Bonjour, bonsoir.

Je suis "nouvelle" sur en ce qui concerne Supercorp, alors soyez indulgents. Je vous offre ici une FF super légère que de base, je voulais écrire pour la Saint Valentin. J'essaierais de vous poster 1 chapitre par semaine. (Voir plus si j'ai de bons retours ici)

Petite explication : Les pensées des perso sont indiquées en gras et italique. J'indiquerai les flash-back par des balises [f] /f]

J'attends avec hâte de lire vos avis sur ce premier chapitre qui sert plus d'introduction à l'histoire.

Introduction:

Lena était assise dans sa chambre. Elle était face à son miroir. La tête dans les mains, elle essayait de se reprendre. Pourquoi avait-elle accepté ça ?

Au fond d'elle, elle le savait. Son père lui avait fait promettre de toujours honorer son héritage. Elle devait devenir une meilleure personne que le reste des Luthor. Et elle avait acquiescé, sans broncher, avant qu'il ne rende son dernier souffle.

Maintenant elle était coincée. Elle qui s'était tellement bien forgé une carapace se devait maintenant d'honorer sa promesse à deux personnes. Son père et cette stupide blonde à lunettes qui l'avait prise au dépourvu.

Sa mère était partie pour Metropolis avec une armada d'avocats afin de disculper son frère d'une énième sombre affaire. Et elle, elle se retrouvait seule dans une maison à Midvale pour finir ses études. Seule était plutôt un état d'esprit. La bâtisse était loin d'être vide à vrai dire. Lena avait avec elle une gouvernante, un cuisinier, un jardinier, une femme de ménage et un chauffeur. Cela faisait partie des privilèges d'avoir atterri dans une famille riche et influente. Sauf que la richesse ne servait en rien à combler le trou béant qui s'était rouvert dans la poitrine de la jeune fille. Cette douleur intense, elle l'avait sentie dès son plus jeune âge, à la mort de sa mère. Son père l'avait donc récupérée et imposée dans son univers. Son arrivée avait signé la mort de sa relation avec sa femme et définitivement éloigné son fils. Le patriarche avait alors eu l'occasion d'apprendre les vraies valeurs à Lena. Lex étant déjà bien trop perverti par l'avidité de sa mère. Même si il avait toujours été charmant et accueillant avec celle qui était vue comme une bâtarde, Lena ne s'était jamais sentie à sa place. Les vastes contrées d'Irlande lui manquaient. Elle n'était pas une fille de la ville. C'était d'ailleurs dans ce souci-là que Lionel avait acheté cette résidence à Midvale, afin d'éloigner sa fille de toute cette cohue. Ils ne se voyaient pas aussi souvent qu'elle l'aurait voulue mais sa mort l'avait profondément touchée. Elle soupira en se pinçant l'arrête du nez.

- Miss Luthor, vous allez être en retard !

C'était une belle journée de janvier. Le soleil brillait même si la brise hivernale était toujours présente. C'était la rentrée aujourd'hui. Lena aurait préféré rester cloîtrée dans sa chambre plus longtemps mais elle devait reprendre les cours pour filer au plus vite de ce trou à rat. L'héritière s'était habillée en conséquence. Elle tira sur son haut tout comme elle essayait de se reprendre et de chasser le flot de pensées noires qui l'avaient assaillie. Elle se regarda une dernière fois dans le miroir et tapota ses lèvres afin d'estomper légèrement le rouge qu'elle trouvait un peu trop voyant. Courage Lena. Tu auras bientôt ton diplôme. À toi les portes de la liberté. Elle retenu un léger rire alors qu'elle se trouvait déplorable de se motiver de la sorte. Elle descendit le large escalier principal et retrouvait Charles, son chauffeur. L'homme tirait dans la cinquantaine et était déjà un peu grisonnant. Il était habillé d'un costume. Son regard envers la fille Luthor était bienveillant. Il la gratifia d'un sourire avant de lui ouvrir la porte. Elle ne montrait jamais son vrai visage à personne, les employés ne dérogeaient pas à la règle. Elle lui sourit en retour avant de lui déposer une bise rapide sur la joue.

- C'est une bien belle journée aujourd'hui Charles, vous devriez en profiter pour aller voir votre mère. Achetez lui un bouquet de lys de ma part. Je rentrerais à pied.

