L'été où je t'ai rencontré 2.

Chapitre 5 : Vacances.

POV Riza

Roy avait raison. Tout s'est arrangé grâce à mon père. Tout ce qu'il avait préconisé c'est vraiment passé. Je n'y croyais pas. Comment aurais-je pu y croire !? Je voyais déjà Colin détruire tout mon avenir... Par vengeance, parce qu'il me reproche d'avoir détruit le sien... Je sais que c'est faux, mais ça fait mal. Ça fait mal de me dire que si je l'avais aidé, il aurait pu se relever... Mais après tout, il n'a eu que ce qu'il méritait ! Il m'a manqué de respect tellement de fois ! J'aurais été bien stupide de l'aider malgré tout... C'est à lui de se reprendre en main, pas à moi. J'espère que toute cette histoire lui servira de leçon.

Je n'ai jamais su les détails de ce qu'il s'était vraiment passé... Roy s'est rendu à sa convocation au commissariat pour donner sa version des faits. Les policiers ont été très conciliant quand ils ont appris la raison pour laquelle il avait fait cela. Il faut dire que très peu de monde aime ceux qui s'en prennent aux femmes. Ils lui ont dit qu'une injonction d'éloignement avait été fait contre lui de la part de Colin et que pour la suite des évènements, se serait la justice qui s'en chargerait et que leur boulot s'arrêtait là.

Ensuite, mon père a été voir l'avocat de Colin et ils ont beaucoup discuté. Je ne sais pas de quoi, car il n'a rien voulu me dire. Même Roy n'est pas au courant des détails de leur conversation. Tout ce que je sais, c'est que du lendemain, Colin retirait sa plainte. L'affaire était classée sans suite. Roy n'aura aucun préjudice et cela n'affectera pas ses études. Quel soulagement !

- Riza que fais-tu ? J'entends mon père m'appeler depuis la cage d'escalier.

Je sursaute. Je m'étais perdue dans mes pensées. Cette histoire date d'il y a déjà trois semaines ! C'est passé tellement vite.

- J'arrive ! Je m'écris alors pour lui répondre.

Je fais une dernière fois l'inventaire de mes affaires avant de descendre rejoindre mon père pour déjeuner. D'ici deux heures, avec Roy, on sera sur la route des vacances. J'ai tellement hâte. On va passer tout le mois d'août chez ses parents, dont une semaine où Maes, Gracia, Jean et Rebecca nous rejoindront. Je crois que ça va être les meilleures vacances de toute ma vie !

- Tes bagages sont prêts ? Me demande mon père une fois que je l'ai rejoint dans la cuisine.

Je hoche la tête avec un grand sourire. Il est communicatif car papa me sourit en retour.

- Ça y est, c'est fini ! Tu t'en vas ! Répond-il avec un sourire triste.

Ah oui, j'ai oublié de préciser une chose. Avec toute cette histoire sur Colin, mon père a accepté que j'aille vivre avec Roy à la rentrée. On a été super surpris qu'il accepte aussi facilement. Mais il nous a expliqué qu'avec cette histoire d'agression, il se sentirait plus rassuré de savoir que je ne dois pas faire de long aller-retour en bus toute seule pour me rendre en cours et que l'appartement se situait à proximité de son lieu de travail au cas où il y aurait un quelconque souci. Du coup, lorsqu'on reviendra de chez ses parents, j'emménagerais avec lui. J'ai trop hâte. Maes déménage de l'appartement courant août, il va de son côté prendre un appartement avec sa copine.

- Je ne m'en vais pas pour toujours ! Je m'exclame en m'approchant de lui pour l'étreindre.

Je sais que mon départ l'attriste beaucoup, mais j'espère aussi que ça l'aidera à aller lui aussi de l'avant. Depuis la mort de maman, il a mis sa vie entre parenthèse pour s'occuper de moi. Son quotidien se résumait à son travail et à mon éducation. Aujourd'hui, je suis assez grande pour m'occuper de moi-même et j'ai Roy auprès de moi. Je sais qu'il n'oubliera jamais maman, mais j'aimerais qu'il se trouve lui aussi quelqu'un avec qui il pourra partager son quotidien. Je ne veux pas qu'il finisse sa vie seul. C'est trop triste.

- Cette maison va me semblait bien vide après ton départ, murmure-t-il en m'embrassant sur le sommet du crâne.

- Papa, tu n'y seras presque jamais ! Je ris en relevant la tête.

Il passe son temps à travailler, surtout depuis que je suis devenue autonome et que je passais la quasi-totalité de mes week-ends chez Rebecca, avant d'être avec Roy évidemment. Comme il savait que je ne risquais rien, il culpabilisait moins. Je ne lui en ai jamais voulu car je savais que son travail lui permettait de combler l'absence de ma mère. Raison de plus pour laquelle je souhaiterais qu'il aille enfin de l'avant.

- Tu as raison... Souffle-t-il.

- Pourquoi tu ne sors pas et ne fais pas de nouvelles rencontres !? Je rétorque alors, en sortant le fond de ma pensée.

On n'en a jamais parlé. Je ne me suis jamais mêlée du fait que mon père n'a pas de vie sociale en dehors de son boulot et de moi. Quand j'étais petite, je ne m'en rendais pas compte. En grandissant, je me suis dit que mon père était juste comme ça. Parce qu'il n'avait que moi et qu'il n'avait pas le temps. Mais au jour d'aujourd'hui, je sais qu'il pourrait se consacrer du temps pour lui s'il le voulait. Il travaille beaucoup plus qu'il ne le devrait et ce n'est pas par obligation, c'est lui qui le décide. Je le sais, parce que Roy travaille avec lui et qu'il ne travaille pas autant. D'ailleurs, Roy m'a dit qu'il était le seul à travailler autant.

