Je reposte aujourd'hui la version corrigée de ce chapitre. Merci à EpsilonSnape pour toute ton aide et tes conseils sur ce texte et de m'avoir bêta-lue.

Il y a eu quelques modifications car le chapitre ne me plaisait pas dans son entièreté. En soi l'histoire reste la même mais il y avait une question sur le consentement qui me posait problème et que je n'arrivais pas à régler.

Tous les chapitres vont être bêta-lus au fur et à mesure, mais ne vous inquiétez par je suis en pleine rédaction du chapitre 9 actuellement (lemon en vue).

Merci de votre fidélité et de votre compréhension à tous.

Tekilou.


Bonjour ! C'est la première fanfiction que je poste… En effet je profite du temps libre dont je dispose actuellement à cause de la pandémie pour laisser vagabonder mon imagination.

Je préviens donc, ceci est du contenu mature, c'est à dire qu'il y a du sexe (questions de domination et soumission, de BDSM), des relations homosexuelles, donnnnc vous êtres prévenus ! Si ça ne vous plaît pas, je ne vous retiens pas. Aussi, le premier lemon qui apparaît dès le premier chapitre peut être choquant. C'est un consentement douteux, mais la relation s'améliore par la suite et évolue en véritable relation dom/sub.

Surtout, sachez que je vois le BDSM comme une forme de relation qui peut être salvatrice pour la personne soumise, et que ce n'est clairement pas dégradant. Si vous ne pouvez pas comprendre ça, alors là non plus je ne vous retiens pas.

J'espère que cela vous permettra de vous évader quelques minutes pendant ce long confinement. (#RestezChezVous surtout)

J'attends avec impatience vos retours ! Si cela vous plaît, je posterai la suite !

Bonne lecture, Tekilou.

Disclaimer : Évidemment tous ces personnages appartiennent à J. K Rowling. Par ailleurs je ne suis pas du tout le canon et cela se passe après la fin de la Guerre !

Contrairement à ce que l'on aurait pu croire, Harry Potter n'avait pas bien vécu la fin de la guerre. Il s'était retrouvé, après de nombreux mois de cavale à la recherche des Horcruxes et une bataille finale épique, à vivre reclus au Square Grimmaurd. Malgré les nombreux efforts de Molly Weasley pendant la guerre, la maison londonienne des Blacks était toujours aussi sombre et décrépie.

En revanche, le tableau de Walburga Black, dans le hall d'entrée, avait été gracieusement retiré par Draco Malfoy – dernier de la lignée - et cela à peine quelques jours après son arrivé et celle de son père, dans l'ancienne maison de la famille. Les cris de la matriarche une fois qu'elle eut compris que la Noble et Très Ancienne Maison des Malfoy tournait le dos au Seigneur des Ténèbres furent mémorables et tapèrent très vite sur le système des nouveaux venus, notamment sur celui de l'héritier blond. Le jeune homme avait piqué une colère fameuse qui s'était soldée par la chute de la peinture. Il avait hurlé si fort sur le tableau que chaque personne présente s'en souviendrait longtemps.

Le silence nouveau rendait le lieu plus agréable, si bien que Harry ne sortait plus de chez lui depuis la bataille finale. Quand il avait appris la mort de Severus Snape à Sainte-Mangouste, il s'était uniquement assuré que Lucius et Draco Malfoy avaient été blanchis, leur statut d'espion prouvé, avant de se terrer dans sa maison.

Le Sauveur du monde sorciers passait ses journées dans le noir de la demeure, ne laissant entrer personne, ayant même condamné sa cheminée. De nombreuses bouteilles vides traînaient sur le sol du rez-de-chaussé. Harry, affalé sur un fauteuil du salon, ne sursauta même pas quand Kreattur apparut en grinçant :

« - Le Traître à son Sang Lucius Malfoy est encore à la porte. Kreattur doit-il faire entrer le Traître à Sang dans le salon cette fois-ci ?

- J'ai demandé à ne voir personne, qu'est ce qu'ils ne comprennent pas par PERSONNE », hurla le jeune homme.

Il se mit en boule sur le fauteuil psalmodiant doucement :

« Personne, personne, personne... »

Il fut brutalement interrompu par un Lucius Malfoy assez remonté qui avait finalement fait le chemin seul.

« - Debout Potter ! Regardez donc dans quelle déchéance vous avez sombré : vous puez si fort que je suis étonné que votre elfe dégénéré ne vous ait pas quitté et que vous ne soyez pas encore mort étouffé par votre propre odeur. »

L'homme blond faisait des aller-retours devant le fauteuil d'Harry et sous les yeux de l'elfe, tout en donnant des coups de baguettes par-ci, par-là, éradiquant les vestiges d'alcool et aérant la pièce. Quand il ouvrit les lourdes tentures noires et que la lumière pénétra dans la pièce pour la première fois depuis un certain moment, le Sauveur se redressa soudainement, aveuglé, et se mit à cracher sa rage :

« - Dégagez, Lucius ! Vous n'avez rien de mieux à faire que de vous mêler de mes affaires ? Maintenant que vous êtes certain que je suis vivant et que je vais très bien, allez-y ! Empressez vous de donner la nouvelle à tous les autres, pour qu'ils arrêtent enfin de me harceler !

