AVERTISSEMENT : Je ne possède pas Harry Potter, même si j'avoue que j'adorerais. Je ne possède pas non plus les séries, livres ou films que je pourrais utiliser dans cette histoire.


Résumé

Harriet "Harry" Potter est l'élu du monde sorcier, elle a vécu l'enfer pendant des années mais maintenant qu'elle est enfin émancipée elle va vivre sa vie avec son parrain Sirius Black et cela qu'importe ce que veulent les autres. Retrouvez Harriet et Sirius alors qu'ils quittent l'Angleterre pour vivre après qu'ils aient été trahi par les sorciers pendant trop longtemps.


A SAVOIR

- Tout d'abord Harry Potter est ici une fille, j'avais envie de faire quelque chose de différent.

- Harry sera puissante (riche, intelligente et forte), elle est sensée avoir été choisie par le destin (dixit la prophétie) pour être égal à Voldemort donc elle ne peut pas être faible que ce soit en pouvoir ou en intelligence (Jedusor n'était pas stupide, peut-être arrogant, imbu, méchant, ... mais pas stupide).

- Je n'aime pas certains personnages: Dumby est trop manipulateur à mon avis, Ronald est trop jaloux et cupide, Ginny est névrosé et ne voit pas Harry comme juste Harry, elle ne voit que le "Garçon qui a survécu", et Molly m'énerve à être aussi dominatrice, elle n'est pas Lily et donc n'est pas sa mère.

- Crossovers avec différentes choses venant de séries, livres et / ou films, je ne sais pas encore tous ce que je vais utiliser mais j'ai quelques idées.

- Pour certains personnages, j'ai utilisé des idées que j'ai vu dans d'autres fics, le soucis c'est que je ne sais pas toujours d'où cela vient car j'en lis beaucoup, si je m'en souviens je le mettrais, cela va surtout être pour les noms de certains personnages qui viennent de séries TV.

- Je sais que dans la VO il y a quelques personnages qui meurt comme Dobby, Sirius, Remus, Nymphadora, ou même Fred, et bien je vais être honnête mais cela ne me plait pas donc ils ne vont pas mourir... D'autres seront mort à leur place et je vais en sauver beaucoup, juste pour vous prévenir et que vous ne soyez pas étonné ;)

- Dans l'histoire originelle, Harry est né en 1981 mais ça ne marche pas pour moi, j'ai besoin que l'histoire se passe dans les années 2000, ça m'arrangerais que lorsqu'il fini la guerre à 17/18 ans, je vais faire des crossovers avec des séries/films qui ont des dates complètements différents mais je veux que les personnages soient proche en âge, donc Harry devrait plutôt naître vers 1985/1990, ainsi j'utiliserais les jours (anniversaires, fêtes, ...) sans jamais vraiment donner d'année fixe, je donnerais aussi les âges mais toujours sans l'année exacte. Je vais aussi utiliser la technologie que j'utilise donc vous verrez des smartphones, des ordinateurs portables, des écrans plats... Mes personnages écouteront de la musique en tout genre (qu'importe l'époque), de même que les films, si je veux qu'ils voient un film datant de 2015 je le ferais. Ainsi tout cela pour vous dire que vous n'avez pas vraiment à vous fier à la chronologie en terme d'années. (je ne crois pas être clair, mais j'espère que vous me comprendrez)

Bonne Lecture

-`ღ´- (∩`-´)⊃━ ゚.*・。゚ -`ღ´-


Prologue

Alors qu'elle était enfermée dans sa chambre une nouvelle fois, elle avait le temps de penser à sa vie. Elle était jeune et normalement à son âge on s'amusait, on sortait, on draguait,... mais surtout on ne se retrouvait pas bloquée dans une chambre avec des serrures à la porte ainsi qu'une chatière et des barreaux à la fenêtre. Mais ainsi été la vie d'Harriet "Harry" Potter, adolescente de 15 ans, bientôt 16. Alors elle avait la possibilité de penser à tout ce qui s'était passé dans sa vie et de faire un bilan.

Vous devez vous demander pourquoi sa chambre avait des serrures et des barreaux, sans oublier la chatière, ceci n'était pas parce qu'elle avait un chat, non c'était pour pouvoir lui faire passer à manger. En fait si on regardait attentivement, on pouvait rapidement comprendre que l'adolescente était dans sa propre version d'une cellule de prison.

Pour comprendre pourquoi il en était ainsi il fallait reprendre où tout avait commencé, et retourner au début de la vie de la jeune fille.


Elle était née un 31 juillet, sa vie avait été tout ce qu'il y a de plus normal jusqu'à ses 15 mois, elle vivait avec ses parents, Lily et James "Prongs" Potter, ainsi que ses oncles qui venaient la voir très souvent Sirius "Patmol" Black et Remus "Moony" Lupin, le premier étant son parrain et était en adoration devant sa filleule. On pourrait dire que c'était idyllique. Cette petite famille était un peu différente de la normale, en effet c'était une famille de sorciers. Et oui la Magie existe, avec ses baguettes, ses sorts, ses potions, ... de même que les vampires, les loups-garous, les gobelins, ...

Tout changea un soir d'Halloween, le 31 octobre, quelqu'un, un être immonde, un Seigneur des Ténèbres, Lord Voldemort, Vous-Savez-Qui, Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom, avait décidé de détruire la famille Potter. Bien sûr il avait une raison pour faire cela, savoir si cela était valable ne dépendait pas de nous. En effet, Voldemort avait entendu une prophétie, enfin le début serait plus exacte, parlant d'un enfant naissant à la fin du septième mois et ayant le pouvoir de le détruire, il ne pouvait laisser cela avoir lieu, alors il avait cherché tous les enfants correspondant à cette description, pour l'aider il était aussi dit que les parents l'auraient défié trois fois, cela restreignait la recherche à deux familles : Londubat et Potter. On ne sait pourquoi, enfin sauf ceux connaissait les origines de ce sorcier, il se décida pour les Potter, et plus exactement la jeune sang-mêlé Harriet Potter.

La famille, ayant apprit qu'elle était recherchée, avait décidé de se cacher grâce à un sort du nom de Fidelus ! qui enfermait le secret d'un lieu dans l'âme d'une personne et pour le gardien du secret il avait fait confiance à un ami d'enfance de James Potter du nom de Peter "Queudver" Pettigrow. Malheureusement ils avaient choisit la mauvaise personne car rapidement il donna ce même secret au Seigneur des Ténèbres.

Ainsi, cette nuit d'Halloween trouva la famille Potter jouant dans le salon et Voldemort arrivant dans le jardin, il avait un sourire sinistre voyant la possibilité de mettre fin à une menace avant même qu'elle ne commence. Il explosa la porte avec un simple sort Bombarda ! et entra dans la maison. Il vit James Potter se mettre en défense pour permettre à sa femme et fille de s'enfuir vers l'étage. Rapidement le père fut tué et il put monter à l'étage. Il trouva la nurserie avec sa porte fermée, il la força et entra dans la chambre. Il eut des supplications, deux sorts verts et une vague de magie.

Sirius Black arriva, il vit la maison partiellement détruite, il entra et trouva son frère, James, mort sur le sol devant l'escalier, il prit le temps de lui fermer les yeux et continua vers le haut. Il entra dans la chambre de sa filleule et cette fois ce fut Lily qui était à terre juste devant le berceau. Elle aussi était partie. Il s'approcha du lit, il avait peur de ce qu'il verrait. Il trouva sa filleule, allongée, inerte. Tremblant il s'avança et soudainement il reprit le souffle qu'il ne savait pas avoir arrêté. Il vit la poitrine de l'enfant bouger. Il regarda de plus près et vie qu'il y avait du sang sur le front et qu'il y aurait sûrement une marque si ce ce n'était pas rapidement soigné. Il prit la petite dans ses bras avec sa couverture. Il devait l'emmener voir un guérisseur, il prendrait ses affaires plus tard.

