Je ne possède aucun des personnages du manga.

Trois ans, cela leur avait pris trois ans pour tirer un trait définitif sur Lane... Trois ans pour se retrouver face à face et se dire enfin tout ce qu'ils n'osaient pas s'avouer depuis si longtemps [Challenge de l'Eté 2020 – Collectif NONAME. Thème : L'espion qui m'aimait]

Défi proposé par Ariane... L'espion qui m'aimait. Outre le fait que je sois fan de ce film de James Bond, cela m'a ramené à mon fandom du moment, à savoir Mission Impossible et le couple Ethan-Ilsa dont je suis une grande fan. J'aime tellement la manière dont se construit leur relation et le fait qu'ils ne se sautent pas dessus dès les 5 premières minutes mais qu'ils développent du coup une relation entre plus forte entre eux au fil des films.

DEFI DE L'AUTEUR : quelle est la fiction qui vous a poussé à écrire des fanfictions et dans quel genre : romance, drame, confort, suspense ? Réponse : Alors la toute première que j'ai vraiment structuré c'est une UA sur le livre "Debout cosaques !" de Bertrand Solet (oui je me répète un peu) mais j'en faisais déjà avant sur les dessins animés, films et séries de ma jeunesse donc pêle mêle on peut rajouter : Goldorak, Les chevaliers du Zodiaque, Judo Boy, Cobra, Robotech, l'Agence tous Risques, Ranch L, Agence Acapulco, Surfers Detectives, Star Wars... (la liste est longue). Pour le style et bien du drama, de la tragédie, du hurt et du fluff, très très peu de romance même si c'est le cas ici pour le coup ;) mais le principal reste le drama !

En espérant que cela vous plaise

Bonne lecture

PS : Au fait j'ai commencé à faire du tri et à remettre de l'ordre dans mes publications en faisant une sorte de table des matières dans mon profil alors n'hésitez pas à y faire un tour ;)


LES ESPIONS QUI S'AIMAIENT

Les dernières semaines avaient été riches en émotion, souvent négatives. Ethan en ressortait marqué et épuisé, même si tout s'était bien terminé. Ils avaient retrouvé le plutonium, arrêté Lark, désamorcé les deux bombes nucléaires et remit Solomon Lane en prison. Ethan ne pouvait s'empêcher de se demander s'il y resterait pour de bon cette fois. Il l'espérait, mais ce n'était pas pour ça qu'il ne continuerait pas à hanter ses cauchemars. Il n'avait qu'à fermer les yeux pour se retrouver plus de deux ans en arrière, devant ce village qu'il avait gazé pour assouvir ses intérêts, devant ces centaines de corps sur le sol, ces femmes, ces enfants. Ethan se souvenait de son malaise, de la nausée qui l'avait prit, de l'envie de le tuer qui était né en lui, mais il avait reprit le contrôle de ses émotions… s'empêchant de lui ôter la vie même si le savoir vivant quelque part, au fond d'une prison ou ailleurs, suffirait à le hanter pour le reste de la vie… Mais c'était sa façon de faire, Ethan ne tuait que quand il y était contrait. Ce genre d'assassins, il aimait les mettre en prison parce que les tuer était leur rendre service, alors que la prison serait une vraie punition pour leurs crimes… Et Lane avait besoin d'une punition à hauteur de ses crimes… oui la prison serait plus dure que la mort… C'était bien que Benji, Ilsa et Luther l'ait remis à Sloane.

Perdu dans ses pensées, Ethan sursauta quand des lèvres lui déposèrent un baiser sur le front. A cause de la brusquerie du mouvement, ses côtes blessées lui arrachèrent un cri de douleur pendant qu'il ouvrit de nouveau les yeux et qu'une main caressa sa joue.

- Hey ! Excuse-moi, je ne voulais pas te faire peur.

En reprenant pied dans la réalité, le regard d'Ethan se perdit dans celui d'Ilsa braqué sur lui. Elle paraissait inquiète et il lui fit un sourire avant de lever la main pour lui caresser la joue.

- Non, ce n'est rien, c'est juste que je réfléchissais.

- Tu semblais loin dans tes pensés, répliqua la jeune femme en lui caressant les cheveux.

Ethan ne dit rien, détournant la tête et Ilsa, comprenant parfaitement l'objet de ses pensées, lui donna un autre baiser sur le front.

- Ne pense pas à lui, c'est fini…

- Tu crois ?

- Oui… Cette fois il ne ressortira pas.

Ethan laissa échapper un soupir et Ilsa continua à lui caresser les cheveux et le front. C'était étrange. Tous deux s'aimaient profondément, presque depuis le premier jour trois ans plus tôt, mais leur affection ne s'exprimait que par des petits gestes, des marques de tendresse. Ils ne s'étaient même jamais réellement embrassés, parce que ce n'était pas le plus important. Ce qui importait c'était d'être l'un avec l'autre… et que tout soit fini, ce qui serait le cas pour de bon dans moins d'une heure.

