AVERTISSEMENT : Je ne possède pas Harry Potter, ni Veronica Mars, ainsi que tout autre série que je pourrais utiliser.


C'est la réécriture d'une histoire que j'avais commencé mais je n'allais nul part, j'aimais vraiment l'histoire donc la revoici. J'espère qu'elle vous plaira.

-`ღ´- (∩`-´)⊃━ ゚.*・。゚ -`ღ´-

Résumé

Harriet "Harri" Potter a tout perdu, sa vie est un enfer et sa dernière famille vient de mourir. Et alors qu'elle pensait que c'était la fin, une lettre arrive et cela va changer sa vie.

Suivez notre héroïne dans sa nouvelle vie, sa reconstruction et ... son bonheur.

-`ღ´- (∩`-´)⊃━ ゚.*・。゚ -`ღ´-

- Harry Potter est une femme.

- ATTENTION : mention de maltraitance infantile, violence, sang, viol...

- Pas d'aventure et peu d'utilisation de la magie.

- Crossovers Veronica Mars / Gilmore Girls / Harry Potter au minimum.

-`ღ´- (∩`-´)⊃━ ゚.*・。゚ -`ღ´-


Chapitre 1 Changements

"Meredith Black... Meredith... Meredith Alya Iris Black... Je suis née le 31 octobre à Paris... Mon père est Sirius Black..."

C'était le leitmotiv que ce répétait notre jeune héroïne alors qu'elle fixait les centaines de personnes qui passaient autour d'elle, il y avait trop de monde pour elle... C'est difficile. Elle redressa la tête et son visage est devenu neutre puis elle avança vers le bureau de contrôle où elle fournit ses papiers et son billet d'avion. Rapidement elle fut dirigée vers la salle d'attente des premières classes pour patienter jusqu'à l'embarquement.

Elle était arrivée en avance et maintenant elle avait largement le temps de penser à ce qui lui arrivait. Il y a encore quelques jours elle pensait que tout était terminé pour elle mais subitement cela avait changé... Elle avait dorénavant l'espoir d'une nouvelle vie.


C'était le jour de son seizième anniversaire, elle se trouvait dans ce qui s'appelait sa chambre au 4 Privet Drive, une petite pièce avec des barreaux à la fenêtre, des serrures à l'extérieur et une chatière. Plutôt une cellule de prison que réellement une chambre. Les meubles étaient au mieux branlants et tombaient pour la plupart en ruine, il y avait un minuscule bureau, une chaise, un lit une personne inconfortable et une armoire sans porte. Par protection, elle cachait ses affaires les plus importantes sous une latte de son parquet, il y avait la cape d'invisibilité de son père, l'album photo contenant les seuls photos qu'elle possédait de ses parents, et son éclair de feu miniaturisé avant de quitter Poudlard, sans oublier la carte. En plus de cela, elle avait quelques réserves de nourriture pour aider à tenir jour après jour.

Elle n'arrivait pas à dormir entre ses nombreux cauchemars et la douleur qui parcourait son corps. Alors, elle fixait les étoiles dans le ciel nocturne de la ville pensant à sa vie, à tout ce qu'elle avait vécu jusque là et ce n'est peut-être pas trop réjouissant surtout pour une personne si jeune.

Elle vivait dans cette maison depuis l'assassinat de ses parents une nuit d'Halloween par un être immonde qui se faisait appeler Lord Voldemort mais en réalité il se nommait Tom Marvolo Riddle, un sorcier, comme elle, devenu Seigneur des Ténèbres. Oui... Elle était une sorcière mais cela elle l'avait découvert qu'après dix ans d'enfer auprès de sa famille avec qui elle était depuis cette nuit. Elle avait passé dix ans à être battue, affamée, insultée, rabaissée, ... puis elle avait découvert le monde magique, elle avait cru que cela allait lui changer la vie et en quelque sorte cela était vrai mais pas pour le plus important . Elle passait dix mois par an dans une école de magie en Ecosse du nom de Poudlard, puis revenait dans cette maison pendant quelques semaines, espérant fuir à nouveau.

