Salut tout le monde !

J'ai commencé à écrire cette fic il y a presque un an (merci le confinement qui m'a permis de me remettre à l'écriture après une très, très longue pause) mais après, j'ai été happée par un autre fandom qui m'a pris beaucoup de temps et d'énergie. Récemment, j'ai quand même eu envie de reprendre cette fic parce que c'est mon ship préféré dans Kuroko no Basuke (bon, à égalité avec le Aomine / Kuroko quand même peut-être). J'ai changé et ajouté beaucoup de choses par rapport à cette première version mais par contre, oui, ce n'est pas une erreur, James Harden y joue encore à Houston.

Et puis parce que, comme me le rappelait utilement ma sœur, écrire des fics c'est aussi un plaisir coupable, j'ai décidé d'assumer totalement le côté drame sentimental dans cette fic ce qui fait qu'il va y avoir tout plein d'AVERTISSEMENTS notamment :

- beaucoup d'homophobie, souvent internalisée

- beaucoup de violence et de souffrance psychologiques

- de l'infidélité émotionnelle

- de la consommation excessive d'alcool

- quelques scènes de sexe (dont certaines nécessiteront peut-être que je poste une version non censurée sur AO3 pour ceux que ça intéresse)

- et même une courte scène (non sexuelle hein) où il est question de vomi.

Voilà si cela ne vous a pas fait partir en courant, je vous souhaite une bonne lecture !

Il devrait y avoir une quinzaine de chapitres (plus ce prologue et un épilogue) et je pense en publier deux par semaine.

Merci à ma super bêtalectrice de sœur ! Je ne sais vraiment pas si je pourrais trouver le courage de publier ce que j'écris sans elle !


Ce qui te rend heureux

PROLOGUE

Tous les spectateurs avaient quitté la salle depuis longtemps. Les joueurs avaient pris leur douche et s'étaient changés. L'excitation de la victoire était passée. Il ne restait plus qu'une joie douce et un bonheur intense mais calme, des rires discrets.

Une fois rhabillé, Hyuuga eut la sensation qu'il manquait pourtant quelque chose d'essentiel pour apaiser et combler totalement son cœur. Il regarda autour de lui.

- Vous savez où est Kiyoshi ?

Personne ne lui répondit. Tous haussèrent les épaules pour exprimer leur ignorance. Cela ne lui ressemblait pas de faire bande à part pourtant. Seul Kuroko s'approcha discrètement de Hyuuga et finit par lui dire à voix basse :

- Je crois qu'il est toujours sur le terrain.

- Merci, je vais aller voir.

- Je crève de faim ! s'exclama Kagami.

Hyuuga reprit à l'adresse du groupe :

- Partez au restau devant. On vous rattrapera.

Riko acquiesça d'un mouvement de tête entendu puis motiva ses troupes :

- Allez les gras, allons fêter dignement votre victoire.

- Notre victoire, dit Kuroko en la regardant avec un sourire.

Riko rosit de plaisir.

- Oui tu as raison, notre victoire ! s'écria-t-elle en levant le poing joyeusement tout en passant son bras autour du cou de Kuroko, l'entraînant avec elle vers la sortie.

Tous quittèrent les vestiaires et Hyuuga parcourut le couloir désormais éteint qui menait jusqu'à la salle principale. Il croisa quelques officiels qu'il salua poliment avant de pénétrer sur le terrain.

Il repéra tout de suite la silhouette massive de Kiyoshi, assis sur un banc, la tête basse. Plus loin, le personnel d'entretien finissait de ramasser les derniers confettis qui jonchaient encore le sol.

- Kiyoshi, les autres sont déjà partis au restau, lança-t-il avec le plus douceur dont il était capable.

- Oui, pardon de vous faire attendre. Je me suis assis là pour profiter une dernière fois de ces lieux et je crois que je n'ai pas vu le temps passer, dit-il en se frottant la tête d'un air gêné tout en souriant avec cette chaleur qui n'appartenait qu'à lui.

Hyuuga se plaça debout devant lui et ne sut quoi faire. Il ne pouvait qu'imaginer ce que Kiyoshi ressentait à ce moment-là et il lui semblait que tout ce qu'il pourrait lui dire semblerait artificiel et convenu.

Kiyoshi baissa de nouveau la tête et dit en riant :

- C'est trop bête hein mais je n'arrive pas à enlever ce maillot parce que je sais que c'est la dernière fois que je le porte. Il me semble qu'en l'ôtant, je vais faire une croix non seulement sur le basket mais surtout sur notre club, tous les autres, Riko... et toi...

Hyuuga vit que malgré le sourire qu'il conservait, des larmes coulaient avec lenteur sur ses joues. Il se sentait à la fois embarrassé de la situation et profondément bouleversé lui aussi. Le basket sans Kiyoshi n'aurait jamais plus la même saveur.

Il interrompit ce silence lourd et opaque :

- Arrête d'être aussi sentimental. C'est gênant. Et puis tu sais très bien que tu seras toujours important pour Seirin... et pour moi.

En disant cela, il esquissa un geste hésitant en direction de Kiyoshi et finit par poser sa main doucement sur sa tête. Il sentit le lourd frisson qui secoua le crâne de Kiyoshi remonter dans son bras, faisant tressauter légèrement son épaule tout en irradiant dans sa poitrine.

Kiyoshi leva ses yeux humides vers lui et les essuya du revers de son avant-bras :

- Tu as raison, capitaine... Hyuuga...

Jamais Kiyoshi n'avait prononcé son nom de cette façon là, en appuyant chaque syllabe comme s'il voulait les garder le plus longtemps possible dans sa bouche. Hyuuga retira prestement sa main en rougissant. Il s'éloigna un peu, se retournant à demi pour se mettre hors de portée du regard de Kiyoshi, de son corps.

- Allez à la douche maintenant, les autres nous attendent ! dit-il en se dirigeant vers le couloir.

Kiyoshi se leva pour le suivre. Hyuuga entendit pourtant ses pas ralentir au moment de franchir la porte et en jetant un coup d'œil derrière lui, il vit Kiyoshi se tourner pour contempler la salle une dernière fois. Il eut la sensation que leurs cœurs se serraient à l'unisson.