AVERTISSEMENT : Je ne possède pas Harry Potter à mon plus grand malheur

Je n'ai pas encore décidé de ce que sera mon Harry Potter mais j'ai quelques idées :

- Harry sera puissant (riche, intelligent et fort), il est sensé avoir été choisi par le destin (dixit la prophétie) pour être égal à Voldemort donc il peut pas être faible que ce soit en pouvoir ou en intelligence (Jedusor n'était pas stupide, peut-être arrogant, imbu, méchant, ... mais pas stupide).

- Je n'aime pas certains personnages: Dumby est trop manipulateur à mon avis, Ronald est trop jaloux et cupide, Ginny est névrosé et ne voit pas Harry comme juste Harry, elle ne voit que le "Garçon qui a survécu", et Molly m'énerve à être aussi dominatrice, elle n'est pas Lily et donc n'est pas sa mère.

- Dans l'histoire originelle, Harry est né en 1981 mais ça ne marche pas pour moi, j'ai besoin que l'histoire se passe dans les années 2000, ça m'arrangerais que lorsqu'il fini la guerre à 17/18 ans, je vais faire des crossovers avec des séries/films qui ont des dates complètements différents mais je veux que les personnages soient proche en âge, donc Harry devrait plutôt naître vers 1985/1990, ainsi j'utiliserais les jours (anniversaires, fêtes, ...) sans jamais vraiment donner d'année fixe, je donnerais aussi les âges mais toujours sans l'année exacte. Je vais aussi utiliser la technologie que j'utilise donc vous verrez des smartphones, des ordinateurs portables, des écrans plats... Mes personnages écouteront de la musique en tout genre (qu'importe l'époque), de même que les films, si je veux qu'ils voient un film datant de 2015 je le ferais. Ainsi tout cela pour vous dire que vous n'avez pas vraiment à vous fier à la chronologie en terme d'années. (je ne crois pas être clair, mais j'espère que vous me comprendrez)

- J'ai plusieurs autres fictions d'écrites, les bases se ressemblent, surtout la partie avec les héritages mais j'essaye de modifier le reste autant que possible.

(∩`-´)⊃━ ゚.*・。゚


Prologue

Sirius était mort, il ne lui restait plus personne. Harry savait que certains lui diraient qu'il avait des amis et de la famille mais ceux qui pouvaient penser ça ne le connaissaient pas. En effet, sa famille restante était représentée par trois personnes qui le haïssaient et le blâmaient pour tout, et encore si cela s'arrêtait à juste ça il aurait été heureux mais pendant toutes les années où il avait été forcé de vivre avec eux il avait eu droit aux coups, aux insultes et à la famine, tous les étés il était obligé d'y retourner et de revivre ce cauchemar. Ses amis ? Il en avait si peu et surtout il n'avait pas confiance en eux, depuis qu'il les connaissait il avait remarqué quelques petites choses qui montraient que leurs actes n'étaient pas tout à fait clairs.

Ils étaient tous les deux jaloux, différemment mais en même temps si semblable, Ron, lui avait des problèmes de gestion de colère, d'intelligence et de jalousie, il était stupide, et feignant, il ne travaillait pas et ne comprenait pas pourquoi rien ne fonctionnait pour lui, il était jaloux des autres et en particulier d'Harry qui avait argent et gloire mais ne voyait pas que celui qui était surnommé le sauveur l'enviait car Ronald avait famille et amour, tout ce qui manquait au jeune homme. Hermione avait les mêmes soucis mais d'une façon opposé, elle était intelligente, mais ne savait pas s'en servir correctement, elle pensait que grâce à cela elle savait mieux que tous, et si quelqu'un osait faire mieux qu'elle, elle devenait jalouse et colérique, pouvant aller jusqu'à les appeler tricheur.

Il se sentait seul, il n'avait pas d'adultes à qui faire confiance, bien sûre certains lui feraient remarquer qu'il avait pleins d'adultes qui l'aimaient et voulaient juste le protéger, et les plus importants étaient les membres de l'ordre du phénix et particulièrement Remus et Dumbledore. Mais le temps, et sa vie, lui avaient prouvé que c'était totalement faux. Remus Lupin, meilleur ami de son père, avait été absent toute sa vie, son retour lors de la troisième année d'Harry n'avait pas apporté de grand changement puisque l'année finie il avait à peine eu des nouvelles de lui, parfois un courrier et seulement si Sirius écrivait lui-même, donc Harry ne lui faisait pas confiance. Dumbledore ? Le jeune homme avait cru en lui au début, mais année après année, cette croyance avait été détruite doucement mais sûrement même si la fin de cette année avait été le clou dans le cercueil de toute confiance qu'il aurait pu encore rester.

