Disclaimer : Harry Potter ne m'appartient pas, blablabla.

Harry Potter et la méga déception

Ginny et Harry venaient de finir de dîner en famille avec leurs enfants James, Albus et Lily. Ils savouraient une soirée au coin du feu dans la plus grande sérénité. Dans un mois, James allait entrer à Poudlard, continuant la tradition familiale. Il ferait leur fierté.

Soudain, leur aîné demanda :

- Maman, Papa, vous avez déjà pensé à changer de prénom ?

- Non, répondit Harry.

- Moi, oui, des fois, avoua Ginny. Je trouvais que Ginevra c'était ringard. Aujourd'hui, je trouve ça bien.

- J'aimerais en changer, expliqua James.

- Eh bien, on n'a qu'à t'appeler par un autre prénom, proposa Harry. On verra bien si ça te convient.

- D'accord ! Je veux m'appeler Jennifer.

Il y eut un long silence horrifié.

- Enfin ! s'écria Ginny au bout d'un moment. Jennifer, c'est un prénom de fille !

- Justement. Plus ça va et plus je me dis que je suis une fille. J'aimerais que tout le monde m'appelle Jennifer. C'est pas un problème si ?

- Pas du tout ! s'écria Albus.

- Oui ! renchérit Lily. Maintenant, j'ai une grande sœur !

- Mais enfin… balbutia Harry. Pourquoi ?

- J'ai envisagé d'autres prénoms, avoua Jennifer. Mais je sais pas pourquoi, j'ai pas trop envie de m'appeler Joanne.

- Mais enfin… tu peux pas être une fille ! balbutia Harry. T'as pas d'utérus !

- Et alors ? Tante Pétunia s'est fait enlever l'utérus quand elle a eu un cancer il y a deux ans. Est-ce qu'elle a cessé d'être une femme ?

- Mais enfin, tu n'aimes plus les trucs de garçon ? Les voitures, le quidditsch ?

- Il y a des TAS de filles qui sont super douées pour le quidditsch et pour les voitures !

Ginny soupira profondément et attrapa son aînée par la main.

- Viens dans ta chambre, il faut qu'on parle ! intima-t-elle.

Jennifer la suivit, inquiète. Ginny referma la porte et s'assit avec elle sur le lit.

- Ecoute, dit-elle. Je suis féministe et en tant que féministe, je ne peux pas te laisser faire ça.

- Tu veux pas que je sois heureuse ? s'inquiéta Jennifer.

- Si ! Mais enfin, t'es quand même un peu jeune pour savoir.

- Un peu jeune ? A quel âge t'as su que t'étais une fille ?

- Je l'ai toujours su ! protesta Ginny. Et crois-moi, avec six grands frères, ça n'a pas été facile et j'aurais aimé expérimenter si je l'avais pu ! Mais enfin, mets-toi à la place des filles de Poudlard ! Tu vas leur faire peur !

Jennifer soupira. Ce qu'elle craignait était en train de se produire : sa mère ne la comprenait pas.

- Si c'est pas trop indiscret, quelle est la personne qui t'a fait le plus peur quand t'étais à l'école ? demanda-t-elle.

- Il y en a eu beaucoup, répondit Ginny. Draco Malfoy, Crabbe, Goyle, Rogue, les Carrows, Ombrage… Mais je crois que le pire, c'est quand Tom Jedusor s'est servi de moi.

- Et toutes ces personnes étaient cis, n'est-ce pas ?

- Eh bien…

- Maman, une personne trans risque davantage d'être agressée que d'agresser elle-même ! Tu crois que ça ne me fait pas peur ? J'arrête pas de me demander si je vais pas être la prochaine à être traitée de 'monstre' ou de 'fausse fille' ! Mais il faut que je le fasse. Je veux faire preuve du courage des Gryffondor et montrer au monde entier qui je suis vraiment !

- James…

- C'est JENNIFER !

Ginny capitula, se leva et sortit. Quelques minutes plus tard, quelqu'un frappa à la porte. C'était Albus et Lily, visiblement inquiets.

- Papa et Maman se disputent, annonça Lily.

- Manquait plus que ça, grommela Jennifer.

- Je suis sûr que ça leur passera, énonça Albus. T'es leur enfant, ils finiront par comprendre.

- En attendant, on t'appellera Jenny ! ajouta Lily.

Jennifer sourit.

- Merci, tous les deux. Vous êtes super.