- Riza... Marmonne-t-il, sûrement mal à l'aise que j'aborde aussi directement le sujet.

Il semble tout aussi gêné qu'agacé. Certes, ça ne doit pas être évident de se prendre ce genre de remarque par sa propre fille, mais si je ne le fais pas. Qui le fera ?

- Je ne te demande pas de remplacer maman ! Je poursuis avec un regard entendu. Je sais très bien qu'elle est y remplaçable à tes yeux, tout comme elle l'est pour toi.

Son départ soudain a été difficile à vivre tout autant pour lui que pour moi. Au jour d'aujourd'hui elle nous manque toujours autant, même si la douleur n'est plus aussi présente, du moins pour moi, car j'ai Roy, Rebecca et mes amis. Pour mon père, qu'est-ce qu'il en est ? Il est toujours très silencieux sur ce sujet... Je suis certains qu'il en souffre encore mais qu'il ne dit rien... J'aimerais juste partir en m'assurant qu'il ne sombrera pas dans la solitude.

- Tu devrais essayer de sortir et de te faire des amis ! Je m'exclame alors.

S'il ne veut pas remplacer maman, je peux le concevoir. S'il décide de le faire, je ne lui en voudrais pas. Enfin... Je donnerais tout de même mon avis sur cette relation si elle me convient ou pas. Après tout, je ne veux pas laisser mon père à n'importe qui, tout comme il ne m'aurait pas laissé partir avec n'importe qui.

Mais, s'il ne veut pas vivre une nouvelle relation, rien ne l'empêche de se faire des amis !

- Ce genre d'activité n'est pas seulement réservé aux jeunes de mon âge papa ! Je spécifie, toujours avec ce même regard entendu.

Après tout, depuis quand faut-il avoir vingt ans pour avoir le droit de sortir entre amis ?

- Je sais... Mais... Bégaye mon père, essayant de se justifier.

- Mais quoi ? Je renchéris en m'éloignant de ses bras pour poser mes mains sur mes hanches et le regarder avec autorité, les sourcils légèrement froncés. Ton entourage se résume à tes collègues de boulot et à moi !

J'observe mon père ouvrir la bouche et la refermer. Il sait que j'ai raison, du coup, il ne sait pas quoi y répondre. Il doit également être surpris de mon audace à me montrer autoritaire avec lui. Je conçois que ce n'est pas tous les jours qu'on voit une fille dire à son père de sortir ! Moi-même je suis étonnée par mon soudain franc parler. Mais je ne veux pas voir mon père aussi triste, du coup, ça me motive dans mon explication.

Nous sommes interrompus par la sonnette de la porte d'entrée qui nous fait sursauter. Roy ! Je n'ai pas fait attention à l'heure, trop prise par notre conversation, et le voilà déjà arrivé, il déjeune avec nous avant le départ.

- Ça doit être Roy, tu devrais aller lui ouvrir, s'exclame mon père à mon encontre, mettant ainsi fin à la conversation, sans y répondre bien entendu.

- Je n'ai pas dit mon dernier mot papa ! Je rétorque en faisant volte-face pour aller accueillir mon petit ami.

De toute façon, mes vacances avec Roy lui donneront un avant-goût de la vie sans moi. J'espère que ça suffira à le faire cogiter et à lui ouvrir les yeux. Je ne veux pas le retrouver en train de dépérir à mon retour.

POV Roy

Je m'apprête à vivre le meilleur moment de toute ma vie. Je suis actuellement l'homme le plus heureux du monde ! En un an de relation, nous n'avons dormi que deux fois ensemble avec Riza. Et ces deux fois, c'était le mois précédent. Et là, ce soir et jusqu'à la fin de ma vie, je vais dormir avec elle, ma Riza. J'ai l'impression d'être le plus chanceux des hommes.

Nous voilà sur la route en direction de chez mes parents. Avec mes sœurs, ils ont hâte de revoir Riza. Je le sais car ma mère, Alice et Vanessa n'arrêtent pas de me demander quand est-ce qu'on arrive depuis une semaine ! Ce sera la première fois qu'ils la reverront depuis qu'ils ont appris qu'on sortait ensemble. Enfin, sauf pour Alice qui l'a appris à son mariage, mais comme personne ne l'a revu depuis, c'est tout comme.

Je me demande si leur comportement à son égard va changer ? Ma mère adorait déjà Riza et semble l'adorer encore plus depuis qu'elle sait la vérité sur nous. Moi qui pensais qu'elle détesterait l'idée que j'ai une petite amie... Pour mon père, rien n'a changé. Lui, il est au courant depuis le tout début presque... Alice n'a pas pu vraiment en profiter puisqu'elle profitait de son mariage, du coup, je sais qu'elle a hâte. Et Vanessa... C'est ma sœur la plus proche, un peu comme une meilleure amie. Je pense que c'est celle qui a le plus hâte de revoir Riza. Elle n'est pas aussi proche d'elle que ne l'est Alice, mais ça, c'est parce qu'elle ignorait qu'elle était ma copine. Je sais que son comportement va changer du tout au tout. J'espère juste qu'elle ne lui fera pas trop peur...