Elle avait essayé d'expliquer aux adultes avant ce changement ce qu'elle vivait, puis après encore une fois... Mais chaque fois, elle était rejetée comme une menteuse, une chercheuse d'attention, ... car pour tous les Dursley , sa famille, sa tante Pétunia, son mari Vernon et leur fils Dudley, étaient de bonnes personnes qui avaient accepté de l'accueillir malgré son égoïsme, ses mensonges, sa tricherie, sa fainéantise, ... enfin tout cela c'était ce que croyaient les enseignants du primaire et les habitants du quartier... A Poudlard, elle devait rester avec eux malgré les difficultés parce que soi-disant c'était l'endroit le plus sûr pour elle... Elle était protégée par une barrière magique résultant du sacrifice de sa mère et tenue par le sang partagé entre elle et sa tante, qui empêchait les méchants sorciers de la trouver et de lui faire du mal mais cela ne la protégeait aucunement de ce qui se passait à l'intérieur.

Car la douleur des coups n'était pas la seule horreur de cette maison, en effet depuis maintenant dix ans, elle n'était plus pure... Vernon s'amusait à l'utiliser pour se défouler lorsqu'il était en colère mais aussi pour ses pulsions plus... charnelles... Il croyait qu'il ne faisait rien de mal, même si elle était une enfant, car elle n'était qu'un monstre.

Poudlard avait donné son lot d'horreur mais aussi de bonheur... Elle avait eu ses premiers amis, avait trouvé des amis de ses parents, obtenu des photos d'eux et ainsi les connaître. Elle avait découvert qu'ils étaient des héros, morts pour la protection, et non une prostituée et un drogué qui étaient décédés dans un accident de voiture qu'ils avaient aidée. Elle avait rencontré son parrain, malheureusement il était connu comme un criminel, même s'il était innocent et ne pouvait la prendre avec lui, mais le plus important était qu'il l'aimait d'un amour féroce...

Sa vie devait être une tragédie... Elle ne devait pas avoir le droit au bonheur... Ses parents étaient morts, et maintenant son parrain avait disparu devant ses yeux. Elle avait des cauchemars toutes les nuits. Elle voit Vernon lui faire du mal, Quirrell mourir de ses mains se transformant en cendre sous son toucher, le Basilic la mordant, les Détraqueurs aspirant toute joie puis son âme, le Dragon la brûler, le lac noir se transformant en son tombeau alors qu'elle se noyait, Voldemort retrouvant un corps pour la torturer et la tuer, Cédric mourant devant ses yeux car il n'était qu'une pièce de rechange, Ombrage la torturant avec une plume de sang puis avec le Doloris, Snape la rabaissant encore et encore puis lui violant l'esprit, son parrain tombant à travers le voile la mort dans le département des mystères et Bellatrix caquetant... enfin Voldemort réussissant à prendre possession de son corps, la faisant tuer des innocents.

Le pire... C'était que tout cela était vrai même si la fin avait été modifier pour certains... Elle avait vécu toutes ces situations pendant ses années à Poudlard, chaque année se transformant en aventures... Elle venait de finir sa cinquième année, la pire pour le moment, où un enseignant, Dolores Ombrage, l'avait torturé avec une plume de sang puis avait tenté un Doloris, et un autre lui avait violé l'esprit jour après jour sous couvert de lui enseigner l'Occlumancie. Puis elle avait fini l'année dans le département des mystères, espérant protéger son parrain mais finit par se battre contre des Mangemorts, les sbires de Voldemort, et voir le dernier membre de sa famille mourir. Mais cela ne s'était pas terminé comme le désirait le Seigneur des Ténèbres puisque Voldemort avait débarqué, prit possession de son corps, lancé un Avada Kedavra, le sortilège de la mort, mais c'était lui qui était décédé, son corps se transformant en cendre. Dumbledore, le directeur de Poudlard, ne lui avait pas laissé le temps de comprendre car elle avait été envoyée dans son bureau via un Portoloin. Il était revenu presque trois heures plus tard lui expliquant à quel point il était déçu d'elle pour ses actes et la mise en danger d'enfants... N'était-elle pas elle-même un enfant ? Non elle n'était que son arme... son parfait petit pion à déplacer jour après jour... Il avait ajouté qu'il avait convaincu le ministre de ne pas la faire accuser de quoi que ce soit... Enfin, la bouche en cœur, avait finalement annoncé une prophétie sur elle et Voldemort disant que l'un devait tuer l'autre s'ils voulaient la chance d'avoir une vie... C'était bien sûr le parfait moment pour lui dire cela. Elle avait craqué, sa magie se défoulant, et explosé divers objets dans le bureau de l'homme.

