Bonsoir bonsoir !

J'ai enfin terminé de corriger le dernier texte de la Nuit et donc le troisième point de vue de ce Threeshot, bonne lecture !

Disclaimer : Tout est à Bioware

Thème 3 : Charade


.

.

Charade

.

Charade ignorait ce qui l'avait alertée, avant même qu'elle ne passe le seuil de la masure de son père. Était-ce l'ambiance presque sinistre qui flottait autour, comme un mauvais présage, ou la fétide odeur d'alcool frelaté que semblait exhaler la porte ?

Elle détesta d'emblée le pressentiment qui la prit aux tripes, tordant son ventre plus sûrement que les relents du mauvais vin. Se retenant d'inspirer profondément, elle toqua doucement au battant, l'ouvrant en appelant son père.

― Gamlen ?

Le coeur de la jeune femme chuta au fond de son estomac en voyant le vieil homme avachi sur l'une des tables, des cadavres de bouteille au pied de sa chaise. Beaucoup trop. Elle savait qu'avant qu'elle ne le rencontre et après la mort de sa tante Léandra, il avait noyé son chagrin et ses vagues de culpabilité ainsi.

Mais il avait fait des efforts après avoir appris son existence, alors son mauvais pressentiment grandissait, formant une boule dans sa gorge et faisant presque trembler ses doigts. Charade s'approcha de lui, posant une main sur son épaule.

L'homme grogna et se redressa légèrement, tournant la tête vers elle, les yeux rouges. Sa fille put alors voir la lettre qui était auparavant sous lui et elle s'en saisit en voyant le sceau de l'Inquisition. Qu'est-ce que l'organisation pouvait bien vouloir à son père ? Et pourquoi cela l'avait mis dans un tel état ?

Elle commença à lire, avant de se figer. Sa main trembla, alors que Gamlen posait en silence sa tête contre son bras pour y puiser du réconfort.

Garret est mort.

Les trois mots tournèrent dans sa tête sans qu'elle ne parvienne à les assimiler. Son cousin ne pouvait pas être décédé. Il était beaucoup trop fort pour cela, elle l'avait vu à l'oeuvre. Il ne pouvait pas…

Pourtant, Charade n'aurait pas osé accuser l'expéditeur de mentir. Elle connaissait assez Varric Tethras pour affirmer que jamais il ne ferait souffrir ainsi leur famille. Ses doigts se serrèrent sur le parchemin alors qu'un premier sanglot la secouait.

Certains auraient dit qu'elle n'était pas assez proche de son cousin pour le pleurer. Mais elle avait l'impression qu'un poids écrasait son coeur, obligeant des larmes à couler sur ses joues mates pour alléger la pression. Sa main libre chercha l'épaule de son père pour ne pas s'effondrer et elle croisa son regard, rempli de culpabilité qu'elle ne s'expliquait pas.

― Léandra… Lui avais promis d'veiller sur eux s'il lui arrivait que'que chose, souffla-t-il piteusement. J'ai 'core échoué.

Charade sentit son coeur se serrer un peu plus et prit Gamlen dans ses bras sans plus d'hésitation. Les relations entre ses cousins et son père n'avaient jamais été simples, surtout parce qu'il avait dilapidé l'héritage familial. Oh, elle savait qu'il le regrettait amèrement, mais la situation avait créé des frictions, amplifiées par son caractère peu amical.

Et Garret était parti, laissant leur famille fractionnée par des années de non-dits, de rancœur et de culpabilité. Avait-il seulement pensé un seul instant à ceux qu'il laissait derrière lui, avant de mourir pour le reste du monde à qui il ne devait rien ?

Elle aurait voulu lui hurler dessus pour son idiotie, lui dire qu'elle le préférait vivant, qu'elle avait encore trop de choses à lui dire et à découvrir pour qu'il disparaisse. Qu'il devait encore lui présenter son plus jeune cousin, qu'il n'avait juste pas le droit de la laisser seule pour recoller les pièces du vase familial éparpillées au sol.

Maintenant, que devait-elle faire ? Que pouvait-elle même faire ?

En voyant les bouteilles au sol, elle prit sa décision. Elle ne laisserait pas son père se noyer dans l'alcool pour atténuer la douleur et le chagrin. Elle serait la bouée de sauvetage de la famille Hawke - Amell. Le Destin les avait assez frappés et déchirés ces dernières décennies. Elle ne le laisserait pas gagner.

Elle saisit un peu plus fort son père et l'obligea à se relever, le traînant ensuite jusqu'à son lit pour l'y allonger. Elle resta à ses côtés jusqu'à ce qu'il s'endorme, vaincu par la quantité de vin qu'il avait avalé. Puis, elle ressortit de la maison, aussi déterminée que lorsqu'elle avait mis en place un jeu de piste pour attirer l'attention de Gamlen et pouvoir ainsi le rencontrer.

Charade se doutait plus qu'elle ne savait réellement où trouver son seul autre cousin, Carver, qu'elle n'avait jamais eu le plaisir de rencontrer. Mais elle avait entendu des soiffards de l'Auberge du Pendu dire qu'ils l'avaient vu près de la Capitaine de la Garde, Aveline Vallen. Ce qui signifiait qu'il était en ville.

Elle aurait mis sa main à couper que la demeure des Amell dans la Haute-Ville n'était plus inhabitée.

Elle entra sans même frapper dans la grande maison, s'inquiétant quand même de trouver la porte non-verrouillée. Si son cousin était bien là, il semblait tout aussi peu soigneux que Garret. Elle soupira d'avance, avant de s'avancer jusqu'à la pièce principale, se dirigeant vers l'escalier.

― Qu… Qui v'là ? demanda alors une voix tout aussi pâteuse que celle de Gamlen.

Charade leva la tête vers le premier étage, ressentant un pincement au coeur en croisant un regard sombre si semblable à celui de Garret. Elle déglutit et des larmes perlèrent au coin de ses yeux, qu'elle chassa du pouce. Le jeune homme, accolé à la balustrade, vacilla quelques secondes, avant de se stabiliser à nouveau, même si son visage empreint de traces de pleurs sembla verdir.

― Charade Amell. Je suis la fille de Gamlen.

Elle n'avait pas besoin de lui demander s'il savait. Tout son corps criait son mal-être et elle devina qu'il avait sans doute bu, tout comme son père. La pomme ne tombait finalement jamais très loin de l'arbre.

― Que.. T'viens faire là ?

― Veiller sur ma famille, répliqua-t-elle.

Sans attendre la réponse de Carver, elle monta quatre à quatre les marches pour le rejoindre. Elle le prit dans ses bras alors qu'il vacillait à nouveau, et il ne tenta même pas de se débattre.

― A p'us de famille. Tous morts, souffla-t-il. Suis seul.

Dans ses yeux brillait autant de culpabilité que dans ceux de Gamlen. Elle maudit à nouveau le Destin et se permit de lui claquer l'arrière du crâne. Cependant, son regard s'adoucit alors qu'elle l'obligeait à la fixer.

― Tu n'es pas seul. Il y a encore Gamlen, il y a encore moi. Garret ne voudrait pas que père ou toi sombriez dans le chagrin. Alors je vais vous maintenir la tête hors de l'eau, je le jure devant Andrasté.

Garret avait dit à leur première rencontre qu'elle était une battante. Alors elle se battrait, pour ceux qui avaient déjà abandonné. Tant qu'il resterait le moindre souffle de vie dans les veines, elle combattrait pour recoller les morceaux de sa famille.

Que le Destin vienne encore s'abattre sur eux. Charade l'attendait pour lui cracher au visage toute sa hargne de protéger les siens.

.

.