Le lendemain, Astre se prépara à aller faire les courses avec les Weasley. Il était tellement excité que les placards et les tiroirs de la chambre des jumeaux claquaient sans cesse comme imprégnés de l'enthousiasme du jeune sorcier. Ciel tenta de se rendormir malgré le vacarme mais le bruit provoqué par son frère était bien trop envahissant. Il s'énerva et se tourna vers son frère qui finissait de lacer ses chaussures.

_Arrête donc de faire claquer ces fichus portes ! C'est insupportable Astre !

Le jeune garçon se tourna vers son frère et toute les meubles de la chambre s'immobilisèrent.

_Désolé, j'ai dû mal à me contrôler Ciel ! J'ai tellement hâte d'aller dans le monde magique !

Ciel se retourna dans son lit et enfouie sa tête dans son oreiller.

_Tu cachais pourtant bien tes pouvoirs avant ça… On vit ensemble depuis dix ans et tu ne m'as jamais rien dit…

Astre se sentit soudainement coupable et mal à l'aise.

_Je suis désolé Ciel… Je… J'avais peur… J'avais l'impression d'être un monstre…

Ciel soupira et tira sur la couverture. Il n'acceptait toujours pas que son frère ait des pouvoirs magiques et qu'il soit différent des autres. Et il acceptait encore moins que son frère aille dans une école différente de la sienne. Il ne voulait pas être séparé de son petit frère adoré, celui qui avait tant besoin de son grand frère, qui l'admirait tant. Ce petit garçon malade qu'il fallait protéger, Ciel voulait être le seul à veiller sur lui. C'était extrêmement frustrant, mais il se doutait qu'avec la timidité de son frère, il serait difficile pour lui de se faire des amis. Il n'avait pas vraiment de raison de s'inquiéter, son frère continuerait de le considérer comme son meilleur ami.

_Peu importe… dit-il finalement, je vais me rendormir… Passe une bonne journée Astre…

Et avec un bâillement il ferma les yeux.

Astre le regarda tristement. Il se sentait coupable de n'avoir rien dit, mais il voyait bien que son frère voyait les sorciers d'un très mauvais œil. Les trois sorciers qu'ils avaient rencontrés n'étaient pas comme les nobles que son père fréquentait d'habitude, et Ron n'avait ni les manières ni la mentalité des enfants de leur classe sociale. C'est pour ça qu'Astre appréciait Ron et sans doute pour ça que Ciel le méprisait.

Le jeune sorcier termina de lacer ses chaussures et se rendit dans la salle à manger pour prendre le petit déjeuner.

Vers une heure de l'après-midi, M. Weasley sonna à la porte. Il portait un costume plus simple que la dernière fois, rapiécé par endroit, mais propre sur lui. Astre était prêt à partir. Il avait sa bourse avec l'équivalent d'un petit millier de livres en monnaie sorcier à l'intérieur ainsi que son inhalateur. Il salua ses parents mais Ciel était introuvable. Il quitta alors le manoir familial et monta dans la voiture du sorcier. Astre constata qu'ils étaient seul dans la voiture, il n'y avait pas Ron ou un quelconque autre membre de sa famille.

_Ron n'est pas là ? demanda le petit sorcier

M. Weasley lui répondit gentiment en allumant le moteur.

_Non, il nous attend à la maison avec ses frères. On est trop nombreux pour rentrer dans cette automobile. Nous allons aller là-bas puis nous irons au chemin de Traverse tous ensemble.

Astre acquiesça et M. Weasley parvint enfin à démarrer le moteur.

_Ah voilà…

Ils roulèrent sur quelques mètres puis la voiture décolla.

Astre regarda par la fenêtre, émerveillé.

_Je ne savais pas qu'il existait des voitures volantes ! C'est extraordinaire !

_Il n'y en a pas beaucoup, confia M. Weasley, on se déplace plutôt en balai, en transplanant ou par le réseau de cheminée. Mais je me suis dit que ce serait plus agréable pour toi si nous prenions la voiture. Elle appartient à un ami qui me l'a gentiment prêté mais j'aime bien ces engins, je pense économiser pour m'en acheter une prochainement !