Maintenant, Harry était dans le train qui s'éloignait de Poudlard et le rapprochait de Londres et de sa prison à Privet Drive, il était assis dans un wagon avec le groupe qui était venu au Ministère avec lui, beaucoup de membres de l'AD passaient faire un signe et souhaitaient de bonnes vacances, mais Harry restait plongé dans ses pensées, réfléchissant à sa vie : les Dursley, Poudlard, Dumbledore, la magie, ses parents, Voldemort, le ministère, Sirius, la prophétie ... et tout cela tournait encore et encore. Il se devait de commencer dans l'ordre s'il voulait y voir clair, mais par quoi débuter ? Peut-être par le début de sa vie. Ses parents, ils l'avaient aimé, il voulait y croire même s'il n'avait pas de preuve, il voulait croire que James et Lily Potter l'aimait, et qu'ils désiraient une bonne vie pour lui, sûrement plus que ce qu'il avait à l'heure actuelle, son père s'était sacrifié pour sa famille, sa mère l'avait fait pour lui, il avait survécu grâce à elle, qu'importe ce que pensaient les autres, il était vivant parce que sa mère l'aimait assez pour faire l'impossible.

Puis il y avait les Dursley, autant c'était sa famille avec Pétunia en tant que sœur de sa mère autant il se demandait souvent s'il partageait vraiment quelque chose. Ces gens n'étaient sa famille que de nom, et ceux qui croyaient que la famille s'aimait étaient fou. Avec eux, il avait vécu l'enfer ; on l'avait fait travailler jusqu'à l'os pour n'avoir aucun besoin de base correctement fourni. Il n'avait jamais mangé à sa faim, et avait été battu et insulté plus que ce qui était vivable, après toutes ces années, Harry théorisait que c'était sa magie qui l'avait sauvé même s'il aurait grand besoin de soin au moins il était vivant.

Il y avait ensuite eu Poudlard, et la découverte de la magie, il avait cru qu'il serait sauvé et aimé, mais il était passé d'une prison à une autre, d'une réputation forgée à son insu à une autre. Avec les Dursley, il était Garçon, Monstre, délinquant, feignant, le fils de l'alcoolique au chômage et sa femme prostituée... tout ce qui les faisait passer pour une famille généreuse et parfaite car ils avaient eu le bon cœur de l'accueillir au lieu de l'abandonner ; à Poudlard, il était le garçon-qui-à-survécu, l'élu, le sauveur, Harry Potter fils du farceur James Potter et sa femme très intelligente Lily Potter, la copie de James avec les yeux de Lily, ... tout ce qui le faisait ressembler à un héros qui ne pouvait pas se tromper, et quand il faisait une erreur il devenait le prochain seigneur des ténèbres, l'héritier de Serpentard, le menteur ou encore le fou. Nul part, il n'était vu comme Harry Potter, un jeune garçon, un adolescent, un jeune homme, perdu qui devait affronter des difficultés trop grande pour lui, on lui demandait d'effectuer des tâches que même un adulte n'aurait pas osé faire.

Poudlard, au début, c'était sa nouvelle maison, mais rapidement c'est devenu son parcours du combattant et sa prison. Il n'était pas heureux et devait toujours garder un masque. Le choixpeau le voulait à Serpentard et ce n'était pas pour rien, les Dursley lui avait appris la ruse, le pouvoir de ne jamais se montrer totalement surtout si vous vouliez survivre et c'est ce qu'il avait fait, d'abord avec eux en baissant ses notes à l'école, et en courbant l'échine, dès qu'il le pouvait il allait à la bibliothéque, très tôt il avait remarqué qu'il avait une mémoire formidable, à la limite de l'eidétique, il se souvenait de beaucoup et comprenait encore mieux. Il savait que toutes les réponses ne se trouvaient pas dans un livre mais qu'il fallait comprendre, et voir différents avis avec de prendre une décision. Il fallait aussi vivre pour en apprendre plus car la vie nous donnait toujours des leçons.

