A-B-Ω *** A-B-Ω *** A-B-Ω

STILES STILINSKI, OMÉGA RÉSISTANT

Titre d'origine : "Word Soup" - Chapitre 35 : "Mating Runs and Chicken Wings"

Pairing : Alpha Derek Hale / Oméga Stiles Stilinski

Autres personnage : Talia Hale - Gérard Argent - Peter Hale - Chris Argent (cité) - Shérif Stilinski (entraperçu) - Cora Hale - Isaac Lahey Scott McCall - Allison Argent - Vernon Boyd - Erica Reyes Lydia Martin - Jackson Whittemore Corey Bryant

Note de l'auteur : Cette histoire... Je ne sais même pas [comment la classer].

*** A-B-Ω ***

Notes de la traductrice :

Le titre anglais de ce One-Shot est donc "Mating Runs and Chicken Wings".

Dans cette traduction, j'ai gardé le terme anglais "Chicken Wings", puisque c'est le nom exact de ce plat américain, basé sur les cuisses de poulet.

J'ai aussi gardé le terme anglais "Mating Runs", qui peut se traduire en "Courses d'Appariements", mais aussi en "Courses d'Accouplements". En bref, c'est une course humaine copiée sur la course de la louve en chaleur, ce qui incite tous les loups mâles intéressés à se bagarrer pour avoir le droit de la féconder, et de se mettre en couple avec elle.
Seulement
cette notion, appliquée aux humains Alphas / Bêtas / Omégas, peut aussi bien servir à forcer à des fiançailles sans consentement, qu'à forcer directement à des viols ! En conséquence, je garde ce riche terme anglais.

Enfin, j'ai tenu à mettre "Résistant" et "Résistance" avec une majuscule, en hommage à la Résistance française contre l'occupation allemande, pendant la Seconde Guerre Mondiale.

*** A-B-Ω ***

« Derek. » dit Talia Hale, et Derek eut un sursaut coupable, et se tourna pour lui faire face.
Il n'avait pas rêvassé. Non, pas du tout. Pas à l'instant présent, devant la moitié de la ville, juste avant le début des discours.

« Oui, maman ? »

Talia plissa les yeux en direction du buffet. « Pourquoi cet Oméga enfonce-t-il des canapés dans son pantalon ? »

Et Derek sut, avant même de regarder, de qui exactement elle parlait.

Stiles Stilinski.

*** A-B-Ω ***

Stiles Stilinski.

Fils du Shérif, Oméga et fauteur de troubles général.

Enfin, pas que quiconque ait pu le prouver, mais chaque fois qu'un problème était survenu, lui se trouvait quelque part juste à côté. La vitre brisée de la voiture du professeur de chimie ? La lettre "B" manquante du panneau de signalisation de Bass Lane(*) ? L'alarme incendie tirée lors de l'expo de la "Journée des carrières", au lycée ?

[(*) NDT : "Bass Lane" signifie "Voie Basse", tandis que "Ass Lane" peut se traduire en "Voie des fesses" ou "Voie du crétin", en passant par tous les mots vulgaires associés...]

Derek n'était plus au lycée depuis six ans, mais il en avait entendu parler. Le sénateur Gérard Argent, au milieu de son discours sur les valeurs familiales traditionnelles - un raccourci pour expliquer comment le financement devrait être réduit pour l'éducation des Omégas, puisqu'ils finiraient tous comme hommes ou femmes au foyer de toute façon - avait été évincé du lycée par son service de sécurité, pendant que Stiles Stilinski était appuyé contre le mur près de l'alarme incendie, et sifflait innocemment.

Cora, la sœur cadette de Derek, en avait gloussé pendant des jours.

Stiles Stilinski, qui n'avait jamais de sa vie tourné le regard vers un Alpha, participait apparemment à la Mating Run annuelle. Derek en était surpris.

En fait, Derek avait déjà été surpris d'y voir aussi Cora. Leur mère leur avait toujours donné le choix d'assister ou non, et la dernière fois qu'ils en avaient parlé, elle avait insisté sur le fait qu'elle ne viendrait pas.

Apparemment elle avait changé d'avis, puisqu'elle était sortie de sa chambre ce matin dans son pantalon de sweat, et qu'elle s'était inscrite pour y participer. Depuis, Derek l'avait perdue de vue quelque part dans la foule.

