A/N : Bonjour !

Ça fait longtemps que je n'ai pas posté d'OS, mais j'avais besoin d'écrire sans prise de tête et mon excellente amie, Griseldis, après demande de ma part, m'a proposé ceci :

« Pour une raison un peu chelou, genre un virus, le monde est en quarantaine, et Korra se retrouve à devoir réellement vivre avec sa colocataire, Asami. Et finalement, cette demi-inconnue se révèle bien plus intéressante que ce qu'elle croyait. »

On se demande d'où ça vient :p Du coup, voilà, un OS en grande partie positif et mignon, j'espère qu'il vous fera un peu sourire en ces temps difficiles ! Écrit en quelques heures et corrigé dans la foulée, donc il ne faut pas attendre une œuvre d'art. C'est simple et direct.

Bonne lecture !


Cela faisait quelques mois que Korra était arrivée à Republic City. Avant, elle vivait au Pôle sud avec ses parents et sa chienne ours polaire. Elle y avait eu une enfance heureuse, avec de l'amour, des amitiés, des aventures et un cadre de vie agréable (malgré ce que disaient les gens de la ville qui se plaignaient du froid qu'il faisait là-bas). Elle aurait pu y rester — d'ailleurs, elle prévoyait d'y retourner dès que possible — si ses études ne l'avaient pas poussée au départ. Et il avait fallu que de toutes les nations, le seul endroit où elle puisse étudier les mutations environnementales, la faune et la flore se trouvait être Republic City !

Bon, il était vrai qu'elle exagérait un peu. Elle pouvait faire des observations sur les loutres-pingouins et les chiens ours polaire au Pôle sud. La Nation du Feu avait aussi de bons cursus, mais Republic City était définitivement plus valorisant et à la pointe de la technologie. Et elle devait avouer qu'elle avait eu envie de satisfaire ce fugace désir de voyager qu'elle avait eu enfant et qu'elle avait conservé dans un coin de son esprit. Ce qui était parfait à Republic City ! On pouvait voyager sans même voyager, tant il y avait de cultures et de peuples différents ! Ça lui changeait bien du sud. Mais elle n'avait pas à se plaindre.

« Hey, Korra ! »

Un garçon entoura ses épaules de son bras en surgissant par derrière. C'était un garçon pas très grand aux yeux verts rieurs, un des quelques amis qu'elle s'était fait dans cette ville.

« Tu sors avec nous ce soir ? On va en boite !

- Ce soir ? Non, ce soir, je ne peux pas, je fais du baby-sitting…

- Pff… Tu peux jamais…

- De toute façon, vous ne devriez pas non plus… Avec ce qui se passe en ce moment. C'est pas ce soir que la présidente Zhu Li Moon va parler en plus ?

- Bah, on regardera demain. J'pense pas qu'elle va changer le monde en un discours.

- Si tu le dis…

- Bon, j'te laisse, je devrais être en cours moi !

- Mais qu'est-ce que tu fiches à me parler alors ?

- Je voulais juste t'inviter ! »

Korra rit. Bolin tout craché. Bon, attendant, elle allait se réfugier à la bibliothèque. Il lui restait presque une heure avant son prochain cours, puis elle pourrait rentrer. Enfin, « rentrer », puisqu'elle allait faire du baby-sitting chez Tenzin juste après.

Elle travailla dans la bibliothèque silencieuse, cherchant parfois dans quelques bouquins des informations, puis quand ce fut l'heure, elle prit son sac et partit.

Le cours d'après fut un peu long à son gout, mais elle nota tout ce qu'elle pouvait. Elle n'avait jamais été du genre bonne élève à dire vrai. Elle était plutôt l'élément perturbateur, le clown, l'insolente même parfois, et cela jusqu'à la fin de son lycée.