_Les sorciers se déplacent par les cheminées ?! demanda Astre

M. Weasley sourit et hocha la tête.

_Oui, tu verras, c'est comme ça que nous nous rendrons au chemin de Traverse !

Astre avait des étoiles plein les yeux. Regarder Londres depuis les nuages était un spectacle fascinant. Il aurait aimé que son frère soit avec lui pour voir ça.

_Les gens ne nous voient pas ? demanda le jeune garçon qui constatait qu'ils volaient quand même assez bas.

_Non j'ai activé le filtre anti-moldu ! On est invisible à leurs yeux !

_Seulement aux yeux des moldus ?

M. Weasley hocha la tête.

_Oui, ça ne marche pas sur les sorciers.

Astre resta pensif. Si c'était possible de se rendre invisible aux yeux des gens sans pouvoir, il pourrait battre son frère à plat de couture la prochaine fois qu'ils joueraient à cache-cache. Même s'il risquait d'accuser Astre de tricher, ça pourrait être amusant.

Ils ne tardèrent pas à arriver à une grande maison en pierre, perdu au milieu d'un champs. La maison semblait très bancale et n'avait l'air de tenir uniquement grâce à la magie. Quatre ou cinq cheminées se dressaient sur le toit rouge et un écriteau tordu portait le nom de « TERRIER ». Même de loin, la maison semblait vivante. Astre s'amusa à discerner tous les détails de cette étrange bâtisse qui ressemblait plus à une peinture de Salvador Dali qu'à une véritable maison. Il y avait des tas d'objets mouvants un peu partout et Astre restait émerveillé devant chacun d'entre eux.

Ils se posèrent et une femme à la chevelure rousse et épaisse vint les accueillir. « C'est sans doute la mère de Ron et ses frères » pensa Astre.

_Arthur ! tu en as mis du temps ! tonna la rousse les mains sur les hanches, Les enfants ! Votre père est rentré ! Préparez-vous à partir ! cria-t-elle en direction de la maison

M. Weasley sortit de la voiture et Astre fit de même. Le sorcier présenta le garçon à sa femme.

_Molly, voici Astre, le garçon dont je t'ai parlé.

Astre se sentit minuscule face à cette grande dame et avait très envie de courir se réfugier dans la voiture. Mais il prit son courage à deux mains et salua comme on le lui avait appris.

_J-Je suis enchanté madame Weasley ! Je m'appelle Astre de Phantomhive r-ravi de faire votre connaissance !

Il s'attendait à voir le courroux de cette grande dame s'abattre sur lui, mais à la place elle l'accueillit avec un large sourire et le prit dans ses bras, l'écrasant contre son opulente poitrine.

_C'est donc toi le nouvel ami de Ron ! Je suis heureuse que mon fils parlent enfin à d'autres enfants de son âge !

Elle l'écarta le tenant toujours par les épaules.

_Mais bon Dieu, viens-tu réellement d'une famille aisée ? Tu es encore plus petit et maigrelet que ma Ginny ! Il faudrait te remplumer mon garçon ! à moins que tu aies menti sur ton âge ?

Astre ne savait plus où se mettre et son visage prit la même teinte que les tomates qui poussaient dans le jardin. Ce n'est pas la première fois qu'on lui disait qu'il était petit ou maigre pour son âge mais il n'aimait pas parler de son apparence, et ne voulait surtout pas être comparé à une fille.

_J-Je… heu…

_Molly, laisse ce garçon respirer, dit soudainement M. Weasley avec un grand sourire, Le pauvre ne sait même pas où il se trouve !

La grande dame se tourna vers son mari.

_Oh je ne faisais que le saluer, d'ailleurs où sont les enfants ? demanda-t-elle avant de se tourner, ah vous êtes là, venez saluer notre invité !

