Démenti : One Piece ne m'appartient pas !

Cette fanfiction peut être vue comme la suite de Temps perdu


Partie I


Sabo avisa une nouvelle fois le journal afin de vérifier s'il n'avait pas rêvé les instructions données par Luffy à son équipage. Il souriait grandement, les commissures de ses lèvres atteignant presque ses oreilles. A côté de lui, Dragon, lisait le même article, et il semblait attendre le fin mot de l'histoire de la part de son second. En raison de son état actuel, le jeune homme restait le plus souvent assis, ou effectuait des tâches administratives, assurait la liaison entre les commandants, les pays affiliés et les opérations en cours.

-Quelle est l'origine de ce sourire ?

Le bras droit tourna ses yeux vers son supérieur, comme s'il n'avait pas compris le fin mot de l'histoire, mais il se reprit, Dragon étudiait savamment les gens, avant de poser la moindre question.

-Et bien, Luffy est en vie et si j'ai bien décodé ses intentions, il veut que ses amis demeurent là où ils sont pendant deux ans afin d'être plus forts. Nico Robin a été trouvée par plusieurs des nôtres, elle sera deux ans en notre compagnie !

Dragon leva presque les yeux au ciel devant tant d'innocence, et en même temps, elle était tellement rafraichissante, il découvrait un autre Sabo, non, c'était lui qui se redécouvrait. Il devait avouer que leur relation avait pris un nouveau tournant quand il avait appris que son second, une des personnes qu'il estimait le plus, était en fait le frère de son fils. Il avait été sacrément étonné, or, c'était une très bonne nouvelle. Leurs liens s'étaient raffermis, si c'était le cas de le dire.

-Et ? Tu sais, elle vient en tant qu'alliée, en aide. Pas en tant que subordonnée de Luffy.

Sabo fit la moue, certes, Dragon avait tout à fait raison, cela dit, dans certaines circonstances, il était rabat-joie.

-Avouez-le, c'est une bonne occasion d'en savoir plus sur lui, non ?

Sans compter que lorsqu'Ivankov allait revenir à Baltigo, et qu'il allait faire son rapport sur Marineford, Sabo allait l'assaillir de questions !

-C'est vrai. Attention, ce sera quand même délicat d'obtenir sa confiance, elle est recherchée par tous les pays depuis le massacre de son peuple. Attends un peu avant de lui annoncer que tu es le membre inconnu de la fratrie, donc supposément mort. Et si Luffy le pense, je ne crois pas qu'il ait eu le désir de parler des événements désastreux de son enfance.

Son second soupira :

-Vous avez raison, comme toujours, or, j'ai suffisamment perdu de temps, vous ne croyez pas ?

Dragon haussa un sourcil faussement étonné :

-Penses-tu que la décennie passée en notre compagnie l'a été ?

Sabo se récria :

-Non ! C'est que… je n'aime pas mentir. Surtout à quelqu'un d'aussi proche de ma famille. J'aurais l'impression de l'utiliser. De me jouer de Nico Robin. J'aurais l'impression de me servir d'elle.

Ce fut au tour de Dragon de lâcher un soupir, imitant son homme de confiance.

-Tu sais, on vient d'annoncer l'exécution d'Ace, elle croira surtout que tu te moques de son capitaine. J'apprécie énormément ta franchise, comme depuis notre rencontre, et je trouve qu'elle est exceptionnelle, parfois, cependant, il vaut mieux que la vérité soit délayée.

Le blond parut perplexe :

-Que voulez-vous dire ?

-Dis-moi, si tu avais conservé des souvenirs, te serais-tu rendu de ton plein gré au Royaume de Goa ? Tu avais l'air de détester tes parents.

-J'avais envoyé une lettre d'adieu à mes frères, afin qu'ils ne s'inquiètent pas. Maintenant, ça sonne comme un mot de suicide. C'était sans doute proche de la vérité d'ailleurs. J'aurais écrit que j'étais en vie et entre de bonnes mains.

-Même sans éprouver le désir de revoir ta famille d'adoption ?

Embarrassé, Sabo marmonna :

-Et bien, si quand même.

Dragon poussa le bouchon un peu plus loin :

-Comment auraient-ils réagi s'ils savaient que tu étais encore en vie mais que tu ne voulais plus rentrer mais que tu voulais encore de leurs nouvelles ?

Son bras droit conserva le silence pendant quelques minutes :

-Sincèrement, je ne sais pas. Luffy aurait tout balayé dans sa tête, Ace aurait été une autre histoire. Il m'aurait pardonné très difficilement. J'étais son seul vrai ami, comme il le disait de temps à autre. Ca aurait été une trahison.