En vérité, c'est ma sœur avec laquelle je n'ai vraiment aucune idée de comment elle réagira face à Riza... Jane, elle sera heureuse et nous souhaitera que du bonheur. Sophie, pareille. Madeline, elle la détestera, puisque Clary doit déjà maudire Riza... Mais franchement, ce n'est pas comme si ça m'intéressait ! Alice sera égale à elle-même ! Par contre Vanessa... Non... Je n'arrive pas du tout à imaginer comment elle se comportera avec Riza...

- Qu'est-ce qu'il fait beau ! Murmure Riza en levant son regard vers le soleil, tout en fermant les yeux pour en profiter.

Je lui jette un petit regard en coin tout en restant concentré sur la route. Ses cheveux virevoltent autour de son visage avec le vent qui s'engouffre par la fenêtre ouverte, elle est tellement belle. Je tombe un peu plus amoureux d'elle à chaque regard que je pose sur elle et savoir qu'à partir de ce soir, on ne se quitte plus, je sens mon cœur se gonfler d'amour. J'ai vraiment envie de passer chaque seconde du restant de ma vie avec elle.

- Il fait surtout très chaud ! J'ajoute en reportant mon regard sur la route.

Je n'aime pas vraiment conduire sous une telle chaleur, mais l'idée qu'une fois arrivée à destination, nous aurons la piscine pour nous rafraîchir, me donne le courage de parcourir tous ces kilomètres. Et puis Riza est avec moi. J'adore ses moments que nous passons, rien que tous deux en voitures. Ça me rappelle la première fois où ça a dérapé entre nous. C'était il y a un an. Une journée aussi chaude que celle-ci. Le temps passe déjà aussi vite... C'est le jour où Rebecca m'a balancé ce foutu pari... Pari que j'ai perdu à quelques heures de la victoire ! Je n'ai jamais été aussi heureux de perdre un pari ! Et puis avant ça, il y a eu nos premiers vrais baisers échangés dans cette même voiture. Décidemment, ma voiture est remplie de nous.

- Tu penses à quoi ? Me demande Riza en quittant la contemplation de la route pour me fixer.

Je lui jette de nouveau un petit regard de biais et je repose mon regard sur la route avec un petit regard en coin. Je pose ma main droite sur sa cuisse nue que je caresse de son genou à la couture de sa robe.

- Plein de choses... Je murmure. Comment seront mes sœurs et ma mère avec toi, maintenant qu'elles savent que tu n'es pas juste la fille du meilleur ami de notre père, mais ma petite amie... Et aussi à notre premier dérapage dans cette voiture... J'explique en pressant sa cuisse. Et à ce pari que je ne regrette pas d'avoir perdu, j'ajoute en laissant ma main glisser sous le pan de sa robe. Et aussi que j'ai très envie de t'embrasser...

- Roy ! S'écrit-elle en riant. Concentre-toi sur la route ! Ajoute-elle en retirant ma main.

Je fais une moue boudeuse, mais je remets ma main sur le volant avant de me laisser distraire... Depuis que nous avons fait l'amour pour la première fois, j'ai envie de recommencer. Je sais que nous avons vécu plein de choses torrentiels en un an. Mais ne faire plus qu'un... C'était la chose la plus importante qu'il me manquait pour me combler de bonheur.

Je sais que nos rapports sont encore trop peu nombreux et se comptent sur les doigts d'une main, mais je sais aussi que cela changera bientôt. En vivant ensemble, je pourrais laisser libre cours à notre amour et lui faire l'amour tous les jours. J'ai hâte. Tellement hâte que l'idée de faire l'amour dans ma voiture est plus qu'alléchant. Mais il fait chaud, beaucoup trop chaud ! J'ai attendu un an, je peux bien attendre ce soir que nous ayons retrouvé la fraicheur de ma chambre ? Enfin, si ma famille nous laisse un peu d'intimité ! J'ai dans l'idée qu'ils ne risquent pas de laisser Riza tranquille...

- Tu crois qu'on doit avoir le plus peur de quoi ? Reprend Riza. De tes sœurs, ou du gage de Rebecca ?

Je ris légèrement devant sa remarque. C'est une bonne question ! Mes sœurs peuvent se montrer très étouffante quand elles le veulent. Surtout Alice et Vanessa. Mais je sais aussi qu'il ne faut pas prendre Rebecca à la légère ! Elle ne m'a toujours pas donné de gage... Quelque chose me dit qu'elle réfléchit encore à la question. Franchement, j'ai plus peur de ce que pourrait prévoir Rebecca de ce que mes sœurs pourraient faire, parce que je sais que mes sœurs apprécient beaucoup Riza malgré tout et qu'elles sont heureuses pour nous. Je ne dis pas que Rebecca ne l'est pas, mais elle, elle sait qu'on est en couple depuis le début... Donc, elle n'aura pas peur de se "lâcher".

- Moi, je dis Rebecca sans hésiter !

- À t'entendre, on dirait que c'est un bourreau ! Je l'entends rire à côté de moi.

- Mais c'est un bourreau ma belle ! Je rétorque en riant à mon tour.

Riza rigole de plus belle et je l'imite, elle sait que j'ai raison. Quand Rebecca a appris ce qu'il s'était passé avec Colin dans le bois derrière chez elle, elle a littéralement pété un câble ! Avec Jean, on a dû s'y prendre à deux pour l'immobiliser alors qu'elle voulait juste aller casser la figure de ce pauvre type. Ce n'est pas qu'on n'avait pas envie qu'elle le fasse, mais il venait tout juste de retirer sa plainte contre moi, ce n'était pas le moment de recréer une nouvelle embrouille. Elle nous en a ensuite voulu à tous les deux de le lui avoir caché. Bien évidemment, son boudin envers nous n'a pas duré longtemps. Mais nous n'oublierons jamais cet épisode.

