Je ne possède aucun des personnages de la série de films.

Un vol de Plutonium, une société de haute technologie à Bangkok, une base militaire dans l'Arkansas, une fontaine de Central Park, un terroriste irlandais revenu du passé... Quant tout se met à s'emboîter, le piège se referme autour d'Ethan Hunt et de son équipe... Sauf que cette fois ce n'est pas que l'avenir du monde qui est en jeu, mais ce sont leurs vies qui sont dans la balance.

En fait, cette fic part d'un drabble (qui sera dans le chap 1) et de la réflexion d'une amie qui m'a dit que ça donnait des feels (et l'envie d'en savoir plus) et aussi du thème "Flashback" que j'avais proposé sur un challenge et qui n'a pas été choisi. Trop tard j'avais déjà cette idée.

La fic est déjà finie de rédiger donc la publi sera régulière. Elle compte un prologue et 16 chapitres ;)

En espérant que cela vous plaise

Bonne lecture

PS : Au fait j'ai commencé à faire du tri et à remettre de l'ordre dans mes publications en faisant une sorte de table des matières dans mon profil alors n'hésitez pas à y faire un tour ;)


Encore un très grand merci à Phebe pour avoir laissé aussi une review sur la Fic "Piégés", d'ailleurs il y a une petite surprise ;)

Pour celle-ci voilà donc le chapitre 16, j'ai failli le nommer "Epilogue" comme il est un peu plus court, mais c'est vraiment la suite directe de celui d'avant. Alors il a gardé son statu de chapitre. J'espère que cette conclusion vous plaira et à bientôt.

Pensez au review !


FLASHBACK

chapitre 16

Dublin. Mai 2005

Gillian se lova plus fort contre la poitrine nue d'Ethan, faisant glisser ses mains sur son torse, s'arrêtant sur quelques cicatrices.

- Tu m'expliqueras un jour d'où elles viennent.

- Je ne pense pas être autorisé à t'en parler…

- Donne-moi juste les grandes lignes, tiens celle-là, lui demanda-t-elle en s'arrêtant sur une cicatrice à droite de sa cage thoracique entre la quatrième et la cinquième côte.

Ethan frissonna, se remémorant le contexte assez terrible de cette blessure, mais acceptant de murmurer dans un souffle.

- Afghanistan, i ans, je… manquais de concentration…

- Ah ? s'étonna Gillian en se pelotonnant un peu plus contre lui.

- Je… J'avais appris la mort de ma mère quelques jours plus tôt et j'étais coincé là-bas, murmura Ethan en fixant le plafond, se rendant compte qu'elle était la première personne à qui il en parlait à part Luther.

- Oh… Je suis désolée… Tu as encore ton père ?

- Mort quand j'avais 18 ans, répondit Ethan en lui caressant distraitement le bras.

- Des frères ou des sœurs ?

- Non… Plus rien…

L'irlandaise laissa passer quelques secondes avant de murmurer.

- Je n'ai jamais été aux Etats-Unis. C'est comment ?

- Je ne sais pas…Tu te feras ta propre idée.

- Tu sais ce qu'il va m'arriver une fois que j'aurais donné toutes les informations que je possède ?

- Tu auras une autre identité… et on te trouvera un endroit calme.

- Où ça ?

- Eh bien, je ne sais pas, mais je connais une ferme à Middlefield qui pourrait être parfaite…

Gillian sourit et finit de s'allonger sur Ethan, appréciant le contact de leur peau l'une contre l'autre.

- Middlefield… J'aime déjà ce nom… Tout cela m'a l'air bien…

- Oui… ça l'est…

OoooO

Ethan frémissait doucement et Luther lui jetait par moment de petits coups d'œil inquiets.

Pendant qu'il était toujours inconscient, il en avait profité pour le soigner. Il avait commencé par laver le sang qui recouvrait son corps, s'arrêtant sur son arcade pour poser un léger strap avant de passer doucement sur sa poitrine. Une fois qu'il eu fini, il déposa une poche de glace entourée dans un torchon sur ses côtés meurtries pour le soulager, puis il enveloppa son épaule blessée dans un solide bandage.

- Luther. C'est bien joli, mais il a besoin d'un hôpital et d'un vrai médecin, marmonna Benji.

- Je sais, mais il faut attendre que ça se calme dehors et ne t'en fais pas, aucune blessure n'est létale.

- Me voilà rassuré ! Mourir d'épuisement ça n'arrive jamais ?

- Ne panique pas.

Benji soupira et Luther continua à s'occuper de son ami blessé, ne pouvant s'empêcher de penser qu'il préférait ne pas avoir à le faire aussi souvent. Bien qu'il sache que ce n'était pas forcément la meilleure chose à faire, il retira la poche de glace et enveloppa aussi ses côtes brisées pour les tenir en place. Quand il serait à l'hôpital, il pourrait le retirer.

Puis, il retira la bande souillée de sa blessure par balle et grimaça. Un des points avait sauté, mais ce n'était pas si grave qu'il l'avait craint. Il désinfecta, appliqua une couche de pommade antibiotique et lui refit le point avant de poser un pansement propre. Ensuit, il désinfecta la plaie au couteau qui se trouvait juste au dessus et la recousue avant de la recouvrir elle aussi de pommade antiseptique et antibiotique. Il appliqua des compresses par-dessus et se mit à lui faire un bandage solide qui enveloppa les deux plaies. Au final, il lui avait presque bandé tout le torse quand il le sentit frissonner sous ses doigts.