Maintenant elle était de retour avec sa famille ... Et comme l'été précédent, ses amis étaient aux abonnés absents, alors qu'ils avaient promis de garder contact avec elle cette année, de ne pas recommencer les erreurs de l'été précédent. Cela faisait cinq semaines... Cinq longues semaines... Et à ce rythme, elle n'allait pas tenir jusqu'à la fin de l'été et pouvoir retourner à Poudlard l'année prochaine. Son corps était une toile bleue, noire, jaune et violette, avec un peu de rouge dut à son sang pour finaliser l'œuvre d'art.

Et alors qu'elle était perdue dans ses pensées, elle entendait un bruit devant sa fenêtre, elle regarda pour voir un petit appareil volant devant elle. Elle regarda puissamment le reconnu comme un des derniers cadeaux de Dudley pour son anniversaire... Il fallait avouer qu'en passant dix mois dans le monde sorcier, elle était complètement perdue des avancées technologiques non magiques... C'était un drone ... Une sorte d'appareil volant que l'on pouvait contrôler d'un téléphone portable ou d'une manette dédiée. Elle vit une lettre attachée dessus. Elle tendit prudemment la main et la prit, l'appareil reparti comme il était venu. Etrange...

Elle se souvint avoir fixé la lettre pendant une bonne heure, hésitant sur la marche à suivre puis un reste de curiosité, qui n'avait pas été détruit, remonta à la surface et la fit ouvrir l'enveloppe.


Mlle Harriet Potter,

Je m'excuse de vous avoir fait parvenir ce courrier de cette façon mais après plusieurs essais par hiboux, puis par voie postale, j'ai décidé de trouver une solution plus... imaginatif pourrait-je dire.

Je me présente, je suis Alexander Hayden, ambassadeur américain au consulat se situant à Londres et représentant du MACUSA. Vous devez sûrement vous demander pourquoi je vous écris ce jour.

C'est à la demande de Lord Sirius Orion Black. Il nous a contacté il ya de ça presque deux ans, peu de temps après votre entrée dans le tournoi des trois sorciers, désirant notre aide pour le faire déclarer innocent et vous retirer tous les deux de ce pays. Il désirait vous offrir une nouvelle vie dans un nouveau pays. A cause d'un contrat contraignant lors de votre entrée à Poudlard, rien ne pouvait arriver avant que nous n'ayez vos BUSE, donc nous devions attendre la fin de votre cinquième, il aurait pu partir plus tôt mais il ne voulait pas vous quitter . Il vous aimait, il nous le disait à chaque fois que nous parlions de vous.

Dans le cas où il était décédé avant qu'il ne puisse vous faire partir, il avait mit certains plans en place pour vous sauver. Pour cela, nous désirons que vous veniez nous retrouver au 33 Nine Elms Ln, Nine Elms à Londres où nous pourrons nous rencontrons, le plus tôt possible. Nous vous conseillons d'apporter ce que vous souhaitez garder car nous avons le pouvoir de faire en sorte que nous n'ayons jamais besoin de revenir dans cette maison.

Dans l'espoir de vous rencontrer bientôt.