Arrivé à l'école de sorcellerie, et même avant sur le chemin de traverse, il avait remarqué qu'on attendait certaines choses de lui, il devait aller à Poudlard et devenir un Gryffondor, être ami avec Ronald et détester les Serpentard, plus tard Hermione avait été ajouté au plan, donc il avait fait avec. Il avait caché son intelligence, et gardé ses notes moyennes, montrant peu d'effort devant les autres, à la vue de tous il était faible mais restait le héros qui dansait sur l'air des plus fort que lui. Il avait vraiment cru que Dumbledore était un vieil homme gentil, un peu fou, mais qui voulait prendre soin de lui mais après sa rencontre avec Voldemort et la mort du professeur Quirrell il avait été renvoyé sans réponses à sa "cher" famille et une petite tape sur la tête pour avoir bien fait, les années suivantes étaient du même acabit, et malgré son intelligence Harry avait baissé sa garde et n'avait pas comprit ce que se passait devant ses yeux, mais la troisième année puis la quatrième lui avaient ouvert les yeux, la cinquième était le final.

Maintenant ses yeux étaient grand ouvert sur ce qu'était Dumbledore, un joueur d'échec avec le monde sorcier comme plateau et Harry Potter comme Reine pour détruire la Reine adverse qu'était Voldemort. Il ne savait pas encore si cet homme était un manipulateur diabolique ou juste un manipulateur qui voulait aider mais ne voyait plus l'arbre dans la forêt et était prêt à sacrifier un enfant pour sauver les autres, mais Harry savait qu'il ne pouvait plus lui faire confiance, maintenant il remettait tellement de choses en question : Pourquoi Harry devait retourner année après année chez les Dursley ? Pourquoi Dumbledore, malgré tous ses titres et son pouvoir, n'avait rien fait pour aider Sirius ? Pourquoi avoir garder quelque chose d'aussi important que la pierre philosophale dans un parcours du combattant assez fragile pour que des premières années le passe ? Pourquoi n'avait il pas su que le monstre était un basilic ? Comment n'avait il pas su que quelque chose d'aussi sombre que le journal de Jedusor était entré dans Poudlard ? N'y avait il pas de protection ? Pourquoi n'avait-il pas empêcher Harry de participer au Tournoi ? Pourquoi n'avait-il pas remarqué que son vieil ami était faux ? Pourquoi n'avait il pas sur que le portoloin allait l'envoyer au cimetière ? Pourquoi n'avait il rien fait contre la propagande contre lui par le ministère ? Pourquoi avait il laissé Harry se fait accuser dans un tribunal ? Pourquoi n'avait il rien fait contre la torture d'Ombrage ? Pourquoi avait il autorisé Snape à le torturer en violant encore et encore son esprit ? Pourquoi avait il laissé Sirius mourir ? Pourquoi attendre que Sirius meurt pour lui dire la prophétie ? ... Tellement de questions, et aucune réponse, il était fatigué de tout ça.

Il repris ses pensées, et se rappela de l'école, sa joie lorsqu'il était arrivé, et sa déception après une semaine. Pour lui, la magie était ... tout simplement magique, oui c'est redondant mais comment expliquer ce sentiment, la magie est belle et vivante, elle est brillante et forte, elle le complète et le rempli d'amour. Il voulait tellement en apprendre plus sur elle, tout connaître et expérimenter, mais vite il avait vu qu'à Poudlard il n'apprendrait pas grand chose que ce soit avec les professeurs ou le contenu.

