Bungou stray dogs fanfiction

(Atsushi : Princesse mafieuse)

Chapitre 10

De l'autre coté, 2ième partie

Ango : Vous devriez vous concentrez sur le Shin Soukoku, une confrontation va avoir lieux.

Akutagawa se trouvait debout derrière Atsushi, ce dernier ne le remarquait pas, regardant avec insistance la robe bleu qu'il tenait. Ce n'est qu'au moment où Akutagawa eut la décence d'esprit de faire connaître sa présence à son partenaire que ce dernier sursauté, se tournant vers lui comme une machine rouillée. De la distance entre eux et les espions, ne permit pas à ces derniers d'entendre la conversation, Katai ne pouvait pas avoir accès au téléphone éteint du mafieux, ni à celui d'Atsushi qui fut oublié dans sa chambre.

Mais ils pouvaient tous comprendre qu'Akutagawa avait réussi à convaincre Atsushi de porter la fameuse robe qui avait attiré son attention. Bien que la raison qui le poussa à la faire était inconnue pour les membres de la Mafia et de l'Agence des détectives armés. Sur le chemin des cabines, on pouvait voir des expressions taquines sur le visage du duo, ils semblaient être en pleine argumentation, répliquant à l'autre aussitôt. La conversation continua malgré qu'Atsushi rentra dans sa cabine, laissant Akutagawa seul qui prit place sur une chaise poser entre leur cabine.

Puis Atsushi sortit timidement devant le rideau, jouant avec ses cheveux par nervosité en se mordant la lèvre, levant le regard en direction d'Akutagawa qui se leva de surprise, le laissant bouche bée comme tout ceux qui les espionnaient en cachette. Personne ne s'attendait à voir Atsushi devenir bien plus magnifique et angélique qu'il ne l'était déjà, mais comme si le tigre ne connaissait aucune limite de beauté, cette dernière explosa quand Atsushi se mit à montrer une expression de bonheur suite à un compliment de Ryuu. À cet instant, ils virent tous une femme à la place du tigre de l'Agence, une femme qui entourait ses mains autour de leur cœur.

Tachihara : Vous êtes sur qu'il est bien un homme.

Kunikida : Je commence à avoir de sérieux doute en ce moment.

Higuchi : Je n'aime que Sempai ! … mais si un jour ils veulent un plan à 3, je veux bien me porter volontaire.

Gin : Juste … Comment !?

Kouyou : Je dois absolument l'inviter à boire un thé avec moi, il serait magnifique en geisha.

Yosano : Invite moi, Naomi et Haruno, j'apporterais tout mes costumes, ainsi que Kyoka.

Kouyou : Vendredi ça te va ?

Yosano : Bien sur.

Mori : Tu as quelque chose à me dire Yukichi.

Fukuzawa : … non … pourquoi j'ai l'impression que tu es jaloux ?

Mori : Moi !? Bien sur que non ! J'ai Elise ! Je ne suis pas en train de l'imaginer avec Elise dans des magnifiques robes !

Hirotsu : Patron, vous vous vendez trop vite.

Hirotsu : C'est étrange, la jeunesse arrive encore à m'étonner.

Ranpo : Moi-même, je n'aurais jamais deviné un tel mystère.

Ango : Dazai a arrivé à se détacher, mais Ango le retiens avec des menottes, pourquoi il avait des menottes ? Aucune idée. Au fait c'est Motojiro, Dazai m'a brisé mon portable. Il est canon le tigre.

Katai : Je sais que c'est un homme, mais je viens de tomber amoureux.

Kunikida : Interdit de tomber amoureux ! Je te rappelle ce qui se passe quand tu tombe amoureux, t'es incapable d'utiliser ta capacité.

Katai : Pas incapable, juste pas envie de tromper mon nouvel amour avec Yoshiko.

Chuuya : Yoshiko ?

Kunikida : Son futon. Ne cherche pas à comprendre.

Chuuya : Ok … vous ne pensez pas qu'Atsushi serait encore plus beau avec un chapeau.