- Je lui demanderais de ne pas être trop dur avec toi ! Rit elle de plus belle.

Je fais mine de lever les yeux au ciel d'exaspération, mais mon sourire sur les lèvres me trahit. Le reste du trajet se poursuit dans cette bonne humeur et nous arrivons chez mes parents en milieu d'après-midi.

La maison est calme, mes parents travaillent encore. J'ai fait en sorte d'arriver avant eux, histoire qu'on puisse s'installer avant le début de la tornade. Mes trois sœurs aînées ne vivent plus ici, donc il n'y a que Vanessa et Madeline que l'on pourrait croiser dans la maison.

Quand on parle du loup...

- Vous êtes là ! S'exclame Vanessa en apparaissant sur le pas de la porte.

Elle a un sourire lumineux sur les lèvres et s'empresse de prendre Riza dans ses bras. Nous sommes tous les deux surpris par son geste car jusqu'à présent, Vanessa n'a jamais eu ce genre d'approche avec Riza. Alice oui, mais pas Vanessa. Du coup, je regarde ma copine en haussant des épaules lorsqu'elle me jette un regard incrédule. C'est bon signe non ?

- Bordel, dire que les deux fois où on s'est vue ! Renchérit-elle en s'éloignant de Riza pour la tenir à bout de bras et l'observer. Tu sortais déjà avec mon frère et tu nous avais caché ça !

Elle semble impressionnée, totalement. Il est vrai qu'elle m'en a beaucoup voulu de ne lui avoir rien dit, mais surtout de n'avoir rien remarqué d'elle-même les fois où Riza était chez nous. Après tout, nous avions fait en sorte d'être très discret et de ne rien laisser paraître devant les membres de ma famille, hormis quand nous nous retrouvions seuls avec nos pères qui étaient dans la confidence. Nous nous rattrapions le soir quand je me faufilais discrètement dans ma chambre, où Riza dormait, pour passer un bref moment d'intimité ensemble avant d'aller finalement me coucher au grenier.

Riza quant à elle, sourit timidement. Elle ne sait pas trop quoi répondre. Ce n'était pas sa décision de ne rien dire à mes parents, mais la mienne. Elle l'avait respecté, parce qu'elle comprenait pourquoi je ne voulais pas en parler aussi rapidement. Justement pour éviter ce genre d'effusion dès le début. Je voulais qu'elle puisse découvrir ma famille sans qu'elle subisse la moindre pression.

- C'était pour éviter ce genre de situation, je rétorque alors en désignant du doigt le comportement que ma sœur a actuellement.

Vanessa tourne la tête vers moi et me détail de bas en haut d'un air narquois. Depuis l'été dernier, elle me soupçonnait d'avoir un "Crush" pour une fille. Je le sais, parce que tout au long de l'année, elle n'a pas arrêté de me lancer des piques par messages. Elle ne savait pas que je côtoyais Riza aussi souvent. Elle savait que je l'avais déjà croisé car j'étais pote avec sa meilleure amie, mais pour elle, ça n'allait pas plus loin. Je pense que c'est le fait que Riza soit plus jeune que moi de quatre ans qui l'a dissuadé de se dire qu'elle pourrait être mon "Crush" quand elle est venue séjourner à la maison à noël, c'est pour ça qu'elle n'a rien grillé. Heureusement ! Comment ça se serait passé si elle avait compris que Riza était la fille en question ? Elle me narguait tellement souvent à ce sujet qu'à noël, j'avais prévenu Riza qu'il risquait d'y avoir des petites piques à ce sujet puisque tout le monde ignorait qu'on sortait ensemble. Et bien entendu, Vanessa en avait fait ! Ça avait beaucoup fait rire Riza, moi, beaucoup moins, parce que je suis sûr que Riza n'a pas forcément compris les mêmes sous-entendus que moi.

- Oh arrête, Tout le monde adore Riza dans la famille ! Ajoute-t-elle en reportant son regard souriant sur Riza. Vous avez fait bon voyage !? Renchérit-elle en entraînant Riza dans la fraîcheur de la maison.

Pas même un câlin de bienvenu pour moi ? Charmant... Et c'est censé être ma sœur préférée ? Je vais devoir remettre ça en considération...

- Ça va, mais il fait très chaud aujourd'hui ! Répond Riza tout en se laissant entraîner à l'intérieur tandis que je m'occupe de nos bagages.

Je les pose dans l'entrée et je suis les filles jusqu'à la cuisine où Vanessa nous sort des rafraîchissements qui ne sont pas de refus. Je meurs de soif et je suppose qu'il en va de même pour Riza.

- C'est un temps idéal pour aller à la piscine ! S'extasie Vanessa en sautillant d'excitation.

Elle est déjà opérationnelle pour la piscine à en croire le maillot de bain noué autour de son cou qui ressort de sa robe.

Je ne peux qu'être en accord avec sa réflexion, je transpire tellement que la fraîcheur de la piscine me fait envie.

- Tu vas voir, tu vas l'adorer ! Ajoute-elle à l'intention de Riza en lui tendant un verre de limonade maison.

Il est vrai que Riza était venue ici à noël et au mariage d'Alice et la météo ne permettait donc pas la baignade à ces périodes-là. Aujourd'hui, le temps est parfait pour !

