Chapitre 9 :

Ciel quitta le cimetière, blessé. Autant moralement que physiquement. Il aurait préféré ne jamais savoir que sa cousine était devenue… comme ça. La savoir morte était déjà bien assez dur à encaisser alors qu'elle soit morte de sa cette manière… Il ne savait pas s'il l'accepterait un jour. Les blessures causées par la faux de la mort ne guérissaient pas. Pourtant il volait, haut dans le ciel. Il se fondait au milieu des nuages dans le ciel plus noir que le charbon. Cependant il ne vola pas longtemps. La douleur qu'il ressentait, la fatigue et la faim eurent raison de lui et il ne mit pas longtemps avant de s'écrouler. Ces blessures étaient graves et il finit sa route quelques centaines de mètres de plus loin au milieu d'un champs. Le champ n'était pas très grand et à côté d'un petit orphelinat.

Il n'y avait qu'une fenêtre allumée, dans cette grande bâtisse remplie d'enfants. Un des garçons était gravement malade. Il vivait ses derniers instants. Tous les autres membres de l'orphelinat, enfants et nourrices restaient à son chevet pour veiller sur lui.

Les dieux de la mort chargés de faucher son âme étaient en retard. Et l'âme du mourant émanait une odeur douce et sucrée. Ciel n'avait peut-être plus la force de voler jusqu'à Poudlard, mais il avait assez de force pour manger, et tuer les humains présents dans l'orphelinat. C'était une occasion rêvée de prendre un repas bien mérité…

Elizabeth pleurait dans les bras de Ronald alors qu'il la tenait dans ses bras.

_ça va aller… Il ne tiendra pas longtemps encore sans se faire prendre…

_Je le déteste mais… je ne veux pas le perdre… encore une fois… J'aimerais tant le haïr… J'aimerais tant pouvoir dire que je veux sa mort… pouvoir le tuer… mais… je l'aime encore… Pourquoi mon cœur est-il si stupide…

_Elizabeth il est l'heure… Il faut travailler.

_Je ne veux pas… Je ne veux plus faire ça… J'en ai marre, marre de voir ses vies défiler…

Ronald soupira.

_C'est le prix que chacun d'entre nous doit payer pour avoir commis le péché de suicide.

_Je sais…

Le faucheur tapota l'épaule de son amie avec un sourire.

_Allons ça va aller. C'est juste une âme et après on a fini. Dès qu'on l'aura fauché je te paierais un verre, ça te va ?

Elizabeth tenta de sourire et hocha la tête.

_Bien. Dit Ronald.

Il aida son amie à se redresser et ils se rendirent tout deux à l'orphelinat. Mais lorsqu'ils se tinrent devant le perron de l'établissement ils sentirent rapidement que quelque chose n'allait pas. Ils échangèrent un regard.

Il n'y avait personne en vie dans cet endroit…

Ils entrèrent dans l'orphelinat mais c'était trop tard. Elizabeth ne put s'empêcher de crier lorsqu'elle vit ce qu'il y avait devant elle. Du sang sur les murs. Des cadavres éparpillés, dans des états lamentables. Des corps sur le sol, sur les marches des escaliers. Il y avait même des morceaux d'enfants et du sang au plafond et sur les meubles. Il y en avait partout. Absolument partout. Des cadavres de femmes et d'enfants, démembrés, déchiquetés, la tête arrachée, le ventre troué, l'âme dévorée. Personne, aucun humain n'avait été épargné. Même le chat de l'orphelinat avait été éventré.

_Oh non…

Ils fouillèrent entièrement la bâtisse mais il n'y avait aucune trace du démon.

Elizabeth observait les cadavres, légèrement troublée. C'était une démonstration de rage et de colère.