Les enseignants étaient pour la plus part une catastrophe, il y avait le professeur d'histoire fantôme qui faisait de son cours une heure de sieste, le professeur de défense contre les forces du mal (DCFM) qui changeait chaque année avec des personnes aussi incompétentes les unes que les autres, enfin à part Lupin qui était quand même parti au bout d'un an à cause des enfantillages d'un professeur haineux, et pour couronner le tout on avait le professeur de potion qui avait réussi à transformer son cours en enfer avec des insultes et des railleries. Sans oublier l'incompétence de l'ensemble pour traiter convenablement leurs élèves, ils ne faisaient rien pour empêcher la haine et la violence qui parcouraient les couloirs de l'école, que ce soit les insultes en lien avec le sang ou le harcèlement qu'avait subit Harry chaque année. Soi-disant la maison était votre famille, mais il n'en avait jamais eu la preuve que c'était vraiment cela, les Gryffondor c'était transformé en hyène lors de la perte de point d'Harry sa première année et ils n'avaient eu aucun soucis à l'exiler en deuxième année et en quatrième année. Il ne fallait pas oublier les Chefs entre McGonagall qui était tellement occupée avec trois postes qu'elle avait pratiquement oublié son rôle de responsable de maison, de plus il pensait qu'il était impossible d'être équitable lorsque l'on était responsable de maison et sous-directrice en même temps. Les autres Chefs n'étaient pas mieux à son avis, entre Snape qui rabaissait tous le monde et favorisait sa maison envers et contre tout, Flitwick qui ne voyait pas, ou ne voulait pas voir, que ces aiglons étaient les premiers à rabaisser tout ce qui était différent, la preuve avec Luna qui alors était d'une intelligence inouïe était mise plus bas que terre à chaque instant. Il avait cru que Chourave était la meilleure du lot mais elle n'avait eu aucun problème à s'en prendre à lui lors du tournoi car elle ne voulait pas voir le gamin qui était mal dans sa peau mais plutôt le tricheur que tous avait peint. Le professionnalisme n'existait pas à Poudlard.

Et puis il y avait le contenu, si on ne faisait pas attention, c'était classique mais si on se débrouillait pour lire et regarder les détails on voyait que les cours étaient tous du côté lumineux de la balance, et ce qui était sombre ou neutre foncé se faisait rabaisser et on inculquait que c'était le mal. Harry croyait que toute magie était à apprendre que seul l'intention en faisait le mal car certains sorts dîtes sombres pouvaient sauver des gens, ou aider, si on savait s'en servir dans la bonne situation, comme l'Impero qui pouvait empêcher une personne qui voulait se suicider de passer à l'acte, l'Avada Kedavra pouvait amener la paix à quelqu'un qui souffrait et n'avait plus de moyen pour survivre autre que vivre dans la douleur, ... on pouvait en trouver encore plus, et à l'inverse un simple sortilège d'Accio avec assez de puissance, et d'imagination, pouvait appeler un organe, un Wingardium Leviosa avait le pouvoir de faire léviter une personne au dessus du vide ou comme Ronald l'avait prouvé faire flotter un gourdin pour assommer un troll, la même chose sur un humain l'aurait tué. Ainsi rien n'était blanc ou noir, tout était gris, et lui-même se pensait un sorcier gris, même si personne ne le savait car pour le public Harry Potter était le grand sorcier lumineux, le lion d'or, et autres idioties du même genre.

Heureusement, les insomnies d'Harry et la cape de son père l'avaient aider à en apprendre plus en autodidacte, au début il errait dans Poudlard la nuit pour découvrir son environnement et réussir à se fatiguer en se baladant, puis un jour il avait découvert de vieilles pièces abandonnées, vu l'état cela faisait un moment, où se trouvait des manuels scolaires, des anciennes éditions qui contenaient plus d'informations que les versions actuelles, et le plus incroyable avait été la découverte de la salle sur demande.

Un jour alors qu'il était au 7eme étage et voulait échapper à Rusard et son chat, il était tombé dessus, après cela il ne se baladait plus dans les couloirs, dès qu'il pouvait s'échapper il fuyait directement dans cette pièce et découvrait les merveilles qu'elle pouvait effectuer. Le plus souvent, il créait une bibliothéque avec salle d'étude et d'entrainement, il continuait bien sûre à être moyen en classe mais apprenait tout ce qu'il pouvait, il dévorait les livres que la salle contenait. Un jour, curieux, il avait pensé à demander un manuel d'explication pour cette pièce et un livret était apparu devant lui, tout y était écrit. Il apprit ainsi que la salle pouvait devenir ce dont il avait besoin dans les limites de son imagination ou presque, la chambre avait des runes d'agrandissement pour aller jusqu'à la taille d'une terrain de football et cela dans tous les sens, autant en longueur, largeur et hauteur et des runes de silences pour éviter que le bruit à l'extérieur soit entendu, rapidement il avait installé un sort Remarque-Moi-Pas sur la porte pour qu'il ne soit pas dérangé. C'était son petit nid, son repère, ici il pouvait souffler et poser son masque pendant quelques heures.