Dazai : Ne gâche pas la beauté céleste avec tes chapeaux.

Tachihara : Comment il a fait pour se dégager ?

Dazai : Ancien cadre de la Mafia, s'il vous plaît.

Ango : Il a encore ces menottes ce menteur, on lui a donné son téléphone pour qu'il arrête de vouloir tuer Motojiro et Katai.

Yosano : Ce n'est pas une mauvaise idée, un large chapeau de paille avec quelques fleurs dessus et une paire de bottines, il ferait un belle fille de mon village, dit Kenji avec des étoiles dans les yeux.

Yosano : Kyoka est en train d'en chercher un dans la magasin, elle compte lui offrir demain.

Yosano : Dazai on t'a pas encore oublié.

Hirotsu : Je suis sur que personne ne s'est rendu compte que la robe avait de fentes sur le coté arrivant à mi-cuisse, enfin je pense qu'Akutagawa vient de le remarquer.

Chuuya : C'est moi ou c'est la première fois que je vois Akutagawa ne pas cacher ses sentiments.

Tachihara : Encore le rose ça va, mais Atsushi risque de le tuer si il continue de l'approcher, je suis certain qu'un être humain n'est pas censé être aussi rouge.

Gin : Oh !

Gin : Je suis fier de lui ! Merci Atsushi !

Kunikida : ?

Higuchi : Tu nous perds.

Dazai : Balance l'info l'expert en Akutagawa.

Gin : Cet idiot vient d'enfin s'en rendre compte ! Regarder comme il bug ! Il vient de réaliser ses sentiments !

Dazai : Atsushi a cassé Akutagawa !

Tachihara : Gin, tu pleure !

Gin : Laissez-moi vivre ce moment en paix.

Gin : Le premier qui pense à casser ce couple, je lui fais vivre l'enfer avant de le tuer.

Ranpo : Pas la peine d'être aussi menaçante, tu va te faire virer du magasin.

Mori : Nos enfants sont mignons Yukichi !

Fukuzawa : …

Kunikida : Patron.

Mori : Pas de « Ne m'appelle pas Yukichi . » ?.

Hirotsu : C'est très étrange.

Fukuzawa : Je réclame la place de premier grand père et les grandes vacances.

Mori : T'as pas le droit !

Ranpo : Vous réalisez qu'Atsushi n'a encore rien dit. Bien que je parie qu'il éprouve la même chose.

Higuchi : Aie aie aie … Sempai aurait besoin de cours de socialisation, mais il vient d'énerver Atsushi en un clin d'oeil.

Yosano : Kyoka dit qu'Atsushi inquièt, a voulu prendre la température d'Akutagawa avec sa main, mais en tant que rejet social, il a paniqué au contact et reculer à quelques mètres de lui … sans dire un mot.

Ango : C'est normal que j'ai entendu la gifle comme si j'y étais alors que le son de la vidéo est très mauvais.

Dazai : J'avoue que j'aurais du prévoir des cours de socialisation, au moins j'aurais du lui transmettre mes conseils de Casanova.

Katai : J'ignorais qu'une simple gifle sur un main pouvait faire autant de bruit.

Fukuzawa : Je vais demander à Atsushi de me l'apprendre.

Mori : Pourquoi ?!

Fukuzawa : Tu sais très bien pourquoi.

Chuuya : Vos vies privées ne nous concernent en rien, s'il vous plait, pas un mot de plus.

Kouyou : Vous essayez de voler la vedette au couple du jour ou quoi ?

Gin : Je vais avoir une longue conversation avec Ryuu ce soir.

Higuchi : Tu me fais peur … laisse-le en vie s'il te plait.

Gin : Si il respire encore.

Hirotsu : Ils sont à la caisse.

Yosano : Même d'ici, je le sens ce silence pesant entre eux.

Mori : On ne doit pas le perdre de vue.

Kouyou : Le temps de régler quelques achats pour mes enfants de la journée, et je vous rejoins.