- Carrément partant pour faire un plongeon dans la piscine ! Je rétorque en m'emparant également d'un verre de limonade.

Après tout, si je voulais passer l'été ici avec Riza, c'est avant tout pour la piscine ! Parce que passer tout l'été avec mes parents et mes sœurs, ce n'est pas vraiment des vacances en amoureux ! Mais bon, chaque chose en son temps ! L'été prochain je compte bien l'emmener en voyage, juste elle et moi pour nous deux ans. Pour nos un an, je trouvais ça sympa d'enfin la présenter officiellement à mes parents.

- Oh oui ! Minaude Vanessa avec un grand sourire. Tu as ce qu'il faut Riza ? Sinon on peut t'en prêtait un.

- Ne t'en fait pas, j'ai tout prévu ! Annonce-t-elle en souriant.

Et heureusement, car je ne veux pas voir Riza avec le maillot de bain d'une de mes sœurs sur le dos. J'espère plutôt qu'elle remettra le même maillot qu'elle avait chez Léo l'été dernier. Il m'avait beaucoup plu mais à ce moment-là, nous étions ensemble que depuis quelques jours et je n'avais pas pu en profiter comme je l'aurais souhaité... Aujourd'hui, je sais que les choses seront totalement différentes.

- Tant mieux ! Profitons-en avant que Madeline décide de débarquer avec cette p***sse de Clary sur les talons, chantonna Vanessa avec toujours le même enthousiasme et sans le moindre remord pour l'insulte gratuite qu'elle venait de balancer aux oreilles de Riza.

L'insulte en question fit s'ouvrir en grand les yeux de Riza. Son expression m'impressionne tellement que je dois me retenir de rire. Elle semble choquée par la manière qu'à Vanessa de décrire "l'amie" de notre sœur. Il est vrai que, chose rare dans cette maison, Riza n'a encore jamais vu, ni entendu parler de Clary ! Moi, je trouvais que ce sobriquet lui va comme un gant ! Cette fille m'insupporte au plus au point et pourtant, quelque chose me dit que je ne suis pas encore arrivé au paroxysme de ma haine pour elle !

- Quoi !? Rétorque Vanessa en fronçant les sourcils en voyant l'expression de Riza. Ne me regarde pas comme ça ! Renchérit-elle avec effroi. Tu vas très vite la détester ! Annonce-t-elle avec assurance.

Ce fut au tour de Riza de froncer les sourcils et l'ouverture de sa bouche s'agrandit un peu plus, choquée par cette remarque.

- Pourquoi je la détesterais ? Demande-t-elle, un peu perdue.

Riza est son côté altruiste ! Mais comment lui en vouloir ? Quand on savait qu'elle ne détestait même pas Colin à sa juste valeur... Pourquoi le ferait-elle avec Clary ?

- Parce qu'elle te hait, répond Vanessa avec évidence en haussant les épaules.

Déjà !? Pourquoi je fais l'étonner !? Je suis sûr que Madeline a couru voir cette pimbêche blonde dès qu'elle a appris que Riza était ma copine... Depuis, elle doit certainement vouer un culte de haine à son encontre... Et elle doit sans doute savoir également, par Madeline aussi, qu'on est à la maison pour les prochaines semaines... Ça m'étonne qu'elle ne soit pas venue dès notre arrivée pour nous accueillir ! M'enfin, vais-je m'en plaindre ? Moins je la vois, mieux je me porte.

- Bon, ce n'est pas tout ça, mais la piscine nous attend ! Renchérit-elle avec un immense sourire en s'étirant puis en passant sa robe par-dessus ses épaules pour se retrouver en maillot. Dépêchez-vous d'aller vous changer !

Elle s'apprêtait à se rendre dans le jardin quand Riza l'interrompit.

- Pourquoi elle me hait ? Poursuit-elle, toujours avec incompréhension. Je ne la connais même pas ! Énonce-t-elle en agitant les bras.

Son regard passe de Vanessa à moi, plusieurs fois. Elle essaye de comprendre qu'est-ce qu'on peut bien lui cacher au sujet de cette fille. Son regard se fait insistant et lourd de sens à mon encontre. Je peux presque lire dans son regard qu'elle pense que Clary est mon ex... Oh. Mon. Dieu ! Clary... Mon ex !? Jamais de la vie !

- Non Clary n'est pas mon ex ! Je grimace avec dégout pour lui retirer très vite cette idée de sa tête.

Je ne veux surtout pas qu'elle va s'imaginer des trucs qui me ferait vomir et qui la rendrait malade elle aussi. Ça ferait trop plaisir à Clary et j'ai envie de tout, sauf de lui faire plaisir !

Derrière moi, Vanessa se met à rire, elle aussi a dû comprendre ce que Riza pensait.

- Oh arrête, elle kifferait plus que tout être ton ex ! Rit elle en se foutait littéralement de ma poire.

Elle sait très bien à quel point cette blonde m'exaspère et adore me charrier à ce sujet. D'ailleurs par moment, quand ses vannes se faisaient les plus pourris, elle sous-entendait que mon "Crush" était Clary et que j'avais trop honte de l'avouer et que c'était la raison pour laquelle je le cachais. Dans ces moments-là, j'avais envie de l'étrangler. Clary et moi ? Ça n'arriverait jamais ! Même si je n'avais pas Riza dans ma vie, je serais sorti avec n'importe qui, tant que ce n'était pas elle !

- Je ne crois pas qu'elle kifferait être mon ex ! Je rétorque avec un petit sourire en coin et un regard assassin pour ce qu'elle a osé formuler.