Grâce à cela, il pu apprendre à son meilleur les cours offerts à Poudlard qu'ils soient obligatoires ou optionnels, il avait un don pour les runes, les potions et la défense, pour le reste sa mémoire l'aidait à faire plus que bien, en fait s'il le voulait Hermione ne serait plus la première, il aurai même pu prendre ses BUSES beaucoup plus tôt, en vérité il pourrait faire ses ASPIC dès aujourd'hui et réussir, mais Harry avait toujours garder l'espoir au fond de lui qu'il pourrait aller vivre avec Sirius, mais maintenant c'était fini.

Son parrain était parti, et c'était en partie sa faute, il n'allait pas porter tous le poids de ça car les tords allaient aussi à Dumbledore et à Snape, car les soi-disant cours d'Occlumancie n'avaient été que des viols à répétition de son esprit, jamais il n'avait appris quelque chose. Malheureusement pour lui, l'école avait l'air dépourvu de cours sur cette matière, a part quelques petites notes de bas de page qui ne pouvaient pas vraiment l'aider. Heureusement, Snape n'avait jamais découvert le vrai Harry, le jeune sorcier avait réussit à ne mettre en avant que ce qu'il voulait et surtout à protéger ses secrets. Il ne fallait pas oublier le guérisseur, les soignants magiques n'étaient ils pas entrainé à voir la maltraitance ? Avec le nombre de fois où il s'était retrouvé blessé à l'infirmerie il ne pouvait comprendre comment les traces de maltraitances et sa maigreur n'avait pas été vu et encore moins traité ?

Le monde magique l'avait aussi rapidement déçu, les sorciers étaient des moutons qui suivaient ce qu'on leur disait et le ministère en profitait beaucoup avec l'aide de la Gazette du Sorcier et Rita Skeeter menait la charge surtout si c'était contre lui. Si le monde était parfait, le ministère aurait dû l'aider, aurait dû le croire mais l'endroit était si corrompu qu'il n'avait pas de problème à mettre des innocents en prison sans même un jugement, ou diffamait un jeune garçon car il avait peur de voir ses erreurs. Fudge était un homme effrayé, un ministre pour un temps de paix, mais celle-ci n'existait plus depuis un an, et encore même à cette époque il préférait l'argent à son peuple, et quand Voldemort était revenu d'entre les morts il avait préférait enfoncer sa tête dans le sable que de croire qu'il y avait un semblant de vérité dans les propos d'un jeune homme qui venait de vivre un moment terrifiant, il n'y avait même pas eu d'enquête. Et maintenant après une année de tortures, d'insultes et de mensonges, ce même homme voulait qu'Harry Potter soit leur héros, l'élu du peuple sorcier et les sauve, oui le ministre de la magie était un homme crédule.

Voldemort, pouvait-il être encore considéré comme un homme ? ou peut-être qu'il était maintenant un être magique ? Dans tous les cas, Harry pensait qu'il était intelligent et rusé pour réussir à amener des sang-pur à se battre pour lui alors même qu'il était moins qu'un sang-mêlé avec un père moldu et une mère cracmol. Avant même de connaître la prophétie, Harry savait que Voldemort ne le laisserait jamais tranquille, celui-ci était quelqu'un qui croyait à la puissance et avait des sbires qui ne voyaient que par cela, et là un petit garçon d'un an l'avait détruit, qu'importe que ce soit la mère qui avait sûrement fait un rituel de protection, l'enfant avait survécu pendant que le seigneur des ténèbres avait disparu pendant plus 10 ans, puis le garçon avait recommencé et survécu quand il avait 11 ans en tuant l'homme que Voldemort possédait, et à 12 ans c'était un basilic qui était mort, et à 14 ans cet adolescent l'avait fuit après l'avoir combattu en duel. Maintenant à 15 ans, Harry venait de recommençait et le battre, alors qu'avant il n'y avait soit pas de témoins soit des mangemorts, cette fois il y avait eu les membres du ministère, ainsi un an après le retour dans le cimetière Voldemort faisait connaître sa présence à tous et on savait qu'Harry Potter n'avait jamais menti, il avait tellement perdu : il avait été torturé à l'aide d'une plume de sang, avait presque subit un Endoloris, et venait de se battre contre tous un lot de mangemorts avant de voir le dernier membre de sa famille disparaître derrière un voile, on lui avait certifié qu'il était mort ; et maintenant on lui en demandait encore plus. Dumbledore n'avait pas trouvé mieux que de lui annoncer une prophétie qui lui disait que c'était entre lui et Voldemort, soit il mourrait soit il assassinait, il avait déjà blessé et tué mais c'était toujours pour se défendre, là il avait l'impression qu'il devait prévoir un meurtre ou en mourir, à seulement 15 ans ce n'était pas rassurant, d'autant plus que son directeur croyait que c'était intelligent de faire ça juste après la mort de son parrain.