Hirotsu : Je reste en contact.

Les espions quittèrent le magasin en faisaient attention de le faire par petit groupe afin de ne pas paraître suspect, le groupe de la petite famille fut le dernier à sortir, prenant du retard à cause des achats de Kenji et Kyoka. Cependant ils durent tous affronter un problème, Akutagawa ne respecta pas le planning à la lettre, car il venait de rentrer dans un boutique de luxe avec Atsushi, un magasin de chaussures qui avec leurs déguisements, ne les laissera jamais entrer.

Katai leur envoya l'adresse d'un cyber café le plus proche d'eux et leur dit qu'il avait réservé une salle privée avec 6 ordinateurs au nom de Mori-Fukuzawa. Coupant court à leur rôle, ils se mirent à courir à l'adresse le plus vite possible et entrèrent tellement vite qu'ils effrayèrent le propriétaire. Ce dernier tremblait de peur en les conduisant dans leur salle et parti en courant en leur donnant la carte des boissons.

Les ordinateurs étaient réparties en 2 rangées face à face de 3 ordinateurs au centre de la pièce entièrement fermé. Dans la première rangée, l'ordinateur de gauche fut pris par Kouyou et Kyoka, Mori et Fukuzawa prit celui du milieu, Chuuya et Kunikida prit le dernier de cette rangée pour rester prêt de leur patron. Pour la seconde rangée au premier ordinateur, Yosano prit Kenji et Ranpo avec elle, elle ne pouvait pas laisser deux enfants casser l'ordinateur. Le second fut pris par Gin et Higuchi, et le dernier ordinateur par Hirotsu et Tachihara qui pleurait de n'avoir pas pu être à coté de Chuuya.

Ils rentrèrent l'adresse internet donnée par Katai, afin d'accéder aux caméras du magasin, ils espéraient avoir un bon point de vue du duo. Ils mirent plus minutes à les trouver, et surtour à trouver la bonne caméra pour les filmer. Katai généreux leur avait donné les commandes des caméras, leur permettant de le bouger.

Tachihara : Vous avez vous cette montagne de boites !

Higuchi : Sempai ne compte pas lui acheter tout ça quand même ?

Gin : Même avec ces économies, il ne pourrait pas.

Ranpo : Je me demande comme Atsushi ne remarque rien ?

Kunikida : Il semble dans ses pensées, peut-être qu'il réfléchit à quoi choisir, trouver la chaussure idéal n'est pas facile.

Yosano : Pour toi seulement.

Kouyou : Cela se voit qu'il ne se soucie pas de ce qui l'entoure.

Kouyou : Kyoka dit qu'il se serait déjà évanoui si il l'avait remarqué.

Ranpo : Pas faux.

Yosano : N'empêche, il va faire un arrêt cardiaque.

Ranpo : Il va plutôt plus oser bouger, de peur d'abîmer quoi que ce soit et d'être endetté à vie.

Mori : Tu les paye si mal que ça ?

Fukuzawa : Rintaro, fais moi plaisir, tais-toi, sinon je vais m'en occuper.

Chuuya : Ne vous inquiétez pas du bruit, c'est juste le patron qui vient de s'évanouir de joie.

Ango : Je remarque qu'il ne faut pas parler d'argent au patron de l'Agence des détectives armés.

Dazai : En fait c'est surtout à cause de la Mafia.

Chuuya : Pourquoi nous mettre tout les torts !

Dazai : C'est vous payer pour les dégâts urbains après nos combats. Non, alors taisez-vous. Le Patron en a marre de payer alors que ce n'est pas tout le temps notre faute.

Kunikida : Je dois lui donner raison … à contrecœur.

Yosano : Comme c'est nous qu'on voit sur les lieux, c'est nous qui devons payer.

Yosano : Et même si on vous voyez, le maire n'irait pas vous demander de réparer les dégâts.

Kouyou : Attention ça bouge ! Atsushi se réveille.

Hirotsu : Déjà, il ne s'est pas encore évanoui.