Astre se tourna à son tour pour voir enfin la fratrie des Weasley. Il y avait quatre garçons et une fille. Ils avaient tous les cheveux d'un roux pétant et portaient presque tous de vieux vêtements raccommodés. Astre se sentait mal à l'aise dans sa chemise et son pantalon haut de couture et ses chaussures cirés. Un de ses boutons de manchette devait valoir plus cher encore que l'ensemble des habits de toute la fratrie. Astre reconnut rapidement Ron qui était le plus petit des garçons. Ensuite il y avait deux jumeaux qui étaient aussi identique qu'Astre et Ciel. C'était deux grands échalas avec des cheveux orange courts qu'Astre reconnut comme Fred et George. Ensuite il y avait un autre garçon qui semblait plus âgé. Si Astre se souvenait bien il s'agissait de Percy qui rentrait en cinquième année. Ou peut-être sixième ? Il n'était plus très sûr. Et enfin il y avait une petite fille, plus petite que Ron, mais légèrement plus grande qu'Astre. Elle avait de belles joues roses, les cheveux raides et de magnifiques taches de rousseur. C'était sans doute Ginny, la cadette.

Ron fut le premier à venir vers Astre avec un grand sourire.

_ça fait plaisir de te revoir ! c'est génial que tu viennes avec nous au chemin de Traverse !

Le garçon acquiesça avec enthousiasme avant que les jumeaux ne viennent l'observer comme une bête curieuse.

_Alors c'est toi le petit riche avec qui notre frère a fraternisé, dit le jumeau de gauche

_Tu as l'air de sortir tout droit d'un défilé de mode ! renchérit celui de droite, ou d'un catalogue de jouets à voir

_Est-ce que c'est vrai que tu as jumeau toi aussi ?

_Et qu'il est moldu ?

_ça doit être horrible d'être séparé ! T'imagine George si l'un n'avait pas de pouvoir ?

_M'en parle pas Fred ça doit être affreux ! Mais Ron n'a pas dit que son frère avait déjà une fiancée ? rit le jumeau de gauche

_Si tu veux, on peut te présenter Ginny ! Je suis sûr que Papa et Maman ne s'opposerait pas à un mariage !

_Hé ! fit la petite en rougissant, je ne suis pas à marier !

_ça suffit les gars ! fit Ron en tentant de refreiner ses frères

Astre gloussa doucement.

_ça va Ronald, répondit le garçon aux cheveux ardoises, non je ne viens pas d'un défilé de mode et encore moins d'un magasin de jouets ! J'ai juste l'habitude de m'habiller comme ça. Oui j'ai un frère qui est né quatre minutes avant moi et oui il n'a pas de pouvoirs. Et je suis désolé mais je n'ai pas l'intention de me marier dans l'immédiat même si je trouve que Ginny est très joli.

Les deux jumeaux restèrent sans voix devant le sourire angélique du petit garçon tandis que les joues de Ginny avait pris une teinte carmin alors qu'elle tentait de se cacher derrière son grand frère.

Mme. Weasley s'approcha des enfants, mettant fin aux salutations.

_Bien ! Allons-y sinon il risque d'y avoir du monde !

_Oui maman, répondirent en cœur les enfants

Mme. Weasley se tourna vers Astre.

_J'imagine que tu n'as jamais utilisé de la poudre de cheminette ?

Le garçon secoua la tête.

_Bien nous allons te montrer !

Toute la famille alla devant la cheminée de leur maison et Mme. Weasley expliqua à Astre comment se servir de la poudre.

_Tu prends une bonne poignée, puis tu la jette dans la cheminée en clamant l'endroit où tu veux te rendre. Ron montre lui.

Ron hocha la tête, il prit une poignée de poudre et la jeta dans la cheminée après avoir bien fort.

_CHEMIN DE TRAVERSE !

Des flammes vertes l'entourèrent, l'avalèrent et le firent disparaître dans la cheminée. Astre recula d'un pas. Il avait toujours eu très peur du feu.

_Ne t'inquiète pas, la rassura Mme. Weasley, ça ne fait absolument pas mal, ce sont des flammes magiques, tu ne crains rien, même si tu te trompes.

Astre ravala sa salive et hocha la tête et s'approchant de la poudre. Il respira un grand coup, prit une poignée et se plaça dans la cheminée. Il ferma les yeux et sentit le sang battre dans ses tempes alors qu'il prononçait les mots bien fort.

_Chemin de Traverse !

Il sentit une traction au niveau du nombril et se sentit tirer et aspirer comme une goutte d'eau dans une tuyauterie. Il finit sa course projeté hors d'une cheminée en plein milieu d'une rue commerçante. Astre toussa légèrement et se releva dans la douleur.