Luther finit son bandage et se redressa un peu pendant qu'Ethan reprenait lentement connaissance.

Il savait la confusion qui pouvait s'immiscer dans l'esprit d'une personne qui se réveillait blessée, affaiblie et dans la douleur. Il glissa donc sa main sous nuque par accompagner son réveil, murmurant doucement quand il se cabra sous ses doigts, un peu perdu et ne sachant plus où il était.

- Chut… Tout va bien Ethan. Tu es en sécurité, tout va bien.

L'homme trembla, se débattit un peu et sa respiration devint plus saccadée et douloureuse. Luther lui pressa un peu plus la nuque, laissant son pouce caresser le bas de sa joue.

- Chut… Tout va bien et toi aussi tu vas bien Ethan, chut…

Les mots de son ami semblèrent l'atteindre et Ethan bloqua son regard sur le sien. Un soupir de soulagement marqué lui entraîna un frisson et il ferma les yeux pour se remettre les idées en place.

- Luther…

- Oui, répondit ce dernier en retirant sa main de sa nuque.

Ethan frémit… Il avait dit à Gillian qu'il n'avait plus rien, plus personne, mais c'était faux… Luther était là, toujours là comme l'était un grand frère… Ethan rouvrit les yeux. Toute trace de panique avait disparu maintenant qu'il avait conscience de la situation. Il amorça même le geste de se redresser sur un coude, laissant son regard balayer son torse largement bandé.

- Tu t'es lâché, murmura-t-il un léger sourire au coin des lèvres.

- Tu n'as pas vu ton état, lui répliqua Luther. Dis-moi si tu as mal, j'ai des analgésiques assez puissants.

- La douleur n'est pas un problème, répondit Ethan en s'asseyant sur le bord de la couchette en grimaçant.

Il porta la main à son visage, se massa les tempes et ajouta dans un souffle.

- Elle prouve qu'on est encore en vie.

- Mais tu es en vie, Ethan, répondit Luther en se redressant, lui tendant la main quand il comprit qu'il allait se lever. Cela ne veut pas dire que tu dois souffrir.

- Je vais bien, marmonna ce dernier en acceptant la main de son ami, et puis, tout ça m'assomme et j'ai trop de choses à faire.

Il tira sur sa main et se redressa sur ses jambes, mais un violent vertige l'assaillit et il retomba assis sur le bord de la couchette. En plus, son genou blessé venait de cruellement se rappeler à lui, encore une partie de son corps qui n'avait pas apprécié sa chute brutale de l'avion. Un frisson remonta le long de son échine pendant que Luther se baissa devant lui.

- Pour le moment, je pense que tout peut attendre.

- Non, il faut que je m'occupe des rapports et de…

- On va le faire, toi tu vas te reposer. Tu es encore trop secoué pour faire ça et dans une heure ou deux, quand tout se sera tassé, on ira faire un tour à l'hôpital.

- Non, c'est à moi de…

- Ethan, le coupa une nouvelle fois Luther en haussant un peu le ton. Tu ne nous fais pas confiance ?

L'agent secret redressa la tête, un éclair choqué dans le regard pendant que ses yeux balayèrent le visage des trois hommes autour de lui.

- Bien sûr que si ! Protesta-t-il avec véhémence. Je confierais ma vie à chacun d'entre vous sans la moindre hésitation, je pensais que vous le saviez. Vous êtes les trois seules personnes au monde en qui je peux avoir totalement confiance

Luther sourit et posa la main sur sa nuque.

- Alors lâche prise. Tout est fini Ethan. Laisse-nous faire les rapports, terminer ce qu'i terminer et toi allonge-toi. Dors Ethan. Tu es à bout de forces.

- Luther, je ne veux pas me décharger sur vous, je…

- Ethan, on te le propose, pas vrai les gars ? Demanda-t-il en se tournant en direction de ses coéquipiers.

- Bien sûr ! S'exclama Benji.

- Evidemment ! Renchérit Brandt.

Ethan tourna la tête vers eux et leur murmura un « merci » sincère qu'il accompagna d'un sourire fatigué avant se tourner vers Luther.

- Si besoin, vous me réveillerez ?

- Promis… Allez lâche prise…

Ethan frissonna et se laissa doucement tomber sur le lit. Luther l'accompagna, gardant sa main sur sa nuque le temps qu'il dépose sa tête sur l'oreiller.

- C'est ça, lâche prise… Repose-toi.

Ethan hocha la tête et laissa ses yeux se fermer. Son épuisement le submergea et il s'endormit presque aussitôt. Luther sourit, lui pressa la nuque et se redressa. D'un geste, il enleva sa veste et la posa sur les épaules de son ami. Il fit glisser sa main sur son front pour juger de sa fièvre et se retourna vers ses coéquipiers.

- Bien, tenons cette promesse.

Les deux hommes lui sourirent et se dirigèrent vers la console, non sans avoir jeté un dernier regard à leur ami profondément endormi.

Un ami qui bascula dans le sommeil avec un visage en tête… un visage aux yeux verts, encadré par une longue chevelure rousse et à laquelle il murmura.

- Tu peux partir en paix…