_Ciel…

Le démon arriva à Poudlard blessé et couvert de sang. Chaque battement d'aile était un effort insoutenable, sa gorge et son flanc le relançaient encore. Ses pensées étaient occupées par sa rencontre avec sa cousine. Il n'arrivait pas à s'enlever tout ça de la tête. Un mélange d'émotions contradictoires se bousculaient dans son esprit lui provoquant une migraine désagréable. Il atterrit sans douceur au milieu la forêt interdite. Il se releva, grognant et grimaçant et regarda la blessure sur son torse. La faux de la mort l'avait transpercée à des endroits délicats. Elles ne voulaient pas guérir malgré toutes les âmes qu'il avait mangé. Il se sentait toujours faible et était pris d'une puissante envie de dormir en plus de son mal de crâne. Mais il ne pouvait pas rester là, il devait retourner dans sa cellule. Quelqu'un pourrait le voir…

_Aragog revient ici !

Ciel se releva brusquement, ravalant un cri de douleur et vit une grande araignée s'approcher de lui. Juste derrière, Ciel pouvait distinguer un grand homme imposant qui se rapprochait rapidement. Paniqué, le démon tenta de se transformer en chien, mais l'étourdissement dû aux blessures ne lui permit qu'une transformation incomplète.

L'araignée poussa un petit cri et recula, et le grand homme finit par faire face à Ciel.

_Aragog qu'est-ce que tu…

Il s'arrêta dans sa phrase au moment où il vit Ciel. Sa voix était plutôt juvénile. C'était un grand homme, large d'épaules assez poilu. Il avait de grands yeux noirs aussi innocents que ceux d'un enfant. Il portait l'uniforme de Poudlard avec le blason de Gryffondor cousu dessus. Lorsqu'il vit le petit chien-démon il s'accroupit devant lui, le regard fasciné.

_Oh, bonjour mon beau…

Il tendit sa grande main vers Ciel mais celui-ci recula. Non pas qu'il ait peur, Ciel n'avait peur de personne, mais parce qu'il ne voulait pas être touché.

_Approche n'ait pas peur, je ne vais pas te faire de mal…

Ciel se résigna et finit par avancer de quelques pas, permettant au grand homme de l'observer.

_Toi, t'es pas un chien normal.

Ciel ressemblait à un petit chien au pelage uni gris bleuté et aux grands yeux bleus à ceci près qu'il avait toujours deux petites cornes entre les oreilles et des ailes aux plumes noires sur le dos. Heureusement ses poils longs cachaient ses blessures.

Le grand homme le souleva pour le mettre devant ses yeux.

_Je me demande bien ce que tu peux être toi.

Ciel se débattit un peu et grogna pour que l'homme le lâche mais rien n'y fit. A la place l'homme se mit à rire.

_Tu es un drôle d'animal toi ! Tu veux que je te lâche, pas vrai ?

Ciel aboya et se débattit plus fort encore.

_D'accord, d'accord, fit le grand homme, voilà.

Il le reposa par terre juste devant lui, et s'allongea sur le sol pour mieux l'observer.

_Tu ressembles à un petit chien, mais tu as des cornes et des ailes comme un dragon. Mais tu n'as rien d'autres qui se rapporte à un dragon… Dis-moi, qui es-tu petit ?

Ciel resta assis devant lui, tentant de donner un âge à cet étrange personnage.

_Je devrais peut-être te donner un nom pour commencer, non ?

Ciel secoua vivement la tête. Il ne voulait pas recevoir de nom de cet homme poilu.

_Oh c'est vrai, je devrais me présenter avant de commencer à te donner un nom ! Je suis désolé petit chien.

Ciel n'appréciait pas trop de se faire appeler « petit chien ». D'accord qu'à l'heure actuelle, il mesurait dans trente, quarante centimètres mais ce n'est pas pour ça qu'on devrait le traiter de petit !

_Je m'appelle Rubeus, Rubeus Hagrid, je suis en première année !

Les yeux du chien s'élargirent. Cet homme avait… onze ans ?! Il en paraissait vingt facilement ! Peut-être même plus !

Rubeus semblait un peu gêné.

_Je sais que je ne fais pas trop mon âge… J'ai quelques problèmes de… ossature et de pilosité.

