Bonjour tout le monde ! Surprise ! J'ai décidé de faire un "calendrier de l'avent" de petites histoires sur nos deux militaires préférés (et leur équipe) sur le thème de Noël ! Les histoires seront plus ou moins courtes selon le développement des petites idées qui germeront dans mon esprit ! J'espère que ça vous plaira !

Je n'ai pas l'habitude d'écrire des scénettes aussi courtes, j'espère donc que ça ne donnera pas l'impression d'être fait à la va-vite ! N'hésitez pas à me donner vos impressions !

Je préciserai à chaque fois, à quelle période de FMA se déroule l'histoire

Bonne Lecture.

Sei.


Jour 1 : Le plus bel arbre de noël.

Situation : Après le jour promis, Roy est Général et a pris les commandes de la région Est.

Au QG de l'Est l'attention était à son comble, les sourires naissaient sur le visage de chaque militaire au fur et à mesure que les journées passaient. Les cœurs étaient en fête et beaucoup plus léger avec l'approche des fêtes de fin d'années et presque tout le monde avait commencé à décorer son bureau pour l'occasion.

C'était une période calme et où l'on pouvait se permettre de rêver d'un monde meilleur et plus harmonieux. Ishval était en face de renaître et le nouveau Généralissime Grumman avait apporté une nouvelle dynamique au pays. Alors pourquoi ne pas profiter de l'occasion pour passer du bon temps ensemble !?

Dans le bureau du Général Mustang en tout cas, l'ambiance était là ! C'était la fanfare et l'équipe de baltringue du dit Général était en train de se disputer sur la façon de décorer un sapin de noël sous l'œil attentif de leur supérieur qui hésitait entre rire ou pleurer devant cette scène qu'il avait sous les yeux.

- Mais non Lieutenant-colonel Havoc ! Les petites boules se mettent en haut et les plus grosses en bas pour offrir un bel équilibre ! S'exclama le plus jeune de l'équipe en fronçant les sourcils et en modifiant la façon dont le lieutenant-colonel avait agencé l'équilibre du sapin.

Une rumeur courait dans les couloirs du QG qu'un concours du plus bel arbre de noël devrait avoir lieu dans les jours prochains et le jeune Fuery s'était mis en tête de faire le plus beau de tous ! Suite à ça, le petit brun avait tanné ses collègues pour qu'ils trouvent le plus grand des sapins dans la forêt avoisinant la ville d'East City. Cela avait pris des heures à Havoc et à Breda pour amener l'arbre en question jusqu'au bureau. Comme ils étaient les plus costaud, Mustang les avait obligé à aller le quérir, s'amusant de l'idée farfelue du plus jeune de ses subalternes.

- Fuery, tu ne vas pas m'apprendre à faire un sapin ! S'exaspéra ce dernier avec une cigarette éteinte déjà prête en bouche.

Il regarda faire le plus jeune en croisant les bras sur sa poitrine, presque vexé de le voir modifier tout ce qu'il avait fait ! Qui aurait cru que ce dernier pouvait être aussi minutieux et perfectionniste !? En plus, le Général acceptait tous ses caprices avec amusement et lançait des ordres à tout va quand l'un d'entre eux refusait de se conformer aux recommandations du plus jeune. Pour Fuery, c'était noël avant l'heure ! Les étoiles qui brillaient dans ses yeux rendaient celle du commandant Armstrong bien fade !

- Un sapin ne se fait pas à la hâte ! C'est tout un travail de coordination ! Comme lors de l'assemblage des fils d'une radio ! Si on met tout n'importe comment, la radio ne fonctionnera jamais ! Rétorqua ce dernier toujours concentré sur la décoration du sapin.

Le lieutenant-colonel leva les yeux au ciel... Comment Fuery faisait-il pour comparer un sapin de noël à une radio !? Non, parce que là... Il ne voyait absolument pas le rapport ! Il se contenta donc de soupirer et d'abandonner... Il n'arriverait pas à faire entendre raison à ce dernier.

- C'est parce qu'il aime que les grosses boules soit en hauteur et à porter de main ! Ricana Breda en passant derrière eux et en donnant un coup de coude à Fuery pour qu'il le regarde.

Il expliqua sa réplique en mimant une poitrine voluptueuse avec ses mains et repartit dans un fou rire tandis que le plus jeune le regardait sans comprendre, les joues légèrement rougies et que Havoc et Falman le regardèrent avec une goutte d'eau derrière la tête.

Derrière ce minable spectacle, Le général regarda son assistante en poussant un soupire.

- Rappelez-moi pourquoi j'ai choisi de tels abrutis comme subalternes lieutenant Hawkeye !? S'exclama-t-il.

Il avait posé ses deux coudes sur la table et posé son menton sur ses mains, assistant à ce remue ménage avec délectation. Il avait un petit sourire en coin, malgré le soupir qu'il venait d'exprimer.