Mon regard ne fait qu'accentuer son fou rire naissant. Entre nous, Riza semble complètement perdue, ne comprenant rien à notre joute verbale.

- T'as raison, se reprend-elle avec sérieux. Pardonne-moi ! Je me suis trompée. Rectification. Enchaîne-t-elle en levant son index devant son visage. Elle voudrait être à la place de Riza, ajoute-elle en pointant du doigt ma copine. Et que Riza soit TON ex ! Pouffe-t-elle ensuite en me pointant du doigt.

Je grogne et j'ai envie d'insulter ma sœur, mais Riza me devance.

- Pourquoi !? Demanda-t-elle à Vanessa, d'une voix incertaine.

Merde, le fait que Vanessa balance ça avec autant de naturelle avait fait perdre sa confiance en soit à Riza... Parce qu'elle est plus jeune que moi, elle se sent toujours plus vulnérable et a toujours peur que son innocence ne me lasse et que je cherche plus d'aventure... Elle ne réalise pas toujours que c'est elle mon aventure la plus folle parce qu'elle ne se rend pas compte de tout ce qu'elle m'apporte. Je ne veux pas qu'elle se sente rabaissée par l'image de Clary. Peut-être qu'elle est plus âgée qu'elle et qu'elle a plus d'expérience dans la vie, mais Riza est beaucoup plus sage et intéressante que cette mégère. Clary est fausse, de A à Z, alors que Riza est si vraie !

- Parce qu'elle a toujours considéré Roy comme lui appartenant ! Répond Vanessa en haussant les épaules tout en grimaçant.

Cette idée dégoute autant ma sœur que moi. C'est rassurant de l'avoir de mon côté sur ce point. Je me demande comment maman va l'apprécier maintenant qu'elle sait que je sors avec Riza d'ailleurs !? Avant, Clary la caressait dans le sens du poil... Ma mère l'adorait ! Mais elle adore tout autant Riza et est très heureuse de savoir qu'elle est ma petite amie... Comment réagira Clary ? Enfin... Je suppose que j'aurais toutes les réponses à ces questions au cours de nos vacances ici ?

- L'espoir fait vivre ! Je marmonne en levant les yeux au ciel.

Mais je me reprends très vite et m'approche de Riza pour l'enlacer, tout autant pour la rassurer que parce que j'en ai réellement envie. Je dépose un léger baiser sur sa nuque avant d'ajouter.

- J'appartiens à Riza et à personne d'autre, je susurre contre sa nuque.

Dans mes bras, Riza frissonne. Au moins, mes paroles ont eu l'effet escompté.

- Oh Mon Dieu !

Intrigué par l'alerte du son de la voix de ma sœur, je relève la tête vers elle pour voir ce qui lui arrive. Elle me regarde effarée, avec une main devant la bouche. C'est vrai... C'est la première fois qu'elle me voit avoir une telle délicatesse avec Riza. Pour moi et Riza, c'est devenu banal, mais pour elle, c'est nouveau. Ça lui a fait un choc ! Si elle réagit comme ça, comment notre mère réagira-t-elle ?

- Quoi ! Je balance avec un regard espiègle, lui faisant comprendre qu'elle devrait s'habituer à ce genre de geste de ma part.

Son sourire se fait malicieux et sans lui laisser le temps de répondre, j'entraîne Riza avec moi dans le couloir en ajoutant.

- On va se changer, on te rejoint dans la piscine.

Ma sœur ne répond pas tout de suite, je l'entends marmonner un "trop mignon" avant de balancer plus fort.

- N'en profitez pas pour faire des bêtises ! Nous nargue-t-elle avant de s'enfuir en riant vers l'extérieur de la maison, en direction du jardin.

- Je ne te promets rien ! J'hurle à mon tour, pour qu'elle m'entende, tandis que Riza devient toute rouge que j'ose insinuer une telle chose de vive voix à travers la maison.

C'est bien parce que ma mère n'est pas là que je fais une telle chose ! Je ne suis pas fou non plus.

POV Riza

L'arrivée chez les parents de Roy a été très bizarre... La première fois, j'étais intimidée de rencontrer sa famille, mais pas trop non plus car je n'avais été présenté que comme la fille de mon père, meilleur ami d'enfance de leur père. La seconde fois, pareille, les présentations déjà faites, ça c'était mieux passé. Et puis, toute l'attention était sur le mariage d'Alice et de Jonathan. Mais aujourd'hui, je revenais pour la troisième fois dans cette famille pour être officiellement présentée comme la petite amie de l'unique fils de la famille... Malgré les remarques qui se voulaient réconfortante de Roy, je ne pouvais m'empêcher d'appréhender ce moment... Comment je serais acceptée dans cette famille maintenant que mon statut avait changé !?

La réaction de Vanessa m'avait surprise. Jusqu'à présent, on avait parlé sans plus... Le fait que je sois plus jeune, avait créé une espèce de gêne qui l'empêchait de parler si ouvertement avec moi... La seule que mon âge n'avait jamais dérangé, c'était Alice. Elle m'avait tout de suite accepté comme si on avait le même âge. Comment ça se passerait avec le reste de la famille ? La mère de Roy m'adorait et apparemment, elle avait été très heureuse d'apprendre que j'étais la petite amie de son fils. Son comportement changerait-il ? Je l'appréciais beaucoup aussi et je pouvais me confier à elle sur des sujets que j'aurais aimé aborder avec ma propre mère. Je ne voulais pas perdre ce morceau-là de notre complicité.