Ranpo : Mais il a une belle crise de panique.

Kunikida : On ne moque pas d'un camarade !

Gin : Même en plein rendez-vous, il faut quand même qu'ils se chamaillent.

Higuchi : C'est mignon et réconfortant de voir que Sempai peux faire tant d'expressions différentes.

Ranpo : Je sens un rebondissement ! Là !

Kouyou : Aie, il aurait pas du regarder le prix.

Ranpo : Le meilleur prix de la statue vivante revient à Atsushi Nakajima dans son rôle « Quand j'ai vu son prix. ».

Yosano : Toi tu viens de gagner une place dans ma prochaine tournée shopping.

Gin : Il n'a pas peur d'affronter mon frère, de se faire traverser par Rashomon, de se jeter d'un train en route en tenant une bombe, d'affronter le chef de la Guilde, et même de porter Rashomon ! Mais juste un prix le mets en état critique.

Fukuzawa : Atsushi a une vision de l'argent très différente de la notre à cause de son éducation.

Mori : Définition.

Fukuzawa : L'argent c'est un dieu interdit et malsain, conduisant aux plus mauvais maux de la Terre. Aimez l'argent, c'est devenir faible et victime de la société. Ce sont ses mots propres, enfin ceux qu'il a appris dans son orphelinat.

Chuuya : Et laissez moi finir : « Donc donnez le nous, nous allons le purifier !''. Son orphelinat, c'est une secte.

Dazai : Tu en es pas loin. Tous le personnel était habillé en long manteau blanc avec des baguettes en fer pour punir et frapper les orphelins. Les enfants portaient tous le même uniforme terne avec des ballerine de la même couleur, qu'ils gardait presque tout le temps du séjour et n'avait qu'un seul change. Ils vivaient entassé dans leur chambre, faisant leur propre tâche ménagère sauf la cuisine, et ne se lavait qu'avec de vieux savons et de l'eau froide. Les sucreries tout comme les jouets et les jeux étaient interdit, ils n'avaient que le droit de faire du sport dehors ou d'aller lire et étudier dans la bibliothèque. Ce fut même son repaire à Atsushi.

Ranpo : La définition de l'enfer.

Ango : Comment tu en sais plus que le gouvernement ?

Gin : Non plus important, comment tu sais que c'était son repaire ?

Dazai : Parce que c'était le seul moyen pour lui se cacher, tous les autres enfants allaient dehors. Vous savez que sa coupe de cheveux vient d'un groupe d'enfant de son orphelinat qui le harcelait, à chaque fois qu'il les laissait pousser et en prenait soin, les enfants venaient les lui couper.

Yosano : C'est cruel.

Kouyou : Et les adultes ont laissé faire.

Dazai : Aucun enfant n'avait le droit de pleurer, de se plaindre, ou de contredire la décision d'un adulte, même si elle est injuste. « Un enfant abandonné par ses parents n'a pas le droit de pleurer. Tu ne mérite pas de vivre si tu n'accomplis pas le bien. », Atsushi entendait souvent ses mots, il était le bouc émissaire de tout l'orphelinat avant que le directeur intervienne pour l'isoler de tout. Mais il m'a avoué qu'il préférait être mis à l'écart dans le sous-sol par le directeur, au moins personne ne venait lui faire du mal.

Chuuya : Sous-sol ! Donne moi cette fichu adresse ! Je refuse de laisser des enfants souffrir plus longtemps !

Kouyou : Chuuya calme-toi.

Dazai : J'ai fait fermé l'endroit il y-a 3 mois, Atsushi ne le sait pas encore. Je voulais lui faire la surprise pour son anniversaire.

Katai : C'est vrai, j'ai piraté quelques orphelinat pour qu'il accueille les enfants au plus vite.

Ango : Et pour ce faire tu as du pirater un site de l'état.

Katai : Je ne dirais rien sans la présence de mon avocat.

Tachihara : Akutagawa vient de se prendre un de ses vents !