Derek soupira et se dirigea vers la grande table du buffet, où Stiles était toujours en train de fourrer de la nourriture dans son pantalon, comme un écureuil bizarre et nerveux. Il était tellement concentré sur un plateau de Chicken Wings - pas trop chaudes, espérait Derek, pour le bien de ses bijoux de famille - qu'il ne remarqua même pas Derek, jusqu'à ce que celui-ci lui parle.

« Stiles. »

Stiles se retourna, ses yeux ridiculement écarquillés. Il essaya ce que Derek supposait être un sourire désinvolte, et grimaça de manière peu attrayante à la place. « S-salut, Grand Frère Effrayant de Cora. »

Derek croisa les bras sur sa poitrine. « Ma mère veut savoir pourquoi tu mets de la nourriture dans ton pantalon. »

« Oh. » dit Stiles avec un vague signe de la main. « Tu connais le truc. J'ai pensé que je pourrais avoir faim pendant les discours, et ainsi de suite. »

Cela faisait quelques années que Derek n'avait pas participé à une Mating Run, mais il se souvenait des règles. Les coureurs étaient autorisés à porter uniquement des pantalons de survêtement et des t-shirts. Pas de chaussures, pas de téléphone, pas de nourriture. C'était la façon traditionnelle. À part les vêtements : quelques siècles plus tôt, tous les participants auraient couru nus...

« Conneries ! » dit Derek.

« J'ai un faible taux de sucre dans le sang. » dit Stiles, en lui papillonnant des yeux.

« Conneries ! » répéta Derek, essayant d'ignorer l'odeur de l'Oméga. Il sentait comme... enfin, comme le poulet, surtout. « Remets-les. »

« Les remettre ? » La bouche de Stiles s'ouvrit. « Mec, ça a été dans mon pantalon. Là où est mon polichinelle(*). »

[(*) NDT : Le vrai mot est TRÈS explicite dans la version anglaise, mais j'ai des envies de traduction fantaisiste !]

Oh, Jésus.

« Juste... » Derek secoua la tête pour essayer de l'éclaircir, et pour ne pas penser au polichinelle de Stiles. « Juste, éloigne-toi de la table, alors ! » dit-il, énervé.

Stiles lui sourit. « Aye aye, Alpha. »

Il s'éloigna, et Derek eut l'impression que Stiles n'était pas aussi stupide qu'il le paraissait, et que lui avait été joué quelque part.

*** A-B-Ω ***

En tant que maire de Beacon Hills, Talia Hale savait comment prononcer un discours. Derek se tenait au bord de la salle, la regardant sur le podium. Elle était chaleureuse, amicale, et ne bavardait pas.
Tout le contraire de Gérard Argent, qui mit au moins 25 minutes pour aller droit au but. Le fait étant, apparemment, que les valeurs traditionnelles étaient la pierre angulaire de son plan glorieux, pour rendre à l'Amérique sa grandeur d'antan.

Derek pouvait à peine s'empêcher de rouler des yeux.

Cora, elle, assise à quelques rangées du podium, dans les rangs des coureurs, roulait des yeux. Quelques-uns de ses amis Alphas et Bêtas semblaient tout aussi peu impressionnés.

Stiles était assis au fond de la salle avec les autres Omégas. Son visage était figé. À la fin des discours, il fut l'un des premiers à sortir de son siège, traversant la foule jusqu'à l'endroit où se tenait le Shérif Stilinski.

Celui-ci le serra rapidement dans ses bras, et Stiles posa la tête sur l'épaule de son père pendant un moment, avant de se redresser.

Quelque chose dans ce geste troubla Derek.

Durant la dernière Mating Run à laquelle Derek avait participé, tout le monde était heureux d'être là. C'était une véritable atmosphère de carnaval d'un bout à l'autre, avec des chiens en maïs, et des feux d'artifice à la fin.

Stiles et son père n'avaient pas du tout l'air heureux.

*** A-B-Ω ***

Derek se dirigea vers le podium, où sa mère et Gérard Argent étaient engagés dans une conversation.
Talia, comme toujours, paraissait aussi ravie de parler au vieil homme que si elle devait subir une opération du canal radiculaire(*), mais elle le cachait derrière une façade de politesse insipide. Derek la connaissait trop bien pour être dupe.

[(*) NDT : Opération visant à réaligner les racines de la dent. (Gloups !)]

« Ah, Derek Hale ! » s'exclama Gérard Argent. « Vas-tu courir aujourd'hui, mon garçon ? »

« Derek a choisi de ne pas le faire. » dit doucement Talia.