Ses autres sœurs réagiraient-elles toutes comme Vanessa ? Enfin, seuls Vanessa et Madeline vivaient encore dans cette maison, je ne ferais que croiser les autres... Comment se passerait la cohabitation avec Madeline ? Je ne me souviens pas avoir parlé une seule fois avec elle, hormis pour se dire bonjour et au revoir.

- T'attends pas à devenir amie avec Madeline ! Me rétorque Vanessa en levant les yeux au ciel, quand je fis la remarque sur le bord de la piscine, les pieds dans l'eau, tandis que Roy était parti nous chercher des boissons fraîches.

Ça fait déjà une heure qu'on y est, la piscine est tellement agréable que je pourrais y passer ma journée. On s'est beaucoup amusé tous les trois dans l'eau. C'est revigorant. Vanessa semble désormais beaucoup m'apprécier et je sens que c'est sincère. Elle ne fait pas simplement ça pour faire des efforts. Elle m'a elle-même confié qu'elle ne comprenait pas pourquoi elle n'avait jamais osé m'aborder comme Alice l'avait fait, les deux fois où j'étais venu ici. Comme je l'avais pensé, elle m'a dit que c'était sans doute à cause du fait qu'on ait cinq ans d'écart et que j'étais encore au lycée.

- Si jusqu'à présent elle te tolérait sans plus, enchaîne-t-elle, toujours en parlant de Madeline. Maintenant elle te déteste ! Appui-t-elle avec un regard entendu, mais grimaçant, comme désolée pour moi.

Je ne peux m'empêcher de froncer les sourcils, le regard fixé sur l'eau de la piscine, observant le battement que j'effectue avec mes jambes, provoquant des petites vagues à la surface.

- Pourquoi ? Je ne peux m'empêcher de demander.

Madeline, comme je l'ai dit, c'est la sœur de Roy avec laquelle je n'ai absolument jamais parlé. Elle m'a toujours ignoré et comme j'étais intimidé et qu'elle avait sept ans de plus que moi, je me disais simplement qu'elle me prenait pour une gamine et je n'ai jamais insisté. Après tout, elle ignorait autant son propre frère... Roy m'a même confié que c'était sa sœur avec laquelle il était le moins proche. Du coup, je ne m'en suis pas formalisé.

Mais pourquoi me détesterait-elle parce que je sors avec son frère ? Ne pouvait-elle pas simplement être heureuse pour lui à défaut de l'être pour moi ? Après tout, ce n'était pas comme si nous étions proche toutes les deux.

- Parce que c'est le toutou de Clary... Me balance Vanessa en haussant les épaules avant de faire une tête dans la piscine, m'éclaboussant au passage.

Je ne m'en formalise même pas, d'un, parce que la projection de l'eau est rafraîchissante, et de deux, parce que je suis sidérée par la manière dont elle parle aussi vulgairement de sa sœur.

- Le "toutou" de Clary ? Je balbutie sans comprendre, une fois que Vanessa a émergé à la surface.

Elle nage jusqu'à moi et s'appuie sur le bord de la piscine. Je me laisse glisser dans l'eau fraîche pour la rejoindre et m'installer à côté d'elle.

- Ouais, répond-elle alors en soupirant. Tu sais Madeline est très superficielle ! Me raconte-elle alors. Clary a été la fille la plus populaire du lycée... Tout le monde l'adorait, et la côtoyer, c'était s'accorder une place de privilégié dans la popularité du lycée ! Du coup, tu comprendras que Madeline avait envie de faire partie du cercle d'amis de cette garce ! Ajoute-t-elle en me lançant un nouveau regard entendu.

J'acquiesçai d'un signe de tête. Je n'avais jamais compris ce qu'était l'intérêt de vouloir être populaire... Mais bon, je comprenais ce que disait Vanessa et je ne voulais pas forcément donner mon avis sur la question.

- Bref... Clary l'a toujours royalement ignoré ! Elle trouvait Madeline trop laide et trop moche... Elle la tolérait simplement parce que notre famille a de l'argent !

Riza grimaça... Elle trouvait cela ignoble de choisir ses amis uniquement en fonction de leur beauté physique et de la situation familiale de leur famille.

- Oh oui ! Me répond Vanessa en réponse à ma grimace. Je suis bien d'accord avec toi, c'est pitoyable !

- Mais du coup, comment sont-elles devenues amies ? Je rétorque, curieuse de savoir la suite.

Je n'ai jamais été sujette à vouloir connaître les potins, mais là, en l'occurrence, je risquais très prochainement de rencontrer cette Clary et j'allais vivre quotidiennement avec Madeline les prochaines semaines. Autant que je sois à la page sur leur histoire, histoire de ne pas faire de gaffe.

- Oh ! Mais elles ne sont pas amies ! Clary est comme qui dirait, leur "chef de gang" et Madeline fait partie de ses "sous-fifres", annonça-t-elle en mimant les guillemets.

- Oh... Je m'exclame encore plus surprise. Mais du coup, comment Madeline est entrée dans le "clan", j'insiste à mon tour en mimant les guillemets.

- Par Roy pardi ! S'exclame Vanessa comme si c'était évident.

Je la regarde sans comprendre. J'ai bien compris qu'il se passait quelque chose entre Clary et Roy et que Madeline en était l'intermédiaire, mais je ne comprenais pas quoi... Pour Roy, il n'y avait absolument rien, mais pour Clary, ça semblait être tout l'inverse !