Alexandre Hayden


Harriet avait regardé la lettre pendant une heure, ne sachant ce qu'elle devait en penser puis elle se souvint du drone, les mangemorts n'auraient jamais pu utiliser un objet moldu pour la piéger. Elle s'était levée puis avait commencé à ramasser les quelques objets cachés sous le parquet, laissant la nourriture. Elle avait décidé que même si c'était une arnaque, elle pouvait toujours partir. Une chose importante qu'elle avait apprit c'était les bases de la magie sans baguette, avec cela elle était capable de peu mais c'était suffisant dans cette maison, ainsi elle pouvait déverrouiller, et verrouiller, une porte, faire apparaître des sphères de lumières et un peu de lévitation. Elle entre doucement dans la chambre de Dudley pour y prendre de l'argent qu'il avait en grande quantité. Alors qu'elle ouvrit la porte doucement pour ne pas réveiller son cousin, elle fut surprise de le voir éveillé regardant par sa fenêtre en pleine réflexion, elle se demandait ce qu'il avait, lorsqu'il se retourna pour la fixer.

- Harriet ?

- Dudley ?

- Que fais-tu ici ?

Il la fixa pendant un instant.

- Tu pars n'est-ce pas ? Tu as raison.

- Je...

- Tu sais... après ce qui s'est passé l'année dernière j'ai beaucoup réfléchi... J'ai eu énormément de cauchemars, revivant tout ce que j'avais fait et je dois dire que je n'ai pas aimé ce que j'ai vu. Et encore moins lorsque cela concerne mes parents. Je sais qu'ils ne me font aucun mal et je ne vais pas les supporter encore bien longtemps mais toi...

Que pouvait-elle dire à ça... Elle était assez surprise... Bien sûr elle avait vu que son comportement avait changé mais c'était incroyable de l'entendre dire.

- Je ne peux pas t'aider avec lui mais je peux faire quelque chose pour t'aider à fuir. J'ai ça pour toi.

Il lui tendit une enveloppe. Elle l'ouvrit, elle vit des billets... beaucoup de billets.

- J'ai réuni tout l'argent qu'il y avait dans ma chambre, vendu quelques trucs que je n'utilise pas et récupéré encore plus auprès d'eux... Il y a facilement six mille livres. J'espère que cela pourrait t'aider.

- Je... Merci Dudley.

- Fuis... Loin... Et ne reviens pas... J'ai peur qu'il essaie de te tuer. J'ai autre chose pour toi. Viens avec moi.

Elle le suivit, il monta dans le grenier, et là lui montra quelque chose dans le fond.

- Avant que tu n'arrives, j'avais besoin d'un truc ici, en fouillant j'ai trouvé ça... Cela ressemble au même coffre que le tien et il y a des initiales LRE, j'ai pensé que c' était peut-être à tante Lily. Tu n'as rien d'elle alors je me dis que si tu pars tu voudrais l'emmener avec toi.

Harriet regarda la malle... C'était incroyable... Elle sentait la magie réconfortante venant de l'objet... C'était chaleureux. Mais comment emmener la malle avec elle ? Elle regarda l'objet de plus près avant de voir un symbole, elle l'avait vu sur la malle de Neville qui lui avait expliqué que c'était là-dessus qu'il fallait appuyer pour rétrécir son coffre. C'était exactement le même dessin alors elle a décidé d'essayer. Elle fit ce qu'il lui avait dit. Et subitement, elle avait une malle de la taille d'un jeu de carte devant elle. Elle la ramassa et la mit dans sa poche.

- C'était la magie ?

- Oui... On peut agrandir les espaces, rétrécir les objets,... et même les alléger si on veut.

- Sympa.

- La magie peut faire des choses assez incroyables.

- Je n'en doute pas... Dis... Tu crois que tu pourras me contacter lorsque tu seras en sécurité... J'ai acheter un téléphone à carte prépayé... En fait j'en ai deux.. Un pour toi et un pour moi... Comme ça on pourra se parler sans que personne ne le sache...

Harriet le fixa, elle avait envie de connaître ce nouveau Dudley. Elle allait lui donner une chance, elle ne pouvait pas lui en vouloir pour tout ce qu'il avait fait, il était autant une victime qu'elle...

- Je... Je ne pourrais pas te dire où je vais... Je ne veux pas qu'on me trouve... Mais... Je... veux bien.