Il descendit les marches et trouva Rubeus Hagrid, Gardien des Clefs de Poudlard, dans le salon.

- Que fais-tu là Hagrid ?

- Dumbledore... Il m'a ...

- Que veut Dumbledore ?

- Ils sont ... Ils sont morts ?

- Oui, il ne reste que Harry. Que veux-tu ?

- Il m'a demandé de venir chercher Harry pour l'amener à Poudlard.

Sirius ne voulait pas, elle était sa charge, sa responsabilité. Il devait s'occuper d'elle mais il savait aussi que lorsque Hagrid avait une mission donnée par Dumbledore rien ne pouvant l'arrêter surtout que l'homme était un demi-géant avec le poids et la taille correspondant et surtout la force. Sirius ne pouvait pas se disputer avec lui alors qu'il y avait un bébé blessé dans la pièce. Il se dit que laisser Hagrid emmener Harriet pour le moment ainsi il pourrait aider à arrêter le traitre et venir la chercher plus tard.

- D'accord. Prends ma moto. Je vais m'occuper de quelque chose et je viendrais pour elle plus tard.

Il embrassa l'enfant et le tendit à l'homme avant de regarder une dernière fois le salon et de quitter la maison.

Dans un monde meilleur, Sirius serait revenu rapidement prendre sa filleule qui aurait grandi avec amour et force. Peter aurait été attrapé et serait maintenant en prison pour une durée indéterminée et payer pour sa trahison. Malheureusement ce n'était pas un monde meilleur.

Harriet Potter fut déposée par l'homme appelé Dumbledore, le directeur de Poudlard, le chef du Magenmagot, le Manitou Suprême de la Confédération Internationale des Sorciers, le Chef de l'Ordre du Phénix, le Seigneur de la Lumière, ... sur le pas de la porte du 4 Privet Drive, Little Whinning, Surrey pendant la nuit même où elle avait perdu sa famille. Il ne prit pas la peine de frapper, non il laissa juste un tout-petit devant la porte et parti.

Sirius ne savait pas cela, il cherchait toujours Peter et lorsqu'il le trouva rien ne se passa comme il l'espérait. Rapidement l'homme fut envoyé en prison, sans procès, tout cela parce que tous le monde savait que c'était lui le gardien du secret donc le traitre. Et oui TOUS LE MONDE SAVAIT donc il était coupable, pas la peine de mener une enquête ou de le juger. Ne passer pas par la case départ, allez directement en prison !

Et là commença l'enfer pour deux personnes qui n'avaient pas mérité cela. L'homme se retrouva dans la pire prison existant au monde, même l'enfer serait sûrement mieux, ses compagnons étaient des tueurs, des fous, des violeurs, ... des êtres immondes... mais pas aussi immondes que les gardiens qui étaient les créatures les plus effroyables existants sur Terre : des Détraqueurs. Ces créatures avaient le pouvoir de manger les émotions et particulièrement le bonheur, la joie, l'amour pour ne laisser que la haine, la peur, la souffrance, ... et même là il pouvait aussi le manger. Ils avaient aussi le pouvoir d'embrasser et ainsi de consommer l'âme de leur victime. La seule chose qui le faisait tenir jour après jour, mois après mois, année après année, était la pensée de revoir sa belle filleule, son chiot.

La petite fille, elle, atterri avec la sœur de sa mère, sa tante, Pétunia Dursley, née Evans, et sa famille, son mari Vernon Dursley et son fils Dudley Dursley. On pourrait se dire qu'étant de la même famille, partageant le même sang, elle serait bien acceptée et heureuse mais ce ne fut pas le cas. Car Pétunia connaissait la nature de sa sœur, et donc de sa nièce, et surtout haïssait cette ... anormalité.

Il est à savoir que le plus grand désir de Pétunia Dursley était d'être normale, avoir la parfaite petite famille avec son mari normal et son fils encore plus normal. Elle avait une maison normale dans un quartier parfaitement normal. Elle était heureuse. Elle pouvait oublier qu'elle avait une sœur anormale. Malheureusement sa normalité fut gâchée lorsque le matin du 1er novembre en allant prendre le journal devant la porte elle trouva sa nièce abandonnée là. Avec son mari elle se fit la promesse de détruire cette ... magie et de faire de l'enfant un être normal... ou ... de le détruire. Et là commença l'enfer.

Harriet Potter était douée. Elle avait l'esprit vif et si délié, elle apprenait avec une telle facilité que même les parents les plus obtus auraient reconnu des dons aussi exceptionnels. Mais malheureusement pour elle, son oncle et sa tante, Mr et Mme Dursley, ne l'aimaient pas du tout, en fait ils la haïssaient.

Comme précédemment expliqué, ils avaient un fils appelé Dudley et leur nièce du nom de Harriet "Harry" Potter, et alors que le premier était aimé et gâté à ne plus savoir qu'en faire, la seconde était considérée à peu près comme une croûte sur une plaie. Une croûte, il faut s'y résigner jusqu'à ce qu'on puisse la détacher, s'en défaire et la bazarder. Mr et Mme Dursley attendaient avec impatience le moment où ils pourraient se défaire de leur nièce et la bazarder en l'expédiant de préférence dans la rue sans rien, si elle devenait une sans-abri, une prostituée et en mourrait ils n'en serait plus qu'heureux. Il est déjà assez triste que des parents traitent des enfants ordinaires comme s'ils étaient des croûtes ou des cors aux pieds, mais cette attitude est encore plus répréhensible si l'enfant en question est extraordinaire, j'entends par là aussi sensible que doué.

Harriet Potter était l'un et l'autre mais, par-dessus tout, elle était dotée d'une intelligence rare. Mais Mr et Mme Dursley étaient, eux, si bornés, si confinés dans leurs petites existences étriquées et stupides qu'ils en venaient à haïr leur nièce. Leur fils, Dudley, était un garçon tout à fait normal, enfin je dis cela mais cela est une insulte aux enfants du monde entier, en effet si son éducation avait été différente il aurait été un enfant tout ce qu'il y a de plus normal mais malheureusement ce ne fut pas le cas alors Dudley devint un enfant égoïste, méchant et stupide. Il croyait que le monde lui était dû, s'il n'avait pas quelque chose il faisait des crises et comme il était gâté il en faisait souvent. Il mangeait aussi comme un cochon, en fait il ressemblait réellement à cet animal, juste avec une perruque blonde. En même temps, il était normal qu'il ai une forte ressemblance avec une bête puisque sa mère avait un air de cheval avec un coup de girafe et son père lui se rapprochait plus du morse avec une moustache. Une véritable ménagerie.

Harry était donc arrivée chez eux dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 1991, ses parents étaient décédés le jour d'Halloween, elle avait été déposée comme un vieux journal sur le pas de la porte en plein milieu de la nuit avec seulement une lettre. Ainsi laissée sur devant la maison du 4, Privet Drive, elle fut accueillie par Pétunia et Vernon Dursley avec leur fils Dudley. Il existe en effet des gens qui croient qu'il est intelligent d'abandonner un enfant, un bébé, sur le pas d'une porte lors de l'une des nuit les plus froide de l'année, c'est par une chance extraordinaire, et un petit coup de pouce, qu'elle a survécu sans souffrir d'hypothermie.

A l'âge d'un an et demi, elle parlait à la perfection et connaissait à peu près autant de mots que la plupart des enfants beaucoup plus vieux. Ses parents, Lily et James Potter, avaient fortement aidé à ce développement puisqu'ils lui lisaient beaucoup de livres et lui parlaient non comme à un bébé mais comme un adulte le plus souvent. Ils aimaient leur enfant et dans le peu où ils avaient été avec elle, ils lui avaient montré.