- Tu viens, je crois que Sloane nous attends, dit Ilsa en se redressant.

Ethan hocha la tête et se redressa pour s'asseoir sur le canapé en tenant ses côtes qui lui faisaient encore mal. L'agent secret savait bien qu'il aurait dû rester dans un hôpital une bonne semaine de plus, mais il refusait de perdre du temps. Il voulait au plus vite remettre Lane au MI6 par l'intermédiaire de Sloane et de la Veuve Blanche pour deux raisons. Pour s'assurer qu'il n'y avait plus de risques qu'il s'échappe et puis, parce qu'il avait discuté avec Sloane et qu'il avait négocié pour que le retour de Lane au MI6 libère Ilsa de tous ses engagements avec l'agence. Ils ne pourraient plus faire pression sur elle, elle serait libre et c'était tout ce qui lui importait pour le moment.

OoooO

L'échange se fit sur les berges de la Seine. Ethan ne put retenir un léger sourire en voyant Lane être extrait du coffre de la voiture de Sloane pour être remis à la Veuve Blanche. Cette dernière adressa un grand sourire à l'agent secret qui ne put s'empêcher de se retrouver projeté 22 ans en arrière. Est-ce qu'elle savait qu'il était celui qui avait fait tomber sa mère dans les filets de la CIA et de l'IMF en la faisant arrêter par son supérieur de l'époque ? Ethan n'avait jamais Kittridge mais l'arrestation de Max dans ce train, avait permis de faire tomber l'un des plus importants réseaux de trafiquants d'armes de l'époque… et puis même si elle avait été douloureuse pour lui cette mission, elle lui avait offert une belle rencontre… Un agent désavoué à tort, tout comme lui à l'époque, et qui était devenu son meilleur ami, son grand frère… et qui observait la scène de l'autre côté de la rue.

Ethan adressa un léger sourire à Luther et se tourna vers Erika Sloane qui observait Lane disparaître avec les hommes de la Veuve Blanche.

- J'espère que nous n'entendrons plus parler de lui.

- Moi aussi, souffla Ethan. Notre accord ?

- Tiens toujours. Remettre Lane au MI6 solde le passif de votre amie avec l'agence. Elle est libre d'aller où bon lui semble. Vous avez des projets ?

Ethan fronça les sourcils pendant que Sloane le fixait fermement. La directrice de la CIA n'était pas bête. Comme tous les autres, elle avait vu les regards tendres et les gestes attentionnés et complices de l'un envers l'autre, mais il ne comptait pas en parler avec elle. Alors, Ethan lui répondit par un léger rire tout en s'éloignant.

- Prendre des vacances.

Sloane sourit à son tour.

- Je le conçois, vous l'avez amplement mérité.

Ethan émit un autre léger rire. Décidement, tous ces directeurs étaient taillés sur le même moule. Cette phrase là, il l'avait bien dû l'entendre des dizaines de fois en 25 ans de carrière. Sloane fronça les sourcils pendant qu'Ethan rejoignit Ilsa qui l'attendait un peu plus loin vers le parapet. La jeune femme sourit à son tour, répondant à la place d'Ethan avec un regard malicieux

- Oh, nous n'allions pas vous le demander, tout le monde est libre maintenant.

- Oui, lui répondit Ethan en la fixant droit dans les yeux, tout le monde.

Puis, en se souriant, les deux agents secrets s'éloignèrent du lieu de l'échange. Ilsa était heureuse, presque insouciante et son attitude légère continuait à faire sourire Ethan, il aimait tellement la voir comment ça. Portée par une douce euphorie, Ilsa pivota et se retourna vers lui tout en continuant à marcher.

- Oh, je connais un superbe hôtel pas loin et puis on pourrait visiter un peu Paris. La dernière fois, nous n'avons pas eu le temps… ou Rome, j'y suis toujours passé en coup de vent et toi ?

- J'ai visité rapidement le Vatican, répondit Ethan volontairement évasif.

Ilsa pouffa en comprenant qu'il devait faire référence à une opération et le prit par le bras, déposant sa tête sur son épaule. Ethan frissonna. Il aimait la sentir prêt de lui. Non, il l'aimait tout simplement et cela faisait trois ans qu'il n'avait pas eu le courage de lui dire réellement. Alors, il glissa sa main dans son dos et la ramena doucement contre lui.