- Oh, mais je ne suis pas là pour rassurer vos petits copains, Potter. Et de toute évidence, vous n'allez PAS bien. Regardez vous ! Depuis combien de temps n'avez pas pris un repas décent ? » interrogea le Lord en observant le corps amaigri qui se dessinait devant lui.

« - Ça ne vous regarde pas, j'ai dis. Vous voyez, fit-il en tentant de se mettre debout, je vais très b… »

Il s'interrompit soudainement et, les mains sur le ventre, vomit copieusement, sur les magnifiques Richelieu du blond qui grimaça. Lucius attrapa Harry par les cheveux, pas douloureusement, mais fermement, afin de le maintenir. Le brun grogna et Lucius l'entendit pester contre l'odeur qui émanait de lui.

« - Kreattur, prépare un bain pour Harry, maintenant. Quelle chambre occupe-t-il ?

- L'ancienne chambre du Traître Black », répondit la créature, puis forcée d'obéir aux ordres disparut dans un « pop » sonore.

Lucius reporta son attention sur le Sauveur qui continuait de vider son estomac sur ses chaussures à vingt Gallions et soupira. D'un coup de baguette, il nettoya le carnage puis releva le visage du jeune homme vers lui. Ce dernier avait les yeux dans le vague tant il était fatigué et eu à peine conscience qu'on lui essuyait délicatement la bouche grâce à un mouchoir en soie.

Lucius lui, laissa son imagination dériver quelques instants face à la vision de Harry Potter, à genoux devant lui, de sa bouche rouge et pleine, de ses yeux émeraudes, flous ; comme s'il venait juste de jouir… Il se reprit rapidement et souleva le brun dans ses bras, comme s'il ne pesait rien – ce qui était d'ailleurs le cas. Harry poussa seulement un petit geignement de surprise avant de se blottir dans les bras du Lord qui s'élançait dans les escaliers, vers la salle de bain.

Arrivé à l'étage, Lucius pénétra dans la chambre de Harry et le déposa sur son lit. Il jeta un coup d'œil dans la salle de bain et fut ravi de découvrir que Kreattur avait obéit à ses ordres et qu'un bain chaud les attendait. Le Lord fit demi-tour vers le corps étendu sur le lit, qui n'avait pas bougé. Il déposa sa baguette sur la table de nuit, retira sa robe de sorcier pour se retrouver en pantalon et chemise, puis retroussa ses manches. Le dernier bain qu'il avait donné remontait à quelques années déjà, quand son petit Dragon était encore un bambin, mais il l'avait fait souvent et savait comment procéder.

Alors, il retira ses lunettes à Harry, fit passer ses bras, puis sa tête, hors de son t-shirt. Alors qu'il effleurait doucement son ventre et sa peau blanche, Harry émit un petit gémissement si sensuel, que Lucius se demanda s'il ne l'avait pas fait exprès. Mais quand il releva la tête vers celle de son vis-à-vis, il vit que Harry était un peu dans les nuages. Il continua alors son entreprise en débouclant la ceinture de ce que le blond appelait une guenille. Il n'eut même pas à en enlever le bouton, ni à baisser la braguette : le pantalon était si large qu'il passait sur les hanches fines du brun.

A cet instant, Lucius n'avait plus que le boxer à retirer, et il pourrait enfin baigner Harry qui, comme il le lui avait fait remarquer, ne dégageait pas une odeur très agréable. Le regard de l'aristocrate s'attarda sur le corps du Sauveur Les jambes d'abord, maigrelettes mais musclées par le Quiddich. Ses hanches, fines et saillantes : Lucius se dit qu'elles devaient être parfaites à agripper pendant qu'il le baiserait.

« - Du calme, Lucius, tu ne le baiseras pas tant qu'il sera dans cet état », se murmura-t-il.

Son regard descendit sur son torse, où l'on pouvait deviner quelques côtes et où la peau pâle marquerait sûrement très bien sous le martinet. Enfin, son visage angélique, malgré les cernes qui lui mangeaient le dessous des yeux. Lucius se dit que la beauté du jeune homme était criminelle.

Une fois son inspection finie, le Lord hésita, puis se résigna à enlever son dernier vêtement au jeune homme, se doutant bien que son propre corps allait réagir. Il se contrôlait certes, comme tout Malfoy qui se respecte, mais n'était malgré tout pas certain de pouvoir résister à ce qu'il allait découvrir.

