HP *** HP *** HP *** HP

Titre d'origine : The Paths Diverge

Auteur : Vaneria Potter
Toute ma gratitude, pour m'avoir gentiment donné une autorisation aussi enthousiaste de traduire cette histoire !

Rating : K+
Tout
le monde peut lire cette fiction à partir de 9 ans !

Liens : Vous trouverez les liens vers "The Paths Diverge" et vers Vaneria Potter sur mon profil. Et sinon, vous trouverez toujours les fics que je traduis dans mes "Favorites Stories".

Disclaimer de l'auteur : je ne possède pas Harry Potter, ni aucun des personnages. Plus de soixante histoires postées dans ce fandom, et FF n'a toujours pas saisi la situation.
Note de la traductrice : Aujourd'hui, Vaneria Potter en est à 159 histoires postées sur FF, dont 19 pour l'univers d'Harry Potter. Je ne sais pas si elle publie sur d'autres sites.

Disclaimer de la traductrice : Cette fic est complète, et elle fait seize chapitres.
Bien
entendu, les personnages appartiennent à J. K. Rowling, et l'histoire à Vaneria Potter. Seules les fautes de français sont de moi !

HP *** HP *** HP *** HP

Commentaires de la traductrice :

Dans un roman anonyme de ma jeunesse, j'ai trouvé cette phrase inoubliable : « La détermination inébranlable de toutes les femelles de la création lorsque leurs petits sont en danger ».
Lorsque
vous aurez lu jusqu'au bout cette histoire de Vaneria Potter, vous comprendrez pourquoi je pense que cette phrase résume tout !

De même, ma langue française bien aimée a un autre terme très explicite : la "tête à claques".
Il y aura aussi quelques réjouissantes remises à leur place des "têtes à claques" du canon de JKR !

Par ailleurs, je vous recommande chaleureusement ces "Chemins divergeants" pour tous les moments de blues, de cafard et de déprime : à elle toute seule, cette histoire est mon médicament préféré pour retrouver le soleil dans ma vie !

Enfin, je dédie cette traduction à ma grande amie Belinat (anciennement Natacha Nicole), ma jumelle dans le fandom HP !
Heureuse
coïncidence : je commence la traduction de "Quand les chemins (de la destinée) divergent" au moment tu reprends "Ariel et la bague Astronomique". Tu vas voir : c'est aussi une histoire de famille reconstituée, par amour pour un enfant !

Bonne lecture à tous !

HP *** HP *** HP *** HP

CHAPITRE UN

Pour une fois, un long retard d'avion fut une bonne chose, même si ça ne l'avait pas semblé sur le moment.

Dans ce cas précis, un retard de six heures était la raison pour laquelle Natasja Rose traversait Little Whinging à une heure du matin, en ronchonnant sur les excuses stupides.
Oui, elle admettait avoir elle-même inventé des raisonnements assez étranges dans sa vie. Généralement, pour expliquer des devoirs non-faits : c'est ainsi que son professeur d'art avait été finalement convaincu que le chien de Natasja était d'une race étrange, qui vivait de papiers au lieu de nourritures pour chiens.

Mais quand même : prétendre avoir été retardé par une pluie d'étoiles filantes ?
C'était certainement juste des mordus d'informatique particulièrement idiots, qui s'étaient rendu compte trop tard qu'ils avaient raté Halloween, et qui avaient décidé de compenser avec une farce particulièrement énorme.

En l'état, Natasja comptait sur la caféine et de grandes quantités de sucre pour rester éveillée, jusqu'à ce qu'elle atteigne un motel.

Mais elle fut soudainement ramenée à la pleine conscience lorsqu'elle écrasa la pédale de frein, pour quitter la voiture et courir de l'autre côté de la route... où un tout-petit, qui traînait une petite couverture, commençait résolument à traverser la route !

Décidant que rendre visite à la police et déposer une plainte furieuse pouvait attendre une heure ou deux, au moins jusqu'à ce qu'elle ait réchauffé le bébé, Natasja le prit dans ses bras, ignorant le froissement du papier alors qu'elle enroulait la petite couverture autour de lui. Le pauvre garçon était gelé, et il se blottit contre elle.
Remerciant quiconque pourrait écouter de là-haut, parce qu'elle portait un manteau avec une fermeture-éclair, Natasja enveloppa le petit à l'intérieur, contre elle. Son pied frôla quelque chose, mais ce n'était qu'un bout de papier. Elle le ramassa mais l'ignora, pour revenir vite dans la voiture où il faisait chaud.

