie pour ta review ! Et oui, Lavi est de retour ! C'est un personnage que j'apprécie tout particulièrement et pour moi il fait parti des incontournable... Que serait Allen sans son meilleur copain après tout ? Je suis ravie que les chapitres précédents t'aient plus, il est parfois difficile de jongler entre l'humour et le sérieux de D Gray Man... Mais si j'ai réussi, je suis plus qu'aux anges !

Linaewein : Dans le chapitre 3 tu m'as fait un des plus beaux compliments qu'on ai pu me faire... Je te remercie vraiment ! Je fais beaucoup (BEAUCOUP) d'effort pour que ma manière d'écrire soit lisible et surtout agréable... Alors si mes efforts portes leurs fruits, je vais continuer ! Je me suis remis à D Gray Man juste avant le confinement... C'est ça qui m'a donner l'idée de faire un cross over avec cette Univers... J'espère qu'une fois cette fic fini tu viendras suivre la suite dans le cross over ! ;)

Voilà pour les réponses ! Sur ce, je vous laisse avec le chapitre 5, en espérant qu'ils vous plaira autant que le 4 ! Bonne lecture !


Lavi et Allen se regardaient comme deux ronds de flanc, incapable d'articuler quoi que ce soit. Cela faisait au moins cinqs mois qu'ils ne s'étaient plus vu et ni l'un ni l'autre ne pensaient retrouver son ami ici. En France. Dans un manoir des Noah. Dans la chambre d'un Noah. Dans le lit même des Noah pour le plus jeune.

Road émit une longue plainte en se réveillant, s'étirant longuement, profitant de l'opportunité pour enlacer davantage le blandin qui sortit enfin de sa torpeur :

- R… Road, lâche-moi… fit-il, tentant de se dégager maladroitement de la poigne de la fillette.

- Mais… Vieux…? Qu'est-ce que tu fous dans le lit de Tiky… Moitié à poil ?

Tandis que Lavi s'exprimait d'une manière complètement plate et incrédule, n'arrivant toujours pas à assimiler la situation, il pointa du doigt la tenue du jeune anglais. Car, oui, avec tout ça, Allen n'avait pas réalisé qu'il portait toujours sa chemise à moitié ouverte sur son torse nu ainsi que ses manches relevés pour mettre en valeur ses bras. Piquant un fard, il s'empressa de reboutonner sa chemise en bafouillant une vague explication sans queue ni-tête. Derrière, Tiky d'humeur chafouin s'empressa d'enrouler son bras autour des épaules d'Allen et l'attira à lui, se mettant à regarder Lavi avec un air mystérieux et malicieux :

- Je te serais reconnaissant de ne pas le mettre mal à l'aise pour notre première fois.

Surpris, Allen le dévisagea en se raidissant complètement. Il entendit vaguement les plaintes de Road qui resserra son étreinte sur ses hanches. Et il ne fallut qu'une fraction de seconde pour qu'il frappe violemment Tiky et qu'il bondisse hors du lit en se dépêtrant comme il put des mains de la fillette. Essoufflé et passablement énervé, il pointa les deux Noah du doigts :

- Franchement vous avez un sacré problème tous les deux ! Je ne suis pas à vous et je n'ai couché avec personne !

Lavi siffla devant la performance en applaudissant alors que Tiky et Road prenaient plus où moins des airs boudeurs et fâchés. Malgré tout, aucun des deux ne pipa mot, ce qui laissa le temps à Allen de reprendre son souffle. Sa nausée montait de plus en plus violemment et il se douta qu'il lui faudrait rapidement trouver les toilettes. Aussi, il demanda l'information à son ami et s'en fût dans les couloirs, d'un pas pressé, une main sur la bouche, la mine devenu pâle avec un Timcanpy à ses trousses.

Lavi fit quelques pas dans la pièce, observant la nièce et son oncle toujours prostré dans le lit :

- Vous allez m'expliquer ? dit-il en reprenant son sérieux.

- Où est Sheryl ? demanda Tiky, soudain inquiet en se remémorant la menace qui pouvait débarquer n'importe quand à cause des cris d'Allen.