Higuchi : Sempai semble abattu.

Gin : Normal, il a du vouloir faire essayer un de ses modèles favoris à Atsushi.

Ranpo : Il se plaint beaucoup.

Gin : Même toi, tu ne peux imaginer tout ce qu'il a pu me dire à propos de son jinko. Je fais des cauchemars la nuit, je le vois venir se plaindre ou l'inverse, pendant des heures et des heures.

Mori : C'est pour ça le besoin urgent de mission loin de Yokohama.

Hirotsu : C'est une phase amoureuse.

Gin : Je vous rappelle qu'il a acheté un tigre en peluche, qu'il la customiser pour qu'il ressemble à Atsushi, et qu'il l'a nommé Mini-Jinko !

Kunikida : Un frisson de terreur vient de parcourir mon corps, suis-je le seul ?

Higuchi : Le pire, c'est qu'il ne l'a pas réalisé, l'autre soir avec Gin, on l'a vu manger avec Mini-Jinko à table,et quand je lui ai demandé pourquoi il avait une peluche à l'effigie du tigre de l'ADA, Gin m'a sauvé de Rashomon.

Gin : Ouais, il criait que Mini-Jinko ne ressemblait en rien au Jinko. Et quand on lui a posé une question sur le nom de la peluche, il nous a foutu dehors. Moi ! Sa sœur mineure ! Dans la rue.

Mori : Où as-tu dormi ?

Gin : Chez Higuchi.

Tachihara : Depuis quand vous êtes si proche, je croyais qu'Higuchi était trop fangirl de ton frère pour que tu l'apprécie.

Gin et Higuchi : C'est sans importance ! Du passé ! Y'a plus important.

Tachihara : Je me méfie, vous êtes étranges.

Kouyou : Pourriez-vous arrêter de spammer le chat avec des messages qui ne sont pas en rapport avec la mission en cours.

Fukuzawa : Je comprends qu'Akutagawa compte payer ses achats, mais Atsushi aura vraiment besoin d'autant de chaussures ?

Mori : On n'a jamais assez de chaussures, Elise en a besoin d'une pour chaque paire.

Chuuya : Je pense qu'il a fait un sélection.

Yosano : Et dire que la dernière fois que je l'ai emmené avec moi au shopping, il se plaignait que rien ne lui plaisait.

Kouyou : Kyoka dit que c'est la libération de l'argent qui parle, Atsushi doit se sentir léger comme l'air.

Ango : Motojiro dit « C'est vrai qu'il a l'air heureux. ».

Katai : Moi je n'arrive pas à croire le nombre de modèle de chaussures différentes qu'il existe, je devrais peut-être sortir m'acheter une nouvelle paire de chaussure.

Kunikida : Toi sortir ? Tu te sens malade ? Dazai t'a drogué ?

Dazai : Excuse-moi.

Yosano : C'est fort probable.

Dazai : Je vous lis.

Ranpo : Qui ne se souvient pas des champignons ?

Kouyou : Quels champignons ?

Mori : Je vois que la Mafia n'est pas la seul à être étrange.

Fukuzawa : Dazai ne le fait pas quand je suis là, je n'ai encore jamais rien vu des conséquences.

Kunikida : Il a un livre sur les champignons les plus venimeux au monde, mais il a la forte tendance à les confondre avec des champignons hallucinogènes. Dans cet état il est incontrôlable, avant sa victime c'était moi, mais avec l'arrivée d'Atsushi, cela a changé.

Yosano : J'ai du lui faire un lavage d'estomac.

Kouyou : Tu aurais du laisser souffrir Dazai.

Dazai : Je suis encore là.

Yosano : C'est d'Atsushi dont je parle. Le pauvre, il doit connaître tous les champignons hallucinogènes existants au monde maintenant.

Tachihara : Il est arrivé à Yokohama y'a 2 ans, c'est pratiquement impossible.

Chuuya : Ne sous-estime pas Dazai, c'est le pire du pire.

Dazai : Je crois que je me mettre dans un coin et pleurer.