A trois ans, Harriet apprit toute seule à lire en s'exerçant avec les journaux et les magazines qui traînaient à la maison. A quatre ans, elle lisait couramment et, tout naturellement commença les livres qui se trouvaient dans la maison, au début ce fut ceux offert à Dudley et refourgués dans la pièce où tout ce qu'il n'aimait pas été stockés, puis lorsqu'elle en eut fini, elle se dirigea vers la bibliothèque qui ornait les murs du salon. En effet, pour bien paraître les Dursley avaient dépensés une certaine somme pour acheter une bibliothèque complète et l'avait placé dans le salon, ainsi lorsqu'ils recevaient du monde ils pouvaient faire croire qu'ils étaient instruit. Les livres étaient variés dans les genres et les thèmes, cela lui permit se lancer dans des lectures plus intéressantes.

Malheureusement pour elle, les Dursley la haïssaient tellement qu'ils se devaient de faire de sa vie un enfer. Dans la maison, il y avait un étage avec quatre chambres : une pour Pétunia et Vernon, une pour Dudley, une en guise de chambre d'amis lorsque Marge, la sœur de Vernon, venait et la dernière servait de stockage pour les jouets de Dudley. Et oui, quatre chambres, et elle était reléguée au placard sous l'escalier. Si ce n'était que ça encore, mais cela ne suffisait pas, ils devaient aussi la transformer en esclaves, ainsi à trois ans sa tante a commencé à lui apprendre à nettoyer la maison, c'était des petites choses au début comme passer le chiffon pour la poussière sur les meubles, mettre la table et débarrasser, mais plus elle vieillissait plus la difficulté et le nombre augmentaient. A cinq ans, alors qu'elle atteignait à peine le haut de la cuisinière, même avec un tabouret, elle devait préparer leur repas, Pétunia la réveillait aux aurores pour qu'elle apprenne, ajouté à cela elle devait faire le ménage de la maison et s'occuper du jardin. Bien sûr ils devaient encore faire plus pour que la maison soit un véritable enfer, alors ils la privèrent régulièrement de nourriture, pour le plaisir ou la punir Harry ne savait pas mais si elle avait l'équivalent d'un repas complet dans la journée elle avait beaucoup de chance, elle était si maigre que l'on pourrait croire qu'elle était un enfant venant d'un pays du tiers-monde avec des problèmes de famine, mais comme elle portait les vieux vêtements de Dudley, qui étaient bien trop grand pour elle, on ne voyait pas vraiment sa maigreur. Vernon lui préférait battre l'enfant, soit juste pour passer ses nerfs car il avait passé une mauvaise journée au travail, soit pour la punir de quelque chose que la pauvre petite aurait soi-disant mal fait comme ne pas faire ses tâches assez rapidement, trop cuire la nourriture, ... le pire était lorsqu'elle faisait quelque chose de bizarre qu'eux seuls voyaient. Ainsi fut la vie de la pauvre Harriet Potter alors même qu'elle était un être douée, elle restait un enfant qui devait se battre contre plus fort que lui.

Le monde d'Harry commença à changer l'année de ses six ans, en effet, même si Pétunia ne voulait pas que son esclave aille à l'école, elle n'avait pas le choix car les voisins savaient que les Dursley accueillaient leur nièce, ainsi Harriet Potter commença l'école. Elle était heureuse d'y aller même si elle savait qu'elle ne pourrait pas avoir d'ami à cause de Dudley et que Vernon et Pétunia avaient parlé aux professeurs et au directeur pour leur expliquer à quel point leur nièce était mauvaise, menteuse et tricheuse. Au moins elle serait loin de la maison pour la première fois, en effet avant ce jour elle n'avait pas eu le droit de sortir sauf pour s'occuper du jardin et elle espérait qu'elle apprendrait quelque chose. Elle aimait apprendre même si cela était compliqué avec sa si charmante famille.


Pour comprendre la suite de l'histoire, il faut comprendre Pétunia Dursley, comme il a été dit précédemment, cette femme voulait être parfaitement normale. Elle avait donc une jolie maison dans un quartier paisible et familiale. Elle avait la famille parfaite avec son mari Vernon qui avait un bon emploi et son magnifique fils Dudley, elle était la femme normale au foyer qui s'occupait de sa belle famille. Elle avait tout fait pour être tout ce qu'il y a de plus normal. Il faut savoir que sa vision de la normalité n'est pas la même que la notre. Pour elle, être normal c'est la maison avec un mari et un fils, si elle avait pu elle aurait aimé avoir une fille, cela lui aurait donné la famille parfaite. Elle se croyait être la femme au foyer idéal, elle s'occupait de son mari et de son fils, elle cuisinait, faisait le ménage et entretenait son beau jardin, elle participait aussi à divers clubs et réunions avec les autres femmes de son quartier.

Malheureusement pour elle, dans sa vie parfaite et si normale, il y avait une anomalie. En premier, elle a une sœur, enfin avait, la si incroyable et magnifique Lily qui était devenue un monstre lors de son onzième anniversaire. En effet un monstre, un anormal, était venu voir sa famille et avait annoncé que sa petite sœur n'était pas normale. A partir de ce moment là, Pétunia avait perdu sa famille, ses parents étaient obsédés par leur petite Lily, ils ne voyaient pas qu'elle était un monstre mais Pétunia voyait ses manières si horribles et si ... anormales. Ne voulant pas ce type d'horreur dans sa vie, elle avait épousé l'homme le plus normal qu'elle avait trouvé. Bien sûr Vernon n'était pas parfait, il était en surpoids et sujet à la colère mais il lui offrait une vie normale.

Pendant quelques années tout était parfait, elle vivait heureuse, son bonheur avait augmenté lorsqu'elle avait eu son fils. Pendant ce temps, elle recevait des lettres de Lily, elle n'y répondait pas, mais celle-ci continuait à les envoyer, elle les avait reléguée au grenier. Puis un jour, sa si charmante sœur s'était fait explosée par un autre monstre, de même que son mari, seulement sa fille avait survécu. Bien sûr les montres n'avaient pas eu la décence de venir la voir en personne pour lui annoncer la nouvelle, ils ne lui avaient même pas dit où se trouvait la sépulture de sa sœur, car malgré tout ce qui avait été elle restait sa petite sœur, elle aurait aimé pouvoir dire adieu à la petite fille d'avant la découverte de son anormalité. Mais non, les monstres avaient décidé de lui dire que sa sœur était morte en laissant une lettre dans le couffin de sa nièce qui avait été abandonné sur le pas de sa porte lors d'une froide nuit d'hiver. Si elle avait eu besoin de preuves qu'ils étaient des monstres, cet acte l'avait amplement prouvé. Qui aurait l'idée de laisser un enfant, un simple bébé, sur le pas d'une porte en pleine nuit, comme on laisse une bouteille de lait ou un journal devant la porte.

Sa nièce, elle ressemblait tant à sa sœur, elle savait qu'elle serait elle aussi un monstre et pour cela elle la détestait, elle la haïssait pour être ce qu'elle était. La preuve de la monstruosité de sa sœur, la preuve que sa famille n'était pas parfaite, la preuve que sa famille n'était pas normale. Elle ne voulait pas s'occuper d'elle mais elle n'avait pas le choix, elle avait essayé les premières de semaines de la rendre aux monstres mais elle était incapable de trouver les entrées de leur monde ou de les contacter. Elle aurait dû savoir qu'elle n'arriverait pas à l'enlever de sa belle famille, elle avait tenté l'orphelinat mais dès qu'elle la déposait dans un, elle réapparaissait sur le pas de sa porte. Une autre chose qui faisait détester l'enfant, et encore plus sa sœur, était que c'était la fille qu'elle aurait voulu avoir, son rêve avait été d'avoir une petite fille mais après la naissance difficile de Dudley on lui avait annoncé qu'il lui serait presque impossible d'avoir un autre enfant et là on lui demandait de s'occuper d'une petite fille. Un enfant auquel il ne fallait pas s'attacher car elle allait devenir un monstre, en fait elle en était déjà un.