Lavi arqua son sourcil gauche en croisant les bras, reportant son attention sur Road, interrogateur. La fillette détourna le regard, sifflotant comme une petite innocente. Comprenant la situation, Lavi soupira, passant une main dans ses cheveux, l'air ennuyé :

- Le compte est passé hier soir le chercher, il avait une mission pour lui. Je pensais que Road t'aurais prévenu.

En apprenant ça, Tiky jeta un regard accusateur vers sa nièce, plissant les yeux :

- Petite peste va…

Mais Road le regarda droit dans les yeux, haussa les épaules en minaudant un "Maintenant tu le sais" et sourit sournoisement avant de bondir du lit et d'arpenter les couloirs en criant le nom du petit anglais.

Tiky et Lavi échangèrent un regard las et soupirèrent en même temps :

- Qu'est-ce qu'Allen fout là ? Tu m'avais dit que vous n'en aviez plus après lui pour le moment.

- Il se trouve que le hasard m'a amené à croiser sa route alors qu'il… hum… profitait de sa jeunesse ? répondit le Noah en prenant soin de garder un peu de suspense.

Puis il sourit, amusé par ses souvenirs et ajouta :

- Tu devrais consulter discrètement les enregistrements de Timcanpy. Vraiment.

Le Bookman paru sceptique mais acquiesça silencieusement. Il tourna ensuite les talons, prévenant le Noah que le repas était prêt mais que si Allen mangeait là, il allait refaire des portions supplémentaires. Symbiotique oblige.


Le soleil était haut dans le ciel, éblouissant, diffusant une chaleur insupportable, accentué par un vent chaud et une pression d'air épouvantable. Des dunes de sables fin s'étandaient sur plusieurs kilomètres, donnant l'impression d'un horizon lunaire infini. Épuisé, découragé, déshydraté, le pauvre Johnny s'évertuait pourtant à avancer. Chacun de ses pas s'enfonçant profondément dans le sable lui semblait terriblement fastidieux, continuant de lui arraché chaque parcelle d'énergie qui lui restait. À ses côtés, Kanda avait passé un bras autour de ses épaules et le soutenait inlassablement, s'aidant de Mugen pour progresser dans cet enfer. Quinze jours que Timcanpy était parvenu à échapper à leur surveillance et les avaient planté en Afrique. Les deux hommes avaient espérés qu'Allen ne soit pas loin et avaient donc poursuivis leurs recherches. Grâce -ou plutôt à cause- d'un marchand d'animaux, ils avaient finis par acheter deux chameaux et s'étaient lancés seuls dans le désert.

Grave erreur.

Car après une semaines et demi d'errance dans le Sahara et trois tempêtes de sable, ils étaient forcés de reconnaître qu'ils s'étaient fait avoir et qu'ils étaient complètement perdu. L'un de leur chameau était mort épuisé une semaine après leur départ. Le deuxième l'avait rejoint quelque jours après. Et pour parfaire le tableau, ils avaient bu leur dernière gourde d'eau la veille. Autant dire que l'un et l'autre n'en menaient pas large. Surtout le pauvre Johnny qui était dépourvu de toute faculté physique. Pour Kanda, il s'agissait d'un miracle que le scientifique tienne encore debout dans ses conditions. Ce même Johnny qui quelques secondes plus tard faillit s'écrouler si le japonais ne l'avait pas retenu. Décidant qu'il était temps de faire une pause, Kanda se dirigea vers une dune assez haute, offrant un minimum d'ombre. Il laissa Johnny s'allonger pour souffler tandis qu'il commença à creuser le sable à la recherche de la fraîcheur. Un fois son trou fait, il allongea le scientifique dedans et s'assit à côté, prenant quelques instants pour remettre son cheich. Même si son pouvoir de guérison était encore bien présent, mieux valait éviter la morsure du soleil sur sa peau particulièrement blanche.

- K-... Kanda… ?