Elle prenait sur elle dorénavant parce qu'elle ne pouvait pas permettre que ce temps passé loin de ses parents, de ses racines n'apporte rien. En plus, ce petit séjour à Republic City n'avait rien d'abordable et il demandait des sacrifices à ses parents et à elle-même, donc hors de question de se rater !

Mais elle n'était pas diligente en permanence, déjà parce qu'elle en était incapable et ensuite parce qu'elle s'ennuierait. C'est pourquoi elle aimait bien garder les enfants de Tenzin. Alors oui, ils avaient un côté un peu survolté, ils mettaient parfois la pagaille partout et elle devait ranger, mais c'était de bons enfants et elle s'amusait beaucoup avec eux.

Ça lui permettait de se relâcher et de se reconnecter avec cette partie un peu plus turbulente d'elle-même. Ça, et la boxe. Elle s'était inscrite à une salle de boxe et elle allait de temps en temps taper le sac de sable pour se défouler. Ça lui permettait de garder la forme ! Et un esprit sain.

Elle rentra chez elle, posa son sac et prit sa tablette pour aller chez Tenzin. Elle la prenait toujours : elle gardait quelques cours dessus et elle pouvait faire des recherches quand les petits dormaient.

Avant de s'en aller, elle vit une note sur la table de la cuisine :

« Discours de la présidente ce soir. J'ai fait des courses. Placards pleins. Je serai sûrement couchée ce soir quand tu rentres, bonne soirée.

Asami. »

Mouais… Bah, ça changeait pas de d'habitude.

Elle avait emménagé avec cette fille quand elle était arrivée à Republic City. Elle ne la connaissait pas des masses… Elle en avait vaguement parlé avec Bolin, mais elle n'avait pas vraiment cherché à creuser quand il lui avait à moitié chuchoté, à moitié hurlé, que c'était une personne très, très, très, très importante avant et que son père avait fait de très, très, très vilaines choses.

C'était sûrement à cause de ce genre de choses qu'elle avait pu se permettre d'habiter avec elle. Après tout, le loyer était abordable, l'appartement n'était vraiment pas mal, et Korra s'y était prise vraiment en retard. Donc, si l'appartement était encore libre, c'était sûrement à cause de ces rumeurs (ou ces faits avérés, elle ne savait pas trop). Elle n'allait pas creuser dans la vie de cette fille. Elle savait juste qu'elle était vraiment occupée.

Elles se croisaient à peine la semaine : leurs emplois du temps respectifs étaient surchargés et ils ne correspondaient absolument pas. Le soir, Korra allait souvent chez Tenzin pour garder les enfants, elle mangeait là-bas et rentrait tard. Asami se couchait toujours tôt et se réveillait tout aussi tôt pour travailler, alors que Korra était plutôt du genre à se lever tard. Il leur restait bien le weekend, mais entre les appels téléphoniques des parents de Korra qui duraient nécessairement des heures, les divers tâches qui leur incombaient, et Asami qui avait une tendance à sortir pendant des heures s'occuper d'elle ne savait quoi, elles avaient bien dû passer un total de moins de 50 heures ensemble en quelques mois.

En somme, elles ne se connaissaient pas beaucoup, si ce n'était à travers ces petites notes qu'elles se laissaient régulièrement pour s'informer de ce qui avait été fait ou de ce qu'il y avait à faire, de leurs humeurs, et diverses informations.

Mais même si elle ne la connaissait pas très bien, Korra savait qu'elle n'avait rien à craindre d'Asami peu importe ce qui avait pu lui arriver avant. Elle s'était montrée attentionnée et gentille, même s'il lui arrivait de râler et de grogner quand elle était très fatiguée et irritée. Généralement, elle faisait tout pour le cacher et essayait quand même d'être douce et aidante, ce qui était franchement adorable. Nah, Korra était persuadée que c'était une chic fille. Elles n'avaient juste pas le temps d'apprendre à vraiment se connaitre.