La lettre avait été explicite, elle savait qu'elle devrait garder la fille même si elle ne voulait pas. Elle était aussi un monstre qui détruisait sa vie si parfaite. Plus elle la regardait plus elle la détestait. Elle gâchait sa vie normale. Plus elle grandissait plus elle montrait son anormalité. Elle voyait comment elle était si semblable à sa mère, comme elle elle était intelligente, comme elle elle avait des yeux magnifiques, comme elle elle allait devenir belle, comme elle... elle deviendrait un monstre. Alors elle a tout fait pour qu'elle ne soit pas comme elle. Elle ne lui a pas donné à manger suffisamment pour qu'elle ne grandisse pas correctement, ainsi elle ne sera pas aussi belle qu'elle. Elle lui a donné des corvées à ne plus savoir qu'en faire, ainsi elle ne pourrait pas devenir aussi intelligente qu'elle. Et surtout elle a laissé son mari passer sa colère sur elle, ainsi peut-être son anormalité disparaitrait. Elle lui avait laissé le placard sous l'escalier car s'elle n'occupait pas une chambre, elle pouvait avoir l'impression qu'elle ne vivait pas avec eux.

Elle voulait sa vie normale mais maintenant elle devait supporter cette erreur de la nature. Pendant cinq ans, peu de gens pouvaient voir le monstre, elle la gardait enfermée dans la maison sauf lorsqu'elle devait faire ses tâches dans le jardin. Pour que les gens ne posent pas de questions, elle avait raconté à tous les voisins qu'elle était la seule famille de sa nièce qui était la fille de sa sœur et de son mari, deux drogués et alcooliques qui étaient morts dans un accident de voiture qu'ils avaient causé, de plus la fille prenait après ses parents et était une délinquante ainsi elle devait travailler pour l'empêcher de faire du mal aux autres. Bien sûr les apparences étaient pour elle, elle était l'exemple de la famille parfaite, ainsi tous le monde l'a cru et personne ne vit que l'enfant était malingre, vêtu de vêtements informes et souvent couvert de bleu, pour eux tout cela prouvait juste les dires de sa tante, ils ne virent que ce qu'ils avaient envie de voir. Cela aurait été mal qu'il y ai dans leur si beau quartier des gens qui maltraitaient des enfants. Pour ajouter à ses dires, Pétunia ne laissait pas l'enfant se laver régulièrement ce qui faisait qu'elle était sale et il y avait une mauvaise odeur autour d'elle, éloignant d'autant plus les gens d'elle.

Ainsi passa la vie, mais tout changea lorsqu'elle eut six ans et que Pétunia fut obligé de l'envoyer à l'école, les voisins risquaient de se poser des questions dans le cas contraire. Mais elle ne voulait pas qu'elle puisse faire de son mieux alors elle mis des corvées tous les matins avant qu'elle ne parte et le soir lorsqu'elle revenait, avec tout cela à faire elle ne pouvait pas faire ses devoirs et elle était trop fatiguée pour se concentrer en classe. Avec cela, elle parla aux enseignants et au directeur de son école, expliquant qu'elle était une menteuse et une tricheuse.

Elle savait que cela n'allait pas durer mais elle se devait d'essayer pour garder aussi parfaitement normal que possible.


Malgré les efforts de Pétunia Dursley, Harriet Potter était une enfant magnifique. Elle était plus petite que tous les autres enfants de son âge et maigre, tout cela grâce à la malnutrition que lui faisait subir sa famille, mais à cause cela elle ressemblait à une poupée de porcelaine car il fallait aussi ajouté sa pâleur puisqu'elle sortait si peu de la maison. Ainsi, le premier jour d'école vit arrivé une petite fille avec la peau blanche, de long cheveux couleur ébène, de grand yeux vert émeraude et une bouche rouge comme si elle portait du rouge à lèvres. Magnifique si ce n'était les vêtements informes qu'elle portait et les lunettes rondes abimées. Elle n'avait pas le droit d'avoir ses propres vêtements, on lui donnait les anciens habits que son cousin ne pouvait plus mettre, et vu la différence de taille et de poids, sans oublier le sexe, ils étaient complétement inadéquats.

Il est à savoir que grâce à son intelligence, Harriet savait qu'elle était différente de sa famille, autre que le physique et l'intelligence. Elle avait une grande maturité, beaucoup plus que ne devrait avoir un enfant de cet âge. Très tôt elle avait comprit qu'elle avait des pouvoirs, la première fois parce qu'elle avait guéri plus vite qu'elle ne devrait après un énième passage à tabac de son oncle, il eut ensuite la fois où elle voulait tellement avoir de la lumière dans son placard qu'une orbe apparut devant elle ou encore lorsqu'elle voulut un livre se situant tout en haut de la bibliothèque et que celui-ci flotta jusqu'à elle. Heureusement les Dursley n'avaient pas vu cela et donc n'avaient rien fait pour la punir. Au début de l'été avant la rentrée scolaire, Pétunia avait voulu couper les cheveux de sa nièce, elle les avait coupé court, c'était horrible, Harriet n'aimait pas cela et ne voulait pas aller à l'école avec cette coiffure. Son pouvoir avait fait quelque chose car le lendemain elle se réveilla avec ses cheveux aussi long qu'avant. Elle avait trouvé les bandes dessinées de Dudley sur les super-héros lorsqu'elle avait quatre ans, un jour elle était tombée sur un héros expliquant que la méditation pouvait aider à contrôler son pouvoir. Elle avait chercher ce que c'était dans un dictionnaire, ayant comprit elle commença à méditer le soir, après qu'elle soit enfermée dans son placard en suivant les quelques explications de la BD.

Ainsi lorsqu'elle commença l'école, elle pouvait faire apparaître des orbes lumineux, flotter des objets, guérir rapidement, se réchauffer, ouvrir son placard ... C'était peu de choses mais suffisamment pour l'aider à survivre. Elle possédait aussi une mémoire extraordinaire, elle arrivait à se souvenir de tout ce qu'elle lisait, mais aussi ce qu'elle voyait et/ou entendait. Elle avait aussi un bon esprit, elle était logique, rusée et mature. Avec plusieurs expériences, elle s'était rendue compte que son pouvoir était meilleur lorsqu'elle était hors de la maison, elle ne savait pas pourquoi par contre, c'était comme si quelque chose le bloquait.

Enfin ce fut l'école, elle était si heureuse, elle savait qu'elle ne pouvait pas ramener de bonnes notes à la maison, elle n'avait pas le droit de faire mieux que Dudley, ce qu'il fallait avouer aller être difficile vu la stupidité du garçon mais comme elle préférait éviter de se faire battre elle le ferait. Un point positif à l'école était aussi le fait qu'elle aurait un repas par jour grâce à la cantine scolaire. La semaine dernière, elle avait découvert qu'elle pouvait rétrécir les vêtements, Pétunia avait commencé à laver un pull, qui ressemblait fortement à de la peau d'éléphant, et avait annoncer qu'il était pour Harriet pour l'école, mais plus il était lavé plus il rétrécissait. Heureusement la femme avait pensé que cela venait des produits mais l'enfant savait que c'était son pouvoir. Maintenant elle allait devoir essayer de faire de même avec ses vêtements pour qu'ils soient meilleurs.