La voix de Johnny paraissait tellement fatigué que même Kanda fut prit d'une certaine pitié pour le scientifique mal en point. Pourtant, ne laissant rien paraître, il se contenta de tourner la tête vers lui, replaçant Mugen contre son épaule.

- … Pourquoi… tu vas si loin pour Allen ?

- Tu t'es vu ? T'es presque mort.

Kanda répondit sèchement, plissant les yeux, d'abord sur la défensive. Puis il réfléchit à la question qu'on venait de lui poser et balaya du regard l'immensité du désert face à lui. Oui, il était revenu pour aider Allen. Parce qu'il lui devait bien ça, à ce jeune crétin qui les avaient aidés à s'enfuir, lui et Alma, sous le nez de la congrégation. Parce qu'après la mort d'Alma, Kanda avait beaucoup cogité. Et il avait fini par être saisi de remord. Lui, il avait laissé le Moyashi à son triste sort. Il détestait tellement la congrégation qu'il avait presque été heureux qu'un Noah naisse en son sein. Que l'un de ses meilleurs exorciste -même s'il ne l'avouerait jamais à haute voix- devienne un ennemi. À croire que le Dieu qu'il vénérait tant avait un sacré sens de l'humour.

Mais voilà, il s'agissait d'Allen. Un adolescent gringalet, le cœur sur la main, toujours prêt à aider. Un être naïf et infiniment gentil. Une personne attachante malgré ses mimiques de gentleman exaspérantes et son estomac sans fond. Un enfant que la vie n'avait pas épargnée et qui, encore aujourd'hui, le mettait à l'épreuve.

Pourquoi diable Kanda allait si loin pour lui ? Peut-être parce que sa vie touchait déjà à sa fin et qu'il voulait mener une dernière bonne action ? Pour rendre fière Alma quand ils se retrouveraient ?

Où peut-être simplement parce que le blandin était bien plus important à ses yeux que ce qu'il ne voulait bien se l'avouer.

Repoussant aussitôt cette idée, Kanda émit un "Tch!" rageur :

- Si j'avais su que ça nous mènerait là, j'aurais lâcher l'affaire bien plus tôt. Ce foutu golem ne paie rien pour attendre ! La prochaine fois que je le croise, il finit en miette !

Aucune réponse. Il tourna la tête pour constater que Johnny s'était évanoui et respirait fort. Poussant un nouveau "Tch", il appuya son bras sur son genoux relevé et reporta à nouveau son regard sur l'étendu de sable. La nuit ne tomberait pas avant plusieurs heures et avec son arrivé, les températures allait dégringoler encore une fois. Mais ne valait-il pas mieux attendre que les températures baisse pour reprendre leur route justement ? Où devait-il partir maintenant et porter le scientifique inconscient en continuant de puiser dans ses propres réserves ?

Après dix bonnes minutes de réflexion, Kanda se convainc finalement de rester là, à attendre le froid glacial de la nuit. En espérant que le prochain choc thermique n'aurait pas raison de Johnny. Il ferma les yeux, s'allongeant à son tour et s'assoupit rapidement, épuisé par ses jours de marches sans fin.

"Alma tenait vraiment à toi tu sais."

Kanda ouvrit brutalement les yeux. Il était toujours dans le désert, allongé à côté d'un Johnny souffrant. Pourtant, de son côté, il ne sentait plus cette chaleur étouffante. L'air semblait être plus respirable et il savoura presque une brise fraîche et délicatement parfumé. Il se leva, empoignant fermement le fourreau de Mugen, observant les alentours à la recherche d'une quelconque source de vie.

"Il aurait tout fait pour que tu sois heureux. Même te tuer."

Kanda tourna rapidement la tête sur sa droite. Personne. Pourtant il était persuadé d'avoir entendu une voix.

"Mais son dernier souhait était que tu vives. Que tu sois heureux. Que tu retrouves l'amour même."

- Qui est là !?

Cette fois, il tourna brusquement sa tête vers la gauche. Toujours personnes. Il grogna et sortit Mugen de son fourreau, se mettant sur la défensive.

"J'ai entendu son dernier vœu Yu." repris la voix avec douceur. "J'aimais beaucoup Alma, et ce qu'elle a été par le passé. Je lui ai promis de prendre soin de toi."