Il se pinça les lèvres, ainsi que l'arête du nez.

-Ils auraient été obligés de me cacher, comme une tare, chez Dadan, ils m'auraient enfermé, je veux dire, toute l'île était au courant, mon exécution a été flagrante. Personne n'aurait songé à toucher le corps d'une personne ayant été condamnée par un Dragon Céleste. J'aurais fini par étouffer.

Le meneur des révolutionnaires parut ravi par cette prise de conscience :

-Je suis heureux que tu sois parvenu à cette conclusion.

-Bon sang, vous êtes en train de me dire que mon amnésie a été une bonne chose en fin de compte ?

-D'un certain point de vue, Sabo, d'un certain point de vue. Elle t'aura au moins aidé à aplanir certaines choses. Certes, elle ne t'aura pas permis de sauver Ace, de repartir sur d'autres bases.

Sabo grimaça :

-Décidément, vous êtes la sagesse même ! C'est agaçant.

Dragon afficha un air plus grave :

-Crois-moi, il m'arrive de commettre des erreurs. Notamment au sujet de ma famille, cela dit, ce qui est fait est fait, on ne peut pas revenir en arrière.

Il aurait dû demander à Garp des nouvelles de Luffy plus souvent, et surtout s'il s'était fait des amis, il aurait eu connaissance de Portgas D. Ace et Sabo bien plus tôt. Il aurait fait en sorte de déposer le garçon amnésique auprès de sa famille d'adoption et aurait épargné des souffrances inutiles à ces deux enfants. Et pourtant, il n'aurait jamais eu l'insigne honneur de rencontrer celui qui serait son meilleur homme, quelqu'un dont la fougue était légendaire parmi ses troupes, une source de motivation éternelle.

-Ne te tracasse pas trop, profite d'être vivant.

Encore pensif, Sabo ajouta :

-Puis-je vous demander une faveur ?

Dragon répondit :

-Je t'écoute.

-J'aimerais bien être celui qui accueillera Nico Robin, c'est possible ?

Dragon pouffa de rire :

-Tu es si prévisible, mais soit.

XOXOXOXOXOX

Le jour J, le jeune homme piaffait d'impatience, alors que sa camarade Koala secouait sa tête de droite à gauche, attendrie. Depuis qu'il avait retrouvé ses souvenirs, Sabo ne tenait plus en place, elle découvrait un autre homme, quelqu'un qui avait besoin de rattraper le temps perdu, en quelque sorte. Il avait beau être un des éléments les plus sérieux et un des grands stratèges de leur mouvement, il n'en restait pas moins quelqu'un de jeune.

-Il semble qu'elle arrivera en cours de soirée.

Koala passa sa main sur les épaules de son meilleur ami, la personne sur qui elle pouvait se reposer en toutes circonstances. Tout comme il n'hésitait pas à lui confier des tâches de la plus haute importance.

-Argument de plus pour se montrer patient. Notre port n'est qu'à trente minutes de marche.

Il avait encore beaucoup de pain sur la planche, des rapports à compléter, des lettres à signer, des cartes à analyser, à assembler des informations les unes aux autres. On le voyait comme un monstre de combat parmi ses ennemis, or, il se montrait fin détective et parfois plus malin que certains des plans les plus audacieux de la marine à leur encontre.

-Tout va bien se passer.

Le jeune homme s'afféra à ses tâches du jour, enchainant les dossiers les uns après les autres, compulsa les archives de leur groupe, tout en aidant les jeunes recrues à s'améliorer. Koala était une aide merveilleuse, dont il ne saurait se passer.

-Je crois qu'il est temps.

Robin ne s'attendait pas à voir Dragon dès son arrivée à Baltigo, au contraire. C'était un homme occupé, devant coordonner plusieurs choses à la fois, aussi, elle ne fut pas surprise de rencontrer une personne légèrement plus âgée de son capitaine. Cependant, la jeunesse de son capitaine était une preuve qu'il ne fallait pas se méprendre sur les apparences. Elles étaient trompeuses.

-Bienvenue parmi nous, Nico Robin.

L'archéologue des Chapeaux de Paille sourit, mais ce n'était pas l'expression franche qu'elle arborait en compagnie de ses coéquipiers, non, c'était une mine polie, courtoise.

-Je vous remercie.

Son interlocuteur, un blond, portant un long manteau et un chapeau haut-de-forme avisa la foule assemblée.

