Je ne possède aucun des personnages de la série ou des films.

La tête de Benji martelait, ses souvenirs étaient embrumés... Est-ce qu'ils avaient eu un accident ?

Deuxième mini-fic dans ce fandom dans le cadre d'une Nuit du FOF

Ce chapitre a été écrit dans le cadre de la Nuit du FoF sur la thème "Chaîne"

(Pour rappel on vous propose un thème et vous avez une heure pour écrire un texte ;))

En espérant que cela vous plaise

Bonne lecture

PS : Au fait j'ai commencé à faire du tri et à remettre de l'ordre dans mes publications en faisant une sorte de table des matières dans mon profil alors n'hésitez pas à y faire un tour ;)


PIÉGÉS

Chapitre 1

Belfast. Novembre 2015

Quelque chose avait dérapé… Quelque chose qu'ils avaient été bien été incapables d'anticiper pour une fois et Benji trouvait l'expérience particulièrement désagréable. Sa tête martelait et il avait la bouche pâteuse. C'était déroutant, tout comme le fait de ne pas comprendre ce qui était en train de se passer et d'avoir des souvenirs flous. Il se concentra pour les remettre en ordre et des éléments revinrent. Il se souvenait du 4x4, du coup de fil reçu par Ethan, de ses yeux qui s'étaient ouverts en grand, du cri qu'il avait poussé pour qu'il saute en marche et… Est-ce que c'était un choc ?

Oui probablement, au vu de la douleur qui lui vrillait les tempes, c'était forcément un choc, mais ce n'était pas tout… Ses poignets aussi lui faisaient mal et l'agent de l'IMF fit un rapide tour de la situation. Il était ligoté sur une chaise dans une position douloureuse et on lui avait bandé les yeux.

C'était à la fois une bonne et une mauvaise chose. Une bonne parce qu'il pouvait toujours faire semblant d'être inconscient et il garda bien évidement la tête baissée cherchant à capter son environnement. Cependant, c'était aussi une mauvaise chose parce qu'il aurait bien aimé savoir ce qui se passait vraiment tout autour de lui… Ne pas savoir l'angoissait et… subitement ses pensées furent interrompues par un bruit de coups, un tintement de chaînes et deux légères plaintes de douleur… des plaintes…

Benji se tendit… Ethan ? Ethan était là avec lui ? C'était bien sa voix qu'il venait d'entendre… Cette plainte furtive, douloureuse… et un ricanement sonore lui noua une boule au ventre.

- Est-ce que tu as conscience que ça ne te sauvera pas, Hunt ?

Benji serra les dents. Oui, c'était bien son ami et la situation devint encore plus angoissante. Ces types savaient qui ils étaient et surtout… ce ton… cette manière de parler… Ethan… Qu'est-ce qu'ils étaient en train de lui faire ? Depuis combien de temps ? Son instinct de survie lui disait de ne pas bouger, de ne pas montrer qu'il était conscient, mais le bruit des coups et une nouvelle plainte de douleur de son ami lui donnèrent la nausée. Il ne pouvait pas rester là à rien faire… Alors peut-être qu'en attirant l'attention sur lui, il lui offrirait un peu de répit… Benji redressa donc la tête et ordonna d'une voix qu'il voulu ferme.

- Laissez-le !

Aussitôt les bruits cessèrent et un silence s'installa dans la pièce. Un silence troublé par la voix d'Ethan qu'il entendit à peine.

- Benji… non…

Non ? Il aurait voulu qu'il continu à faire croire qu'il était inconscient ? Qu'ils les écoutent le passer à tabac sans rien faire… Hors de question. Avant que tout dérape, comme à chaque fois depuis qu'ils étaient partenaires, Ethan lui avait promis qu'il veillerait sur lui, qu'il ne lui arriverait rien… Pourquoi il ne pourrait pas l'aider, lui aussi ?

Des bruits de pas se dirigèrent vers sa chaise et Benji se tendit. Une main agrippa son bandeau et lui arracha d'un geste brusque. Les néons l'aveuglèrent, mais il ouvrit les yeux, découvrant qu'il était dans un sous-sol s'il en jugeait à la tuyauterie qui l'entourait. Le type, un grand roux avec une cicatrice sur la joue gauche le détailla d'un air mauvais, mais Benji s'en moqua.