Et le voilà, dans le train, à devoir retourner chez sa famille, encore une fois Dumbledore lui donnait une tape sur la tête et le renvoyait dans sa prison estivale. Harry ne voulait plus de cela, il devait faire quelque chose, il avait lu que si un étudiant avait ses BUSE il pouvait quitter l'école, peut-être ce n'était pas une mauvaise idée de tout quitter, mais où Harry devait aller ? Avait il assez d'argent ? Il en aurait besoin pour partir vivre ailleurs, il voulait se cacher du monde sorcier, ou en tout cas des sorciers qui voulaient le faire se battre pour eux, qui voulaient qu'un adolescent, pas encore adulte, fasse ce qu'ils étaient incapable de faire. Il pensait à son passé, son présent et surtout son avenir. Son passé avait laissé des traces sur son corps, des cicatrices recouvraient presque toutes les surfaces de son corps. Son présent était dépression et peur. Son avenir ne semblait pas s'améliorer et cela le terrorisait. Il voulait vivre, il voulait être libre.

Le Poudlard Express s'arrêta en gare, il était temps. Il dit au revoir à tous le monde, prit sa malle qui avait un charme qui allégeait son coffre et facilitait le déplacement. Il se dirigea vers le parking où l'attendait Oncle Vernon, celui-ci avait l'air passablement énervé, comme d'habitude en fait quand il voyait Harry. Il monta dans la voiture et celle-ci parti pour le 4 Privet Drive. A peine arrivé, l'homme attrapa Harry par le bras et le jeta dans la maison en lui ordonnant de mettre ses affaires dans le placard et d'allait préparer le repas. Harry fit ce qu'on lui ordonnait et savait que la nuit allait être longue. Il n'avait pas tord.

Le repas fut rapidement fait, il se glissa vers sa chambre sachant qu'il ne devait s'attendre à rien. Il s'allongea sur son lit et repris sa réflexion. Deux ou trois heures devaient être passées quand il entendit de lourd pas dans les escaliers, c'était Vernon qui montait, Harry pouvait facilement reconnaître le pas "éléphantesque" de l'homme. Il n'eut pas le temps de faire quoi que ce soit, que la porte s'ouvrit et que l'homme entra. Il avança vers le garçon et l'attrapa par les cheveux et le lança par terre. Les coups commencèrent à pleuvoir sur le corps du pauvre gamin, l'homme le rapprocha du mur et s'appuya dessus pour prendre de l'élan et donner des coups de pieds dans le ventre de l'enfant à terre. Harry ne savait pas pourquoi il recevait une raclée mais il n'était pas sûre de survivre à celle-ci. Au bout d'un moment, Vernon s'arrêta, il respira fort, lui jeta un regard et parti en fermant la porte à clef. Harry essaya de prendre son souffle tout en essayant de compter toutes les blessures qu'il avait, il sentait du sang sur sa tête qui allait avec la douleur de son crâne, il avait du mal à respirer et pensait avoir au moins un bras cassé sans compter les dommages de son estomac. Il resta allongé sur le sol pendant plus d'une heure, attendant que la douleur se passe un peu puis il commença à se redresser pour se trainer vers son lit. Il s'endormit au bout d'un moment.