-Veuillez me suivre. Quant à vous autres, reposez-vous, rassemblez vos affaires et donnez votre rapport à Dragon dès que possible.

Robin se dit qu'elle n'avait pas trop le choix, mais comme son capitaine lui avait ordonnée de rester là où elle était, elle n'allait pas rechigner devant un salut. Elle risqua un regard en arrière, certains paraissaient déçus.

-Beaucoup attendent votre venue depuis des années, alors ne vous étonnez pas si on vous perçoit comme une déesse dans un premier temps.

Cette fois, la jeune femme ne put s'empêcher de trouver ces gens charmants, et elle eut une pensée pour Usopp, quelque part dans l'océan, si un jour il inventait une histoire au sujet de prétendus miracles qu'il était capable de produire, nul doute qu'on le verrait comme un messie.

Son guide s'enquit des conditions de voyage, ce à quoi la jeune femme répondit le plus sincèrement possible, ne voyant pas d'intérêt à casser l'image des gens qui l'avait sauvée de cet odieux pont, elle les présenta sous leur meilleur jour.

-Je vois, certains en font un peu de trop.

Il essayait certainement de la mettre à l'aise, cela dit, il pensait avoir omis un détail majeur.

-Au fait, je m'appelle Sabo. Si vous avez des questions à poser, n'hésitez pas à venir vers moi.

Robin fronça les sourcils, c'était à peu près ce que tout le monde avait dit et redit sur le bateau. Avaient-ils tous répété leur discours à l'avance ?

-Merci.

Ils gravirent en silence l'escalier de pierre menant à ce qui semblait être une forteresse à l'abandon. Un bâtiment purement utilitaire.

-Voici notre quartier général.

XOXOXOXOXOX

Une fois à l'intérieur, le jeune homme, visiblement un grand habitué des lieux, lui présenta les lieux principaux, des endroits qui seraient susceptibles d'intéresser la jeune femme. Tels que la bibliothèque, la salle des archives et une place assez curieuse, entre le terrain d'entrainement avec du matériel de sport, et une arène.

-Cet espace sert pour les démonstrations, ce n'est pas pour le spectacle.

Le blond lui parla des salles de cours pour les enfants recueillis par leur groupe, des êtres ayant perdu leurs parents ou ne désirant pas retourner chez eux.

-Nous leur apprenons la base, la lecture, l'écriture et le calcul. Plus tard viennent les mathématiques, qui vont de pair avec les leçons de navigation, des études en philosophie, en histoire, en histoire militaire et comment se fondre dans la masse. D'autres sélectionnent des cours de sciences ou de langues voire d'art en fonction de leurs affinités.

L'archéologue pouffa, ce qui fit s'arrêter son vis-à-vis :

-Oui ?

-J'imagine que vous ne vous battez pas contre le gouvernement mondial en leur comptant fleurette.

Le dénommé Sabo saisit la perche au vol et s'esclaffa :

-En effet, d'où les nombreuses salles d'arts martiaux, en résumé, vous avez l'embarras du choix, nous offrons tout ce qui peut exister dans ce monde au niveau du domaine de compétences. A vous de vous fondre parmi nous.

Robin faillit répliquer, mais il sembla que son interlocuteur ait prévu sa réaction :

-Mais je suppose que vous voudrez rejoindre votre capitaine aussi tôt que possible, n'est-ce pas ?

Rassuré qu'au moins un la comprenait parmi les révolutionnaires, elle lui adressa son expression la plus franche :

-Tout à fait.

Sabo se retourna, intimant à la femme de le suivre. Ils montèrent des escaliers interminables, du moins à ce qui semblait à Robin. Sans doute, qu'elle éprouvait de l'impatience et qu'elle désirait se reposer. Elle n'avait pas de vêtements, elle avait eu un repas sur le bateau, mais elle tuerait pour avoir un lit.

Robin fut ravie quand son jeune guide lui dit qu'ils avaient atteint le dernier étage de la structure. Elle jeta un coup d'œil aux fenêtres, elle avait une vision panoramique de la mer de toutes parts. Dans d'autres circonstances, elle aurait trouvé ce spectacle romantique, poétique, idyllique, c'était avant de se rappeler où elle était et avec qui.

-Le bureau de Dragon est derrière cette double-porte.