Il restait deux semaines avant le départ de Jennifer pour Poudlard. Pendant ces deux semaines, Albus et Lily l'appelèrent elle et Jennifer tandis que Harry et Ginny continuèrent d'utiliser son morinom et ses anciens pronoms. Jennifer se sentait blessée. Elle se souvenait du jour mémorable où son père lui avait confié qu'il s'était toujours senti différent et qu'il avait ardemment souhaité être accepté dans sa différence. Et sa mère lui avait toujours dit que pour elle, la solidarité entre filles était très importante. Pourquoi ne la comprenaient-ils pas ? Pourquoi rendaient-ils tout cela aussi difficile pour elle ?

Le matin du grand jour, Jenny faisait les cent pas dans sa chambre quand quelqu'un frappa. La porte s'entrouvrit et Albus et Lily entrèrent.

- Salut, dit Albus. On veut te souhaiter bon voyage. Si ça se passe mal pour tu sais quoi, envoie nous un hibou tout de suite. Sœurette.

- Tiens ! ajouta Lily en lui tendant un paquet emballé dans du papier journal. Tu penseras à nous en le regardant.

Jenny le déballa et se mordit la lèvre. C'était un bracelet en perles multicolores.

- C'est un de tes bracelets préférés ! protesta-t-elle.

- Oui, c'est parce que je t'aime très fort !

Emue aux larmes, Jennifer serra ses frères et sœurs dans ses bras. Quelques heures plus tard, toute la famille se retrouva sur le quai 9 ¾. Ils étaient déjà un peu en retard et il fallut se précipiter. Heureusement, la cousine Victoire apparut à la porte la plus proche et tendit le bras pour attraper la valise.

- Juste à temps ! cria-t-elle. Monte !

- Attends ! s'écria Harry tandis que Jenny embrassait sa mère. Vic, en ce moment, James traverse une phase. Il a des lubies, des caprices. Tu voudras bien veiller sur lui ?

- Evidemment !

Jenny fit ses au revoir et monta dans le train. Elle s'attendait à ce que Victoire, qui avait quatre ans de plus qu'elle, la guide dans le train. Celle-ci ramassa la valise et s'enquit :

- Tu as faim ?

- Non, pourquoi ?

-Parce que moi, j'ai toujours faim les jours de départ, expliqua Vic. Bon ! Oh, au fait, comment tu veux que je t'appelle ?

- Quoi ?

- Domi, Louis et moi, on a reçu un hibou de ton frère Albus. Il nous a tout expliqué. Tu veux que je t'appelle Jen ? Jenny ?

Jennifer resta stupéfaite. Elle s'attendait à de l'incompréhension ou à des questions stupides. La réaction de Victoire était la plus réconfortante qui soit.

- Oui, ou Jennifer, répondit-elle enfin. Ça ne te choque pas ?

Victoire s'agenouilla pour refaire son lacet. Elle semblait très calme.

- Tu as le droit de t'appeler comme tu veux, répondit-elle. En tant que féministe, je veux être sympa avec toutes les filles. Et puis, Jennifer c'est un chouette prénom.

- Et… les autres sont au courant ?

- Tu veux dire Ted, Fred, Roxanne, Lucy et Molly ? Evidemment. Entre Gryffondors, on se serre les coudes.

Jennifer soupira de soulagement. C'était merveilleux de savoir qu'elle était bien entourée, que tous les Gryffondors allaient veiller sur elle. Cependant…

- Et si le Choixpeau m'envoie ailleurs ? s'inquiéta-t-elle. On ne sera plus ensemble !

- C'est vrai, avoua Victoire. Mais tu sais, les Serdaigles sont trop intelligents pour perdre leur temps à dire des bêtises transphobes, et les Poufsouffles sont connus pour leur gentillesse. Tu seras quand même bien entourée.

- Et… s'il m'envoie à Serpentard ?

- Eh bien, ça peut paraître paradoxal mais en général, les Serpentard se respectent entre eux. Et puis, si tu ne veux pas aller dans telle ou telle maison, tu n'as qu'à le dire au Choixpeau. Il en tient compte !

Elles étaient arrivées devant une porte. Victoire ouvrit et Jennifer vit que ses cousines et cousins se trouvaient là, ainsi que leur ami Ted. Il y eut un silence, puis Roxanne s'écria :

- Bon ! Maintenant que Vic et Jennifer sont là, la fête peut commencer !

Jenny alla s'asseoir, soulagée. Tout compte fait, l'année scolaire commençait bien.

La fin !