Soudainement, il entendit un bruit, cela venait du rez-de-chaussée, Harry sursauta puis siffla de douleur. Il se redressa doucement, sachant qu'il n'avait pas de baguette car elle était dans son coffre, il avait peur, sans arme et son corps gravement blessé, il savait qu'il n'avait aucune chance. Le bruit monta dans les escaliers, se dirigea vers les chambres de sa famille, il vit des flash vert sous sa port et compris qui était là. La poignet de sa porte s'agita, puis celle-ci fut fracasser et là Voldemort entra dans la pièce.

- Harry Potter vivant avec de sales moldus, et en plus maltraité par eux vu ton état. Nous avons vraiment beaucoup en commun toi et moi.

- Peut-être Tom

- Comment oses-tu ?

- Oser ? Tu t'appelle bien Tom c'est normal d'appeler ses invités par leur noms, tu le sais Tom. Je me lèverais bien pour t'accueillir et te souhaiter la bienvenue mais tu vois c'est un peu compliqué aujourd'hui. Mais comment es tu entré ? Dumby a dit qu'il y avait des protections ?

- Ne t'inquiète pas pour cela Harry, je peux comprendre. Dumby ? Sait il à quel point tu lui manque de respect ? Les protections ? Il t'a dit que c'était une barrière lié par le sang ?

- Oui ..(Harry pensa à ces mots et compris) Ho...

- Ho n'est ce pas... Depuis ce jour au cimetière nous partageons le même sang et autant mes mangemorts ne peuvent entrer, moi je n'ai aucune difficulté. Ainsi me voilà, et avec ce que je viens d'apprendre, je t'offre une dernière chance. Rejoins moi ? Nous serons fort ensemble, nous pourrions devenir les Maîtres du monde.

- C'est une proposition très ... tentante Tom, je l'avoue mais tu sais que ce n'est pas possible, à peine chez toi et j'aurais envie de tuer certains de tes mangemorts dès que je les verrais et puis j'avoue que j'ai de la rancune et je pardonne difficilement.

- Vraiment ? Si sanguinaire, qui pourrait le croire ? Tu sais que tu ne peux pas te défendre dans ton état. Tu va mourir alors.

- Sanguinaire ? Non, par contre envie de vengeance ? j'avoue que oui. Je sais que je ne peux rien faire. Mais laisse moi me lever. Quitte à mourir je préférais le faire en regardant la mort en face. (Harry se redressa tout en serrant les dents) Tu sais, je trouve juste dommage que tu es tué ma famille si rapidement, j'aurais aimé un peu de souffrance mais bon on ne peut pas changer ce qui est fait.

- Si j'avais su qu'ils te maltraitaient j'aurais sûrement jeté quelques Endoloris mais je n'ai pas envie de m'attarder ce soir. Cela sera rapide, tu partira rejoindre tes parents.

- Je comprends. Adieu Tom.

- Adieu Harry, je prendrais soin des sorciers.

- Je n'en doutes pas.

Harry se redressa et regarder dans les yeux rouges de Voldemort, celui-ci était étonné par la force du garçon, il était blessé, il y avait du sang qui coulait sur son visage et il avait du mal à tenir debout mais il le regardait avec confiance, et courage, Il n'avait jamais eu autant de respect pour un autre vivant. Le Seigneur des Ténèbres leva sa baguette et prononça doucement le sort qui annoncerait la fin de son ennemi et le début de son empire.

"Avada Kedavra"

Un flash vert, une lumière éblouissante, deux corps sur le sol.


(∩`-´)⊃━ ゚.*・。゚

Voilà une nouvelle fiction sur Harry Potter, j'ai eu l'idée en lisant une fic non fini.

Mon Harry est intelligent, c'est un génie, il est puissant, et sera riche. Je crois que la version canon est bizarre car si Harry est légal de Voldemort qui est intelligent, puissant et rusé et d'après la prophétie Harry est son égal donc il devrait aussi être tout ça.

Cette histoire sera un bashing envers certains personnages canons comme Dumbledore/Molly, Ronald & Ginny Weasley/ Hermione Granger

Peut-être d'autres personnages mais je verrais.

Les Horcruxes étaient au nombre de trois (même si Dumbledore pense qu'il y en a plus) : Le carnet de la 2eme année, la cicatrice d'Harry et la bague se trouvant dans la vieille maison des Gaunt

(∩`-´)⊃━ ゚.*・。゚

Que pensez-vous de ce prologue ?