Korra retourna la note, elle écrivit quelques mots, puis sortit en direction de chez Tenzin. Dès qu'elle arriva devant chez lui, elle fut arrachée au pas de la porte par deux petites tornades.

« Meelo ! Ikki ! Laissez Korra arriver ! Vous allez être avec elle toute la soirée ! gronda leur mère, Pema.

- Mais Maman, je dois trop lui montrer ma nouvelle voiture !

- Non, moi d'abord ! J'ai fait un super volcan qui crache des paillettes !

- C'est trop nul !

- Même pas vrai, c'est toi qui es nul d'abord !

- Et ton volcan, il est moche !

- Les enfants ! Ça suffit ! Laissez les adultes discuter un petit peu. »

Ils continuèrent leur dispute en se dirigeant sur le canapé où la troisième, Jinora, lisait en levant les yeux au ciel.

« Oh, Korra, parfait tu es là ! dit Tenzin en finissant d'ajuster sa cravate. Je suis désolée pour cet appel de dernière minute.

- Il n'y a pas de soucis, rassura-t-elle avec un sourire.

- Je ne sais vraiment pas quand je rentre. Le conseil risque d'être long en ces temps-ci…

- J'attendrai.

- Oh non, ne t'inquiète pas, intervint Pema. Moi je rentre vers 22h30 maximum. Le temps de m'occuper de quelques patients.

- Je serai là ! Allez, filez, je m'occupe de tout.

- Tu es un ange ! À tout à l'heure ! »

Ils se firent un signe de la main et se séparèrent. Korra s'occupa des enfants, tâchant de les dompter au lieu de finir avec des morceaux de son corps accaparés par Ikki et par Meelo. Et non, elle ne pouvait pas se diviser, mais elle leur faisait prendre leur mal en patience.

Seule Jinora ne disait rien, mais Korra savait qu'elle était aussi désireuse de passer du temps avec elle. Elle ne voulait juste pas paraitre aussi envahissante et rustre que son frère et sa sœur. Donc, elle fit de son mieux pour lui accorder du temps aussi, même si ce n'était pas simple avec Ikki et Meelo sur les bras. Et c'était épuisant.

Asami :

Tu regardes le discours ?

Korra regarda son portable. Elle eut à peine le temps de répondre « Je suis un peu occupée là ^^' », qu'elle se fit embarquer dans un Twister.

Asami :

Tu devrais. Elle est en train de mettre un confinement en place.

Korra parvint à parler avec Asami lorsque ce n'était pas son tour… Enfin, le temps qu'il lui restait une main.

Korra :

Un confinement ? Comme ça ?

Asami :

À partir de demain. C'était prévisible. Tu restes avec moi ou tu vas quitter la ville ?

Korra :

Pourquoi je quitterais la ville ?

Asami :

Tes parents habitent au Pôle sud, non ?

Korra :

Trajet trop long. Et je pense que ce sera trop compliqué. En plus, le Pôle sud… J'habiterai à Omashu, sûrement, mais je peux accéder à rien au Pôle sud.

Asami :

À quoi veux-tu accéder si tu es coincée chez toi ?

Korra :

Réseau ? Possibilité de travailler ? :p

Quelques minutes…

Asami :

Ok. On en reparle demain. Je serai là de toute façon.

Korra :

Ça va ? Tu m'as l'air un peu… pas bien.

Asami :

Juste fatiguée. À demain.

Korra :

Bonne nuit :)

« Korra ! Lâche ton téléphone ! Tu vois bien que tu dois poser ta main droite sur le jaune !

- Oui, oui, j'arrive ! »


Finalement, Korra était rentrée à plus de 23h. Bien entendu, Asami était déjà couchée quand elle s'était elle-même mise au lit. Elle n'y avait pas fait attention plus que ça : elle était rincée.

Après une bonne nuit de sommeil, elle se réveilla vers 10h. S'il y avait bien une chose qu'on ne lui volait pas, c'était de dormir le matin. Impossible d'être productive le reste de la semaine sans cela.