Katai : Vous pourriez arrêter de l'ignorer, il commence à me faire pitié.

Ango : Motojiro vient de lui proposer un citron pour se suicider et Dazai l'a mordu, oui vous avez bien lu, il l'a mordu.

Katai : Je retire mon précédent message, il me fait peur et me donne envie d'aller explorer le monde pour ne pas être dans la même pièce que lui.

Dazai : Je. Te. Lis.

Katai : Pitié !

Fukuzawa : Dazai, la commande de bandages venu de l'étranger aux frais de l'Agence, je peux encore la retourner pour me faire rembourser.

Ango : Il s'est enfin calmer, merci.

Chuuya : Ils vont dans les cabines du fond, trouvez vite la bonne caméra.

Katai : Il n'y a pas de caméra au niveau des cabines d'essayages, la plus proche ne peux pas bouger et se trouve orienté à l'opposé.

Gin : Quoi !

Higuchi : C'est inacceptable !

Kouyou : On veux nos photos !

Yosano : Trouve un moyen et vite !

Katai : J'y peux rien ! Les caméras ont été retiré la semaine dernière par la direction, car un vendeur les utilisait pour mâter et prendre des photos des femmes.

Yosano : Merde.

Kouyou : Il n'est pas censé avoir de caméra dans les cabines, je le sais je viens souvent ici.

Katai : Euh … tu lui dis Ango, moi j'ai peur.

Ango : La hauteur, la position et l'inclinaison de la caméra permettait de voir au dessus des cabines, plus précisément le reflet du miroir … qui …

Dazai : Donnait une vue parfaite de l'intérieur de la cabine ! L'homme avait en sa possession plus de 2000 photos de femmes dénudés ! Voilà !

Kouyou : Donne moi le nom de ce pervers tout de suite !

Katai : C'est fait.

Kouyou : Permission de tuer.

Mori : Accordée. … euh Fukuzawa, tu commence à me faire peur.

Fukuzawa : Haruno est venu ici pour Noël, elle m'a parlé des cabines du fond. Le nom de ce pervers tout de suite Katai.

Fukuzawa : M'autoriserez-vous à vous rejoindre durant cette mise à mort ?

Ango : Vous savez que je suis là.

Kouyou : Bien entendu.

Fukuzawa : Haruno est comme une fille pour moi, je me dois de sauver son honneur.

Dazai : Ta jolie collègue aux cheveux bleus n'est pas venu s'acheter une paire de chaussure à la suite d'une robe que tu lui as offert, dans ce magasin ?

Ango : Je n'ai absolument rien vu, ni lu … je faisais un très mauvais rêve.

Tachihara : Si je comprends bien, on va devoir attendre qu'ils reviennent dans les caméras.

Gin : Ennuyant … Qui veux jouer à un jeu en ligne avec moi ?

Kunikida : On ne peux pas faire ça. On doit rester concentrer.

Gin : Donc tu garde ton ordinateur pour surveiller, les autres sont libres pour jouer.

Kunkida : Ne m'ignore pas.

Ranpo : Moi je suis partant !

Higuchi : Idem.

Tachihara : Je n'ai pas envie de me faire chier, me voilà !

Chuuya : Cela va faire un bail que je n'ai pas joué !

Dazai : Katai m'a gentilement prêter un ordinateur !

Chuuya : Pas lui !

L'heure qui a suivi, le groupe qui décida de jouer pour s'occuper, trouva un jeu nommé « Kira Online », et s'y créa un compte chacun, personnalisant leur avatar avec ou sans argent nécessaire pour le faire, car les mafieux ne veulent pas n'importe quoi. Donc, ils jouaient à un jeu semblable au Loup Garou, des tueurs, des policiers, des civils et des rôles de personnages aussi con et énervant les uns de autres, genre qui va aimer être le Kamikake ou Zombie, car oui, ils ont réussi à trouver un mode zombie du jeu. Donc pendant un heure, trahison, mensonges, révélations et cris étaient devenu le quotidien de nos 6 joueurs qui jouaient avec 24 autres personnes dans le monde, des vrais pros du jeu qui arrivait à faire jurer et perdre son sourire à Dazai. Ce dernier affirmait que le jeu avait été créé par Fyodor pour recruter les pires personnes de la planète.