Dès le premier jour, elle comprit qu'elle allait s'ennuyer, ils apprenaient l'alphabet, l'écriture et la lecture, les mathématiques de bases, ... La seule matière qu'elle aimait c'était l'art avec le dessin et la musique car elle n'en avait jamais fait avant et donc cela était une nouveauté. Lors de la pause, elle trouva la bibliothèque, cela allait rapidement devenir son refuge car elle savait que Dudley ne viendrait jamais ici de lui-même. Lorsque la maitresse, qui était très gentille, voulut lui parler le soir, elle savait qu'il fallait qu'elle trouve quelque chose pour éviter qu'elle parle à sa famille. Et alors qu'elle répondait aux questions de son enseignante tout en mentant elle sentit son pouvoir monter en elle, elle laissa faire pour voir ce qui allait se passer. Elle vit la maitresse accepter ses dires.

Les jours, les semaines passèrent. Harriet faisait mal lors de ses devoirs mais elle savait que si elle avait fait correctement elle aurait eu des notes parfaites. En même temps elle lisait des livres que ce soit ceux de la bibliothèque ou ceux qui lui prêtait la maîtresse. Elle avait comprit ce qu'avait fait son pouvoir. Il avait convaincu l'enseignante de l'aider tout en gardant le secret alors parfois l'enfant recevait des livres ou des exercices plus difficiles que les autres pour qu'elle puisse travailler. C'est ainsi que passèrent les années, à chaque nouvel enseignant elle allait lui parler pour qu'il fasse la même chose que la première.

Elle avait réussit à rétrécir discrètement ses vêtements, elle utilisait aussi sa magie pour aider lors des tâches qu'elle devait faire chaque jour, avec un repas complet par jour elle était un peu moins maigre, surtout que pour aider elle ramassait parfois des fruits sauvages, et grâce à son pouvoir elle avait réussit à les conserver plus longtemps lorsqu'elle les cachait dans son placard. Elle avait réussit à créer une cachette en défaisant discrètement les planches sous son matelas, ainsi elle gardait de la nourriture, des livres, ses meilleurs dessins, ... tout ce qu'elle ne voulait que les Dursley trouvent. Elle était toujours mince, un peu trop mais pas aussi maigre qu'elle aurait pu. Lorsqu'elle le pouvait, et donc à l'extérieur de la maison, elle utilisait sa maison pour manipuler les Dursley pour qu'ils l'oublient, cela ne fonctionnait pas toujours mais grâce à cela elle avait déjà moins de coups qu'avant. Ce qu'elle ne savait pas c'était que plus vous travailliez votre magie plus elle devient forte, et elle la faisait fonctionner pratiquement non stop depuis son arrivé à Privet Drive, tout d'abord pour se soigner de la maltraitance mais ensuite avec ses essaies avec ses pouvoirs.

Sa vie changea quelques jours avant ses onze ans. Elle avait maintenant une explication pour son pouvoir. Elle était une sorcière. Le jour de ses onze ans, elle apprit que ses parents n'étaient pas morts dans un accident de voiture mais avait été assassinés, qu'ils étaient aussi des sorciers et qu'elle avait de l'argent. Elle découvrit qu'elle était connue comme la fille-qui-à-survécut et la survivante pour avoir soi-disant tué le meurtrier de sa famille. Et oui pour les sorciers, il était logique de croire qu'un bébé de 15 mois avait été capable de détruire un puissant sorcier et était ressorti avec seulement une cicatrice en forme d'éclair sur le front. En écoutant et en voyant le comportement des personnes qu'elle avait rencontré, elle compris que comme avec son école, elle allait devoir se cacher, se rabaisser, faire semblant. Elle commençait à en avoir l'habitude. Elle avait eu raisons de faire cela comme lui prouveraient les années suivantes.

A l'école moldu, elle avait apprit plus que ce qui était demandé grâce à la bibliothèque scolaire, puis celle du quartier et enfin celle de la ville. Elle empruntait rarement de peur que les livres soient détruits par un des Dursley s'ils étaient trouvés mais elle lisait sur place pendant plusieurs heures ce qui était accepté par Pétunia lorsqu'Harriet avait expliqué qu'ainsi elle n'aurait pas à la supporter. A 11 ans, Harriet Potter avait assez de connaissances pour passer ses CGSE ainsi que ses A-Levels, elle connaissait aussi plusieurs langues comme le français, l'allemand, l'espagnol, le chinois et le japonais mais aussi des langues mortes comme le latin et le grec. Elle était douée en dessin, cela était rapidement devenu son passe-temps et avait des bases pour la guitare, le piano et le violon grâce aux cours de musique fournit par l'école. Elle avait aussi lu sur des sujets autres comme la politique, l'économie, les sciences humaines, ... Comme il avait été dit c'était un enfant extraordinaire.

Sa première année à Poudlard lui prouva sa première impression des sorciers : il était des moutons sans aucune logique qui avaient besoin d'un berger pour vivre e surtout leur dire comment vivre. Lors de sa visite sur le Chemin de Traverse, elle avait comprit qu'on attendait d'elle, il fallait qu'elle à Gryffondor comme ses parents, et qu'elle déteste les Serpentard. Alors c'est ce qu'elle fit. Elle se fit aussi les amis qu'elle devait. Celui qui essayait de la manipulait la prenait vraiment pour une idiote, mais il avait toujours plus de pouvoirs qu'elle donc elle devait jouer le jeu avec l'espoir d'être libre un jour. Elle devint amie avec Ronald "Ron" Bilius Weasley, et en effet son deuxième prénom lui convenait parfaitement, ce garçon était horripilant avec sa jalousie et sa fainéantise sans oublier son idiotie. Il faisait tout ce qu'il pouvait pour l'empêcher d'étudier. A halloween, Hermione Jane Granger fut ajoutée, c'était la "Miss Je-Sais-Tout" par excellence, elle était autoritaire et jalouse si on faisait mieux qu'elle, elle croyait tout savoir parce qu'elle l'avait lu dans un livre et pensait que si une personne était en position d'autorité elle avait obligatoirement raison. Harriet vit qu'à eux deux ils empêchaient toutes personnes voulant s'approcher d'elle et faisaient de leur mieux pour qu'elle échoue en cours, elle avait même remarqué qu'Hermione modifiait, plus ou moins discrètement, ses devoirs pour qu'ils soient mauvais. Alors dès qu'elle le pouvait elle allait se promener, et surtout se cacher, pour apprendre de nouvelles choses. Elle trouva de vieilles salles de classes qui étaient abandonnées depuis un moment vu la couche de poussières qu'il y avait. Dans ces pièces, elle trouva des bibliothèques qui avaient été oubliées, des cours annulés, des magies interdites... Dans une de ses pièces elle trouva un livre sur l'Occlumancie, elle découvrit comme protéger son esprit, et savoir si quelqu'un essayait d'entrer, elle comprit vite que deux sorciers dans l'école avaient lu son esprit, il fallait qu'elle se protège. Ce ne fut pas aussi difficile qu'elle le croyait car elle connaissait déjà la méditation.