Et à ses pieds, Kanda vit fleurir des centaines de lotus, traçant un chemin au milieu du désert aride. Éblouit par la lumière resplendissante que dégageait les pétales, il mit sa main devant ses yeux, les plissant pour tenter de discerner quelques choses. Au loin, sur le chemin des fleurs de lotus, une silhouette commençait à se dessiner. Mais alors que Kanda força pour faire un pas dans cette direction, il sentit qu'on lui saisit le bras et tout autour de lui vola en éclat.

Ouvrant soudainement les yeux, Kanda se retrouva face à une femme, vraisemblablement inquiète pour lui. Il s'assit dans le sable chaud et regarda tout autour. Ils se trouvaient toujours dans le désert mais une troupe de nomade avec des chameaux et des caravanes qui les avaient repérés étaient venu à leur secoure. À sa gauche, deux hommes complètement enrubannés étaient en train de donner à boire à Johnny toujours inconscient alors que face à lui, la femme qui l'avait réveillé lui tendait une gourde remplie de thé. Soulagé, Kanda se saisit de l'objet et but le liquide chaud qui décolla sa trachée beaucoup trop sèche. Retenant difficilement un soupir de contentement, il avala jusqu'à la dernière goutte du liquide puis rendit le gourde à la femme toujours accroupi devant lui. Celle-ci commença alors à lui parler, mais Kanda ne compris pas un seul mot et devina que ce n'était pas elle qu'il avait entendu dans son rêve. Il essaya de lui répondre en anglais -langue que tout exorciste connaissait- puis enchaîna sur du chinois puis du japonais, sans plus de succès. Finissant par un "Tch !" agacé, il se leva et épousseta rudimentairement ses vêtements. Au moins, ils étaient sauvés.


Après avoir expectorer la maigre contenance de son estomac, Allen visita le manoir, Timcanpy sur son crâne, Road sur les talons. Les couloirs immenses, tapissés de moquette rouge aux arabesques d'or donnaient sur des salles plus grandes et plus somptueuses les unes que les autres. Les fenêtres immenses laissaient entrer la lumière du soleil réchauffant les salles encombrées de bibelots de valeurs inestimables. Après avoir fait le tour du propriétaire, abasourdi par la richesse et la beauté des lieux, Allen avait finit par rejoindre Lavi dans les cuisines de la bâtisse et s'était appuyé contre un plan de travail à la gauche de son ami alors que Road était resté dans la salle à manger attenante avec son oncle.

Lavi, la main gauche posée négligemment sur sa hanche face à un énorme fait-tout brassait de l'autre mains la plâtré de pâtes qu'il était en train de cuisiner. L'anglais le regarda faire, un sourire nostalgique naissant sur ses lèvres fines alors que Timcanpy s'approchait de l'eau bouillante, semblant observer avidement le contenu :

- Je suis soulagé de voir que tu te portes bien…

- Là même vieux. Quand Tiky est revenu sans Road et nous à raconté pour Apocryphos, j'peux te dire que j'en menais pas large, répondit-il en gardant son sérieux sans cesser le mouvement de sa spatule en bois. Mais je pensais pas te retrouver ici.

- C'est moi qui suis le plus étonné ! Que fais-tu avec le clan des Noah ?

En continuant de parler, Allen c'était redressé pour se tourner complètement vers Lavi. Celui-ci esquissa un sourire contrit sans lâcher l'eau tournoyante dans le fait-tout du regard :

- C'est papy qui m'a demander de rester avec eux. Je continue mon rôle d'apprentie Bookman… Je ne peux plus être exorciste de toute façon…

La voix du rouquin c'était quasiment noué sur la dernière phrase, et Allen écarquilla les yeux de surprise, comprenant que son innocence avait été détruite. Mais avant qu'il puisse commenter ou réconforter son ami, ce dernier coupa le gaz et alla égoutter les pâtes en reprenant la parole avec l'entrain qui le caractérisait tant :

- De toute façon, je n'étais exorciste que pour analyser l'histoire du côté de la congrégation ! Maintenant je dois aborder un autre point de vue. Et même si ça m'a fait de la peine de perdre mon innocence, maintenant ça ne m'affecte plus.