-Merci.

- Si un sorcier vient, surtout ne le regarde pas dans les yeux et si tu peux cache toi et fuis... Ceux qui viendront seront dangereux... qu'importe s'ils disent être les gentils... Les Mangemorts et Voldemort vous tortureront alors que Dumbledore et son ordre vous manipuleront... Aucun n'a vraiment de respect pour les non magiques... Même ceux disant être pro-moldu, mais ils parlent toujours d'eux comme des enfants car ils n'ont pas de magie et s'extasient devant ce qu'ils ont été capables de créer...

- Si un sorcier vient, surtout ne le regarde pas dans les yeux et si tu peux cache toi et fuis... Ceux qui viendront seront dangereux... qu'importe s'ils disent être les gentils... Les Mangemorts et Voldemort vous tortureront alors que Dumbledore et son ordre vous manipuleront... Aucun n'a vraiment de respect pour les non magiques... Même ceux disant être pro-moldu, mais ils parlent toujours d'eux comme des enfants car ils n'ont pas de magie et s'extasient devant ce qu'ils ont été capables de créer...

- A... ce point ?

- Oui... Alors si tu vois quelqu'un qui ressemble à tant soit peu à un sorcier... Fuis... et ne te retourne pas... Appelle moi dès que tu peux...

- Et... mes parents ?

- Tu sais très bien que Vernon ne partira pas... Jusqu'au bout il les défiera car il se sent... important et normal alors que nous ne sommes que des monstres...

- Je... Je sais, murmura-t-il défaitiste.

- Je suis désolé...

- Non... Ce n'est pas de ta faute. J'ai mit de l'argent de côté... J'ai un compte bancaire dans lequel papa ajoute de l'argent tous les mois... en plus de ce qu'ils me donnent dès que je veux... Je vais garder un sac de prêt en cas de besoin... Je le laisserais chez Piers comme ça je pourrais partir plus vite... J'ai un moyen de sortir par la fenêtre quand je veux.

- D'accord.

Ils descendirent... Harriet força le placard sous les escaliers et fouilla dedans pendant quelques minutes pour voir ce qu'elle allait prendre avec elle. Elle récupéra ses livres, elle avait l'habitude d'écrire dans les marges des notes et elle ne voulait pas les perdre... Ainsi que son journal de recherches... Elle aimait étudier mais elle avait apprit à le faire en cachette à cause des Dursley qui ne voulait pas qu'elle soit intelligente puis de ses amis, entre Ron qui était un fainéant jaloux, colérique et égoïste, et Hermione qui était une Je-sais-tout autoritaire qui ne supportait pas que l'on fasse mieux qu'elle... Elle adorait lire, apprendre de nouvelles choses dès qu'elle le pouvait. Les cours de Poudlard qu'elle aimait le plus avait été les Potions, mais son professeur la détestait à cause de qui était son père, les Runes Anciennes et les Charmes. Mais elle ne se restreignait pas dans ses lectures... Elle adorait l'histoire depuis qu'elle était petite, et le monde magique n'avait pas changé cela, juste élargi son choix. Les Runes avaient été totalement en autodidacte et elle apprenait à son rythme.

Elle laissa tout le reste dans le coffre, celui-ci était basique donc pas de moyen pour le rétrécir ou l'alléger sans utilisation de sa baguette. Et elle ne pouvait pas car cela amènerait le ministère à sa porte.

- Je laisse cela... Je n'en ai pas besoin.

- Qu'est-ce qu'il y a ?

- Uniformes, plumes, encres, livres, ... nourriture pour... Hed...Hedwige.

- Je... suis désolé pour elle... Je ne pensais pas qu'il ferait ça...

- Ce n'est pas de ta faute... Ils l'ont mit en colère alors il l'a tué... Je n'aurais pas dû l'emmener avec moi, j'aurais dû la laisser à Poudlard.

- Tu ne pouvais pas savoir... Tu sais... Je l'ai enterré... Je ne pouvais la laisser comme ça... Elle est sous l'arbre dans le parc où tu allais souvent quand tu étais petite.