Bizarrement, le cœur de la jeune femme fit un bond dans sa poitrine, elle allait réellement rencontrer l'homme le plus recherché au monde, le meneur de cette armée libératrice, le père de son capitaine. Etait-elle excitée à l'idée de rencontrer cette personne en raison de ses liens avec Luffy ? Un doux sourire naquit sur ses lèvres. Au moins, elle serait en mesure de lui faire confiance.

Son guide frappa à la porte, et un son claironnant résonna derrière les pans de bois massif.

-Après vous.

Robin esquissa un mouvement de la tête, remerciant le jeune homme de lui avoir ouvert la porte.

La pièce dans laquelle elle pénétra était lumineuse, spacieuse, offrait une vue imprenable sur la mer et était dépourvue de la moindre décoration superflue. C'était un espace fonctionnel, professionnel, démontrant que le chef de l'armée révolutionnaire n'était pas une personne s'attachant au luxe, ni à la beauté des choses. Puis l'homme lui-même, grand, massif, les épaules larges, dégageant un charisme presque écrasant. L'intelligence brillant dans ses yeux était un autre signe de puissance.

Ainsi, voilà quoi ressemblait l'homme le plus recherché, le plus redouté.

-Bienvenue parmi nous, même si je pense que cette formule a souvent été répétée aujourd'hui, depuis votre débarquement.

La petite pointe caustique n'était pas pour déplaire à Robin.

-Vous connaissez déjà Sabo. Donc, je n'ai pas besoin de vous présenter mon second.

Son second ?

-Si le gouvernement mondial semble sous-estimer la jeunesse, voyez qui ils choisissant au poste d'amiral, ce n'est pas mon cas.

Avait-il lu en elle ?

-Je pense qu'il vous l'a déjà dit, mais si vous avez un souci, vous pouvez vous reposer sur lui. Il me transmettra le message plus tard.

Comment Sabo avait-il réussi à gagner la confiance d'un tel individu ?

-C'est un plaisir de vous rencontrer.

Dragon haussa un sourcil surpris, cependant, il se reprit très vite, un éclat singulier naquit dans ses pupilles sombres comme la nuit.

-Peu de gens viennent ici pour le plaisir, surtout par nécessité, cela dit, je pense que vous parlez de Luffy. A présent que le gouvernement mondial a eu la gentillesse de dévoiler ma famille au grand jour, ce n'est plus la peine de le cacher.

L'archéologue le rassura :

-Après ma libération des mains du CP-9, Garp nous a rendu visite, il nous l'a révélé.

Sabo leva la tête, sincèrement surpris, et se tourna vers son chef, le meneur et son second se dévisagèrent pendant de longues minutes avant de poursuivre :

-Au moins, voilà une bonne chose de faite, je ne croyais pas qu'un jour Garp me devancerait à ce sujet.

Le blond choisit d'intervenir :

-Le connaissant, avec ses secrets bien gardés, c'est surprenant, mais soit, c'était le bon moment de le dévoiler, non ?

L'historienne se tourna vers le second de Dragon :

-Vous le connaissez ? J'imagine que vous l'avez déjà affronté.

Sabo se détourna, comme à l'évocation d'un sourire d'enfance particulièrement gênant, quelque chose qu'on aurait préféré enfouir au fond de son crâne et oublier.

-Disons que je suis un ami d'enfance d'Ace et de Luffy, Garp a décidé de nous entrainer tous les trois. Je vous laisse le soin d'imaginer les séquelles sur mon corps. Un frère pour être plus précis.

Dragon coupa court à la discussion :

-Sabo, tu lui montreras ses quartiers et son emploi du temps d'entrainement ?

Le père de Luffy fixa la jeune femme :

-Nous nous doutions que vous ne rejoindriez pas notre mouvement et si Sabo a deviné juste, vous ne resterez ici que deux années. Autant vous renforcer.

Le visage de Robin s'éclaira :

-Même si je suis selon vos propres termes, la lumière de la révolution ?

Dragon afficha un sourire presque carnassier :

-Je ne suis pas un homme à retenir quelqu'un contre sa volonté. Si vous le désirez, je peux même ordonner à quelqu'un de vous déposer à un endroit de votre choix.

-C'est très gentil à vous, mais je viens d'un long voyage et je souhaiterais surtout me reposer.

L'homme se tourna vers son bras droit :

-Sabo ?

Le second se redressa aussitôt :

-Oui ?

-Tu sais ce que tu dois faire.

Le blond aux allures de prince se releva :

-Très bien. Suivez-moi.

La jeune femme suivit son hôte en-dehors de la pièce. Cela dit, plusieurs questions la turlupinaient, comment ce jeune pouvait-il être le frère de Luffy ? Et d'Ace ?