_ça va ? lui demanda Ron, c'est pas super agréable la première fois, pas vrai ?

Astre hocha la tête et vit le reste de la famille Weasley débouler par la cheminée avec bien plus d'aisance que le pauvre garçon.

_Tout le monde est là ? demanda Mme. Weasley

Elle fit rapidement l'appel puis continua.

_Bien, Fred et George allaient acheter vos fournitures comme d'habitude, Percy accompagne Ron et son ami chez Ollivander et faites le reste de vos achats, Ginny tu restes avec moi, il faut qu'on passe à la Banque.

Ils se séparèrent donc et Astre suivit Ron et son grand frère.

_Suivez-moi, fit Percy avec autorité, Ollivander n'est pas très loin.

Astre avait du mal à suivre le pas pressé de l'aîné Weasley alors que ses yeux étaient attirés par tant de choses étonnantes et distrayantes mais il se promit silencieusement qu'il supplierait Percy d'aller jeter un coup d'œil quand ils auront fini leurs achats de fournitures. Il entra finalement dans une petite boutique décrépie avec un grand panneau « OLLIVANDER » sur la devanture. Une petite clochette retentit, annonçant leur arriver au vendeur perdu dans ses rayons.

_Ah des clients !

Astre pensa immédiatement à la célèbre photo d'Albert Einstein en voyant le vieux vendeur avec ses cheveux blancs hirsutes. Le vieil homme s'approcha d'eux avec un grand sourire.

_Oh ! mais que vois-je ! des premières baguettes je présume ?

Percy hocha la tête.

_Exact. Ils rentrent tous les deux en première année.

Le vendeur examina les deux enfants avec beaucoup d'insistance ce qui mit très mal à l'aise les deux garçons.

_Toi, tu es un Weasley n'est-ce pas ? demanda le vendeur en pointant Ron

Le garçon hocha la tête un peu timide.

_O-Oui Monsieur.

_Hum, ça ne devrait pas être trop difficile… fit le vendeur en se tournant vers ses milliers de boites empilées dans un capharnaüm ordonné où seul le vieil homme pouvait s'y retrouver

Il prit une boite et en sortit une grande baguette.

_Tentons celle-ci…

Il la tendit à Ron avec délicatesse. Le petit rouquin prit la baguette et l'agita. Une lumière dorée illumina le garçon et il regarda le vendeur interloqué.

_ Frêne, crin de licorne, 30,48 centimètres, très fidèle ! Parfait pour un Weasley ! fit le vendeur enthousiaste, parfait ! vraiment parfait ! ça faisait longtemps que je n'avais pas réussi à trouver la bonne baguette du premier coup !

Le visage de Ron se fendit d'un grand sourire.

_J'ai une baguette ! C'est super Astre j'ai une baguette !

_C'est super Ronald ! lui répondit ce dernier

Le vendeur se tourna vers le petit noble et l'examina attentivement.

_Hum… Toi tu ne me dis rien… né moldu n'est-ce pas ?

Astre hocha la tête un peu intimidé.

_O-Oui monsieur.

_Hum… Voyons voir…

Le vendeur parcourut les rayons de baguette et en prit une au sommet d'une pile.

_Sorbier, crin de licorne 24,7 centimètres… tentons celle-ci.

Il tendit la baguette au garçon. Astre la regarda quelques instant, sentant le pouvoir qui se cachait à l'intérieur. Il l'agita d'un petit geste de la main et un bruit strident presque semblable au cri d'une mandragore retentit. Astre lâcha la baguette pour protéger ses oreilles comme les autres personnes dans la boutique. Le vendeur reprit la baguette alors que le son s'estompait.

_Non… non ce n'est pas ça…

Il prit une autre boite à l'autre bout de la boutique.

_Poirier, épine de monstre 29,3 centimètres… plutôt résistante. Essaie donc.

Astre prit la nouvelle baguette et refit un petit geste mais la seule chose qu'il accomplit fut de briser un carreaux.