A ses côtés, son assistante était plus concentrée sur la relecture du rapport que son supérieur devait remettre au Généralissime Grumman dans les plus bref délai que sur ce qu'il se passait dans la pièce. Elle s'était installée sur l'un des sièges qui faisait face au bureau de son supérieur pour cela, puisque les canapés rouges de la pièce étaient désormais remplis de caisses de guirlandes, boules et autres décorations de noël. Elle ne semblait pas le moins du monde dérangée par les enfantillages de ses collègues et leva son regard interrogateur vers son supérieur, puis vers les quatre lascars qui continuaient de se disputer autour du sapin immense qui prenait une grande partie du bureau du Général, avant de répondre.

- Parce qu'il aurait été inconcevable d'avoir des subalternes plus sérieux que vous !? Suggéra-t-elle tout en haussant les épaules, avec un léger sourire malicieux sur les lèvres.

Serait-elle en train de se moquer de lui !? Le Général lança un regard abasourdi à son assistante. Elle avait osé faire cela !?

- Je ne pensais pas que vous parleriez de vous en ses termes, lieutenant ! Ajouta-t-il en entrant dans son jeu.

Parce qu'après tout, elle faisait partie de ses subalternes et s'incluait donc dans le lot, n'est-ce pas !?

- Bien sûr que non, je sais très bien que vous m'avez engagé pour vous empêcher de faire des bêtises ! C'est comme si j'étais la mère de cinq adolescents en pleine puberté ! Répondit-elle sans se laisser démonter et en essayant de dissimuler le sourire moqueur qui menaçait de glisser sur ses lèvres.

Le Général s'apprêtait à renchérir lorsque Fuery s'immisça dans leur discussion avec la plus grande des indélicatesses. Décidemment, l'euphorie de noël lui avait fait perdre les bonnes manières ! Mais Roy ne lui en tint pas rigueur... Après tout, l'engouement de son subalterne le faisait rire et il n'avait pas vraiment envie de le voir redevenir sérieux trop vite. Ce petit remue-ménage dans son bureau était distrayant et il n'avait pas envie de travailler.

- Lieutenant ! S'exclama-t-il donc en s'adressant à Riza. Pouvez-vous venir nous aider à accrocher l'étoile en haut de sapin !?

Le Général et son assistante regardèrent le jeune brun en fronçant les sourcils. Comment voulait-il que Riza atteigne son sommet qui faisait plus de deux mètres et touchait presque le plafond ?

Face au regard interrogateur de ses supérieurs, le plus jeune reprit.

- Le lieutenant-colonel vous portera sur ses épaules !

Quoi !? D'un coup, l'image de son assistante sur les épaules d'Havoc se firent dans l'esprit du Général et cela lui déplut fortement ! Il était hors de question qu'il pose ses sales pattes de pervers sur le corps de sa subordonnée !

- Je ne sais pas si les jambes d'Havoc sont assez remises pour qu'il porte une telle charge sur ses épaules ! S'exclama-t-il alors un peu trop précipitamment.

Il n'avait trouvé que cela comme excuse pour être certain que le lieutenant-colonel ne puisse pas être celui qui porterait Riza. Le problème, c'est qu'il n'avait peut-être pas assez mâché ses mots et que la traduction passait mal aux oreilles de la dite "charge".

- Insinuez-vous que je suis "grosse" mon Général !? Répliqua Riza en fronçant les sourcils.

Dire qu'elle était vexée ne serait pas suffisant pour décrire le regard noir qu'elle lui lança. Roy déglutit avec difficulté... Merde, il était mort ! Devant lui, Fuery essayait de se faire le plus petit et discret possible, il avait bien compris que son supérieur avait fait une bourde !

- Bien sûr que non ! Tenta-t-il donc en dernier recours pour sauver sa peau. Mais cela ne fait que quelques mois qu'il est sorti de sa rééducation ! Ne tentons pas le diable ! Je vais vous porter ! Renchérit-il en se levant.

Il ne laissa pas le temps à son assistante de répondre et l'attrapa par la main pour l'entrainer vers le sapin qui était plus que magnifique. Fuery avait vraiment fait du bon boulot. Il arracha la dite étoile des mains d'Havoc et la donna à Riza. Ensuite, il se mit accroupi pour que Riza grimpe sur ses épaules.

- C'est ridicule ! S'exclama cette dernière sans bouger, l'étoile toujours dans les mains. Je vais vous faire mal !

- Lieutenant, dois-je vous l'ordonner !? Soupira le Général qui n'avait toujours pas bougé de sa position.

Riza soupira, à ses côtés, les quatre autres se contentèrent d'hausser les épaules. Ils n'avaient pas l'intention de contester les ordres de leur boss. Levant les yeux au ciel, elle n'eut donc pas d'autre choix que d'obéir.

Une fois l'étoile installée, Roy redéposa Riza sur le sol et retourna s'installer derrière son bureau comme un bien heureux, un doux sourire sur les lèvres. Ce petit rien avait suffit à lui réchauffer le cœur. Il prenait ce qu'il pouvait prendre après tout !

Fin.