Petit à petit elle protégea ses connaissances mais créa aussi un "faux" esprit autour du vrai pour montrer à ceux qui entraient ce qu'ils voulaient voir. Elle avait décidé de faire une sphère, comme une boule de cristal, qu'elle rendit invisible après avoir récupéré la cape de son père, elle l'entoura avec les souvenirs vrais ou faux qui faisaient croire qu'elle était la Gryffondor parfaite, elle cacha tout le reste dans sa sphère. Ici il y avait son vrai Palais de l'Esprit. Elle avait eu des dizaines d'idées avant de trouver la bonne. Elle créa un paysage idyllique pour elle avec une montagne enneigée dans le fond, la mer avec sa plage et une maison avec une forêt derrière elle ainsi qu'un étang, un jardin, ... Les gens qui arrivaient à aller jusque là iraient directement à la maison, celle-ci était assez simple si ce n'est les dizaines d'œuvres d'art la décorant. On pouvait faire le tour, c'était une maison tout ce qu'il y a de plus simple avec salon, salle à manger, cuisine, chambres et bibliothèque. Elle avait mit de vrais souvenirs mais aussi des faux, mais rien d'importants, juste de quoi donner l'illusion, avec quelques connaissances mais surtout il y avait des cauchemars et des horreurs vus dans le monde moldu grâce des films ou des reportages, et même lu dans des livres ou des articles de faits divers. En plus de cela, les œuvres d'art devenaient vivantes si la signature magique ne correspondait pas à la sienne. Par exemple dans le hall d'entrée, devant la porte il y avait la peinture "Le Cri" d'Edvard Munch, l'être se trouvant dedans sortait et hurlait, cela ressemblait grandement au cri d'une banshee, dans le salon il y avait le Penseur de Rodin qui pouvait prendre vie, ... Il y avait aussi des peintures et des statues d'animaux magiques ou non. C'était une protection qui cachait le véritable esprit d'Harriet. Pour l'atteindre, il fallait sortir, aller jusqu'à l'étang où il y avait un superbe saule pleureur, sur le tronc il y avait un nœud qu'il fallait toucher, l'arbre vérifiait la signature magique avant de faire apparaître une porte qui donnait sur un escalier menant vers le sous-sol. Lorsqu'on descendait on arrivait dans une première pièce avec une porte où il fallait donner un mot de passe en Fourchelangue. Elle avait découvert qu'elle pouvait parler aux serpents peu de temps avant ses onze ans lorsqu'elle avait aidé un boa à s'enfuir d'un zoo. Enfin cela donnait dans une bibliothèque, ici étaient cachés les véritables souvenirs et connaissances d'Harriet Potter.

Les connaissances étaient des livres et des manuscrits triés sur les étagères de la bibliothèque. Ensuite, les souvenirs avaient été transformés en DVD et rangés sur un mur. Il était possible de les voir sur un écran devant un canapé. Pour ses pensées, elle avait décidé de s'en servir pour donner de la vie à son monde en les transformant en oiseaux, papillons, fleurs, ...

En méditant, elle avait trouvé un espace sombre, si noir, qu'elle tremblait rien qu'en s'en approchant. Elle décida de cacher cela dans une grotte fortifiée de la montagne.

Le reste de l'année passa avec elle qui apprenait secrètement, les premiers mois avaient été compliqués surtout pour échapper à ses gardes... amis... mais après Noël elle avait obtenu la cape de son père, avec elle elle avait la possibilité d'aller où elle le voulait, même dans la zone restreinte de la bibliothèque de l'école. Après avoir rencontré le directeur Dumbledore devant le miroir d'Erised, elle avait cherché les charmes de suivi que l'on pouvait poser sur des objets, et surtout comment les détecter. Elle ne fut pas vraiment surprise d'en trouver sur elle mais aussi sur la cape, avec beaucoup de magie elle réussit à défaire celui sur l'objet mais déplaça ceux sur elle, ne voulant alerter personne, elle les mis sur des objets simples comme un bouton, une barrette, un élastique, ... ainsi il était facile de les laisser derrière elle quand elle le désirait. A la fin de l'année elle découvrit que Voldemort était encore en vie et en avait après elle. Elle le combattit et réussit à gagner de justesse grâce à sa mère. Elle devait devenir plus forte. Bien sûr lorsqu'elle demanda à Dumbledore des explications il luit dit qu'elle était trop jeune pour comprendre, qu'elle devait avoir une enfance...ect beaucoup de platitudes sans réel but. Elle lui parla des Dursley et de son espoir de plus vivre avec eux, et encore une fois il lui donna des excuses boiteuses sans réelles explications. Elle devait vivre avec eux pour sa sécurité. En résumé elle fut renvoyée avec une tape sur la tête comme le bon chien qu'elle devait être. Ce fut cette discussion qui confirma ses doutes sur l'homme et son instinct de ne surtout pas lui faire confiance.

Les vacances scolaires la ramenèrent donc chez les Dursley, elle avait passé un accord avec eux, ils la laissaient tranquille et elle ne ferait pas de magie devant eux, elle avait légèrement oublié de leur dire que les élèves n'avaient pas le droit d'utiliser leur baguette pendant l'été. Enfin cela fonctionna jusqu'à ce qu'un elfe de maison débarque et gâche tout en faisant de la magie. Elle avait reçu des lettres du ministères lui rappelant l'interdiction pour les mineurs de faire de la magie en dehors de l'école. Elle reçut une raclée de la part de Vernon et se retrouva enfermée dans sa chambre jusqu'à ce que Ron et ses frères jumeaux Georges et Fred Weasley viennent la sauver dans la voiture volante de leur père Arthur.

La deuxième année, elle vécu l'horreur, quelqu'un avait ouvert la chambre des secrets et comme il avait été découvert qu'elle était fourchelangue alors c'était obligatoirement elle. Les sorciers avaient oublié que sa mère était née-moldue ainsi qu'une de ses plus proche amie. Mais les sorciers étant des moutons, elle dut subir le harcèlement et la haine de tous, les professeurs ne faisant rien pour l'aider. La fin de l'année amena une nouvelle aventure où elle combattit un serpent magique géant du nom de Basilic pour sauver une imbécile qui croyait qu'il était intelligent de croire qu'un journal pouvait vous répondre, oui la magie pouvait faire beaucoup mais même Harriet se doutait qu'il fallait s'inquiéter si un objet sans cerveau se mettait à vous répondre. Peu de temps avant le retour à la maison, elle retourna dans la chambre, celle-ci ayant le DES dans le nom elle se doutait qu'il devait y avoir plus qu'un serpent. Elle trouva un appartement avec une bibliothèque et un bureau. Elle retourna au 4 Privet Drive, elle devait supporter les Dursley qui étaient toujours en colère contre elle, mais elle avait Dobby pour l'aider, il lui apportait ses repas ce qui lui permettait de manger régulièrement, elle avait prit quelques livres dans la chambre des secrets pour occuper son temps, ou sortait pour rejoindre la bibliothèque de Surrey. Cet été là, la sœur de Vernon, Marge, avait été invitée, ce fut rapidement l'horreur surtout que cette femme était incapable de garder sa bouche fermée alors il était compréhensible qu'Harriet devienne folle et que sa magie se déchaine. Elle partit vers le Chaudron Baveur après avoir fait gonflé la femme comme un ballon.

L'été qu'elle passa sur le Chemin de Traverse fut déterminant pour son avenir, car curieuse elle alla à Gringotts où elle découvrit qu'elle avait plusieurs héritages qui l'attendaient, elle ne pouvait pas faire grand chose pour le moment car il fallait soit l'accord de son gardien magique, elle découvrit à ce moment-là qu'elle en avait un et qu'il était Dumbledore, ou qu'elle soit émancipée. Elle découvrit aussi que pour quitter Poudlard il fallait qu'elle ai ses BUSE et qu'elle soit émancipée ou qu'elle obtienne l'accord de son gardien magique. Grâce à son temps dans le monde magique elle découvrit le fonctionnement politique et la noblesse sorcière. Cela ne faisait pas grand chose sur le moment mais avec un peu plus d'argent elle put obtenir de meilleurs vêtements ainsi que des livres supplémentaires à ajouter à sa collection.