« Comme c'est dommage. » déclara Gérard avec son sourire de politicien. « Ce sont de jeunes Alphas comme toi dont nous avons besoin, Derek. Tu dois te procurer un Oméga et le remplir de loupiots. N'est-ce pas la vérité, Talia ? »

Le sourire de sa mère était tendu.

Peter, oncle de Derek et attaché de presse de Talia, sortit de nulle part, comme toujours. Il s'insinua immédiatement dans la conversation sans y être invité. Comme toujours.

« Mon Dieu, Gérard. Ce ne sont pas tous les Alphas qui veulent un Oméga, tu sais. »

Oh, Gérard le savait, et combien il détestait cela ! Son expression s'aigrit, ce qui ne fit qu'élargir le sourire de Peter.

Pour le mariage traditionnel, Gérard était l'un des plus fervents partisans de droite que le pays ait jamais produit. Mais Peter Hale, un Alpha, avait en quelque sorte réussi à se faufiler pendant que Gérard ne regardait pas, à séduire le fils Alpha de Gérard, Chris, et tous deux s'étaient enfuis au Canada l'année précédente, pour rendre leur union officielle.

« Peter. » grinça-t-il entre ses dents. « Que c'est agréable de te revoir. »

Peter avait l'air absolument ravi d'être le destinataire de tout ce venin à peine déguisé. « Et toi aussi, bien sûr, Gérard. Tu restes longtemps en ville ? Chris et moi devons vraiment te recevoir pour le dîner. »

« Je pars sous peu. » grogna Gérard. « Je dois être de retour à Sacramento ce soir. »

« Oh, comme c'est regrettable. » mentit Peter avec éclat.

Un jour, les autorités allaient retrouver son cadavre enterré dans le jardin arrière de Gérard, Derek en était sûr.

« Quoi qu'il en soit, » déclara Gérard en se secouant, « j'espère que la Mating Run sera un succès, Talia. J'ai hâte que le programme soit déployé dans tout le pays. J'aimerais voir des taux de participation comme celui-ci, à chaque Mating Run de chaque ville, d'ici l'année prochaine. »

Talia prit soudain une expression glaciale. « Eh bien, toi et moi devrons être d'accord pour ne pas être d'accord là-dessus, Gérard. »

Le vieil homme gloussa, et se détourna pour partir.

« Passe un agréable vol de retour. » ajouta Peter. « Je donnerai à Chris tes plus chaleureuses salutations. »

Le service de sécurité de Gérard se referma autour de lui, et ils s'éloignèrent.

*** A-B-Ω ***

« Der' ! » s'exclama Cora, alors qu'il se frayait un chemin à travers la foule d'adolescents et de jeunes adultes, dans la zone d'attente commune pour les Alphas et les Bêtas.
« Qu'est-ce que tu fous ici ? »

Derek lui lança un œil de côté. « À quoi ça ressemble ? Je vais courir. »

*** A-B-Ω ***

Les vingt Omégas furent libérés les premiers. Ils s'enfoncèrent directement dans les bois de la Réserve. Une demi-heure plus tard, les Alphas et les Bêtas furent libérés.

*** A-B-Ω ***

« D'accord. » dit Cora, haletant à peine en courant. « Quel est le problème, Der' ? »

« Dis-le moi. » répondit-il.

Cora et ses amis couraient en groupe. Non, pensa-t-il, en Meute. Scott et Boyd, les Alphas, étaient sur les flancs. Allison Argent, la belle-fille de Peter, et ses amis Lydia et Jackson, tous Bêtas, suivaient Cora.

Ce n'était pas ainsi que fonctionnaient les Mating Runs. Les Alphas et les Bêtas étaient censés se séparer, chasser chacun son propre Oméga, pas chasser en Meute.
Bien que, pour autant que Derek puisse le dire, il n'y avait pas de suivi d'odeur d'aucun Oméga. En fait, il n'avait aucune idée de ce qu'ils faisaient.

« Hum. » dit Cora, sautant par-dessus une bûche avec facilité. « Bienvenue dans la Résistance ? »

*** A-B-Ω ***

Alors qu'ils couraient, Derek entendit des hurlements lointains de colère et de frustration aux alentours.

Des Alphas.

On aurait dit que certains d'entre eux étaient en colère. Il fallait s'y attendre, vue la nature de la Mating Run, mais c'était étrange que Derek n'ait pas encore entendu beaucoup de combats.
Après tout, il y avait moins d'Omégas que d'Alphas et de Bêtas. Il aurait dû y avoir des combats pour le "butin"...