Elle tâcha de se réveiller, puis alla trainer comme un fantôme dans la cuisine, le temps de se servir un thé. Elle croisa Asami, en train de lire un journal sur sa tablette en fronçant les sourcils de concentration, une tasse de café à la main. Elle faillit sursauter de la voir. Mais elle n'était pas assez réveillée pour ce genre de réactions.

Hey, articula-t-elle sans rien ne sorte de sa bouche.

Elle dut se racler la gorge pour pouvoir dire un mot, ce qui attira l'attention de sa colocataire.

« Salut, Korra.

- Salut. Alors, ça fait quoi d'être là le samedi matin ?

- Ça fait que j'espère que ça ne va pas durer.

- On n'efface pas une maladie de la Terre comme ça.

- Je sais, mais je trouve ça insupportable, être bloquée ici, dans cet appartement…

- Ah bah, merci, j'aime bien. Je l'aime bien moi cet appart', puis on a pas eu de problèmes ces derniers mois, donc j'imaginais ne pas être une mauvaise colocataire.

- C'est pas ce que je voulais dire…

- Mmmm… »

Korra n'était pas réellement vexée… Bon, un petit peu, mais elle était surtout pas réveillée, donc elle fut soulagée quand elle put verser les premières gouttes d'eau bouillante dans une tasse.

« D'ailleurs, j'aurai le droit à la vue tous les matins ?

- Hein ? »

Korra se retourna. Est-ce qu'Asami était occupée au point de ne pas regarder par la fenêtre de leur appartement ? Ce serait bien dommage d'ailleurs, car la vue y était assez belle à certains moments de la journée, quand la lumière tamisée étendait ses voiles le long des murs et coulait son éclat sur le mobilier. Mais elle vit au sourire moqueur d'Asami qu'elles ne devaient pas parler de la même chose…

« Alors, comme ça, le samedi matin, tu te balades en débardeur et en culotte dans la cuisine ? »

Korra remarqua soudain sa tenue. Ah… Oui… Elle n'y avait plus pensé.

« Je… Hum… Oui, dit-elle en reprenant contenance. »

Asami ne dit rien et sourit simplement en buvant son café.

« Enfin bref, reprit Korra. Qu'est-ce qu'à dit Moon hier soir exactement ?

- Pas de sortie sauf nécessité. Donc, plus de travail, plus de cours, plus… rien…

- Plus de cours ? Non mais c'est une blague ? Je suis là pour ça moi !

- Il nous reste plus qu'à tout faire par informatique.

- Super… »

Asami gloussa.

« Quoi ?

- Non, mais rien… C'est juste que t'as l'air aussi emballée que moi par cette mesure.

- Est-ce qu'on a le choix de toute façon ?

- Pas vraiment…

- Bon, bah voilà. Plus qu'à attendre.

- À attendre… »

Asami soupira. Elle regarda sa montre, elle but une gorgée de son café, Korra but du thé, les minutes passèrent en silence. Asami regardait souvent sa montre, elle soupirait à chaque fois.

Il était bientôt midi, elles s'étaient installées chacune de leur côté, sur leur ordinateur. Asami venait encore une fois de regarder l'heure et de soupirer.

« Tu sais, quand j'ai parlé d'attendre, je ne n'ai pas dit que regarder l'heure toutes les cinq minutes allait faire passer le temps plus vite. »

La jeune femme renâcla. Elle continua à pianoter sur son ordinateur, puis après quelques minutes supplémentaires, elle en eut marre. Elle ferma son ordinateur portable, le posa sur la table basse, mettant ses lunettes sur le couvercle. Elle alla à la fenêtre et regarda la ville endormie.

Korra ne fit pas attention à elle pendant un moment, puis en manque d'inspiration pour sa dissertation (qu'elle comptait quand même rendre dans les délais, même si elle était chez elle. Non pas qu'elle ait vraiment autre chose à faire de toute façon), elle releva la tête et remarqua l'air mélancolique de la jeune femme.

