Adossée au mur, seule, à l'écart du bruit, Hitomi contemplait, dans la douceur de l'air printanier, le crépuscule naissant avec mélancolie.

La Lune… Sa présence…

*Son omniprésence. *

Hitomi pouvait la percevoir, même aux heures les plus ensoleillées du jour.

*Ses visions. *

Même lorsqu'elle dormait.

*Ses rêves. *

Cette Lune qui semblait la scruter. Cet œil attentif.

*Gaïa. *

*Van ?*

_ Encore dans la lune ? » l'interrompit Yukari, en posant délicatement sa main sur son épaule.

*Si seulement.*

_ C'est le moment de lire ton discours, si tu le veux toujours, bien sûr… » lui dit avec douceur sa meilleure amie qui avait décelé son trouble.

_ Quoi ?! »paniqua Hitomi, brusquement ramenée sur Terre.

Lorsqu'Amano avait fait sa demande à Yukari, cette dernière avait tout de suite pensé à Hitomi pour écrire le texte d'ouverture de leur soirée de mariage. En plus d'être sa confidente personnelle, elle connaissait également le jeune homme depuis le lycée. Elle était la personne idéale pour parler de leur couple. Elle les avait connus simples camarades, puis amis, et enfin amoureux.

Au moment de la demande, Hitomi avait accepté, naturellement, car elle avait été honorée par la marque d'affection que cela représentait de la part de ses proches. Mais, en écrivant son texte, elle avait vite déchanté. En cherchant les mots les plus adaptés pour faire l'éloge du lien amoureux de ses deux complices, elle avait été, méthodiquement, renvoyée à sa propre solitude. Elle n'avait personne sur Terre avec qui partager les sentiments qu'elle prévoyait d'honorer. A l'approche du moment fatidique, elle appréhendait de célébrer, devant cette multitude de personnes, le bonheur qu'engendrait l'union de ses compagnons, elle qui se sentait si tristement seule.

*Van. *

_ Oh ! Oui ! Le discours ! Bien sûr ! Où dois-je aller ? »

_ Suis-moi ! »

Elle saisit alors inconsciemment la main tendue dans sa direction et se laissa entraîner à l'intérieur. Subissant l'attraction de Yukari, elle se sentit devenir une masse inerte que la jeune mariée entraînait dans son orbite. Comme par magnétisme, les doigts d'Hitomi semblaient incapables de se détacher de ceux de son amie et son bras droit ne semblait pas pouvoir résister davantage à la force exercée. Mais, même si elle se soumettait à cette trajectoire, son corps trahissait la répulsion qu'elle éprouvait à le faire. Ses longues jambes, sculptées par des années de course, luttaient irrémédiablement contre son attirance vers l'avant, engendrant un déplacement saccadé son buste essayait de lutter contre cette pesanteur invisible en se déportant vers l'arrière son regard vert gravitait dans le néant, il était devenu pâle et insondable. Lunaire.

*S'éclipser. *

Elles pénétrèrent dans la grande pièce surplombée d'une verrière magistrale qui donnait aux lieux une atmosphère des plus romantiques au fur et à mesure que le jour déclinait.

*La Lune continue de se révéler. *

Des dizaines de guirlandes lumineuses disséminées dans toute la salle tamisaient les lieux d'une douceur dorée. Des lampions aux couleurs pastel et d'innombrables bougies ajoutaient un charme poétique à l'endroit. De magnifiques compositions florales ornaient les tables. Elles mettaient à l'honneur les roses éponymes, les gerberas fuchsia et les lys blancs, le tout agrémenté de lierre, de gypsophile et d'autres feuillages. Les fleurs étaient réunies en bouquets ronds et bas, scellées par un cordon de jute. La vaisselle, blanche et bordée de motifs végétaux, reflétait également le raffinement bucolique recherché par les hôtes.

*L'ambiance est somptueuse. *

Les invités n'étaient pas en reste. En fendant la foule, précédée de Yukari qui évoluait avec grâce et fluidité au milieu des convives, Hitomi remarqua à quel point leurs vêtements étaient raffinés. Les femmes arboraient toutes des robes de soirée éblouissantes, faites de tissus élégants. Elles avaient choisi leurs toilettes avec soin et étaient parées de leurs plus beaux bijoux. Les hommes revêtaient des complets-vestons distingués et étaient impeccablement coiffés. Les enfants, endimanchés eux-aussi, restaient sagement près de leurs parents.

*Les tenues sont épatantes. *

Les physionomies affichaient des airs ravis. En suivant la mariée, Hitomi avait pu voir de multiples sourires et entendre de nombreux éclats de rire. Les conversations allaient bon train entre les connaissances du couple, leurs amis ou leurs familles. Ils étaient tous réunis, en petits groupes, pour discuter. Les accolades, au gré des retrouvailles étaient joyeuses. Tous semblaient tellement heureux de se rassembler pour mettre à l'honneur le couple de jeunes mariés.

*Les mines sont réjouies. *

La même sensation que tout à l'heure l'assaillit.