Ilsa sursauta, mais se laissa faire. Se retrouver dans ses bras était toujours la chose la plus agréable qu'elle ait connu. La jeune femme cessa de rire et braqua son regard dans le sien. Il était toujours un peu sombre, triste, marqué par les trop longues années au service de son gouvernement et ses nuits sans sommeil, mais il y avait autre chose aussi. Quelque chose d'autre qu'elle partageait avec lui… Il y avait de l'attention, de la tendresse… de l'amour ?

Les deux agents secrets, tellement semblables sur bien des points, s'étaient retrouvés attirés l'un vers l'autre dès cette première rencontre dans les geôles du Syndicat et… Ethan ne lui laissa pas finir ses pensées. Délicatement, il glissa une main sur sa nuque et se pencha vers elle. Ses gestes étaient hésitants, ce qui toucha profondement Ilsa qui fit remonter ses mains dans son dos pour accompagner son geste. Ethan lui sourit et finit de casser la distance. Ses lèvres effleurèrent celles de la jeune femme et il marqua un temps d'arrêt, juste une dernière hésitation le temps de plonger son regard dans le sien, puis, il se laissa aller et l'embrassa.

Ilsa frémit au contact de ses lèvres sur les siennes, puis, se laissa aller à son tour. Ses mains agrippèrent fermement son dos et elle se redressa pour lui rendre son baiser. Cela faisait si longtemps qu'elle avait envie de l'embrasser… Si longtemps qu'elle avait envie de lui dire qu'elle l'aimait… parce qu'elle l'aimait… Il serait tellement idiot de continuer à le nier, de ne pas vouloir l'admettre… Elle aimait profondement Ethan Hunt et à la manière dont il l'embrassait avec fougue et tendresse, il était clair qu'il l'aimait lui aussi. Tous les deux le savaient depuis longtemps, mais ce baiser là, marquait le fait qu'ils étaient prêt à l'admettre, prêt à le montrer à tous… qu'ils voulaient véritablement être ensembles…

Leurs lèvres se séparèrent pour qu'ils reprennent leur souffle, mais les deux agents secrets restèrent blottis dans les bras l'un de l'autre, front contre front, les yeux plongés dans ceux de l'autre, les mains sur la nuque de l'autre. Ils se regardèrent en souriant puis fermèrent les yeux et Ethan souffla.

- Je t'aime tellement…

- Moi aussi je t'aime, répondit Ilsa.

- Je ne veux plus jamais te quitter.

- Alors disparaissons… Je connais une petite maison dans les îles qui donne sur une plage magnifique…

Ethan rouvrit les yeux, sourit et lui caressa la joue.

- Si on commençait par Paris… Il est où cet hôtel ?

- Au pied de la Tour Eiffel.

- C'est bien… Je ne suis jamais monté au sommet.

- Ce n'est pourtant pas ton premier séjour, lui murmura Ilsa en lui donnant un baiser.

La jeune femme n'avait plus envie de quitter ses lèvres. Elle avait tellement rêvé de ce moment. Ethan répondit avec douceur à son baiser avant de pencher la tête pour lui embrasser la joue et le cou. Ilsa émit un léger rire tout en lui demandant.

- Tu ne m'as pas répondu.

- Quand je voyage c'est rarement pour prendre des vacances, répondit Ethan en plongeant de nouveau son regard dans le sien.

- Ne me dis pas que tu n'as jamais pris de vacances ?

- Si, mais dans des lieux sans réseaux et sans personnes, répondit Ethan en souriant et ça ne suffit pas toujours.

Ilsa rit de nouveau et se détacha un peu de lui pour le prendre par le bras, déposant doucement sa tête sur son épaule.

- D'accord, alors il est temps de profiter de Paris, tu ne penses pas ?

Ethan lui sourit et posa la main sur son bras tout en laissant son épaule s'appuyer contre la sienne. Puis, tout en discutant, les deux agents secrets descendirent les quais de scène.

Insouciants comme deux adolescents, ils avaient oubliés qu'ils n'étaient pas seuls. Un peu plus loin, de l'autre côté de la rue, Luther les observa s'éloigner. Bras dessus, bras dessous, souriant et riant, s'appuyant l'un contre l'autre, ils n'étaient plus deux supers agents secrets, mais juste un couple d'amoureux déambulant dans les rues de la ville la plus romantique d'Europe et cela le fit sourire à son tour. Ethan étant son ami, il le connaissait par cœur et il savait à quel point les derniers mois avaient été difficiles… Alors il était touché de le voir aussi heureux, il le méritait et il s'éloigna en espérant que le « travail » ne les rattraperai pas trop vite…

C'était beau et touchant de voir deux amis, deux espions, deux personnes habituées à se cacher, à se dissimuler, s'ouvrir autant l'un à l'autre et s'aimer… s'aimer tout simplement comme n'importe qui… oubliant pour un moment qu'ils leur arrivaient de porter la survie du monde sur leurs épaules.