Je ne possède aucun des personnages de la série ou des films.

La tête de Benji martelait, ses souvenirs étaient embrumés... Est-ce qu'ils avaient eu un accident ?

Deuxième mini-fic dans ce fandom dans le cadre d'une Nuit du FOF

Alors j'ai finalement décidé de rajouter un chapitre et j'ai tiré au sort un ancien thème que je n'avais pas traité c'est tombé sur "point" ;)

(Pour rappel on vous propose un thème et vous avez une heure pour écrire un texte ;))

En espérant que cela vous plaise

Bonne lecture

PS : Au fait j'ai commencé à faire du tri et à remettre de l'ordre dans mes publications en faisant une sorte de table des matières dans mon profil alors n'hésitez pas à y faire un tour ;)


Alors cette mini fic devait s'arrêter au chapitre 3 mais je remercie Phebe pour sa review et comme tu avais envie d'un chapitre 4 et bien voilà. Celui là servira bien de conclusion à la fic, mais une surprise à venir (rendez-vous à la fin !)


PIÉGÉS

Chapitre 4

Luther entra en courant dans la pièce et capta un mot qui le terrifia d'amblée… Un mot qu'il souffla avec angoisse.

- Torturé ?

Le hacker frémit et se précipita vers ses amis. Benji était blessé, pâle et épuisé, mais Ethan était inerte dans ses bras et une boule se noua dans son ventre… Pas ça… Pas lui… Il s'agenouilla auprès de ses amis et fit doucement basculer Ethan dans ses bras. Avec douceur, il fit reposer sa tête sur son bras et pressa sa joue.

- Eh ! Allez Ethan, je suis là. T'en fais pas.

Brandt et Benji ne dirent rien. Ils savaient bien que presque 20 ans de partenariat avaient créé entre les deux une relation unique, fraternelle, quelque chose qui allait bien au-delà de la simple amitié et Will en profita pour examiner la blessure du britannique. Son épaule perdait beaucoup de sang et il compressa la plaie, lui arrachant un cri.

- Désolé.

- Pas grave, marmonna ce dernier en tournant la tête en direction d'Ethan.

Luther l'avait calé sur ses genoux et il soulevait doucement le t-shirt en lambeaux de son ami pour se faire une idée précise de son état. De larges hématomes se formaient sur son torse et Luther plaqua doucement la main dessus. Au niveau de ses côtes, il perçut un effondrement de sa poitrine sous ses doigts à chacune de ses respirations douloureuses et comprit qu'il en avait plusieurs de cassé. Un soupir lui échappa pendant qu'il observa les longues entailles faites au couteau sur le corps de son ami. La plus importante était celle qui lui barrait le flanc gauche et il posa sa main dessus, le faisant grogner sans qu'il ne reprenne connaissance.

- Ils lui ont injecté des saloperies, murmura Benji. Les ampoules sont sur la table là-bas, je ne sais pas ce que c'est.

Le regard de Brandt tomba sur Ethan inerte, mais tremblant de douleur dans les bras de Luther. Puis, il releva les yeux pour croiser le regard de ce dernier. Il lut de l'inquiétude et se tourna vers Benji dont il prit la main libre pour la poser sur son épaule.

- Fais pression, je reviens.

Benji hocha la tête et Brandt se releva. D'un pas rapide, il gagna la table et prit une des fioles vides. Elle ne portait bien évidement aucune étiquette, et il frissonna à la vue des trois aiguilles usagées. Trop lents, ils avaient été bien trop lents pour les retrouver… et ces saletés pouvaient le tuer bien plus que ses blessures liées à la torture. Il se maîtrisa, les empoigna et fit disparaître toutes les fioles dans la poche de sa veste. Puis, il se retourna et revint vers Benji.

- Allez, il ne faut pas rester ici. Nous ne savons pas pour qui ils travaillent.

Luther hocha la tête et Brandt aida Benji à se remettre sur pieds.

- Tu vas pouvoir tenir debout ?

- Oui, occupe-toi de lui.

Brandt lui donna une petite tape sur l'épaule et se pencha pour aider Luther à redresser Ethan. Les deux passèrent chacun un bras sur leurs épaules et ils l'entendirent gémir.

- Tiens bon, tout ira bien, souffla Luther.

Il ne savait pas si cette phrase était pour Ethan ou pour lui-même, mais il refusait qu'il en soit autrement.

OoooO

Ethan était étendu sur une couchette dans une des planques de l'équipe. Luther avait arrêté l'hémorragie de sa longue coupure au flanc, l'avait recousu avec application et bandé sa taille, après avoir applique de la pommade antibiotique sur les points. A la suite de cela, il avait posé des pansements sur les autres coupures, réalisant au passage que ces dernières ne nécessitaient pas de points, c'était déjà ça. Puis, il avait passé de la pommade apaisante sur ses hématomes tout en surveillant sa respiration. Il ne crachait pas de sang, il ne s'engorgeait pas, ses côtes brisées ne lui avaient pas entraîné de lésions internes, ce qui le rassura. Il lui avait aussi pansé les poignets profondément entaillés par ses chaines et il se tenait à côté de lui, assis sur le bord du lit, l'ordinateur portable sur les genoux en train d'analyser la composition des drogues qu'ils lui avaient injecté. C'était sans doute ces saletés qui expliquaient son inconscience. Ethan était solide. Luther l'avait vu tenir debout dans un état bien pire que celui-là… Il avait besoin de comprendre ce qu'elles contenaient pour lui venir en aide.

En face du lit, Benji était assis sur une chaise, torse nu pour laisser Brandt prendre soin de sa blessure. Ses yeux ne pouvaient pas quitter Ethan dont il surveillait chacune de ses respirations.

- Comment il est ?

- Trop faible, souffla Luther, pas étonnant vu les saletés qu'ils lui ont injectées.

- Et moi j'ai été parfaitement inutile.

- Benji, ne dis pas ça, le réprimanda doucement Brandt en terminant son bandage. De ce que j'ai compris tu vous as sauvé.

Le britannique ne répondit rien et Brandt serra doucement son épaule non blessé pour le soutenir pendant que Luther se levait. Il posa l'ordinateur et fouilla dans a trousse de soin pour en sortir un seringue prête à l'emploi. Il la déballa et revint vers Ethan dont il prit doucement le bras pour lui mettre un garrot.

- Ne t'en fais pas Benji, il ira bien.

Doucement, il fit rouler ses doigts pour sentir ses veines et lui fit l'injection. Ça l'aiderait à aller mieux. Il fallait juste être patient.

Un silence s'installa alors dans la pièce, un silence qui fut brisé par Brandt qui se rapprocha d'Ethan avant de croiser les bras.

- Maintenant je voudrais savoir ce qui s'est passé ?

- Qu'est-ce que tu veux dire ? Demanda Luther.

- Comment ils nous ont piégés ?

- Ils savaient qui nous étions, dit Benji… Ils nous ont appelés par nos noms.

- C'est tout le problème, dit Brandt. Comment ils ont pu savoir ?

- Aucune idée, avoua Benji pendant que Luther et Brandt échangèrent un regard appuyé.

- On en revient à la taupe, souffla Luther.

- C'est parfaitement ça, répondit Brandt. On en revient à la taupe et il faut la faire sortir du trou !


Voilà ! Donc fin de fic pour cette histoire écrite pendant la Nuit, mais vous avez quoi ? Eh bien je planche sur la suite directe. A vote avis, où se cache la fameuse taupe ?

Ah bientôt !

bizzz