Ciel sentait la tristesse dans ses mots et baissa la tête regardant ses pattes.

_Maintenant il faut que je te donne un nom petit chien. Hum… Cornu ?

Ciel recula vivement et secoua la tête.

_ça ne te plait pas ? oh, heu… Laisse-moi un peu te regarder.

Ciel s'approcha et laissa Hagrid le caresser et l'observer.

_Ta fourrure est si douce… et tes poils sont très longs. Peut-être que… Touffu t'irait bien ? Qu'en dis-tu ?

Ciel secoua à nouveau la tête.

Hagrid fronça les sourcils.

_Tu es difficile toi… Hum… Tu ressembles à un petit dragon, que dis-tu de Dragonneau ? C'est mignon non ?

Ciel soupira. S'il n'acceptait pas, il risquait d'y passer la journée.

_Bien ! tu t'appelleras Dragonneau petit chien !

Ciel secoua à nouveau la tête.

_Je ne sais pas heu… Bijou ?

Ciel refusa vivement.

_Heu… hum… Lupin ?

Ciel refusa, encore.

_Tu es vraiment difficile… Tu es sûr que tu ne veux pas t'appeler Touffu ?

Ciel finit par accepter de porter ce nom… étrange. Hagrid semblait heureux et commença à lui gratter le ventre. Ciel sentit une sensation agréable aux petites chatouilles et se laissa caresser par l'élève, même s'il ne l'avouerait jamais. Cependant l'araignée Aragog ne semblait pas beaucoup apprécié de se faire délaisser pour un chien cornu.

L'araignée se jeta sur lui. Ciel recula et se débattit pour la faire partir.

_Aragog ! Arrête !

Hagrid prit l'araignée dans ses mains et se mit à la caresser.

_Ce n'est qu'un chien, ne soit pas méchant. Tu sais bien que rien ne pourra te remplacer pour moi !

Ciel tenta de s'éclipser discrètement mais le demi géant ne le laissa pas faire et l'attrapa.

_Hé là toi, où crois-tu aller comme ça ? Il faut à tout prix que je t'amène à l'école ! Je n'ai jamais entendu de chien avec des cornes et des ailes plumées ! En plus ton pelage est si doux…

Hagrid caressa la fourrure du chien et le frotta contre sa joue.

_Tu es adorable !

Ciel voulait s'échapper, il le devait. Il ne manquait plus que les gens soient au courant de son existence. Et quelle erreur de ne pas s'être complètement transformé… Il fallait qu'il s'enfuie au plus vite.

Ciel réussi à s'extirper de son emprise et se mit à courir continuant de garder sa forme de chien.

_Hé mais arrête ! St-Stupéfix !

Ciel dévia le sort avec ses pouvoirs de démon mais Hagrid finit par le rattraper en trois enjambés.

_Arrête de t'échapper ! Tu ne peux pas partir !

Ciel essaya de se débattre mais il était immobilisé et il ne pouvait pas recourir à ses pouvoirs dans cette situation sans paraître encore plus suspect. Puis il y eut les rires.

L'oreille du démon chien se tendit dans la direction d'où venait les ricanements et il sonda l'endroit.

Il y avait un groupe de six personnes cachées dans des buissons et derrière des arbres un peu plus loin. Ils attendaient visiblement quelque chose et de ce que Ciel avait pu entendre de leur rire, ils étaient plutôt mal intentionnés.

_Ah ! tu arrêtes enfin de t'agiter !

Hagrid sourit et s'approcha de l'endroit où se cachaient les autres élèves.

_Je vais te montrer au professeur McGonagall ! Elle saura quoi faire de toi, en plus elle est très gentille !

Ciel s'agita comme il put, mais il ne pouvait pas empêcher le géant de s'approcher. Les autres élèves avaient tendu un fils et Hagrid se dirigeait droit devant. S'il ne changeait pas de route il allait irrémédiablement tomber.

Ciel tenta d'aboyer, pour le prévenir mais Hagrid se prit les pieds en plein dedans et tomba lourdement sur le sol.