La troisième année apporta une nouvelle aventure avec l'évasion de Sirius Black de la prison d'Azkaban et l'arrivée des Détraqueurs à Poudlard. Elle dû apprendre le charme Patronus pour se protéger de ses êtres monstrueux, elle apprit plus tard que la forme était l'Animagus de son père : un cerf du nom de Prongs. Elle rencontra un ami de ses parents, Remus Lupin, mais elle devait avouer qu'elle était hésitante avec lui, il n'avait jamais été présent dans sa vie avant de débarquer lors de sa troisième année en tant qu'enseignant et même là il gardait ses distances. Elle obtient la chance de s'éloigner d'Hermione car celle-ci alla derrière son dos pour dénoncer le cadeau qu'elle avait reçut à Noël, un éclair de feu, on ne lui laissa même pas la possibilité d'en parler à quelqu'un d'elle-même, la décision lui fut retiré de ses mains avant qu'elle ne puisse faire quoi que ce soit. Elle alla régulièrement dans la chambre des secrets, elle obtint avec l'aide de Dobby des conteneurs pour ranger le Basilic et ainsi ne pas le perdre. Au cours de l'année, elle apprit que Sirius Black était le traitre qui avait aidé le meurtrier à faire tuer sa famille mais qu'il était aussi son parrain. Les jumeaux lui offrirent une carte pour l'aider dans ses déplacements dans l'école : la Carte des Maraudeurs. La fin de l'année était encore une fois une aventure où en fait le traitre était Peter Pettigrow qui se cachait comme un rat, celui de Ron : Croutard ; que Sirius avait été envoyé en prison sans procès, et enfin que Remus était un loup-garou. L'été avant sa quatrième année elle retourna chez les Dursley, Sirius se cacha car il était toujours considéré comme coupable, et surtout évadé. Elle alla chez les Weasley, vit la finale de la coupe de monde de Quidditch, assista à une attaque de Mangemorts et vit pour la première fois la marque des ténèbres.

La quatrième année était un nouveau cauchemar, une nouvelle version de sa seconde année, mais apporta aussi une opportunité. En effet elle fut inscrite contre son gré dans un tournoi pour les sorciers adultes, le tournoi des trois sorciers devint le tournoi des quatre sorciers, et comme ceux qui acceptèrent son inscription étaient membre du gouvernement elle fut automatiquement émancipée. De plus comme, encore une fois, elle fut considérée comme coupable, tricheuse et menteuse, elle fut bien sûr harcelée mais plus important elle obtint la paix et la solitude donc elle put apprendre comme elle le désirait sans vraiment attirer l'attention car même les enseignants l'ignoraient. Dobby lui présenta la Salle sur Demande et Sirius lui offrit un miroir qui leur permettait de garder le contact, grâce à cet objet ils apprenaient à faire connaissance mais aussi il lui donnait des cours de magie, et l'aidait à devenir un Animagus, cela prendrait du temps car ce n'était pas sa priorité. Ils parlaient aussi du passé et de l'avenir. Elle put ainsi en savoir plus sur sa famille, que ce soit ses parents mais aussi ses grand-parents. Même si elle n'était pas contente elle savait maintenant que son père avait été une brute à l'école avec ses amis et qu'ils s'appelaient les Maraudeurs, les créateurs de la carte que les jumeaux lui avait donné. Elle sut aussi pourquoi Severus Snape la haïssait, cela donnait une explication mais ne pardonnait pas les actes car il restait un adulte qui s'en prenait à un enfant parce qu'il n'était pas capable de passer à autre chose. Elle pardonna à Sirius, il avait passé du temps en prison pour des actes qu'il n'avait pas commis. Par contre elle avait du mal à accepter Remus, il était libre mais il n'avait jamais prit la peine de venir la voir, soi-disant il l'aimait mais il n'avait jamais rien fait pour le prouver. La fin de l'année fut la consécration de quatre années d'horreur avec la résurrection de Voldemort, sans oublier une bonne dose de torture avant qu'elle réussisse à s'enfuit. Elle eut une discussion avec Dumbledore et reçut les mêmes platitudes qu'elle avait eu chaque année après ses aventures : elle était trop jeune, devait profité de sa jeunesse, ... Elle venait de se faire torturer après avoir vu l'être qui avait assassiné ses parents revenir à la vue avec un rituel nauséabond et on lui disait qu'elle était encore une petite fille qui ne pouvait pas comprendre. Elle en avait royalement marre de l'homme mais savait qu'elle devait encore tenir au moins un an. Elle avait aussi assisté à la mort d'un camarade de classe, elle était en sang, elle souffrait de la douleur venant de plusieurs Doloris !, elle était revue grâce à une chance extraordinaire, elle avait été ensuite emmené par son professeur qui en fait était un faux ... Et maintenant elle était là dans le bureau de son directeur, écoutant ses stupidités et surtout n'ayant toujours pas vu l'infirmière. Et encore une fois comme d'habitude on lui annonça qu'elle devait retourner passer l'été avec sa charmante famille pour sa sécurité. Cette fois elle apprit quand même une chose : il y avait une protection sanguine venant du sacrifice de sa mère et pour que cela fonctionne elle devait vivre avec une personne partageant ce sang et qu'elle appelait sa famille. En entendant cela, elle eut envie de rire car cela faisait bien longtemps qu'elle ne considérait pas les Dursley comme une famille.

Pendant l'été, elle retourna donc à Privet Drive. Elle y passa un mois sans nouvelles de personnes, sauf Sirius via le miroir, son courrier était surveillé de même que la maison. Ses gardes n'étaient vraiment pas doués surtout dans le domaine de la discrétion. Elle fut attaqué par deux détraqueurs, sauva son cousin et reçu des lettres du ministère l'accusant de magie mineur devant un moldu. Elle avait comprit que le Ministre Fudge n'acceptait pas le retour de Voldemort donc avec le journal La Gazette du Sorcier il faisait de son mieux pour la discriminer. Elle alla rejoindre Sirius et les autres dans la cachette de l'Ordre du Phénix au 12 square Grimmauld où elle apprit que Dumbledore avait demandé à ses amis de ne pas la contacter car cela pouvait être dangereux pour elle. Elle passa en jugement devant le Magenmagot complet où elle fut déclarée innocente, ce qu'ils ne savaient pas, ou ne voulaient pas savoir, c'est qu'en faisant cela ils avaient confirmé son statut d'adulte émancipé. Elle put passer du temps avec Sirius la nuit, le jour Molly Weasley faisait de son mieux pour les empêcher de parler. Avec son parrain, il fut décidé qu'après les BUSE ils quitteraient l'Angleterre pour ne jamais revenir, il avait grand espoir de pouvoir obtenir un jugement dans un autre pays sans difficulté.

L'année fut peut-être la pire année qu'elle avait eu jusqu'à ce jour. Entre Dolores Ombrage qui la torturait plusieurs heures par jour avec une plume de sang et Severus Snape qui violait son esprit sous le couvert de leçon d'Occlumancie, la cinquième année était difficile. Heureusement elle avait Sirius et Dobby pour aider à la maintenir et la faire avancer. Régulièrement, elle devait convaincre Sirius de rester patient car lorsqu'il la voyait dans cet état il avait envie de débarquer à Poudlard et crier sur Dumbledore pour permettre à sa filleule de subir tout cela. Le sorcier avait été en contact avec les gobelins et il était prévu qu'après la fin de l'année ils aillent à la banque pour pouvoir quitter la pays. Elle passa ses BUSE en faisant de son mieux, elle ne se cacha pas, ce n'est pas juste des examens de placement de fin d'années cette fois-ci, c'était important et puis comme elle partait elle se moquait de ce que les autres pensaient, c'était un bon moyen de se moquer de tous ceux qui croyaient qu'elle était faible, naïve et stupide. Les résultats leur prouveraient qu'ils avaient échoué. Son aventure de fin d'année la trouva avec quelques camarades dans le Ministère pour combattre des Mangemorts. Elle réussit à sauver Sirius à la dernière minute, elle le vit tomber en arrière vers un voile.