- Lavi… chuchota Allen en compatissant, sans croire un traître mot de ce que son ami lui disait.

- Et je n'ai pas besoin d'innocence pour vivre avec les Noah, ils m'adorent ! N'est-ce pas, Road ?

La fillette venait d'entrer dans la pièce, léchant une énorme sucette, son air blasé peint sur son visage. Elle se dirigea automatiquement vers l'anglais d'un pas nonchalant et enlaça son bras pendant qu'Allen laissait faire en soupirant. Elle se colla une fois de plus contre lui avec un grand sourire naissant sur ses lèvres, puis, sur un ton complètement détachée lança :

- Je préfère Allen et ça ne m'a pas empêcher de lui crever un œil….

Un frisson d'horreur remonta le long du dos du blandin en se remémorent ce douloureux épisode tandis que Lavi pâlissait en lâchant un rire malaisant, réalisant qu'il n'était pas si à l'abri que ça. Il fit ensuite gentiment le tour d'Allen et Road, les poussant tous deux vers la salle à manger, un sourire figé sur les lèvres, les traits tout aussi raide alors qu'il se forçait à paraître décontracté :

- Ah ah ah… Allez allez, à table ! J'apporte les plats tout de suite !

Road sourit, fière de son effet et entraîna l'anglais avec elle, rejoignant son oncle à leur modeste table à manger en bois ronde de quatorze personnes. Se faisant, elle s'assit à la droite d'Allen, et à la gauche de Tiky pendant que Lavi apportait un chariot plein de met divers. Il prit d'ailleurs soin de servir un peu plus l'exorciste symbiotique, profitant pour le charrier un peu :

- Ça vaut pas la cuisine de Jerry, mais c'est toujours mieux que celle de Tiky.

- Oh, le borgne… répondit ce dernier, l'air renfrogné, piqué au vif. Je ne cuisine pas moi.

- Justement. Si Allen veut un bon parti, il vaut mieux qu'il t'oublie rapidement.

Les joues de l'anglais s'empourprèrent instantanément alors qu'il s'offusquait de vive voix. Évidemment. Lavi l'avait trouvé dans le lit de Tiky et Road. C'était certain qu'il ne tarderait pas à en faire un sujet de boutade. C'était même étonnant qu'il ne commence que maintenant. À sa droite, Allen entendit le Noah pouffer de rire et ne put s'empêcher de lui jeter un regard courroucé et froid, tentant -en vain- d'enrayer les railleries. Juste à côté, Road faisait la moue, boudeuse.

- Ne plaisante pas avec ça, sache que ce gamin a brisé mon pauvre cœur, théâtralisa Tiky, main sur son palpitant, menton relevé, feignant un terrible chagrin. Il en aime un autre !

Lavi pouffa à son tour, s'asseyant à la droite de Tiky, acceptant de jouer le jeu auquel semblait se prêter le Noah avec bonne humeur :

- Comment est-ce possible ? dit-il dans une caricature d'homme scandalisé. Qui est donc le coupable qui vous a volé votre amour ?

Road commença à manger, roulant des yeux d'agacement alors qu'Allen se décomposait au fur et à mesure de la conversation. Tiky Mikk n'allait tout de même pas… ?

- Mon pauvre, il s'agit d'un exorciste au destin tragique. Est-ce la pitié qui a pris le cœur de mon bien aimé ? Où la beauté incommensurable des traits fins de cet homme ? Où peut-être encore son franc parler et sa lame aiguisée, je ne saurais dire...

Tyki marqua une pause, rivant son regard sur Allen, un sourire carnassier sur les lèvres. Son ton se fit tout à coup beaucoup plus sérieux, bien qu'il trahissait quand même l'amusement et la sournoiserie du Noah :

- Je veux bien sûr parler de Yû Kanda.