L'intéressé leva les yeux au ciel mais ne broncha guère. Il savait pertinemment que se lancer dans une discussion avec la jeune fille ne servait à rien. Il se contenta de la remercier chaleureusement de lui donner ainsi sa journée et lui indiqua que sa mère allait être ravie, n'oubliant pas de préciser qu'il restait joignable si besoin. Cela faisait des années qu'il était au service de la famille Luthor, et il avait loué le ciel depuis qu'il ne devait servir que Lena. Il n'avait jamais croisé d'être aussi altruiste et sensible qu'elle. Du moins, avec les employés. Ils savaient tous très bien la manière dont elle se comportait à l'extérieur, se coupant de toutes relations humaines. L'adolescente monta dans la berline noire, et une fois la porte refermée, elle reprit un visage sombre et impassible.

- Tu sais que tu gagnerais tout à sourire...

Lena sursauta. Elle dévisagea le garçon qui se trouvait à l'opposé, comme si elle avait oublié sa présence. William était le neveu de Charles et le fils de la gouvernante. Il habitait au manoir avec eux depuis que la jeune fille avait soumis l'idée à son père, permettant ainsi à ses employés d'avoir une vie de famille un peu plus convenable. Leur relation n'était plus au beau fixe depuis que la jeune Luthor avait tout perdu. Cela faisait maintenant plus d'un an que le petit brun voyait son amie dépérir, ce qui le peinait sincèrement.

- Et toi tu gagnerais à te taire William. Lâcha t'elle avec dédain.

- Je m'inquiète juste pour toi, c'est tout. Dit-il avec une mine déconfit.

Elle ravala un rire avant de tourner son regard vers l'extérieur, la voiture ayant démarré dans un bruit sourd. Ce n'était pas la bonne période. Tout lui rappelait la mort de son père. Il y avait déjà quatre ans qu'elle avait perdu son dernier repère. Et comme si cela n'avait pas suffi, son frère avait choisi cette date l'année dernière pour ternir un peu plus le nom de Luthor, ce qui avait bien entendu fini par l'achever totalement. Elle était passée de la fille enjouée à la fille triste pour devenir celle totalement renfrognée.

- Tu sais... Commença le jeune homme avec incertitude tandis que le regard glacial de son ancienne amie se posa sur lui. Tu devrais nous rejoindre aujourd'hui pour déjeuner. Et laisser Andrea et sa bande de connasses pour changer. T'as besoin d'air frais Lena. Tu fais peur à voir. Et je suis sûre que tu adorerais...

Lena se pinça une nouvelle fois l'arrête du nez, sentant une migraine peu à peu s'emparer de sa tête et lui marteler les tempes. Elle savait indubitablement que William voulait bien faire. Surtout aujourd'hui. Mais quand comprendrait-il que l'ancienne Lena avait disparu et qu'il ne restait plus que la Luthor ? Elle n'avait pas envie d'être désagréable avec lui, car au fond elle, elle l'appréciait. Mais elle n'allait pas mettre à mal ces quatre années de travail acharné sur son image par baisse de moral.

- Assez William. Trancha t'elle sans ménagement. Je n'en ai rien à foutre. Toi et ta bande de geek ne m'intéressez pas. Concentres toi plutôt à essayer de perdre ta virginité avec ton intello de copine au lieu de me prendre la tête. Tu me fais pitié !

Le jeune déglutit. Il détestait la voir ainsi. Avant elle n'était froide avec lui qu'au lycée. Mais depuis ces derniers mois, elle l'était devenue tout court. Il serra les poings, décidant de ne plus se laisser faire. Peut-être était-ce parce qu'elle avait abordé le sujet Kara ?

- Je ne suis pas un de tes sous fifres Luthor. Ne me parles pas comme ça. Tu sais très bien qu'on est pas ensemble. Sa voix se mit à chevroter. Elle est à fond sur ce stupide Mike qui ne sait même pas qu'elle existe.

Ce fut au tour de la jeune de serrer les poings. Elle n'avait plus l'habitude qu'on réponde à ses joutes verbales. Et encore moins qu'on ose l'appeler par son nom seul.

- Ose encore une fois prononcer le nom de mon père de la sorte et je te casse ta petite mâchoire d'anglais satisfait à coup de poing. T'as compris ? Elle respira profondément, se souvenant subitement qu'elle parlait à son ancien ami. Son ton se radoucit presque bizarrement. Apprends à te battre pour ceux que tu aimes avant que le temps ne décide de frapper à ta place. Si tu as toujours autant de sentiments pour elle, et bien dis lui. Elle posa ses yeux, limite attendrie par la bouille d'enfant qu'arborait soudainement le jeune homme. Agis. Une action vaut parfois mieux que mille mots Dey.

La voiture s'arrêta. Elle poussa le brun afin de sortir la première tout en réajustant sa tenue. Était-ce le soleil ou la remise en place du jeune homme qui venait subitement de rendre la Luthor plus enjouée ? Une fois n'est pas coutume, Lena monta les marches du lycée le sourire aux lèvres. Serait-ce pour une fois une bonne journée ?