Je ne possède aucun des personnages de la série

POST SAISON 5 : Quinn a loué une chambre de motel pour plusieurs nuits, mais il reçoit une visite imprévue

Ce texte est écrit dans le cadre du défi l'anniversaire de vos acteurs du Discord "Les défis Galactiques"

Bonne lecture

PS : Au fait j'ai commencé à faire du tri et à remettre de l'ordre dans mes publications en faisant une sorte de table des matières dans mon profil alors n'hésitez pas à y faire un tour ;)


UNE CHAMBRE DE MOTEL

Nul ne savait vraiment qui était Quinn. D'ailleurs, même lui n'était pas sûr de le savoir lui-même. On ne rêvait jamais quand on était enfant de devenir mercenaire ou homme de main de types louches qui acceptaient de vous payer. Surtout qu'on ne ressortait pas indemne de ces missions là. On se retrouver toujours à un moment ou un autre avec du sang sur les mains. C'était dans l'ordre des choses et il lui arrivait par moment de se demander ce qu'il se serait passé s'il était encore dans l'armée, si cette dernière ne l'avait pas lâché en plein Afghanistan, lui faisant vivre six mois d'enfer aux mains de leurs ennemis.

Quinn frissonna et se pencha au dessus du lavabo pour se passer de l'eau sur le visage. Cela ne servait à rien de se faire du mal avec des « Et si », il ne pouvait pas revenir en arrière, les choses faites étaient irréparables. Il allait devoir vivre avec… Vivre tout court ce serait bien, mais en ce moment c'était compliqué. Il avait l'impression de se perdre, de sombrer et il repensa aux quelques discussions qu'il avait eu avec Spencer… Il avait quelques années de plus que lui, mais les deux hommes avaient une trajectoire similaire… Une vie de famille compliquée, pas d'argent pour l'université, l'armée pour partir à tout prix de cet environnement étouffant, les missions, les copains perdus au combat, l'opération de trop, l'abandon, la torture, la souffrance, l'instinct de survie, les contrats acceptés parce qu'ils ne savaient pas faire autre chose, la mort, les nuits de sommeil trop courtes….

Mais Spencer avait eu une chance que lui avait à peine effleurée du doigt. Il avait trouvé des amis, une famille, une autre raison de vivre et de se battre, avant que toute la noirceur ambiante ne l'engloutisse. Il avait trouvé ridicule au début qu'il se retire du marché pour aller aider la veuve et l'orphelin avec cette bande et puis, il avait fini par comprendre. Il ne se battait plus pour détruire mais pour construire… il avait vu l'affection réelle des autres pour lui et il l'enviait… Cette équipe, c'était une chance de s'en sortir… Il avait eu raison… Pour la première fois il pouvait vivre au lieu de simplement survivre… ce qui n'était pas son cas…

Quinn se sentait épuisé. Ce motel minable avait été le premier endroit qu'il avait croisé et ferait bien l'affaire. Tout ce qu'il voulait c'était dormir plusieurs jours et prendre soin de son épaule. En ayant payé trois nuits d'un coup, il espérait que le propriétaire ne serait pas trop regardant.

Le mercenaire observa ses traits dans la glace et le pansement tâché de sang qui entourait son épaule droite. Il savait qu'il devait le refaire, mais il voulait dormir une heure avant. A pas lent, il quitta la salle de bain pour passer dans la chambre et sursauta en voyant une silhouette. Une tête de moins que lui, plus trapu, des cheveux mi-longs, il crut pendant une fraction de secondes qu'il était en train d'halluciner.

- Spencer ?

L'homme secoua la tête et Quinn comprit qu'il ne rêvait pas. C'était bien Eliot Spencer qui se tenait devant lui.

- Qu'est-ce que tu fais là ?

- Je viens te chercher.

- Encore besoin de moi ?

- On peut dire ça

- Et comment tu m'as trouvé ?

- On a les mêmes réseaux.

- Je vois, dit Quinn en tendant la main pour prendre sa chemise, mais son épaule le lança violemment et il glapit.

- Ne l'enfile pas tout de suite, dit Eliot en se rapprochant. Tu as une trousse de secours ? Je vais te refaire un bandage correct.

- Je n'ai pas besoin de toi, répondit Quinn en se laissant tomber assis sur le lit.

- Oui, je m'en doute. Comme je n'en n'avais pas besoin non plus, répliqua Eliot en repérant le sachet de la pharmacie.

Il le prit, se rapprocha et glissa dans son dos pour défaire doucement le pansement. Quinn ne dit rien, le laissant faire en fermant les yeux.

- Il s'est passé quoi ?

- Plus nombreux que prévu…

- Et le fait ne pas dormir assez, ça joue.

- Quoi ? Qu'est-ce que…

- Tu ne peux pas continuer comme ça, Quinn… Tu es en train de glisser sur cette foutue pente dont on ne remonte pas.

- A part cette balle, je vais bien.

- Et tu ne voudrais pas te poser et trouver un autre but ?

- Tu es en train de me proposer quelque chose, là ?

- Oui... Nathan et Sophie ont décidé de prendre du temps pour eux, mais avec Parker et Hardison, on veut continuer. On sait qu'il y a plein de gens qui ne peuvent pas compter sur le système et que ce qu'on fait c'est important pour eux, mais à trois c'est plus compliqué…

- Tu veux m'embaucher ? Tu n'es plus assez bon pour cogner sur les autres ?

- Arrête. Je te rappelle que je peux toujours te mettre une branlée. De nous deux, ce n'était pas moi qui ait fini inconscient je te rappelle.

- Oui, ça tu aimes bien me le rappeler. Du coup, pourquoi tu viens me recruter ?

- Parce qu'il nous faut une ou deux personnes de confiance.

- Et tu as confiance en moi ? La dernière fois tu m'as payé pour t'aider.

- La dernière fois tu n'étais pas au bord du gouffre.

- Je ne suis pas au…

- Bien sûr que si… Tu peux mentir aux autres, tu peux te mentir à toi-même si tu veux, mais à moi tu ne peux pas, parce que j'ai vécu ce que tu vis. Viens Quinn… je te promets que vivre au jour le jour n'est pas une vie. Arrête de courir… ça fait du bien de ne pas être seul tout le temps.

Eliot finit le bandage et se déplaça pour se mettre face à lui.

- Tu finiras par te faire descendre pour de bon.

- Parker et Hardison sont tes amis, Spencer, je ne serai pas à ma place.

- Bien sûr que si, je te l'ai prêtes. Allez viens ! Enfile cette chemise, ils nous attendent.

D'un geste Quinn attrapa la chemise que venait de lui lancer Spencer et frissonna. Changer de vie… Qu'est-ce qu'il risquait à essayer ? Au moins une fois ?

- D'accord, mais tu conduis !

- Oui, tu dormiras dans la voiture, lui répliqua Eliot en souriant, heureux de le voir accepter.

Il aimait bien Quinn et s'il parvenait à le sortir de ce milieu comme lui s'en était sort, cela lui prouverait qu'il avait fait le bon choix.


Les défis galactiques :

Les anniversaire de nos acteurs : Clayne Crawford : 20 avril 1978

Ecrire sur un homme

Sarah&Voirloup 288 - Placer le mot Nul

4 aspects d'Oliver Queen : Son identité secrète : Écrire sur un personnage qui dissimule quelque chose

50 nuances de drama 2/50

100 façons de sauver quelqu'un 3/100

Si tu l'oses : 847. Irréparable