Lavi éclata de rire à la dernière phrase. Une main sur son estomac pour tenter de venir soulager ses abdominaux durement solliciter, l'autre frappait la table avec virulence. Il arrivait de temps en temps à sortir un "Yu~" hilare sans arriver à reprendre son souffle. Allen de son côté se força à rester immobile, se contentant de jeter un regard lourd de sens à Tiky. Ce dernier lui sourit de plus belle, fit un clin d'oeil et commença à manger. Après deux bonnes minutes, Lavi fini par réussir à se calmer et entama à son tour son assiette, reprenant la conversation :

- Bon sang, j'aimerais tellement être là le jour où ce glaçon de Yu sera capable d'aimer une personne. Sans la découper avant j'entend. Ça, c'est quelque chose que je pourrais noter dans l'histoire en tant que Bookman, hein vieux ?

- Hm.

Allen mangeai sans entrain, donnant quelques bouchés de son plat à Timcanpy, maudissant Tikky Mikk de les avoir emmenés sur cette pente glissante. Et il détestait tout particulièrement qu'il se soit servit de l'ignorance de Lavi pour enfoncer le clou. La seule chose qui le soulageait un peu, c'était que Road semblait partager son point de vue car la fillette ne décollait pas ses yeux de son assiette, ses gestes contenant une colère mal dissimulée.

Voyant la mine abattu de son ami, Lavi se décida à tempérer le jeu :

- Allez Allen, on plaisante… Tu vas pas le prendre mal quand même ?

- Je ne plaisantais pas personnellement, trancha Tiky.

Puis, il regarda Timcanpy et claqua des doigts. Avant que le golem n'ai put obéir à l'ordre implicite, Allen plaqua ses couverts sur la table d'un geste rageur en lançant un regard noire à Tiky. Il renversa sa chaise en se levant et partit d'un pas furibond dans les couloirs du manoir. Road regarda son oncle, agacée :

- T'es content ?

Et elle s'en alla à son tour, accompagné de Timcanpy, rejoignant Allen pour l'apaiser. Lavi resta ahuri devant ce qu'il venait de se passer. Après quelques secondes de réflexions, il ce tourna vers Tiky, encore éberlué :

- … Tu blaguais pas ?

- Non.

- Ah.

Que dire d'autre ? Lavi n'en savait fichtrement rien. Il était complètement incrédule face à cette nouvelle. Pas que l'homosexualité le dérangeait, non, pas du tout même. Si ce sujet était complètement tabou et considéré comme contre-nature, surtout pour des hommes d'église, Lavi était de ceux qui pensait que l'amour n'avait pas de genre. Mais Allen, amoureux de Yu ? Ça, il ne l'avait pas vu venir. Les deux jeunes hommes passaient leur temps à se voler dans les plumes et à s'incendier du regard -dès qu'il ne s'agissait pas des joutes verbales-. Est-ce que son œil si observateur avait omis des détails dans les chamailleries de ses amis ? Vraisemblablement.

Continuant à manger dans le silence le plus complet, son esprit dériva et il passa en revu toutes les fois où il avait pu voir Allen et Yu ensemble. Franchement, il ne voyait pas ce qui aurait pu lui mettre la puce à l'oreille. Et puis, dans un éclair de lucidité un détail attira son attention. Le comportement d'Allen. D'un anglais parfaitement gentleman et civilisé, il se transformait en adolescent irascible, têtu et au langage de chartier dès que Yu entrait en scène. Et d'un coup, tout paraissait évident.

Quoi de mieux que la colère pour cacher l'amour et le trouble ?

Lavi se gifla mentalement, posa ses couvert sur la table, bascula son corps jusqu'à renverser sa tête en arrière et poussa un long soupir fatigué :

- C'était évident en plus… Franchement, quel crétin.

Et Tiky à côté de lui acquiesça, finissant son verre de vin dans le plus grand des calmes.


Tadaaaaaam !

Alors, alors ? Ça vous a plus ?

N'hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé, je suis très curieuse de vos retour !

Pour information, cette fiction fera environ une dizaine de chapitre ;)

Encore merci pour vos retour, bon confinement et prenez soin de vous !