_Aie !

Ciel en profita pour s'extirper de son emprise. Il songea à s'enfuir mais oublia rapidement cette idée en voyant les autres élèves sortirent des buissons en ricanant. Ils étaient six, tous avaient un blason de serpentard cousu sur leur veste. Ils avaient entre treize et quinze ans. Il y avait un grand blond au regard de fouine et aux cheveux longs qui semblait être le chef de la bande. Hagrid se releva mais l'un des garçons le poussa à terre. Le pauvre demi-géant semblait avoir l'habitude de ce genre de blague.

Le blondinet s'approcha de lui avec un regard haineux.

_Alors ? Tu traines encore au milieu de la forêt sale monstre ?

Hagrid recula manquant d'écraser Ciel que tout le monde semblait avoir oublié.

_Oh S'il te plait Malfoy, ne me fait pas de mal… Je n'ai rien fait je te jure…

_Tu n'as rien à faire dans cette école, le monstre. Tant que tu seras ici tu entacheras la réputation de cet établissement.

Hagrid voulut se relever et se protéger mais les six autres l'encerclèrent et l'empêchèrent de bouger.

Ciel sauta devant le demi-géant et montra les crocs aux autres élèves. Il n'aimait pas trop la façon dont les adolescents traitaient le première année. Les élèves eurent un mouvement de recul mais ils n'avaient pas peur. Le blond commença à sourire avant d'éclater de rire. Il s'accroupit devant Ciel. Les petites cornes et les ailes ne semblaient pas l'alerter, ou alors c'est qu'il ne les avait pas remarqués.

_C'est ça que tu cherches tant à cacher ?! Un sale clébard ?

Hagrid, tenta d'attraper Ciel.

_Touffu non ! reviens ici !

Cependant « Touffu » ne l'écouta pas et continua de montrer les crocs, ne supportant pas qu'on ne le prenne pas au sérieux. Et peut-être que les adolescents auraient dû.

L'un des garçons s'approcha et pointa sa baguette sur lui. Il demanda au blond.

_Que fait-on du chien Malfoy ? On le tue ?

Hagrid tenta de se relever, pris de panique face à une telle éventualité.

_Non ! s'il vous plaît !

_Tais-toi le monstre ! grogna Malfoy, non, on ne va pas le tuer…

Il s'accroupit face à Ciel le fixant avec un sourire hautain.

_Regarde moi cette créature, on dirait une petite peluche et pourtant il nous montre les crocs sans broncher. Il a du cran pour un animal de moins de vingt centimètres de haut.

Ciel n'aimait pas du tout qu'on le traite de peluche, surtout venant d'un être humain aussi exécrable. Ô, pourquoi avait-il fallu qu'on lui interdise de tuer les élèves ? Il aurait tant adoré lui sauter à la gorge pour l'éventrer, lui et les autres.

Il se contenta d'aboyer et continuer de montrer les crocs.

Malfoy l'attrapa par la peau du cou et le souleva.

_Je me demande à quoi ressemblerait ce joli petit minois en souffrance…

Hagrid s'inquiéta, comme les autres.

_Que… Que vas-tu lui faire ?...

Malfoy accorda un regard dédaigneux au demi-géant.

_Un individu au sang si crasseux que toi n'est pas digne de savoir ces choses-là, mais après tout, nous ne sommes plus à ça près. Tu as entendu parler des sortilèges impardonnables ?

Hagrid secoua la tête, ignorant complètement de quoi il s'agissait. Un des camarades du blondinet s'approcha, peu sûr de ce que proposait l'élève de serpentard.

_Tu n'es pas sérieux Malfoy ?... Tu ne vas quand même pas faire ça ? Même si c'est juste un chien…

Malfoy pointa sa baguette sur la tête de chien qui ne flanchait pas face à la menace.