Mais ils devaient se l'avouer, après une heure de jeu, ils comprenaient enfin les tactiques du jeu et le bons fonctionnement des rôles, cependant ce n'est pas Dazai qui conquit le jeu, mais Higuchi à la surprise de tous. Même Ranpo semblait atteint de n'avoir pas trouver les tueurs, et perdit tout plaisir quand il l'était, donc il faisait exprès de plomber le chat pour énerver les autres joueurs.

Du coté des autres, Fukuzawa et Mori décidèrent de passer commande en boisson auprès du propriétaire du cybercafé pour tout le monde, qui tremblait toujours en voyant prendre la commande. Ensemble, ils discutaient de tout et de rien, Kouyou et Yosano trouvant le nouveau couple à former, à savoir Kenji et Kyoka qui s'entendaient à merveille, ignorant que les plans de leur faux parents de la journée. Kunikida était dans une grande conversation avec Hirotsu tout en surveillant l'écran de son ordinateur, l'homme plus âgé lui parlait des deux autres patrons de Port Mafia qu'il avait connu, et de leur manière de la gérer. Kunikida devait s'avouer que Mori et l'actuel Port Mafia n'était pas aussi horrible que par le passé, prenant notes de cette évolution pour des données personnelles.

''Ils sont en train d'aller à la caisse avec 3 boites.'' cria Kunikida en regardant Atsushi tenir joyeusement une pile de 3 boites.

''Ah enfin !'' se plaignit Tachihara.

La sonnerie d'un portable mis fin à toute conversation, tout le monde se tournait vers Yosano qui savait à qui elle avait attribué cette sonnerie : la fratrie Tanizaki. Maintenant qu'elle y pensait, ils ne les avaient pas rejoint dans le groupe de conversation, et ne donnait plus signe depuis leur départ. Elle décrocha et entendit Naomi lui demander si elle était avec Mori et Fukuzawa, et si oui, de la mettre en haut parleur.

''Merci Yosano.'' fit Naomi. ''Il se passe un truc étrange au port.''

''Naomi a remarquer en début d'après midi, un bateau de croisière arrivé dans le port.'' expliqua Tanizaki. ''Mais le plus étrange, c'est qu'il ne s'est pas dirigé dans la zone destinée aux touristes, mais en direction de quais de Port Mafia.''

''Je me suis dit que cela devait être de vos affaires.'' continua Naomi. ''Mais là en revenant de notre balade, le bateau est toujours là, même pire, il s'est amarré dans les quais de Port Mafia.''

''Aucun convoi n'est prévu aujourd'hui.'' déclara Mori.

''On s'est dit pareil, surtout qu'il n'y a plus personne au port. Naomi et moi, on n'a encore croiser personne de Port Mafia. On vient de faire un tour du port, seul le quai n°4 est complètement sans surveillance.'' précisa Tanizaki. ''Et là on est en train de se cacher avec ma capacité là-bas.''

''Pourquoi ? Partez de notre zone.'' dit Chuuya.

''Ils ont des armes.'' déclara Naomi. ''Les personnes sur le bateau de croisière sont tous fort armés, on dirait des militaires, mais le bateau lui semble civil … c'est suspect.''

''On a peur que si on nous découvre, ils décident de descendre du bateau, pour le moment, ils n'ont pas encore bouger.'' expliqua Tanizaki inquiet. ''On ne sait pas ce qu'ils attendent, mais vu la taille du bateau, ils pourraient être une centaine, voir plus. Et si ils décident de poser terre à Yokohama, on ne sait pas ce qu'ils feront en ville. Cela pourrait être pire que la Guilde.''