De plus, même avec la longueur d'avance des Omégas, ils auraient tous dû être rattrapés à présent, et beaucoup plus près de la ligne de départ que cela.

La partie "Chasse" de la Mating Run aurait déjà dû être terminée, chaque piste d'odeur suivie jusqu'à sa fin, chaque Oméga revendiqué.

Les Omégas étaient plus faibles, plus lents. Ils se fatiguaient plus vite. Même avec leur longueur d'avance, sans eau ni nourriture pour garder leurs forces, il n'y avait aucun moyen...

Derek voulut se gifler !

Il connaissait au moins un Oméga qui avait de la nourriture, n'est-ce pas ? Et peut-être qu'il n'était pas le seul !

*** A-B-Ω ***

Il y avait des grottes sur la falaise derrière la rivière. Derek ne fut pas surpris de se retrouver là-bas.

Il ne fut même pas surpris quand Cora siffla et que Stiles apparut, une cuisse de poulet suspendue à sa bouche. Il était trempé et frissonnait un peu de froid, mais il souriait largement.

« Ça roule, Cora ? » dit-il d'un ton traînant.

« Stilinski. » répondit-elle, et ils se cognèrent le poing.

« Merci d'être venus, les copains. » lança Stiles.

Son sourire s'évanouit lorsqu'il posa les yeux sur Derek, et il tourna un regard accusateur vers Cora.

« Tu as invité ton Frère Effrayant ? »

« Pfft. » Cora le regarda d'un œil torve. « Der' est une guimauve totale. »

Stiles eut l'air dubitatif, mais il les conduisit à l'intérieur de la grotte.

*** A-B-Ω ***

Il y avait cinq Omégas, à part Stiles, blottis dans le fond de la grotte, en une petite masse humide et serrée.

« Très bien ! » dit Cora en élevant la voix. À cet instant, elle ressemblait exactement à Talia...
« Voilà le marché : Merde aux phéromones ! Merde à la biologie ! Nous ne sommes pas des animaux, et nos amis ne sont pas des proies ! Tout le monde est d'accord ? »

Les Alphas et les Bêtas acquiescèrent. Et juste comme ça, le nœud d'Omégas se démêla.

Derek reconnut l'un d'entre eux comme étant Isaac, un garçon avec lequel Cora avait réalisé un projet scientifique, plus tôt dans l'année. Il lui sourit timidement, et baissa la tête quand elle lui rendit son sourire. Une autre Oméga, une fille blonde, se dirigea prudemment vers Boyd, et il passa son bras autour d'elle.

Derek ne reconnut pas les autres, mais ils avaient l'air jeunes. Très jeunes.

« Qu'est-ce qui se passe, Cora ? » lui demanda Derek doucement.

Stiles lui jeta un coup d'œil brusque : «Ce qui se passe, Alpha, c'est que tout le monde ne veut pas se marier pendant qu'ils sont encore au lycée. C'est vraiment foutrement simple. »

« Alors, pourquoi êtes-vous ici ? » lui demanda Derek.

Cora tendit la main et plaqua une main sur l'épaule de Stiles, et Derek combattit un éclat irrationnel de jalousie.

« Gérard Argent a envoyé une lettre à tous les employés gouvernementaux de la ville qui ont des enfants Omégas, pour leur faire savoir que, si leurs enfants étaient éligibles et ne couraient pas, leurs contrats seraient à revoir. »

« Ça ne peut pas être légal ! »

« Et pourtant, nous y sommes. » marmonna Stiles. « Une Mating Run expérimentale. »

« Mais c'est illégal. »

« En fait, ce n'est pas le cas. » intervint Lydia depuis l'entrée de la grotte. « La plupart des employés gouvernementaux doivent respecter une clause de moralité. Et Argent peut, et fera l'argument que toute opposition aux valeurs familiales traditionnelles, comme le refus de faire participer son enfant Oméga à la Mating Run, enfreint cette clause de moralité. Je veux dire, cela finirait probablement à la Cour Suprême, et ça serait probablement rejeté, mais... »

« Mais comment mon père peut payer son hypothèque, en attendant ? » termina Stiles.

« Alors, nous voilà ici. » conclut Cora. « Sur les vingt Omégas qui ont couru aujourd'hui, nous en avons six qui ne seront pas accouplés demain matin. Cela devrait prouver que son petit programme fasciste ne vaut pas la peine d'être poursuivi. »
Son expression se durcit. « Et même si ce n'est pas le cas, au moins nos amis sont en sécurité pour une autre année. »

« Allison, » dit Stiles dans le silence soudain, « ton grand-père est un énorme sac de bites !(*) »
Il se renfrogna. « Et je dis ça comme quelqu'un qui apprécie d'habitude les sacs géants de bites(*). »

« Je sais. » dit Allison. « Pour les deux points. »

[(*) NDT : Oui, c'est le même mot que j'ai traduit plus haut par "polichinelle". Je préfère distinguer selon le contexte.]