Depuis bien longtemps Lucius se savait attiré par les hommes. A vrai dire, il avait allègrement profité avant son mariage pour faire quelques expériences sexuelles et découvrir ses préférences. Il savait pertinemment que malgré l'attachement, purement amical, qu'il éprouvait pour sa femme, elle ne le comblerait jamais sexuellement. Il l'avait touchée, une fois, la nuit de leur mariage et de la conception de Draco mais ils s'étaient ensuite mis d'accord afin de pouvoir faire chambre à part et de permettre à l'autre d'aller trouver son plaisir ailleurs.

Ainsi, Lucius avait pu continuer d'explorer ce qu'il avait découvert juste avant de se marier, la domination. Il s'était rendu compte qu'il adorait avoir le contrôle : sur lui même, et surtout, sur son partenaire. Le plaisir qu'il retirait à ordonner, à soumettre était indescriptible et dépassait l'imaginable. Mais surtout, il avait découvert qu'il pouvait permettre à ses partenaires de se sentir mieux. Il leur donnait un but, parfois même une raison de vivre alors qu'ils se dévouaient corps et âme à lui et à ses désirs.

C'était la raison pour laquelle, une fois qu'il lui aurait donné son bain, il avait des projets pour Harry Potter, qui semblait particulièrement nécessiteux de retrouver un objectif de vie autre que de vider la cave des Black.

Lucius retira finalement le dernier rempart de tissu entre lui et le corps de Harry. Il passa ses doigts sous l'élastique du boxer et le fit descendre délicatement le long de ses jambes. Le regard du blond remonta au niveau du bassin du brun et il y découvrit sa virilité au repos. Après une rapide seconde de contemplation, Lucius reprit Harry dans ses bras et le porta jusqu'au bain encore chaud. Alors qu'il le déposait lentement dans l'eau et le callait afin qu'il ne glisse pas, le jeune homme émit à nouveau un petit geignement.

Faisant fit des sensations qui faisaient rage dans son corps, l'aristocrate versa du savon – un pauvre savon bas de gamme qu'il se promit de remplacer - dans ses mains et le fit mousser avant de s'attaquer au lavage. Il commença par les bras qu'il massa rapidement puis s'occupa du torse et du dos, tout cela sans obtenir de réaction de la part de Harry. Il rajouta un peu de savon puis souleva avec attention une de ses jambes, pour ne pas le déséquilibrer, la lava et passa à la deuxième. Il passa aux cheveux et lui fit un rapide shampooing qu'il rinça d'un aguamenti bien dosé tout en évitant le visage du garçon.

Bientôt, il ne lui resta qu'une zone encore à laver : l'entrejambe.

Calmement, Lucius manoeuvra Harry.. Il fit passer son bras gauche autour du torse du jeune homme, pour le maintenir et de sa main droite, encore pleine de savon, il descendit lentement le long du dos. Tout en effectuant de petits mouvement circulaires, sa main s'approcha inexorablement des fesses bombées du vraiment y penser, Lucius commença par les masser fermement, et Harry se mit à gémir tranquillement, semblant apprécier l'attention. Arrivé à cette étape Harry s'agita et sembla sortir de son état léthargique. Il se redressa un peu dans les bras du blond et marmonna d'une voix pâteuse:

«- Qu'est ce que tu fais Lucius? »

Le Lord ne répondit pas tout de suite, se concentrant sur sa tâche, celle de laver le jeune homme dans ses bras. Il passa son doigt dans la fente tentante et fit quelques allers retours, frottant le savon dans l'endroit le plus intime du Gryffondor. Lorsque Harry émit son premier grognement, il prit quelques secondes pour évaluer le degré de conscience du brun.

« - Il semblerait que je sois en train de te laver, Harry…, énonça calmement le Lord après quelques instants.

- Putain, Lucius… » soupira doucement le plus jeune.

Il semblait terriblement réceptif, encourageant à demi-mots l'aristocrate à continuer de le toucher.

Ce dernier, bandait depuis qu'il s'était attaqué à la toilette plus profonde du petit brun. Toujours dans la même position, il respira calmement quelques instants, alors que son membre pulsait et appuyait contre la braguette de son pantalon.

Continuant de frotter cette zone sensible, Lucius frôla de son doigt le trou plissé il s'y attarda légèrement, ayant envie d'y plonger. Juste pour sentir, pour savoir ce qu'il pouvait éprouver à être dans ce corps chaud.

