Un OS pas prévu... mais qui m'a démangée tellement j'étais sous le charme de ce passage du jeu (BOTW) et que j'ai compris pourquoi je n'avais jamais pu voir ce fameux troisième dragon lors de ma première partie! Vraiment, je tombe amoureuse de ce jeu de plus en plus! Sur ce, je vous souhaite bonne lecture!

NB: l'univers et les personnages ne m'appartiennent pas.

Avertissement: cet OS contient des spoils si vous voulez garder la surprise de cette partie du jeu (Mont Lanelle, mission Le trésors de Lanelle donnée par Filip au village d'Elimith)


Un gardien corrompu


Link s'arrêta pour revêtir des vêtements plus épais et plus isolants. L'habitant du village d'Elimith lui avait parlé d'un trésor sur le Mont Lanelle, mais ne lui avait pas précisé que le froid était mordant et paralysant dans cette région. Cela faisait déjà quelques heures qu'il gravissait le flanc de la montagne, alternant marche rapide et escalade, et revêtu de la belle veste colorée et du pantalon épais acquis au village Piaf, il put continuer son ascension tout en réfléchissant.

Le Héros savait que trésor signifiait souvent un endroit sacré, et la carte sur sa tablette Sheika le lui prouvait. Les reliefs laissaient voir des formes trop géométriques pour que cela soient seulement le travail de la Nature et du Temps. Peut-être la dernière source, celle de la Sagesse ? Il avait déjà visité celle de la Force, dans la vallée d'Akkala , et celle du Courage qui se trouvait dans la région de Firone. Peut-être découvrirait-il la dernière source et il pourrait se plonger un peu plus dans son passé pour récupérer ses souvenirs ? Tout lui paraissait si familier et si différent que cela commençait à l'agacer.

Après avoir franchi l'escarpement, il put à nouveau marcher rapidement sur une sorte de chemin enneigé. Les flocons virevoltaient autour de lui, le vent soufflait fort. Mais ce qui le surprit, c'étaient ces éclats rosés qu'il apercevait. Qu'est-ce que cela pouvait être ? Un minerai de gemmes nox ? Pourtant ces dernières brillaient d'une lueur turquoise et non rose… Plus il avançait, plus les éclats devenaient puissants. Son intuition lui soufflait un danger… Après avoir contourné un pilier de glace qui dardait son sommet vers le ciel, ce qu'il vit lui coupa le souffle.

Il était arrivé sur un plateau, entouré de piliers de glace d'un bleu froid s'élevant de part et d'autre d'une sorte de place, entourée d'une eau qui devait être glaciale. Au centre de la place se tenait la grande statue de pierre de la Déesse Hylia, avec son visage apaisant et bienveillant. Derrière elle se tenait le sommet de la montagne, grand mur de neige, de pierre et de glace. Mais, entourant ce pic, se trouvait un dragon… l'un des trois dragons qui parcouraient Hyrule de leurs longues ondulations gracieuses dans les cieux, gardiens des sources, esprits des trois forces primaires du pouvoir en Hyrule.

Link se souvint d'avoir vu Ordrac, le dragon rouge de feu, au-dessus des gorges Tragites. Il se rappela d'avoir vu Rordrac, le dragon jaune électrique, plongeant et sortant du Lac Hylia. Mais en effet, il n'avait jamais pu voir, ou même apercevoir ne serait-ce qu'un bout du troisième dragon des légendes. Et pour cause ! il était là, agonisant, respirant avec peine, piégé au sol par les miasmes corrompu qui pullulaient sur les Terres d'Hyrules depuis que le Fléau était réapparu. Link eut le cœur retourné et sentit la colère l'envahir. Il fallait qu'il délivre cette créature fantastique, qu'il la libère de ce mal qui le faisait souffrir.

Le dragon était prisonnier, levant avec peine un regard résigné vers le Héros, son corps devenu noir comme le mal qui le rongeait, le privant peu à peu de son énergie, ses épines dorsales étaient lumineuses et de couleur violette nuancé de mauve. Et à quatre endroits, à la tête, le ventre, le dos et la queue, se trouvaient les miasmes purulents du Mal, avec ses couleurs caractéristiques noir et rose et ses yeux globuleux. Sans attendre, Link attrapa son arc, encocha une flèche et visa l'un d'eux. Il toucha l'œil mais rien ne se produisit, comme si la corruption était protégée par un écran, comme le laissait croire les reflets roses qui parcoururent un plus gros globe noir surmontant les yeux. Il réessaya mais sans plus de succès. Il s'approcha encore et la voix de la Déesse résonna entre les piliers de glaces.