*** A-B-Ω ***

Cora et Stiles, apprit Derek, complotaient cela depuis des mois. Ils avaient parcouru les grottes, enterré les fournitures dont ils avaient besoin, et recruté les amis en qui ils pouvaient avoir confiance pour en faire partie.
Stiles avait pris contact avec d'autres Omégas dans la même situation que lui, et ils s'étaient entraînés pendant des semaines dans la Réserve, pour consolider leurs forces, et apprendre à éviter de laisser une trace odorante.

« Je gèle. » marmonna Isaac. « Rappelle-moi pourquoi nager dans la rivière était une bonne idée ? »

« Pauvre bébé. » répondit Stiles, en lui donnant un coup de coude. « Ça a gâché tes beaux cheveux ? »

Isaac lui rendit son coup de coude, et sourit. « Connard. »

« Mon seul regret, c'est de manger du Chicken Wings qui vient du pantalon de Stiles. » déclara le plus jeune Oméga, Corey, en enroulant une couverture autour de ses épaules, et en s'installant pour se reposer au soleil couchant.

« Mon Chicken Pants [poulet de pantalon] est délicieux. » lui rétorqua Stiles. « Il attire tous les garçons des alentours [It brings all the boys to the yard](*). »

[(*) NDT : Référence à la chanson "Milkshake" de Kelis, dont la première parole est "My milkshake brings all the boys to the yard", et dont le clip montre tous les hommes attirés par cette belle femme dans le restau "Yard"...
Cependant, dans une interview à l'Associated Press, Kelis a comparé son milk-shake à la confiance en soi : « Un milk-shake est ce qui rend les femmes spéciales. C'est ce qui nous donne confiance, et qui nous rend excitantes. » (Wikipedia version anglophone, traduction automatique de Google Traduction)]

Corey lui retourna l'oiseau(*).

[(*) NDT : "Corey flipped him the bird" : Expression anglophone très imagée, pour décrire le geste très grossier de mépris ou de colère, qui implique le majeur très raide et très dressé !]

Ouais-ouais. Derek n'avalait vraiment pas ces conneries d'Omégas dociles, pour aucun membre de cette équipe.

« Vous ne pouviez pas enterrer des barres protéinées le long de la route ? » demanda-il.

« Nous ne pouvions pas nous arrêter. » répondit Stiles. « Pas avant notre arrivée. »

« Je pense que tu aimes juste cacher de la nourriture dans ton pantalon. » conclut Derek. « Le Chicken Pants est ta perversité. »

Stiles renifla, puis il rougit. Son odeur devint soudain plus douce. « Ouais, continues à croire ça, oh Grand Frère Effrayant de Cora. »

« C'est Derek. » lui répondit-il.

Stiles haussa les épaules et sourit. « Je sais. »

*** A-B-Ω ***

Les Alphas et les Bêtas patrouillèrent à tour de rôle dans la zone à l'extérieur de la grotte, en l'imprégnant de leurs odeurs personnelles - et Derek pissa contre plus d'arbres qu'il ne voulait l'admettre -, et en avertissant tous les autres Alphas envahisseurs, avec des combats mis en scène entre eux.

Pendant ce temps, Cora avait déterré une boîte en plastique scellée, l'avait portée dehors à bout de bras, puis l'avait ouverte...
La puanteur, de quelque chose en décomposition, poussa immédiatement Derek et les autres à l'intérieur de la grotte !

« Un opossum mort. » annonça fièrement Cora en rentrant à l'intérieur. « Cela devrait cacher leurs odeurs. »

« Tu es dégoûtante. » lui répondit Derek. « Et très intelligente. »

Elle sourit fièrement, en ressemblant exactement à Peter pendant un moment.

En parlant de...

« Vous n'avez pas fait tout ça par vous-même, n'est-ce pas ? » lui demanda-t-il.

« J'ai juré de garder le secret. » répondit-elle, avant de s'installer avec Isaac contre la paroi du fond de la grotte.

*** A-B-Ω ***

Derek se réveilla dans une étreinte serrée.