- Explique ! Je renchéris, bien décidé à tout savoir, même si je risque de ne pas forcément apprécier ce que je vais entendre.

Vanessa ricane, sûrement parce qu'elle voit à quel point je porte beaucoup plus d'intérêt à la conversation depuis que Roy a été inséré dans la discussion.

- Quand elles sont entrées en terminale, Roy est arrivé au lycée. Clary est complètement tombée raide dingue de lui ! Je le sais, parce que moi j'étais en première ! M'explique-t-elle avec un petit clin d'œil rieur. Quand elle a voulu l'aborder, Roy la royalement ignoré. À ce moment-là, il commençait déjà un peu à suivre les traces d'Alice et à devenir un coureur de jupon, mais pourtant Clary ne l'avait jamais intéressé ! Tu comprendras que cette dernière ne l'a jamais toléré !

J'hoche la tête. En effet, je pouvais comprendre que ça pouvait être frustrant. Je me demande vraiment à quoi ressemble Clary n'empêche... Si elle était la fille la plus populaire du lycée, elle devait tout de même être très jolie.

- C'est quoi le rapport avec Madeline ? Je demande pour changer de sujet.

Parce que dans ma tête, j'ai des images de Roy et d'une Clary imaginaire et ça me donne la boule au ventre malgré moi. J'ai juste hâte de voir réapparaître mon copain avec nos boissons pour me blottir dans ses bras. J'ai soudainement besoin de me sentir rassuré par sa présence.

- Et bien, Clary voulait absolument faire partie de la vie de Roy et elle s'est rendue compte qu'en côtoyant Madeline, elle pourrait côtoyer Roy en dehors du lycée ! Grimace Vanessa en levant les yeux au ciel.

Je pense qu'elle doit certainement se remémorer les passages en question.

- En étant "amie" avec sa sœur, dit-elle en mimant les guillemets, sous-entendant bien qu'elle n'avait pas la même définition du terme ami que le dictionnaire. Elle s'est dit qu'elle pourrait plus facilement s'incruster chez lui ! Et c'est ce qu'elle fait depuis ce temps !

Elle pousse un profond soupire. Ça n'avait pas dû être évident de côtoyer cette fille dans cette maison pendant tout ce temps.

- D'accord, mais pourquoi Madeline me déteste autant !? J'ajoute.

Parce que si je comprends ce que Vanessa m'explique, je ne comprends pas c'est quoi le rapport avec la haine qu'éprouverait Madeline à mon sujet...

- Parce que Clary te déteste et qu'elle obéit à Clary ! Me rétorque Vanessa avec évidence. Si Roy n'est plus libre, elle n'aura plus aucune chance avec lui et pourrait décider de dégager Madeline de son cercle intime !

En effet, dit comme ça, je comprenais mieux. Madeline ne m'appréciera pas, parce que je risquais de détruire cette "popularité" qu'elle avait acquise auprès de cette Clary... Mais n'était-ce pas triste de vivre dans l'ombre de Clary justement !?

- Pourquoi traîne-t-elle avec une fille pareille !? Je m'exclame en levant les yeux au ciel.

Comment peut-on se rabaisser à... Ça !?

- Je te l'ai dit, pour la popularité ! Madeline est très superficielle ! Renchérit Vanessa. Oh mon Dieu, pas déjà ! Ajoute-elle avec effroi.

Je fronce les sourcils et l'observe, pour savoir pourquoi elle vient de crier ça. Son regard est fixé vers la maison et je le suis pour voir ce qui l'a mise dans cet été. Là, j'y aperçois mon copain qui s'approche de nous avec une fille blonde que je ne connais pas, qui se trémousse à son bras. Je sens mon cœur se briser en mille morceaux à cette vue et une rage que je ne connaissais pas m'envahir. C'est qui celle-là !? Pourquoi elle s'accroche au bras de Roy comme une sangsue, collant sa poitrine plus que généreuse contre son bras.

- Je vais la tuer cette pé**** ! Grogne la voix de Vanessa à côté de moi.

Je ne sais pas si elle parle de sa sœur ou de la fille qui accompagne Roy et que je comprends être Clary...

To be continued...


Hello tout le monde !

C'est le retour des coupures sadiques hihi.

Avec ce chapitre, on amorce la dernière ligne droite de l'histoire ! En effet, les vacances chez les parents de Roy annoncent la fin ! Car la fin des vacances, signera la fin de l'histoire ! Comme je vous l'ai dit, je l'arrêterais à la fin de l'été. Bien entendu, il y aura un épilogue ! Mais je ne vous dirais rien sur ce dernier !

J'espère que ce chapitre vous plait ! Il ne se passe pas encore grand-chose, mais on y aborde plus ou moins tout ce qu'il se passera dans les derniers chapitres ! La rencontre entre Clary et Riza, comment la famille de Roy accueillera Riza en tant que "belle-fille/sœur", le passage où leurs amis les rejoindront, le gage de Roy, etc. Bref, ça promet beaucoup de rigolade ! Je vais poster le prochain chapitre le deux juillet ! (Certains d'entre vous, savent pourquoi je le posterais ce jour-là en particulier, les autres, je vous laisse deviner *émoji qui tire la langue* !)

Je vous souhaite une belle journée ensoleillée et je vous dit à très vite !

Des bisous.

Sei.

PS : Merci à Musing-and-Music, LénaFMA, Luciole et Todorotwix pour vos commentaires à chaque fois que je publie un chapitre *émoji cœur*, *émoji qui sourit de toutes ses dents*.