Elle eut ce même pressentiment qu'hier : quelque chose n'allait pas. Elle ne savait pas si elle pouvait la questionner à ce sujet. Ne serait-ce pas envahir son intimité ? Asami n'était jamais très expansive sur ce qu'elle ressentait. En tout cas, elle ne l'avait jamais été avec elle, et l'inverse était tout aussi vrai. Elles avaient une relation plus cordiale qu'autre chose, tout compte fait. Elles étaient loin d'être des amies. Mais pourquoi ne pas l'être ?

La jeune femme aux yeux bleus rejoint Asami à la fenêtre, regardant le paysage avec elle, pendant un moment.

« Tout va bien ? finit-elle par demander.

- Mmm…

- D'accord… dit-elle un peu déçue.

- Je t'ai déjà parlé de mon père ?

- N-Non…

- Tu dois déjà le connaitre…

- Pas vraiment. Enfin, je ne crois pas l'avoir déjà rencontré…

- Korra, cette affaire a fait le tour du monde, comment tu pourrais ne pas être au courant ?

- Euh… Pôle sud ? »

Asami secoua la tête avec l'ombre d'un sourire.

« Tu veux m'en parler ?

- Il est en prison. Normalement, je vais le voir à cette heure-ci. Il doit se sentir seul maintenant. Il n'a plus que moi…

- Pourquoi il est là-bas, si je puis me permettre ?

- Trafic d'armes. »

Korra prit un air étonné. Sérieusement ? Elle s'attendait à un truc du genre : vol, deal de drogue à la grande limite, mais trafic d'armes ! Asami rit très légèrement, même si c'était un étrange rire aux échos sombres et creux.

« Ouais… C'est une longue histoire. On fabriquait des voitures…

- On ?

- L'entreprise. Mais tu connais vraiment rien à cette affaire ou quoi ?

- Rien de rien.

- Future Industries, c'est super connu quand même !

- Maintenant que tu le dis, ça m'évoque vaguement quelque chose…

- C'était l'entreprise de mon père. Sa plus grande réussite. Elle est en train de couler… Normalement, je m'en occupe le matin et les weekends, mais avec le confinement… déjà que j'avais à peine de quoi payer les employés…

- Attends, mais tu diriges une entreprise ?

- Qu'à temps partiel. Le reste du temps, je travaille sur ma thèse et je fais des petits boulots pour payer ce loyer.

- Mais si t'es patronne…

- Je ne gagne rien. Je te l'ai dit : j'ai à peine de quoi maintenir l'entreprise. J'ai tout vendu, nos voitures, notre manoir, j'ai renvoyé le personnel de maison, j'ai renvoyé beaucoup de monde. Je ne peux plus la faire tourner. Je n'ai ni le génie de mon père, ni une conjoncture favorable apparemment… Tous les acheteurs nous fuient, et avec cette épidémie, ça va réellement être la fin. J'ai… »

Elle soupira.

« … tout perdu. »

Elle continua à regarder dans le vide, comme si les mots qu'elle venait de dire n'avait aucune importance, comme s'ils étaient aussi légers que l'air libre de la ville ronflante.

« Je… suis désolée… bredouilla Korra, accoudée à la balustrade, en regardant ses mains.

- Il ne faut pas. C'est mon père qui va en être triste, quand je lui dirai. »

Le silence s'étendit entre elles deux, épais. Il les séparait comme les brillants rayons du soleil, qui réchauffaient le fossé.

« Tu n'as pas tout perdu, dit Korra. »

Asami se tourna vers elle et haussa un sourcil.

« Il te reste cet endroit.

- À moitié… Il me semble bien que j'ai une certaine colocataire…

- Je suis sûre qu'elle peut être arrangeante quand elle veut. »

Korra sourit chaleureusement et Asami lui répondit de la même façon. Elles restèrent à la fenêtre encore un certain temps, jusqu'à l'heure de manger. Ensuite, elles se mirent aux fourneaux. Ou plutôt, Asami se mit aux fourneaux.