''Ont-ils des symboles ? Quel est le nom du bateau ? Semblent-ils asiatiques ou non ?'' demanda Mori en recueillant le maximum d'information.

''Rien, absolument rien, tout est vierge. Mais je pense à des européens, ils n'ont ni l'air américain, ni asiatiques.'' répondit Tanizaki.

''Tu pense que tu pourrais infiltrer leur bateau ?'' demanda Fukuzawa très sérieux.

''Non, ils n'ont pas encore placer de pont pour descendre. Ils attendent quelque chose ou quelqu'un.''

''L'espion !'' s'écria Chuuya. ''La personne qui nous as envoyé Lewis Carroll, et qui a saccagé le siège !''

''Bien pensé, cela pourrait être eux.'' réfléchit Hirotsu. ''L'espion doit savoir que nous le cherchons.''

''Bien joué Tanizaki, Naomi.'' félicita Kunikida. ''Même en repos, vous gardez l'esprit vif, c'est très bien pour un membre de l'Agence.''

''Tout reviens à Naomi, moi je me perdais dans sa beauté.'' dit d'une petite voix Tanizaki.

''C'est gentil Nii-sama.'' roucoula Naomi.

''Rester sur place et envoyer nous toutes informations de ce que vous voyez.'' ordonna Fukuzawa.

''A vos ordres Patron !'' dirent-ils en choeur avant de raccrocher.

''On dirait que nous n'allons pas pourvoir continuer notre surveillance.'' soupira Kouyou. ''Je pense qu'on peux leur laisser un moment de paix, dans une heure et demi, Akutagawa va reprendre son service.''

''Oui le brieferons quand il arrivera.'' déclara Mori sur le pied de guerre. ''Je veux savoir pourquoi il n'y a personne sur le quai 4 !'' ordonna-t-il à Chuuya. ''Quand sont-ils arrivés proches des cotes japonaises et dans nos eaux !'' dit-il à Kouyou. ''Allez sur le terrain pour trouver nos hommes, ils ne seraient jamais parti de leurs postes et sans nous prévenir.'' ordonna le mafieux à Hirotsu, Tachihara et Gin. ''Je présume que vous allez nous suivre, Higuchi va vous emmener en salle de réunion, le temps que je passe tquelques coups de fil.'' dit Mori aux membres de l'Agence.

''Oui, toute l'aide possible pourrait aider. Surtout si cela représente une menace pour la population de Yokohama.'' affirma Fukuzawa. ''Que tout le monde suive la Mafia, nous élaborions un plan avec, nous devons tout faire pour que personne ne quitte le quai n°4 ! Ranpo, je veux que tu sois à ton maximum, je te promets de te commander ces confiseries que tu me demande depuis 3 mois. Kunikida, tu collabora avec la Mafia prou créer le meilleur plan d'attaque, mais aussi celui de barrière, la vie de civil est en jeu. Yosano, si il n'y a personne sur le quai, il est possible que les gardes aient été blessés et planqués, tu iras sur le terrain, mais n'approche pas le bateau, et reste hors de sa vue. Kenji et Kyoka, allez avec Ozaki, j'ai confiance en vos capacités, mais je préfère que vous restiez avec elle pour le moment.''

''Et pour Atsushi ?'' demanda Kunikida.

''On le laisse se reposer, il n'est pas encore en état de revenir sur le terrain.'' décida Fukuzawa.

''J'ai prévenu Motojiro, il embarque Dazai et Katai avec lui. On les trouvera sur place.'' déclara Mori en mode patron. ''Ango nous laisse la nuit pour agir, mais au petit matin, si la menace est là, je devrais laisser les agents du gouvernement marcher sur mon territoire.''

''Donc on va s'en occuper expressément cette nuit.'' assura Fukuzawa.

''La dernière fois qu'on a combattu réellement côte à côté date d'il y-a 15 ans.'' sourit Mori.

''J'ai hâte d'y être Rintaro.'' sourit à son tour Fukuzawa en sortant de la pièce.

Fin du chapitre 10