Je te félicite. Tu as pu atteindre cette source, toi qui as surmonté les épreuves et obtenu des emblèmes du triomphe. Celui que tu vois ici est Nedrac, l'Esprit d'azur de la montagne de Lanelle et gardien de la source de la Sagesse. Au service de la Déesse, il règne sur les esprits de ces terres depuis la nuit des temps, inconnu de tous. Hélas, tel que tu le vois aujourd'hui, il est sous l'emprise des terribles pouvoirs de Ganon, le Fléau. Toi qui as obtenu des emblèmes du triomphe, utilise tes pouvoirs pour libérer Nedrac, l'Esprit d'azur, du mal qui le ronge.

Link voulait bien écouter la Déesse, mais comment pouvait-il le délivrer, si ses flèches ne pouvaient rien toucher ? Il allait retenter le coup lorsque le grand globe s'ouvrit ! C'était un œil géant, dardant son regard mauvais vers lui. Sans réfléchir, Link décocha sa flèche en plein milieu de cette horrible œil et un cri retentit. Sa flèche avait certes tué l'œil géant sur sa tête, mais le fléau étant lié à la créature légendaire depuis si longtemps que la souffrance parcourut également le corps du dragon. Ce dernier put se libérer du sol et prit son envol, se dirigeant vers le sommet du Mont Lanelle. Link le suivit en découvrant un chemin sur la droite de la source. Le dragon était là, tournant en rond au-dessus de lui, son corps malmené par les trois derniers miasmes. Pour avoir un meilleur angle de tir, Link grimpa sur l'un des piliers de glace, se prenant à plusieurs reprises car il glissait inlassablement.

Arrivé en haut du pic glacé, il banda son arc et attendit le passage du dragon dans son champ de tir. Lorsque l'un de ces yeux maudits fut à sa portée, il lâcha la corde et un nouveau cri de souffrance retentit au milieu des flocons de neige. Le dragon fut pris de tremblement et changea sa trajectoire. Le jeune Hylien s'apprêta à le suivre quand une des pattes ou la queue de l'animal le heurta violemment, le projetant dans le vide et l'écorchant au passage avec ses écailles coupantes. Reprenant ses esprits, il put ouvrir à temps sa paravoile, le sauvant d'une chute mortelle. A terre, il dut remonter vers un autre sommet sur lequel Nedrac ondulait, mû par la folie de la douleur.

Cette fois, il resta au sol, pour éliminer le grand œil qui étouffait le ventre. Ses nouvelles blessures le brûlaient et le fit grimacer, mais il serra les dents et visa. Au cri de douleur, il s'agenouilla et observa. La créature le frôla à nouveau et descendit vers une vallée enneigée, quelques lieues plus bas. Link reprit sa paravoile et le suivit de loin. Il ne lui restait plus qu'un globe oculaire à abattre et le dragon serait libéré. Sans attendre de trouver un point de vue élevé, Link décida de tirer directement dans les airs. Il prit sa respiration, sortit son arc et visa le dernier œil. Dès qu'il lâcha la flèche, il redéploya sa paravoile, arrêtant brusquement sa chute. Il releva la tête vers le dragon et fut soulager de voir qu'il avait réussi. Il n'y avait plus de corruption sur le corps du gardien, et ce dernier se redirigeait vers la source. Link le suivit en grimaçant, le froid piquait ses écorchures.

Arrivé sur place, il se demanda s'il avait complètement réussi à libérer le dragon, car ce dernier avait l'air de souffrir, pris de spasmes de plus en plus violents. Soudain, dans un soubresaut, le dragon enleva toute la noirceur qui le recouvrait, retrouvant ses couleurs, un corps d'un blanc aussi pur que celui de la neige et ses épines et crêtes lumineuses et bleues. Ses yeux brillaient d'un éclat nouveau, ne reflétant plus la douleur mais de la gratitude. Nedrac s'enroula à nouveau autour du pic de roche et de glace derrière la statue de la Déesse. Sa présence était majestueuse et paraissait irréelle à Link, qui se sentit humble devant cette créature.

Grâce à toi, Nedrac, l'Esprit de la montagne de Lanelle, a été libéré du mal qui le rongeait. Frappe de ta flèche le corps de Nedrac. Ainsi libéreras-tu l'Esprit de cette partie du monde.

Link se voyait mal de tirer sur l'Esprit, mais apparemment, il n'était pas encore complétement libéré de l'attraction de ce monde. Il lança un regard à Nedrac et après avoir lu son consentement dans son regard, Link tira une dernière flèche sur le corps du dragon. Dans un rugissement, il s'envola vers les cieux, secouant toute la montagne, laissant derrière lui une de ses écailles, preuve de gratitude envers le Héros qui l'avait libéré.