- Merci.

Elle avait les larmes aux yeux. Elle avait été dévastée lorsqu'elle l'avait vu casser le cou de sa belle amie. C'était de la faute des membres de l'Ordre et de Dumbledore... Il avait eu l'audace d'envoyer une lettre à Pétunia et Vernon leur expliquant d'être gentil avec elle car son parrain venait de décéder par sa faute, et les abrutis de son ordre avaient menacé Vernon à la gare lorsqu'il était venu la chercher... Il n'en avait pas été heureux alors il l'avait battu puis tué sa première amie juste devant elle en lui brisant le cou.

Après cela, elle avait eu des journées infernales. Elle était levée aux aurores par Pétunia qui lui faisait préparer le petit déjeuner puis elle devait faire des corvées toute la journée que ce soit le ménage, le jardinage, la lessive, ... elle préparait le déjeuner ainsi que le diner, si elle recevait plus qu'un morceau de pain et un verre d'eau dans la journée elle avait de la chance. Le soir, après avoir nettoyé la cuisine, elle retournait dans sa chambre où Vernon venait lui rendre visite, en fonction de son humeur et de la dose d'alcool qu'il avait avalé, elle avait droit à une raclée et/ou un viol ... En plus, pour arranger son humeur, il avait des difficultés au travail, quelqu'un avait découvert des trous dans les comptes et tout l'accusait, il s'échignait à montrer qu'il n'était en tord, même s'il avait bel et bien pioché dans les caisses de son entreprise... Il croyait dur comme fer que c'était de la faute du monstre donc il devait lui faire payer. Enfin bref... un été cauchemardesque.

Elle vérifia ses affaires, elle laissa sa baguette dans la malle, elle ne fonctionnait plus très bien pour elle depuis sa dernière rencontre avec Voldemort... C'était un poids mort, elle avait prévu de s'en offrir une nouvelle... De plus son instinct lui disait de ne pas la prendre... Il lui avait sauvé la vie à de nombreuses reprises donc elle l'écouta. Elle prit sa cape et s'enveloppa avant de sortir dans la nuit par la porte arrière, Dudley était avec elle pour ne pas que quelqu'un remarque la porte s'ouvrir sans voir personne. Ils marchèrent dans la rue en silence pendant une centaine de mètre avant qu'ils se séparent. Il allait se promener encore quelques minutes puis rentrerait tranquillement.

Elle avait attendu quelques instants puis avait prit un autre chemin jusqu'au parc où elle appela le seul être en qui elle pouvait avoir confiance à l'heure actuelle.

- Dobby ?

Il y a coupé un Pop ! puis un elfe de maison apparut devant elle.

- Maîtresse Harriet Potter a appelé Dobby ? Que veut la grande et merveilleuse Miss Harriet Potter ?

- Tout d'abord c'est juste Harriet s'il te plait. Ensuite, j'ai lu un livre qui expliquait les liens avec les elfes et je voulais savoir si tu désirais faire cela avec moi ?

- Miss Harriet veut se lier avec Dobby ? C'est le rêve de Dobby mais...

Il avait l'air triste, et baissa les yeux.

- Dis-moi Dobby.

- Dobby veut se lier avec la grande et extraordinaire Miss Harriet Potter mais Dobby ne peut pas laisser Winky.

- Winky ? Qui a-t-il ?

- Winky ne va pas bien... Elle boit beaucoup... Elle est triste que le méchant Croupton l'ai libérée...

Harriet réfléchit pendant quelques instants. Elle n'avait pas de travail pour un elfe, et donc encore moins deux mais si elle pouvait faire quelque chose pour l'aider.

- Et tu crois qu'elle voudrait aussi se lier avec moi ? Je n'ai pas beaucoup de travail à vous donner pour le moment mais j'espère que cela s'améliorera avec le temps.

- Dobby est sûr que Winky voudra prendre soin de Miss Harriet.