Derrière lui, par-dessus son épaule, il venait de repérer Ethan, pendu par les poignets à des chaines qui descendaient du plafond, à demi à genoux sur le sol parce que ses jambes ne le portaient plus… Du sang coulait de son arcade et de sa pommette gauche trempant son visage et son t-shirt était lacéré de plusieurs coups de poignards. Ethan tenta de se redresser pour leur faire face dans un effort qui fit se pincer le cœur de Benji, mais l'un des types le gratifia d'un coup de poing à l'estomac qui le plia en deux et lui déclencha une quinte de toux douloureuse… Ethan s'affaissa de nouveau à bout de souffle et son ami remarqua qu'il y avait des flacons dont certains vides sur une table avec des seringues. Un envie de les tuer fit bouillonner son sang, et la boule au ventre de Benji devint plus grosse lorsqu'il verrouilla son regard sur les iris bleu gris épuisés et à bout de forces de son ami. Il semblait si exténué qu'il comprit qu'il ne tiendrait plus longtemps. Ils allaient le tuer… et Benji le connaissait si bien qu'il pouvait lire dans son regard des mots qu'il n'eut pas à prononcer… Il allait mourir et il lui demandait pardon… pardon de ne pas pouvoir tenir sa promesse de le protéger. Instinctivement le britannique tira sur ses liens. Ce n'était ni des menottes, ni des chaînes, mais un simple cordage. S'il pouvait s'en débarrasser…

Le type devant lui observa l'échange de regard entre les deux amis et un sourire se dessina sur son visage.

- Je suis ben content de voir que vous êtes réveillé Mr Dunn, j'ai bien cru que le coup à la tête vous avez achevé.

- Oh, eh bien je suis content que vous le soyez ! Répliqua Benji sur un ton qui surprit son interlocuteur.

- Quelle vivacité ! J'aime quand les réputations sont vraies, ça m'aide dans mon travail.

- Les réputations ? Demanda Benji subitement plus inquiet.

- Oui… dit-il en faisant signe à l'un de ses hommes qui sortit un tazer pour l'enfoncer dans les côtes d'Ethan.

Ce dernier poussa un long gémissement de douleur qu'il ne put retenir et Benji se redressa sur sa chaise, triturant ses liens pour tenter de se détacher. Le type sourit pendant que son collègue ne relâchait pas la pression, faisant durer l'agonie de l'agent de terrain déjà sérieusement blessé. Benji frémit de rage et redressa la tête en direction du type qui le toisait.

- Laissez-le !

Son ton était ferme, sans appel et le type fit un signe de la main à son subalterne. Il éteignit le tazer et Ethan finit de s'écrouler, haletant de douleur.

- Merci, dit le type à Benji.

- Merci ?

- C'est parfaitement ce que je voulais démontrer. La réputation de Hunt n'est pas surfaite. Son équipe compte pour lui et il compte pour les hommes de son équipe. Est-ce que vous avez conscience que cela vous rend faible, vulnérable et que ça vous mènera à votre perte ?

- Si vous connaissez notre réputation, vous connaissez nos résultats ! Lui répliqua Benji en le regardant droit dans les yeux.

- Vos coups de chance ? Mais la chance tourne Mr Dunn et vous savez quoi ? Regardez votre… Comment vous l'appelez ? Patron ? Chef ? Superviseur ? … Ami ? Ajouta-t-il avec un ton sadique. Cela fait deux heures qu'il refuse de répondre à mes questions, mais je sais que ça va changer, et vous savez pourquoi ?

Benji ne répondit pas, mais laissa son regard braqué dans celui du type qui se pencha un peu plus sur lui en faisant jaillir la lame de son couteau à cran d'arrêt.

- Parce que vous êtes en vie !

Dans son dos, le type perçut le tintement des chaînes qui retenaient Ethan… Ethan qui tentait de se redresser, subitement terrorisé par la tournure que pouvait prendre les événements, oubliant presque à quel point il était épuisé, mais le type ne lui jeta pas un coup d'œil, gardant son regard braqué dans celui de Benji.

- Nous allons bien nous amuser !

Et un cri retentit dans le sous-sol du vieil immeuble désaffecté.