_C'est mieux mais ce n'est toujours pas ça… commenta le vendeur

Astre testa une dizaine de baguettes supplémentaires avec des résultats plus ou moins aléatoire. Percy commençait à s'impatienter, Ron riait des ratés de son ami, et Astre commençait à se sentir découragé. Ollivander lui, adorait les clients compliqués et réfléchissait en tournant et virevoltant un peu partout dans sa boutique, parcourant ses baguettes avec passion.

_Celle-là devrait être la bonne !

Il tendit une nouvelle baguette au garçon. Elle était d'un brun pâle, très fine et élégante plutôt grande. Astre ne savait pas pourquoi mais il trouvait cette baguette plus belle que les autres, et c'était sans doute sa préférée pour l'instant. Il fit alors le geste et une myriade de petits oiseaux l'entourèrent avant de disparaitre dans l'air. Astre eut un grand sourire. C'était la bonne.

_Intéressant… fit le vieux vendeur, Saule, crin de Sombral 33,4 centimètres plutôt rigide. C'est la première fois que je vends une baguette avec du crin de sombral à un sorcier entrant en première année. Je suis sûr que tu iras loin avec cette baguette mon garçon.

Astre demanda en souriant avec une curiosité avide.

_Qu'est-ce c'est un sombral ? En quoi cela rend ma baguette spéciale ?

Le vendeur se gratta la tête et tenta d'expliquer au garçon.

_Les sombrals sont des chevaux ailés noirs visibles uniquement par ceux qui ont vu la mort en face. Les baguettes avec du crin de ces magnifiques chevaux choisissent les sorciers qui ont vaincu la mort.

Ron et Percy se tournèrent vers Astre avec étonnement. Comment ce garçon si chétif avait pu vaincre la mort ? Et quand et comment avait-il vaincu la mort ? Le visage du petit noble n'affichait plus aucune émotion. Il était vide comme si toute sa curiosité et sa passion s'étaient évaporées aux mots du vendeur.

Percy paya les baguettes et ils sortirent de la boutique.

_Tu me rembourseras à la fin de nos achats ne t'inquiète pas, fit Percy alors qu'Astre ouvrait sa bourse

_Tu as vraiment vaincu la mort ?! demanda Ron avec enthousiasme, c'était quand ? comment ? pourquoi ?

Astre semblait mal à l'aise.

_Je… Je n'ai rien fais de spécial… J'étais malade et tout le monde pensait que je ne parviendrais pas à m'en sortir, mais finalement j'ai fini par guérir…

_Oh…

Astre se souvenait que trop bien de cet hiver 1987. Il avait tout juste sept ans. Il avait voulu rejoindre Lizzie et Ciel dehors alors qu'ils jouaient dans la neige malgré les indications de sa mère et de Tanaka. Astre s'était perdu lors d'une partie de cache-cache et une tempête de neige avait éclatée alors qu'il était toujours dehors. Finalement Sebastian son chien et son père l'avait retrouvé plusieurs heures après, frigorifié et couvert de neige. Il était en train de faire une hypothermie et une crise d'asthme très sévère mais même une fois rentré et alité son état ne s'était pas amélioré. Sa crise s'était transformée en pneumonie et il était même tombé dans le coma. Il était resté au lit près d'un mois et demi et avait perdu beaucoup de poids. Même tante An pensait qu'il ne s'en sortirait pas. Astre se souvenait avoir vu un homme en costume au-dessus de son lit une nuit. Il ne distinguait pas grand-chose de son apparence en dehors d'une grande paire de lunettes. L'homme tenait un petit carnet dans sa main et l'avait observé sans rien dire. Astre se souvenait avoir lutté pour rester éveillé cette nuit-là, il avait tenu bon, jusqu'au lever du soleil. Une fois l'homme en costume parti il avait finalement pu fermer les yeux et dormir. Une semaine plus tard, il était de nouveau sur pied.

Percy haussa les épaules sortant le petit noble de sa transe.

_Ce n'est qu'une baguette… Astre il te faut une robe de sorcier allons chez Mme Guipure.

_Et moi ?! demanda Ron

_Celle de Charlie t'ira très bien à toi. On n'a pas l'argent pour acheter une robe…

Ron se mit à bouder et Astre le regarda avec compassion.

_Je… j'ai assez d'argent pour acheter deux.

Percy souleva un sourcil.

_Tu es sûr que tes parents n'y verront pas d'inconvénient ?