« Tu sais cuisiner ?

- Oui ? Pourquoi pas ?

- Vu la quantité d'emballages de plats à emporter — et ils ne viennent pas de moi — qu'il y a dans la poubelle, je pensais que tu ne savais pas faire.

- Je n'ai pas le temps. Mais je cuisine assez bien. J'ai même travaillé en cuisine il y a un certain temps.

- Et tu fais quoi maintenant ?

- Dépannages en tout genre, soucis informatiques, mécaniques, ce que je trouve. »

Korra continua à parler avec Asami en la laissant préparer seule à manger (c'étaient les ordres !), mais elle mit quand même la table. Elle apprit alors que la jeune femme faisait des études en ingénierie, qu'elle avait vécu toute sa vie entourée de voitures et même d'un certain luxe, mais ce n'était pas une pimbêche pour autant.

Au fond, Korra avait raison : c'était une chic fille, qui apparemment avait bien plus à raconter qu'elle ne le laissait entendre. Et elle devait avouer qu'elle commençait à être singulièrement curieuse. Ses précédentes surprises lui donnaient envie d'en découvrir d'autres, même si c'étaient plutôt les surprises qui allaient la découvrir.

Finalement, au milieu de l'après-midi, Asami en eut marre de voir encore et toujours les mêmes nouvelles tourner sur son ordinateur et elle proposa à Korra de regarder un film de son choix. Elle n'avait pas prévu qu'elle choisisse un film d'horreur, genre dont elle avait justement horreur. Mais elle ne rechigna pas et elles mirent un film sur un de leur deux ordis posés sur la basse.

Korra avait quand même eut la délicatesse de demander si ça lui posait problème (et elle avait cru discerner que c'était bien le cas), mais Asami avait répondu par la négative. Cela n'empêcha pas Korra de se détourner plusieurs fois du film pour regarder la tête que faisait sa colocataire, et elle était à chaque fois émerveillée par l'immense ressource de grimaces dont elle disposait. Elle retournait sur le film à chaque fois qu'Asami menaçait de la remarquer l'observer. Cela continua pendant près de la moitié du film avant que Korra ne se mette à rire à une scène particulièrement macabre.

« Ugh… Qu'est-ce que tu trouves de drôle ? C'est dégueu…

- C'est toi ! T'arrêtes pas de grimacer et de sursauter depuis le début. T'aurais pas pu me dire que tu n'aimais pas les films d'horreur ?

- Je ne vois pas du tout de quoi tu parles…

- À d'autres…

- Mais pas du tout, je… Ah ! »

Cette fois, elle n'y tint plus et mit son bras devant ses yeux, entendant les clapotements de la chair humide qui pleuvait sur le sol, avant un gros « plouf » comme une plongée dans une grande piscine. Korra explosa de rire et donna un coup d'épaule rieur à la jeune femme à côté d'elle.

« Hey, c'est bon, c'est fini, tu peux ouvrir les yeux.

- Fini jusqu'à quand ? On est à la moitié du film.

- Ça, je peux pas te dire. »

La jeune femme ouvrit quand même les yeux et fut soulagée par le changement de plan, même si elle sentit ses entrailles frémir d'anticipation aux péripéties des personnages qui étaient encore à l'écran.

Korra eut l'occasion de rire encore plusieurs fois avant la fin du film et Asami n'hésita plus à cacher ses yeux même si elle avait l'impression de passer pour une enfant.

« Première et dernière fois que je regarde un film avec toi en te laissant choisir le film, déclara-t-elle pendant le générique. »

Korra explosa de rire et la taquina encore un peu avec de légers coups d'épaule.

« Allez, il était pas si terrible…

- C'était horrible, tu veux dire.