-Vous avez dit être son frère.

Sabo cessa aussitôt de marcher, et s'arrêta en plein milieu du couloir.

-Effectivement, je sais que le moment a été mal choisi pour vous le révéler, cependant, c'est mieux ainsi. Quand nous étions enfants, Ace, Luffy et moi faisions les quatre-cents coups ensemble, à tel point que nous sommes devenus frères, nous nous sommes adoptés les uns, les autres. Evidemment, Garp m'a aussi accepté à sa manière. Malheureusement, j'ai quitté mes frères un peu plus tôt que prévu, quand j'ai pris la mer, j'ai eu la malchance de tomber sur un Dragon Céleste. Cette personne m'a assassiné, me faisait perdre la mémoire. Dragon m'a sauvé lui-même d'une mort certaine. Je n'ai retrouvé mes souvenirs en même temps que j'ai appris la mort d'Ace.

Robin éprouva de la compassion pour ce jeune homme, perdre la mémoire représentait quelque chose de terrible pour l'histoire qu'elle était.

-Comment peut-on survivre… sans savoir qui on est ?

Sabo eut un sourire amer :

-En fait, quand j'ai été recueilli dans l'armée, on m'a offert de suivre des cours, un entrainement, et plus tard une position. Ca fait dix ans que je suis ici et que je vis ici. Je connais à peu près tout le monde. Tout le monde me tutoie, par conséquent. Pour répondre à votre question, j'ai blindé mon cerveau de connaissances pour combler le manque. Ceci dit, nous ne sommes pas là pour discuter de ma vie privée.

Il se figea :

-Si vous revoyez Luffy, ne lui dites pas que je suis vivant, je dois le faire moi-même.

Robin acquiesça, encore troublée par ces révélations. Elle venait de rencontrer deux autres membres de la famille de Luffy le même jour rien que ça !

-Je suis désolée pour votre perte.

Les yeux de Sabo se voilèrent :

-Merci. Je n'en espérais pas tant.

Robin haussa un sourcil :

-Pourquoi ?

Sabo fit la grimace :

-J'aurais dû être là, avec eux, à Marineford.

Le jeune homme pressa le pas, la faisant passer par plusieurs corridors et deux escaliers, le jeune homme poussa la porte et lui offrit un trousseau de clés. L'historienne eut un sursaut de surprise. C'étaient les siennes ? Et cette chambre était tellement lumineuse, éclairée, avec une vue sur la plage, et un balcon. Une sensation de liberté la prit aussitôt.

-Voici votre logement. Vous avez à votre disposition une bibliothèque, un secrétaire et une salle-de-bains.

Une enveloppe de papier kraft se trouvait sur une petite table, à son intention visiblement, la jeune femme l'effleura du doigt.

-Qu'est-ce ?

-A vous de l'ouvrir.

Le paquet contenait un plan de la base, et Robin eut une pensée bien malgré elle pour Zoro, une présentation de ses instructeurs, et de son emploi du temps.

-Le mess est ici. Rafraichissez-vous, vous trouverez des vêtements à votre taille dans une armoire, je vous retrouve dans une heure. Ca vous va ?

Robin acquiesça, et Sabo referma la porte derrière elle, la jeune femme s'installa sur le lit, le visage entre les mains, tout avait été si rapide, sa libération du pont par le biais des révolutionnaires, la mort d'Ace, l'ordre de Luffy, la découverte de Baltigo et de deux membres de la famille de son capitaine. C'était à peine si elle avait eu le temps de se retrouver ou ne serait-ce que de souffler. Elle regarda l'heure, un petit réveil avait été installé sur une table de chevet. Elle se leva, et fouilla dans l'armoire. Les vêtements correspondaient à ses goûts. On s'était renseigné sur leur équipage. Robin n'aimait pas trop être surveillée, mais elle était certaine que Dragon voulait que tous les membres de l'équipage de son fils soient dignes de confiance. La raison d'un père. Il n'intervenait pas dans la vie courante de l'équipage, le laissait faire sa propre vie, c'était une bonne chose en soi. Lentement, elle marcha vers la salle-de-bains, où une douche et une baignoire l'attendaient. Elle choisit la douche, ressortit dix minutes plus tard, pour se rhabiller. Elle se regarda dans une glace, accrochée au mur. Elle avait une mine affreuse. Elle décida de programmer le réveil pour dans trente minutes, afin de piquer un somme. Elle était exténuée et affamée.