Ce voile lui faisait peur, il lui donnait une impression sombre avec des chuchotements lugubres, elle savait que Sirius ne devait surtout pas tomber à travers sinon elle risquait de perdre son parrain, sa dernière famille, elle lança sa magie avec l'énergie du désespoir et l'attira vers elle, en même temps cela poussa Bellatrix qui prit sa place. Une fois l'homme en sécurité près d'elle elle se dirigea vers le hall du ministère où elle sentait une traction dans sa cicatrice, son parrain la suivit. Voldemort était là, il l'attaqua avant que Dumbledore arrive comme le héros qu'il pensait être. Mais le Seigneur des Ténèbres n'en avait que faire du vieux sorcier, il l'envoya voler contre un mur et se retourna vers Harriet Potter. Il voulait sa fin ici et maintenant, il savait qu'ils avaient un lien mental alors il lança sa magie à travers celui-ci dans l'espoir de prendre le contrôle de l'adolescente pour pouvoir lui lancer un Avada Kedavra !. Il réussit à entrer et à prendre le pouvoir sur son corps. Sirius était là, essayant de comprendre comme l'aider, il lançait des sorts à l'être mais cela n'avait l'air de ne pas fonctionner.

- Je vais prendre possession de ton corps et avec je vais te faire tuer tes amis, et ton parrain, je vais te faire détruire tout ce que tu aimes... rit Voldemort.

En attendant cela, ne voulant pas perdre Sirius, Harriet vit rouge, elle laissa sa magie l'envahir et le combattit, elle utilisa tout l'amour qu'elle avait pour son parrain. Au moment où elle commença à le rejeter, Voldemort lança le sort de mort. La magie est la magie, parfois lorsque l'on demande une explication la seule réponse possible est : La Magie. Et à ce moment là ce fut une de ses fois où la seule réponse possible était la Magie.

Peut-être était-ce dû à la possession, à ce qui se trouvait en Harriet et qu'elle avait enfermé dans la montagne de son esprit, ou encore une dernière trace de la protection créée par Lily Potter, mais il eut une réaction en chaîne qui fit tomber Voldemort et Harriet Potter au sol et une lumière éblouissante éclata. Sirius fonça vers sa filleule, celle qu'il considérait comme sa fille, il espérait qu'elle était vivante. Elle était en sang, sa cicatrice ouverte comme si elle venait d'être coupée à l'instant, elle était assommée mais on voyait sa poitrine bouger. Il regarda autour de lui. Il y avait Albus Dumbledore qui se levait de là où il avait atterri, le Ministre Fudge regardait la scène choqué en pyjama, on voyait aussi plusieurs Aurors et des membres du ministère. Harriet se réveilla et regarda qui était devant elle.

- Sirius ? c'est toi ?

- Oui Chiot c'est moi.

Elle commença à se relever, il la prit doucement contre lui.

- Doucement. Tu as utilisé beaucoup de magie.

- Il est où ? Il est vivant ?

- Je ne sais pas, il est à terre là-bas mais ne bouge toujours pas.

Alors qu'elle se relevait doucement tout en restant contre Sirius. Elle vit le Ministre se redresser.

- Auror ! Arrêtez cette homme, s'écria-t-il en montrant Sirius.

- Pourquoi ? cria Harriet.

- C'est un criminel mangemort évadé de prison !

- N'importe quoi. Il n'est pas plus mangemort que moi. Et comment voulez-vous vous évader d'une prison quand nous n'avez jamais été reconnu coupable de quoi que ce soit. En fait, il a juste échapper au kidnapping du ministère sur sa personne.

- De ... De quoi ?

- Je vous l'ai dit lors de ma troisième année qu'il n'était pas le traitre, vous n'avez pas voulu m'écouter car j'étais une petite fille. Je vous ai dis qu'il n'avait jamais été jugé mais non ... j'étais une menteuse... comme cette année où vous avez dit que j'étais folle. Et bien ... On peut voir qui ment maintenant. A moins que vous allez dire devant toutes les personnes présentes que je mens encore et que ce n'est pas Voldemort que je viens de battre !

- Je ... Je ...

- Harriet, ma fille, ce n'est pas le moment, commença Dumbledore.

- Et quand est ce que cela sera le moment ? Quand vous aurez fini de ne pas faire votre travail ? Je sais que vous auriez pu lui faire avoir un jugement depuis des années, et encore plus il y a deux ans car vous auriez pu utiliser mes souvenirs pour prouvez le besoin d'un jugement car il y avait des doutes sur sa culpabilité mais vous n'avez rien fait...

- C'était pour le plus grand bien ma fille. Je t'expliquerais lorsque tu sera prête en attendant tu dois retourner à Poudlard.

En disant cela, il plaça un portoloin sur elle et comme Sirius la touchait il fut emmené avec elle. Ils atterrirent dans le bureau de l'homme.

- Il vient de m'enlever n'est-ce-pas ?

- En effet.

- Tu dois partir Sirius, je ne sais pas ce qu'il te fera pour me garder dans ses griffes. Tu sais ce que tu as faire. Vas-y.

- Tu vas allé bien ?

- T'inquiète pas. Je connais mon rôle. Tu sais quand venir me chercher.

Ils se séparèrent. Dumbledore arriva après l'avoir fait attendre presque une heure. Il avait son vieil air de grand-père sur son visage mais on voyait la colère dans ses yeux si on y regardait de près. Il lui expliqua que Voldemort n'était pas vraiment mort qu'il y avait une prophétie et que l'homme avait utilisé des sauvegardes pour se garder en vie, c'était de la magie très sombre et elle était trop jeune pour qu'il puisse lui expliquer pour le moment. Il continua comme ça pendant un long moment, elle ne dit rien, fit comme si elle le croyait mais elle savait au fond d'elle qu'elle en avait finit avec Voldemort, il était mort et cela était définitif cette fois. Alors elle resta là à attendre tout en sachant qu'elle en aurait bientôt fini avec toutes ces bêtises. Le Directeur la voyait devant lui, stoïque, blessée, ... il se dit qu'elle devait être choquée par la nuit qu'elle venait de passer ainsi que par la prophétie. Après l'avoir gardé une heure avec lui à parler il la laissa partir pour l'infirmerie. Les derniers jours furent comme dans un brouillard. Harriet restait à l'écart de tous le monde, utilisant l'excuse de la fatigue pour avoir la paix.

Et la voilà maintenant dans sa chambre, enfermée dans sa cellule, elle sentait une lourde magie sur la maison et surtout que son pouvoir était encore plus restreint que d'habitude. Qu'avait encore fait Dumbledore ? Car pour elle il n'y avait que lui pour faire cela surtout avec son excuse sur la sécurité et des protections sanguines... Depuis son retour dans le monde sorcier, elle avait doucement mais sûrement assemblées les pièces du puzzle qu'étaient les manipulations de Dumbledore sur sa vie. Elle avait comprit qu'il était celui qui l'avait déposé dans cette maison, il était celui qui l'avait empêché de connaître le monde sorcier, ainsi que son héritage, il était celui qui la forçait dans divers pièges et aventures où elle devait mettre sa vie en danger, ... elle avait apprit encore plus et surtout elle voyait maintenant le but final de l'homme. En additionnant le tout, sans oublier la restriction sur sa magie qu'elle pouvait sentir dans la maison, il était clair qu'Albus Dumbledore voulait sa mort, ou au moins faible. Pourquoi ? Cela devait avoir un lien avec la prophétie, mais cela restait une question pour une autre fois car elle entendait frapper à la porte de la maison.

Il était temps.


-`ღ´- (∩`-´)⊃━ ゚.*・。゚ -`ღ´-

Voilà ma nouvelle histoire, qu'en pensez-vous ?