Bonsoir bonsoir !

Cette trilogie d'OS a été écrite pour la 124ème Nuit du Fof, où il faut écrire une texte en une heure à partir d'un thème.

Spoilers de DA2 et DAI, au passage, j'ai décidé de partir du principe que Garrett Hawke était laissé dans l'Immatériel...

*tend les mouchoirs au cas où*

Disclaimer : Tout est à Bioware

Thème 4 : Est-ce que quelqu'un doit se sacrifier ?


.

.

Garret

.

Garret avait affronté et échappé à la mort tellement de fois qu'il ne les comptait plus. Il avait joué aux dés avec le Destin et Andrasté l'avait jusqu'ici protégé.

L'Enclin, les Tréfonds, les Qunaris et l'Arishak, la folie de Mérédith… Il avait lutté pour survivre, pour protéger sa famille et ses amis, la ville qu'il avait fini par considérer comme la sienne, bien qu'il n'y fût pas né.

Mais cette fois, face au démon qui empêchait l'Inquisitrice et leur petit groupe de s'enfuir, de quitter l'Immatériel pour rentrer, le mage savait que le combat n'aurait pas une fin heureuse. Ils étaient blessés, épuisés, et Cauchemar se rirait d'eux jusqu'à ce qu'enfin, ils lui ôtent la vie en perdant la leur.

Sauf si…

Personne n'osait poser la question, qui pourtant était lisible dans tous les regards las. Est-ce que l'un d'entre eux devait se sacrifier, pour que les autres survivent et mettent fin au chaos qui régnait dans tout Thédas ?

Loghain s'avança, mais Garret lui barra la route.

Celui qui restait ne pouvait se permettre d'échouer. Il y avait des innocents dehors, qui mouraient sinon. Il y avait sa famille dehors, déjà trop touchée par les deuils violents. Et Hérault n'avait déjà pas confiance en ses propres capacités pour la protéger, alors il en avait encore moins dans le Garde.

Il avait perdu Bethany par excès de confiance en lui, pensant pouvoir la protéger de l'ogre qui la lui avait finalement enlevée ; il avait perdu sa mère en ne lui accordant pas assez d'attention, laissant la possibilité à un fou de l'enlever pour la tuer et effectuer d'abjects rituels sur son cadavre.

Il ne perdrait pas son cœur, son bien-aimé Varric, qui avait été un pilier inébranlable sur lequel s'appuyer quand tout s'écroulait autour de lui, quand ceux qu'il aimait disparaissaient de sa vie. Celui qui lui avait donné l'espoir d'une vie plus calme, d'une vie meilleure, après que le bordel causé par Anders eut été réglé.

Il ne perdrait pas son petit frère qu'il aimait plus que sa propre vie, malgré la trahison que Carver avait commise envers lui en devenant Templier. Pendant des années, ils avaient tous les deux refusé de faire le premier pas pour une réconciliation. Il y avait fallu que Kirkwall brûle pour qu'ils se rencontrent à nouveau, mais Garrett avait dû fuir avant de pouvoir renouer. Il aimerait tellement lui dire qu'il ne lui en voulait plus, qu'il comprenait, qu'il voulait juste le serrer contre lui et plonger avec lui dans une rivière comme lorsqu'ils étaient enfants. Il aurait juste voulu l'entendre à nouveau rire avant de mourir.

Il refusait aussi de perdre sa cousine qu'il avait à peine eu le temps de connaître, ou même son vieil et acariâtre oncle Gamlen. Il l'aimait malgré ses râleries et ses éclats de voix, malgré ses défauts et ses erreurs passées.

Garret n'en perdrait pas un de plus. Encore plus de culpabilité le tuerait sinon, tout aussi sûrement que ce combat. Alors autant faire ce qui devait être fait.

― Inquisitrice, dites au revoir à Varric pour moi.

Il ne pouvait pas en demander plus. Il savait que son compagnon le maudirait pour l'avoir laissé en arrière, pour l'avoir laissé seul. Peut-être le nain se sentirait-il même coupable de l'avoir contacté, mais que Garret pouvait-il faire d'autre ?

Un court instant, il vit devant ses yeux les cadavres des siens, alors que derrière lui, l'Inquisitrice et les autres fuyaient. Il les protégerait, cette fois. Il n'échouerait pas, il n'en avait pas le droit. Il avait déjà trop fait défaut à ses proches.

― J'espère que vous saurez tous me pardonner, chuchota-t-il pour se donner du courage, avant de courir vers le démon.

Il n'était plus le Hérault de Kirkwall, ni le héros des histoires de Varric. Il ne se battait pas pour sauver le monde ou des valeurs si vite dévoyées.

Il était Garret Hawke et combattait pour les siens.

Il était Garret Hawke et mourut pour les siens.

.

.