Le petit noble secoua la tête avec un large sourire.

_J'ai le droit de tout dépenser comme je le souhaite !

L'argent n'était pas un problème pour les Phantomhive, il savait que pour les fournitures scolaires de Weston, le budget aurait été deux ou trois fois supérieur et Astre aimait faire plaisir aux autres. Le grand rouquin soupira en souriant et se dirigea vers le magasin de prêt-à-sorcier.

_J'aurais aimé avoir un ami riche à mon entrée à Poudlard moi aussi…

Les deux enfants suivirent Percy dans les rues commerçantes jusqu'à atteindre une grande boutique exposant des robes de sorciers aux couleurs de Poudlard.

Ils firent leurs essayages et comme convenu, Astre paya. C'était une somme dérisoire par rapport à ce qu'il avait dans sa bourse même en prenant une robe de rechange et en offrant sa robe à Ron.

Ensuite ils continuèrent leurs achats de fourniture, ils rejoignirent Fred et George qui avaient passé tout leur temps au magasin de farce et attrape. Astre regrettait presque d'avoir offert la robe de sorcier à Ron lorsqu'il entra dans la librairie Fleury & Bott. Il se retint de dépenser toutes ses économies dans la boutique et se contenta d'acheter un livre d'Arithmancie, un livre sur les pierres magiques, un livre sur les animaux du monde magique et un livre sur les exploits d'un certains « Gilderoy Lockheart » en plus de ses livres scolaire. Ron insista pour aller faire un tour à la boutique de Quiddich et bava devant le nouveau NIMBUS 2000. Cela fit rire Astre qui n'avait encore jamais vu personne voler sur un balai. Lorsqu'il expliqua ce à quoi servait un balai chez les moldus Ron parut horrifié. Puis les deux enfants éclatèrent de rire en imaginant un balai magique dans les mains d'un moldu. Ils allèrent aussi à l'animalerie mais Ron expliqua qu'il avait déjà un rat, Croûtard qui était en réalité l'ancien rat de Percy, et que sa mère l'incendierait s'il ramenait un autre animal. Astre observa les chouettes et les hiboux avec émerveillement. Il n'était pas sûr que ses parents soient d'accord qu'il en adopte un alors il se contenta de les observer. Vers quatre heure de l'après-midi, toute la famille se rejoignirent au glacier Florian Fortarôme. Pour remercier Astre d'avoir offert la robe de sorcier de Ron, Mme. Weasley insista pour lui offrir une glace ce que le garçon accepta volontiers. Astre apprit à mieux connaitre la fratrie de Ron, surtout Fred et George et parvint même les distinguer ce qui épata toute la famille. Il était déjà accepté par toute la famille et il ressentit une pointe de déception au moment de rentrer chez lui.

M. Weasley le raccompagna en voiture et Ron eut l'autorisation de venir avec lui. Ils discutèrent de Poudlard pendant tout le trajet et Ron promit à Astre de lui montrer les échecs sorciers quand ils seraient à l'école.

Astre rentra chez lui avec un chariot rempli de livres et d'ingrédients de potion, des étoiles pleins les yeux et n'arrêta pas de sourire le reste de la soirée. Il avait maintenant hâte d'aller à Poudlard et d'en apprendre plus sur ce monde merveilleux qui s'offrait à lui.

Bonjour ! Après plus d'un an d'inactivité voici enfin un chapitre inédit ! Petit détail sur la baguette d'Astre : d'après le wiki le saule a des pouvoirs curatifs il est idéal pour les sorciers éprouvant un sentiment d'insécurité injustifié et préfère ceux ayant un grand potentiel. J'ai pas mal hésiter avec le Sureau, le Poirier, le Cyprès ou l'Acacia. Pour le cœur je trouve que le crin de Sombral c'est plutôt classe même si là encore j'ai hésité avec l'Épine de monstre du Fleuve Blanc qui produit des sortilèges puissants et élégants. C'était amusant de réfléchir dessus.
Prochain chapitre Astre devrait enfin rencontrer Harry ! Je vais essayer de me motiver à l'écrire avant Halloween !

Merci d'avoir lu ! Et n'hésitez pas à me faire des retours !