Se rendant finalement compte du chemin que prenaient ses pensées, Lucius retira ses mains et repoussa Harry contre le rebord de la baignoire puis descendit sur l'entrejambe avec ses deux mains. Les bords de sa chemise étaient déjà bien mouillées lorsque ses doigts attrapèrent la verge et les bourses de Harry. Dans cette position Lucius pouvait profiter du visage du jeune homme alors qu'il le nettoyait. Avec sa main droite, il fit quelques va et vient sur la verge du brun, décalottant le gland au passage et savonnant efficacement chaque pli du membre qui commençait à durcir. Harry lui, laissait échapper des gémissements de plus en plus aigus. De sa main gauche, Lucius tournoyait autour des testicules, les massait efficacement, n'oubliant aucun poil sur la zone.

Alors qu'il retirait ses mains, Harry rouvrit finalement des yeux brumeux de plaisir et alors que Lucius pensait qu'il allait se faire rembarrer, le brun le regarda dans les yeux.

« - Plus », souffla-t-il.

En continuant de le fixer dans les yeux, l'aristocrate fit redescendre ses mains dans l'eau, et saisissant la tige dure dans ses mains, masturba calmement et très lentement Harry.

« Tu es sûr ? » demanda Lucius d'une voix rauque.

« - Oui Lucius. Plus », répéta le garçon, alors que sa tête basculait en arrière de plaisir.

« - Comment demande-t-on, Harry ? » questionna calmement l'homme qui le tenait en main, testant la réaction du brun à son autorité.

Harry redressa la tête, ses yeux plongeant dans les billes orageuses qui le fixaient.

« - S'il vous plaît, plus…

- Je suis sûr que tu peux être plus poli et convaincant que ça, Harry. »

Le garçon le fixa les yeux plein de désir et d'interrogations. Il ne savait pas quoi répondre à l'homme qui le torturait. Lucius le comprit bien vite, frottant sur sa verge encore plus lentement, mais augmentant la pression.

« - Comment s'adresse-t-on à ses aînés, Harry ?

- Hann … Monsieur ! Plus s'il vous plaît Monsieur ! » hurla Harry alors que Lucius accélérait tout à coup, en récompense de sa bonne réponse.

Lucius se permit un sourire en coin, alors que le jeune homme s'abandonnait entre ses doigts experts, les yeux fermés par l'extase. Harry jouit enfin dans son bain, la verge profondément enfoncée dans l'étau formé par les mains de Lucius, et s'écroula, vidé de toute sa semence, contre le rebord de la baignoire. Lucius fit quelques va et vient supplémentaires, tirant toute le sperme du brun, rendant le massage presque douloureux à Harry qui se surprit à aimer ça.

Puis Lucius se releva, et partit quelques secondes vers la chambre. Harry ouvrit les yeux, se trouvant seul dans sa salle de bain, abandonné à son sort. Il commençait à paniquer mais Lucius resurgit tout à coup dans son champ de vision. Ce dernier, se rendant compte de l'état du brun, s'empressa de faire un geste de baguette, qu'il était allé chercher dans la chambre, pour vider l'eau et soulever le jeune homme dans ses bras musclés. Le brun nicha sa tête dans le cou de l'homme.

« - Je suis là, calme-toi, respire.

- Vous… vous ne partez pas ? tremblota le Sauveur, en essayant de trouver sa respiration.

- Je reste avec toi, Harry, respire maintenant. »

Mais le garçon éclata en sanglots incontrôlables tandis que Lucius attrapait une serviette pour sécher son paquet.

« - Tout… tout le monde…

- Chhhh, doucement, que se passe-t-il avait tout le monde, Harry ?

- Tout le monde… m'abandonne… meurt à cause… à cause de moi, finit-il par lâcher, épuisé.

- Doucement Harry », murmura le blond lui caressant le dos tout en le séchant. « - Je ne te lâche pas, d'accord. »

Il sentit, entre deux sanglots, le brun hocher la tête dans son giron et reprit :

« - Je t'emmène avec moi au Manoir Malfoy. Non, pas de protestation, le coupa-t-il. Là bas je vais m'occuper de toi, tu n'auras pas à te préoccuper du reste du monde, d'accord Harry ? Personne ne viendra t'embêter, comme tu l'as demandé. Cela te dit-il ? »

Lucius patienta quelques secondes, attendant la réponse du brun, mais savait très bien qu'il ne lui laisserait pas le choix. Harry le savait aussi. Il était néanmoins d'accord avec l'aristocrate. Peut-être avait-il passé trop de temps à se morfondre dans cette maison, alors que tout le monde tentait de savoir comment il allait. Ils voulaient tous le voir parader au Ministère, dans diverses fêtes, célébrer la mort du Seigneur des Ténèbres. Ils voulaient le glorifier, lui, un assassin. Mais il avait besoin qu'on s'occupe de lui, il n'avait plus la force de le faire seul, et l'aristocrate venait de le faire se sentir plus vivant en dix minutes que n'importe qui depuis longtemps.

Alors, dans les cheveux de Lucius Malfoy, il scella son destin :

« - Oui, j'accepte. »