_Regarde bien le monstre, d'abord le chien, puis un jour ça sera toi…

_Malfoy ça va trop loin… avertit l'un des autres garçons

Le blond ouvrit la bouche pour réciter l'incantation mais, à ce moment-là, les yeux de Ciel se mirent à briller. Il s'arrêta alors, complètement immobilisé. Il resta comme ça, pendant quelques secondes avant que quelqu'un le remarque. C'est l'un de ses camarades qui s'approcha et l'appela.

_Malfoy ?... Malfoy est-ce que ça va ?

Mais le garçon était complètement immobilisé.

Les autres élèves s'approchèrent et commencèrent à s'inquiéter en voyant le regard de Ciel qui les dévisageait un par un. On pouvait presque lire dans son regard : « tentez de faire quoi que ce soit, et vous connaîtrez le même sort ». Le seul qui ne pouvait pas le voir était Hagrid, Ciel lui tournant le dos.

Ciel se mit à aboyer et cracher quelques flammes comme un dragon ce qui fit fuir les élèves, sauf Malfoy toujours paralysé. Hagrid se releva doucement en fixant Ciel. Le chien lui fit signe de s'en aller aussi mais le demi-géant ne bougea pas.

_Tu… Tu viens de cracher du feu…

Ciel leva les yeux au ciel. Il n'avait fait ça que pour les effrayer. Il tenta de l'attraper par la robe et le tirer pour qu'il se lève mais Hagrid ne bougea pas. Il restait là, à le regarder avec de grands yeux ronds.

_Comment… pourquoi enfin… les chiens ne crachent pas du feu normalement ! Quoi que, ils n'ont pas d'ailes et de cornes non plus mais… ce n'est pas normal.

Ciel aboya et continua de tirer sur son manteau, vainement. Il sentit sa blessure au torse se rouvrit et glapit. Il fallait qu'il rentre et vite. Il n'avait pas de temps à perdre.

Il permit au blond à tête de fouine de reprendre le contrôle de son corps et aboya pour le faire fuir. Le garçon partit sans se faire prier, hurlant au monstre et appelant sa mère. Ciel se tourna vers Hagrid une dernière fois. Le grand élève se releva et prit Ciel dans ses bras appuyant malencontreusement sur sa blessure. Ciel ravala un gémissement et se débattit faiblement. Il commençait à être vraiment fatigué.

_Merci de leur avoir fait peur Touffu ! Tu m'as beaucoup aidé !

Ciel arriva à s'extirper et s'enfuit à toutes jambes, malgré les appels d'Hagrid qui lui demandait de revenir.

Ciel reprit sa forme de petit démon et retourna dans sa cellule sans se faire remarquer. Il s'écroula sur le sol et regarda ses blessures comme il put. Elles ne saignaient plus mais elles lui faisaient mal. Ce n'était pas la première fois qu'il était blessé par une faux de la mort, il savait que ça mettrait du temps pour guérir. Il aurait tant aimé pouvoir éviter ça. Il ne fallait pas qu'Albus ou Minerva sache. Il ne voulait pas qu'ils se mettent à poser des questions et il voulait encore moins y répondre. Il fit apparaître un lit avec ses pouvoirs et s'y allongea. Il s'entoura de ses ailes comme pour se cacher même s'il était seul. Il ferma les yeux et se laissa aller. Quelques heures de sommeil lui permettraient de guérir de ses blessures de faux de la mort. Mais la douleur, elle, ne s'estomperait pas avant plusieurs années. Il lui avait fallu près de vingt ans pour que la douleur s'estompe totalement la première fois. Heureusement, ça finissait par devenir supportable voire oubliable au bout de quelques jours. Presque une broutille face à la douleur de la faim.

Il aurait peut-être dû effacer la mémoire des élèves qu'il a croisés, surtout le demi-géant. Mais, après tout, ils n'avaient vu qu'un chien un peu étrange. Il n'y avait pas de quoi en parler aux professeurs, et même s'ils le faisaient, personne ne se douterait que c'était lui, le chien terrifiant dans la forêt interdite. Enfin, c'est ce qu'il espérait en tout cas…

Il finit par s'endormir, seul, dans sa cellule.