Quand elle se réveilla, dans des draps entortillés, les cheveux emmêlés, elle se sentait mieux, pas reposée, mieux. Elle esquissa une grimace, courbaturée. Finalement, elle demanderait à voir un médecin. Elle avait cru avoir tenu le choc, en fait, non. Elle pouffa, elle était sûre que Sabo serait ravi de lui venir en aide. Comme le reste de l'armée révolutionnaire. Elle se coiffa sommairement, avant de jeter un coup d'œil à la bibliothèque. Encore une fois, la plupart des ouvrages correspondaient à ses goûts. Elle ne pouvait pas leur en vouloir, après tout, ils voulaient qu'elle se sente parfaitement à l'aise chez eux. C'était un traitement largement supérieur que tout ce qu'elle avait reçu jusque-là, sauf chez les Chapeaux de Paille, sa première vraie famille depuis son enfance. Et puis, apparemment, elle était libre de faire ce qu'elle voulait, autant découvrir autre chose, non ?

On frappa à sa porte, la jeune femme alla ouvrir, pour découvrir une autre femme de petite taille, les cheveux roux, des yeux bleus qui en disaient beaucoup sur sa vie, plus que ne le montrait son expression douce et joviale.

-Bonjour, je m'appelle Koala et…

-Bon sang ! Tu m'as devancé !

Voilà qui expliquait la venue, apparemment, elle était arrivée avant Sabo.

-Je vous présente Koala, assistante de l'instructeur de karaté, et pas de n'importe quelle forme, celui des hommes-poissons. Vous avez devant vous une des rares humaines à le maîtriser.

-Je suis également l'équipière de cet homme imprudent. Sur le terrain.

-Je fais attention à ce que je fais, moi !

Robin contint son rire, ces deux-là avaient l'air de bien s'entendre, et ses yeux étincelèrent.

-Et on n'était pas là pour que Nico Robin mange avec nous ?

Les deux jeunes gens se calmèrent, un peu gênés, cependant, l'historienne trouva leur embarras franchement amusant et attendrissant.

-Excusez-nous, veuillez nous suivre.

Koala se tourna vers son supérieur :

-Hack nous rejoint à notre table.

-J'imagine qu'il va encore se plaindre d'un nouvel arrivant quelque peu perturbateur.

Koala se racla la gorge :

-Comme un certain blond de ma connaissance ?

-Koala…

Ils traversèrent une volée de marches sur plusieurs étages, avant d'atteindre ce qui semblait être le premier étage de la base. Un brouhaha incessant se faisait entendre. Le bruit des conversations se répercutait sur les murs. Robin nota que son guide avait abandonné son long manteau noir, son chapeau haut-de-forme, cela dit son foulard restait bien en place. Avait-il des origines sociales qui exigeaient de porter un tel accessoire ? Ou bien était-il habitué à l'avoir sur lui ? En tous cas, il soignait son apparence. Un homme-poisson vint à leur rencontre, et les salua tous les trois.

-Voici Hack, l'instructeur du karaté des hommes-poissons.

-Qui est un des autres équipiers de Sabo quand on part en mission.

Robin se doutait qu'ils étaient ouverts avec elle seulement parce qu'elle était un membre de l'équipage de Luffy et en même temps, elle passerait deux ans avec eux. Autant en emmagasiner le plus !

-Dragon nous assigne ensemble assez fréquemment, mais il arrive que nous changions de partenaire en fonction des compétences exigées pour la finalité de chaque ordre de travail. C'est vrai que Hack et Koala sont souvent avec moi, cependant, il arrive que je sois envoyé ailleurs avec quelqu'un d'autre.

Le jeune homme se tourna vers Robin :

-Mais assez parlé de nous, passons à vous. Avez-vous eu le temps de lire vos documents ?

-Oui. J'ai vu que j'aurais différents instructeurs au cours du prochain mois et qu'ils ont tous des spécialités qui leur sont propres.

-Parfait. Ils ont tous pour mission de tester l'étendue de vos compétences et d'offrir un rapport détaillé à Dragon sur vos capacités. Le mois suivant, on vous assignera à un programme bien particulier, vous correspondant le plus. Et l'année prochaine, si vous avez suffisamment progressé, l'un de nous trois vous prendra sous son aile, à tour de rôle.

Sabo lui adressa un sourire complice :

-En général, mes élèves progressent assez vite. Tout comme ceux de Hack et de Koala. Vous serez entre de bonnes mains.

-Et ça commence quand ?

Trois fins sourires furent sa seule réponse.


Un petit commentaire ?