Un vertige.

*Un décor, des costumes et des masques. *

*Le spectacle est parfait. *

*Le bal des apparences. *

Comme un peu plus tôt, son cœur se serra. Elle avait si mal, qu'elle aurait voulu se l'arracher.

*Ça aurait arrangé bien des choses. *

Comme un peu plus tôt, son esprit se noya. Elle s'enfonçait tellement, qu'elle aurait voulu tout arrêter.

*Tout arrêter. *

_ Hitomi, tu es toujours là ? »

*Encore. *

*Jusqu'à quand ? *

Combien de temps supporterait-elle cela ?

De vivre, en faisant semblant.

*De faire semblant de vivre ? *

_ Oui »

_ Si tu veux bien monter ? »

En acceptant de suivre Yukari, elle avait fatalement accepté sa requête. Tout comme sa meilleure amie, les convives la regardaient intensément. Hitomi se sentait désarmée face à l'assistance qui scrutait le moindre geste de sa part. Elle se devait de faire quelque chose, car elle commençait à paniquer sans parvenir à refaire surface.

Alors, elle regarda Yukari.

Et Yukari lui sourit.

La jeune mariée l'encouragea en lui indiquant du regard une estrade éphémère, installée pour l'occasion. Sur le podium, un pupitre fiché d'un microphone avaient été préparés pour ce moment. Ils étaient décorés avec des ornements pastoraux rappelant les autres éléments de la salle. Amano les attendaient, debout et souriant, à côté du dispositif. Il revêtait un costume trois pièces bordeaux dans le style dandy, une chemise beige poudré et portait un nœud papillon constellé de motifs rosés. La couleur de l'accessoire n'était pas due au hasard. Il permettait de rappeler la splendide robe de sa compagne, de la même couleur. Yukari avait pris place à côté de lui et regardait Hitomi avec bienveillance. Elle connaissait trop bien le vague à l'âme de sa meilleure amie pour la brusquer.

Encore une fois, Yukari lui sourit.

Et cela rassura Hitomi.

*Le numéro touche à sa fin. *

Elle regarda discrètement sa montre. Dix-neuf heures précises.

*La chorégraphie est parfaitement exécutée. *

Tel un pantin, elle s'était laissé mettre en scène, elle-aussi. De la cérémonie traditionnelle à cette réception plus décontractée, elle avait assumé. Et cela lui avait coûté. Mais, elle devait désormais se surpasser.

Elle devait arrêter de fixer la feuille qu'elle tenait dans les mains. Pour Yukari.

Elle devait ouvrir la bouche et parler. Pour Yukari.

Elle devait relever la tête. Pour Yukari.

Alors, dans un effort surhumain, elle leva les yeux et regarda les convives impatients sans les voir. Puis, elle plaqua sur son visage un sourire de façade et entama son discours :

*Entrons dans la danse…*

_ Yukari, Amano,

J'ai longtemps cherché les bons mots pour qualifier votre relation des mots forts et puissants, comme le lien qui vous unit. J'en ai trouvé une quantité phénoménale ! Et aussi de nombreuses anecdotes très gênantes pour vous deux, d'ailleurs. Enfin, surtout pour Yukari ! Mais, blague à part, veuillez me pardonner car, finalement, les mots que j'ai choisis de prononcer ce soir seront d'une grande simplicité.

Comme vous. Et votre amour. Car, votre amour est simple. Beau et pur. Il est doux et épanoui. Il est humble et confiant. Il est bienveillant et serein, entier et complice.

Oui, votre amour est simple. Il est vrai et éternel.

Alors, simplement, je vous souhaite d'être heureux ensemble pour le restant de votre vie. Et sans perdre plus de temps, je demande un triomphe d'applaudissements en l'honneur des jeunes mariés ! »

Elle perçut des acclamations s'élever dans la foule. Elle embrassa mécaniquement ses amis et descendit de scène. Elle accepta sans réfléchir le verre qu'on lui tendit et entendit Yukari dire :

_ Encore merci d'avoir accepté »

_ Ce fut un plaisir » mentit la jeune femme.

_ Kampaï ! » proclama Amano enjoué en se tournant vers les autres convives.

_ Kampaï ! » répondirent-ils en chœur.

_ Kampaï ! » s'entendit dire Hitomi en échos.

*Van. *

Pour écrire cela, elle avait pensé à lui. Et uniquement à lui.

Elle porta le verre à ses lèvres, machinalement, et avala une gorgée. En buvant, elle vit le ciel à travers la verrière.

*La Lune est pleine.*

Stop.

Elle ne pouvait plus.

Elle ne pouvait plus jouer ce rôle.

Elle ne pouvait plus se déguiser.

Elle ne pouvait plus se voiler la face.

Elle ne voulait plus mentir.

Elle ne voulait plus s'angoisser.

Elle ne voulait plus souffrir.

Elle voulait tout arrêter.

Elle voulait se libérer.

Elle voulait renaitre.

Elle devait disparaître.