Bonsoir bonsoir !

ET OUI, j'arrive à terminer à l'heure, comme c'est beau, sniff.

Ce fut en tout cas un plaisir de participer à cette Week sauvage et j'espère que vous avez aimé le résultat !

Disclaimer : Tout est à Oda, heureusement pour ces pauvres petits.


JOUR 7 - THEME 1

~ "C'est qu'un détail" ~

.

Face à face


Bepo tremblait et suait, de grosses gouttes s'accrochant à ses poils ternis par l'anxiété, alors qu'il poussait la porte de la cabine de son capitaine.

Il ne sut pas ce qui lui sauta aux yeux en premier. Le café dans les mains de Law et donc la cafetière sur sa table de chevet, Luffy bavant sur sa cuisse en murmurant à propos de lubrifiant comestible tentant de lui échapper, ou le costume de maid sur un cintre, accroché à la poignée de l'armoire.

― C'était vous cap'tain !? s'exclama-t-il, éberlué.

Il rougit soudain en comprenant les implications, à la fois de honte et de gêne. Il mit ses pattes devant ses yeux, secouant sa grosse tête pelucheuse en se perdant en excuses et courbettes.

Si le médecin savait à quel point il avait pu insulter le responsable de ses insomnies sans se douter un seul instant qu'il s'agissait de lui…

Law haussa un sourcil, vaguement inquiet, avant de se pincer l'arête du nez pour rassembler son calme. Il termina sa tasse, la reposa sous la cafetière avant de relancer la machine, sentant qu'il en aurait bien besoin.

― Cesse de t'excuser, Bepo, et c'était moi quoi ? demanda-t-il doucement.

L'ours se redressa et se dandina sur ses pieds, son regard fuyant celui de son capitaine. Maintenant qu'il savait, il n'avait plus de raison d'être ici, ni de dire quoi que ce soit. Il était peut-être temps d'effectuer une retraite stratégique et surtout, d'enterrer au fin fond de sa mémoire les derniers jours.

― Oh, pas grand-chose, c'est juste un détail, je ne vais pas te déranger plus…

― Bepo, l'interrompit le médecin. Tu ne m'aurais pas dérangé pour un détail.

C'était limite s'il ne suait pas plus maintenant qu'avant d'entrer. Le Mink jeta un coup d'oeil vers la porte, rêvant de pouvoir fuir et éviter la conversation épineuse. Mais l'humain ne le laisserait pas s'en sortir si facilement ; il se poserait trop de questions sur son silence pour ne pas lui extorquer la vérité, d'une façon ou d'une autre.

Des larmes perlèrent à ses yeux et il se frotta les pattes l'une contre l'autre pour se donner du courage, avant de lâcher d'une traite :

― J'ai vu que quelqu'un avait dépensé une fortune au Bateau des plaisirs et je savais pas que c'était toi, je suis désolé !

Law cligna des yeux une fois. Deux fois. Puis, ses joues se colorèrent légèrement de gêne et son regard dériva sur Luffy, dont les cauchemars avaient été remplacés par un songe agréable, au vu de son sourire affamé qu'il arborait en dormant.

Il redressa ensuite la tête vers son second, passant une main derrière sa tête.

― Hum… Tu pourrais ne parler de ça à personne, s'il te plaît ? Que ça reste entre nous. J'ai déjà trafiqué mon écriture pour ne pas ébruiter mes… préférences.

Bepo comprit enfin pourquoi il n'avait pas reconnu l'écriture de l'homme. Mais la nouvelle le fit suer d'autant plus et son pelage ruisselait de grosses gouttes, au point que Law comprit que l'affaire s'était déjà ébruitée.

― Qui ? gronda-t-il.

― Shachi, Ban, Penguin, Ikkaku et Brook. Les quatre premiers ont été mes suspects et Brook m'a aidé à enquêter, désolé, bredouilla-t-il. Mais je vais leur dire que vous gérez le problème en toute discrétion, hein, qu'on s'inquiète plus de rien…

Le Mink laissa tout courage derrière lui et déguerpit alors, pressé de régler le problème auprès des rares au courant, avant que leur capitaine ne décide de les menacer.

Après tout, l'incident était clos, l'enquête aussi. Affaire classée, Bepo ne voulait plus jamais en entendre parler.

Et il n'avait plus qu'à prier pour oublier l'image de Law en soubrette.