Honnêtement, qui avait laissé un bébé dehors en novembre ? Le temps était assez froid pour qu'un adulte meure de l'exposition, alors encore plus un bébé ! Surtout quand il était clairement assez grand pour marcher, et donc s'éloigner !
À quoi pensaient ses parents ou ses tuteurs ? Si quelqu'un s'était mis en tête de jouer un conte de fées, où le futur héros était abandonné à la porte d'un étranger (puisque la banlieue ne pouvait pas vraiment être considérée comme une forêt à flanc de montagne), ce quelqu'un allait avoir des ennuis !

Se résignant à une nuit blanche, Natasja berça le bébé dans un bras, pendant qu'elle sortait le répertoire routier avec l'autre main, essayant maladroitement de localiser une station de police [poste de police anglais].

Quelle que soit la raison de tout ce fiasco, ces gens responsables d'avoir laissé un enfant sur le pas d'une porte, au milieu de la nuit, allaient payer ! Même si la lettre était une farce, Natasja ne trouvait pas cela amusant.

HP *** HP *** HP *** HP

Les constables [agents de police anglais] ne trouvèrent pas ça amusant non plus. Et Natasja, clairement, n'avait absolument pas entendu une recrue demander à un supérieur de laisser les coupables résister à l'arrestation [pour que les constables puissent intervenir avec toute la force nécessaire].
Un autre grommelait sur le nombre de plaintes reçues au sujet de personnes agissant étrangement, ou célébrant Halloween avec un jour de retard, et le nombre de ces personnes qui étaient, en conséquence, parties pour le week-end. Si le bébé avait été simplement déposé sur un pas de porte, qui savait même si les occupants étaient à la maison ?

Le médecin urgentiste, lui, devint carrément furieux quand on lui eut expliqué, et il divagua sur l'exposition et comment le bébé aurait pu mourir de froid, si Natasja ne l'avait pas trouvé. En l'état, le petit souffrait d'engelures légères et d'exposition au froid, et il passerait au moins quelques jours aux urgences pédiatriques.

La seule bonne nouvelle fut trouvée dans l'examen du pyjama du bébé, avec le prénom "Harry" soigneusement cousu dans le col, et dans l'examen de la couverture, qui avait un écusson familial (avec devise) brodé dans les coins.
Une recherche rapide révéla qu'il s'agissait de l'écusson de la famille Potter, mais que les seuls Potter enregistrés, et susceptibles de l'avoir cousu sur une couverture pour bébé, étaient un couple âgé, dont les seuls enfants étaient déjà adolescents.

Natasja devait rester disponible pour interrogatoire pendant au moins quelques semaines. Mais comme son nouvel emploi (personnel administratif et surveillante à temps partiel, dans un institut supérieur voisin) ne commençait pas avant le Nouvel An, ce n'était pas un problème.

HP *** HP *** HP *** HP

En fait, cela s'avéra être une bonne chose, car les services à l'Enfance étaient submergés avec les attaques terroristes de ces dernières années. Et quelqu'un prêt à assumer, même des soins temporaires (après vérification des antécédents et des qualifications nécessaires pour le placement familial), était une bénédiction.

Son nouvel appartement n'était pas non plus loin de la Station, ce qui facilitait certainement les choses pour tout le monde.
Après un rapide voyage dans un magasin d'occasion pour acheter un lit de bébé, une chaise haute, des vêtements et des jouets, puis dans les magasins locaux de nourriture et de fournitures pour bébé, Natasja amena Harry dans sa nouvelle demeure deux-chambres-et-bureau.

« Bienvenue à la maison, Harry Potter. »

HP *** HP *** HP *** HP

Notes de l'auteur : Cette histoire m'a été inspirée par une discussion sur un fil VENOM dans Fiction Alley Park, et par la collection "Pottery Shards" de Lucinda.
Il
y a des tas d'histoires quelque chose change pendant les années d'Harry chez les Dursley, mais que se passerait-il si les choses divergeaient dès le début ?
Des
cookies virtuels pour quiconque a envie de souligner par review à quel point laisser un bébé sur un porche, dans un hiver du Royaume-Uni, était une foutue idée stupide !

Notes de la traductrice : Pour éviter toute ambiguïté et toute controverse, je garderai le vocabulaire anglais pour parler des forces de police d'Angleterre. Vous verrez qu'elles sont quelque peu présentes dans cette histoire !
Par
ailleurs, si vous le désirez, vous pouvez vous aussi me dire par review à quel point vous trouvez "andouille de mes deux" l'idée d'abandonner un bébé sur un porche, quelle que soient la saison et le pays. Les reviews intéressantes auront droit à une mention au prochain chapitre, et j'enverrai les plus originales à Vaneria Potter !

HP *** HP *** HP *** HP