« Le truc, c'est que, » murmura Stiles en se blottissant contre sa gorge, « tu sens vraiment bon. »

« Je sens comme un opossum mort, Stiles. » murmura Derek en retour. De l'autre côté de la grotte, Scott lui lança un regard d'avertissement.

Stiles le chevaucha, se balançant contre lui. Ses pupilles étaient dilatées, et une douce odeur d'Oméga se répandait sur lui par vagues. « Non. Tu sens bon. »

« Oh-oh ! » dit Derek en attrapant les poignets de Stiles, alors que l'Oméga les dirigeait vers la ceinture de son pantalon de survêtement.
« D'accord, mais tu sais ce qui pourrait vraiment foutre en l'air toute la Résistance à la Mating Run, que tu as organisée jusqu'ici ? »

« Quoi ? » demanda Stiles, en clignant des yeux dans l'obscurité.

« Eh bien, trouver réellement ton Compagnon. »

Stiles cligna de nouveau des yeux. « Ouais. Ouais, je n'avais pas prévu ça. »

Il soupira lourdement, et s'effondra contre Derek. « C'est vraiment naze, mec. »

« Ouais. » répondit Derek. « C'est vraiment le cas. »

« Chicken Pants. » marmonna Stiles, et il s'assoupit.

*** A-B-Ω ***

La pire nuit de sa vie.

Coincé dans une grotte qui sentait l'opossum mort, avec Stiles Stilinski. Qui sentait lui aussi l'opossum mort. Mais qui, en dessous de cette odeur - et de celle du poulet -, sentait le petrichor [la terre fraîchement mouillée], et les agrumes, et quelque chose de sucré.
Coincé dans une grotte avec son Compagnon, dont les phéromones se répandaient par vagues. Coincé avec le pire cas de balles bleues qu'il ait jamais eu, et avec un public d'adolescents qui comprenait sa petite sœur.

Quand l'aube éclata finalement, Derek avait hâte de sortir de là !

« C'était un peu gênant. » dit Stiles, alors qu'ils se dirigeaient vers la ville à travers la Réserve. « Euh, désolé ? »

« Tu es une personne très ennuyeuse. » lui répondit Derek, le regard furieux. « Et apparemment, je ne peux pas vivre sans toi. »

Stiles remua la bouche. « Très romantique. »

« La ferme. » Derek se renfrogna. « En plus, nous devrons vraiment nous donner rendez-vous. Quand tout ce truc de Mating Run sera terminé, je veux dire. Aller à un rendez-vous avec moi. »

« D'accord. » dit Stiles avec un sourire.

« Je t'emmènerai dans un endroit sympa. » continua Derek. « S'il te plaît, ne mets pas de nourriture dans ton pantalon. »

« C'était vraiment juste pour cette fois. »

« Et quand tu auras terminé le lycée, nous nous accouplerons. » dit Derek.

« C'est vrai, Sourwolf ? » Le sourire de Stiles était éclatant. « Tu ne veux pas d'un docile petit Oméga au foyer ? »

« Non. » lui répondit Derek. « Et même si je le voulais, apparemment je t'ai à la place. Et tu vas aller à l'université, être incroyable, et trouver un moyen de foutre en l'air Gérard Argent pour toujours. »

Le sourire de Stiles s'agrandit incroyablement. « Ça a toujours été le plan, Grand Chef. »

« Bien. » dit Derek. « J'aime ce plan. »

« À moins que ton oncle ne l'empoisonne d'abord, bien sûr. » répondit Stiles d'un air rêveur.

« S'il te plaît ! Peter ne ferait jamais rien que la police puisse prouver. » conclut Derek.

*** A-B-Ω ***

Cinq mois plus tard, quand il lut les gros titres de la première page, le premier instinct de Derek fut d'appeler Peter, et de lui demander comment il avait réussi à faire mourir Gérard avec une arête de poisson, lors d'un dîner familial !

En fin de compte, il décida qu'il valait probablement mieux ne pas savoir...

Il siffla joyeusement en attendant que Stiles rentre des cours, tout en préparant son dîner préféré.

Des Chicken Wings...

Cela n'avait jamais manqué de faire rire Stiles !

*** A-B-Ω ***

Note de la traductrice :

Voici donc la conclusion de ce triptyque, consacré à l'Oméga Stiles Stilinski.

J'espère que vous avez eu autant de plaisir que moi à lire toutes ces occasions Stiles vit et évolue dans ce statut improbable.

À la prochaine fois !

A-B-Ω *** A-B-Ω *** A-B-Ω