- Nan, sérieux, il était assez soft.

- Je ne veux même pas savoir ce que ça donne quand ça ne l'est pas. »

Et donc, le soir, après avoir grignoté et bavardé un peu plus, elles remirent un film qu'Asami avait choisi. C'était un film de science-fiction sur les robots — pourquoi Korra n'était-elle pas étonnée ? Mais il était assez tard, du moins pour Asami qui avait l'habitude de se coucher tôt. Alors, elle s'endormit sur l'épaule de Korra. La jeune femme n'y fit pas attention et regarda le film jusqu'à la fin, mais elle ne sut que faire quand ce fut terminé. Hum… La réveiller peut-être ? De toute façon, elle n'avait pas vraiment le choix. Elle n'allait pas pouvoir s'endormir assise.

« Hé, Asami… Il faut aller se coucher…

- Mmnnn… »

Korra retint un rire. Elle vit l'air assommé par le sommeil de la jeune femme et sa mine froissée de contrariété.

« Je suis sérieuse, tu sais. Tu peux pas rester dormir là. Enfin, moi pas.

- Mmm… T'as qu'à t'allonger…

- Sur le canapé ?

- Moui.

- Mnon, plutôt. »

Finalement, Asami releva sa tête de l'épaule de Korra, mais ce fut seulement pour la pousser et la coucher sur elle. Elle s'installa sur elle et referma les yeux.

« Tu vois, comme ça, c'est bien, dit-elle, laissant tomber des syllabes dans le sommeil.

- J'suis toute tordue !

- Bah, positionne-toi correctement.

- Je peux pas, tu es sur moi.

- C'est dommage, hein. En tout cas, moi je bouge pas de là… T'es trop confortable…

- Tu veux dire que ma poitrine est confortable ?

- Oui, voilà, si ça te fait plaisir. Maintenant, chut, je dors.

- Gamine.

- Chuuuuuuut. »

En fin de compte, Korra n'osa plus rien dire. Elle atteignit tant bien que mal l'ordinateur de la main qui n'était pas bloquée pour l'éteindre. Le temps qu'elle fasse ça, elle entendit la lente respiration calme et régulière d'Asami reprendre : elle s'était rendormie.

Sérieusement… Bon, visiblement elle n'allait plus pouvoir bouger… La prochaine fois, elle l'emmènerait dans sa chambre de force avant qu'elle ne s'installe ! Mais pour l'instant… pour l'instant, elle n'avait plus qu'à s'endormir comme sa colocataire si confortablement installée.

Elle la regarda dormir un petit peu. Bon, elle pouvait bien lui passer ça… La journée avait été frustrante pour elle. Et puis, assurément, ce n'était pas le genre de choses qui étaient amenées à se reproduire souvent.

Korra bougea un peu pour essayer de se positionner correctement sans réveiller la femme endormie. Elle ne parvint pas à faire grand-chose pour sa hanche qui était coincée sous le ventre de l'autre femme, ou ses jambes qui pendaient à côté du canapé, mais elle noua ses bras pendant autour de la jeune femme, une de ses mains venant s'emmêler dans les longs et doux cheveux de jais. Elle entendit Asami respirer un peu plus fort, un peu comme un soupir.

« Bonne nuit, Asami. »

C'était une agréable journée. Elle espérait qu'elles puissent avoir d'autres journées comme celle-ci pendant le confinement. Alors, ce ne serait peut-être pas si mal, et elles pourraient apprendre à se connaitre véritablement cette fois, et pas à la volée. Elle était sûre qu'il lui restait encore plein de choses passionnantes et merveilleuses à découvrir chez cette femme.


A/N : Hésitez pas à laisser une review. Ça me ferait très plaisir :) (Genre, très, très, très plaisir, donc faut surtout pas hésiter xD)

À plus pour ceux que je vois régulièrement ! Et pour les autres, j'espère qu'on se verra sur une autre histoire :)