Bonjour !

J'ai fini Hannibal hier soir, et une heure plus tard j'étais en train d'écrire. Il manquait un petit quelque chose dans la dernière scène, je trouve.

Et me voilà en train d'ouvrir un recueil sur cette série... :)

Merci à Luna pour avoir corriger ce texte !

Bonne lecture !

oOo

Amour criminel

oOo

L'air froid de la nuit rentrait par grandes goulées dans ses poumons. Un air salé, si associé à l'odeur métallique qui planait sur la falaise, produisait un mélange enivrant.

Mais peut-être que le sel n'était finalement pas responsable ?

Will inspira une nouvelle fois, tentant de rester maître de lui même, malgré la douleur et la situation. Il releva les yeux, et croisa le regard d'Hannibal. Tout s'évanouit dans ce regard. Tout devint clair, évident. Comme ça aurait toujours du l'être entre eux.

Et alors que l'ancien psychiatre sautait sur le dos du dragon, l'ancien profileur l'éventra.

.

Le monstre glissa au sol, alors que ces ailes basculaient enfin dans la réalité.

.

Mais Will et Hannibal ne prêtèrent pas attention à la Bête. Ils étaient l'un contre l'autre, tentant de retrouver souffle et esprit après cet acte qu'ils avaient partagé. Ca avait semblé si naturel, si évident...

La douleur prenait doucement le pas sur ce plaisir bestial qu'ils avaient ressenti ensemble. Leur souffle se mêlaient, alors qu'Hannibal soutenait Will, le regardant avec tendresse reprendre ses esprits.

-Tu vois... C'est ce que j'ai toujours voulu pour toi, Will… Pour nous deux.

L'ancien profileur releva les yeux, tentant de mettre en ordre ses pensées. Au milieu de ce chaos, la beauté de ce qu'il avait fait avec Hannibal lui apparut. Une beauté malsaine, mais intense.

-C'est magnifique...

L'ancien psychiatre ne lâchait pas du regard l'homme devant lui. Son regard semblait demander quelque chose, de sa manière polie et élégante.

Un bref instant, Will hésita. Les dernières chaînes de la peur étaient encore à rompre.

Elles cédèrent lorsqu'il posa ses lèvres ensanglantées sur celle d'Hannibal. Ils fermèrent les yeux alors que leur baiser devenait passionné, presque sauvage ; leurs doigts s'enfonçaient dans les cheveux de l'un et les épaules de l'autre. Leur rythme cardiaque, déjà élevé, s'accélérèrent pour devenir un, alors que leurs corps s'embrasaient sous cette évidence. Ils s'aimaient. Ils s'étaient toujours aimés. C'était un secret sombre qui avait toujours été entre eux.

Et ce secret glissa dans les ténèbres de la mer avec eux.