- Bien... Alors, voilà ce que l'on va faire. Je vais me lier avec toi en premier, tu peux me déposer à Gringotts ? Pendant que j'y suis tu iras parler à Winky jusqu'à ce que je t'appelle. Tu lui diras de guérir et lorsque j'aurais une maison, je la lierais à moi. Cela te convient ?

- Miss Harriet demande à l'humble Dobby si cela lui convient ? Miss Harriet est vraiment une grande maîtresse. Dobby peut amener Miss Harriet à Gringotts.

- Commençons par le lien. J'ai quelques consignes pour toi, que tu expliquera à Winky pour moi. Je veux que vous portiez un uniforme, pas de taie d'oreiller, et je désire que cela reste propre. La couleur principale est le noir, mais tu peux ajouter des accessoires, les coutures, ... colorés. Il faut une tenue été et une tenue hiver, en trois exemplaires chacun. De plus, il faut des ensembles en fonction de l'activité. J'espère avoir une maison donc il y aura de la cuisine, du jardinage, ... Vous n'avez pas le droit de vous punir et s'il y a quelque chose que vous pensez ne pas savoir faire, ou avez peur de faire quoi que ce soit, vous me le dîtes mais ne vous forcez pas à le faire. Compris ?

- Oui, Mlle Harriet. Dobby comprend.

- Je veux que vous preniez soin de vous, je ne vais pas vous forcer à avoir un jour de repos, mais je veux que vous ayez un salaire, on en discutera, vous pourrez vous en servir pour faire ce que vous voulez par exemple avoir une activité pour passer le temps.

- Mlle Harriet est si gentille.

- Bien... Tu sais comment se lier ?

- Dobby sait. Miss Harriet doit mettre sa main sur la tête de Dobby et dire qu'elle veut Dobby. Puis Dobby doit dire qu'il veut Miss Harriet comme Maîtresse.

- D'accord.

Elle posa sa main sur sa tête.

- Moi, Harriet Potter, prend Dobby comme mon elfe, je le lie comme mien, qu'il soit mon ami et ma famille à partir de ce jour. Ainsi soit-il.

Elle ne savait pas pourquoi elle avait dit ces mots mais cela lui avait semblé les bons à prononcer. Elle vit l'elfe lui faire de gros yeux, étonné mais heureux.

- Moi, Dobby, accepte Miss Harriet comme sa maîtresse, son amie et sa famille.

Ils sentirent la magie les entourer puis les lier. Harriet pouvait sentir Dobby dans un coin de sa tête, connaître sa force et sa santé. Elle le regarda, il avait l'air en meilleure santé, il se tenait droit, il n'avait plus de cicatrices, datant de son passage chez les Malefoy, et ses yeux brillaient d'une nouvelle puissance, ils avaient maintenant un anneau vert émeraude.

- Bien. Dobby allons à Gringotts maintenant.

L'elfe prit la main de Harriet et la fit sauter directement dans la banque, elle portait toujours sa cape, ils s'approchèrent d'un bureau et Dobby parla. La sorcière était heureuse que la banque soit si déserte à cette heure de la nuit à part quelques êtres magiques, elle repéra un vampire et un loup-garou.

- Ma Maîtresse aimerait voir quelqu'un pour son compte mais ma Maîtresse doit rester discrète.

- Bien elfe. Viens avec ta Maîtresse, nous allons dans un bureau pour qu'elle puisse se montrer.

Le gobelin avança dans un couloir vers un bureau. Harriet retira sa cape dès que la porte fut fermée.

- Merci Griphook. Je suis désolé pour tout ça mais je sais que certaines personnes vont bientôt me chercher.

- Miss Potter. Vous savez qui je suis ?

- Bien sûr, vous êtes le premier gobelin que j'ai rencontré, enfin parlé, vous m'avez amené à mon coffre lors de ma première visite à la banque.

- Vous êtes étrange Miss Potter. Que pouvons-nous faire pour vous ?

- Dobby, tu peux y aller, je t'appellerais lorsque j'aurais besoin de toi.

L'elfe disparu.

- Tout d'abord, je suis Harriet, pas Miss Potter. Ensuite, j'aimerais savoir s'il existe des relevés de comptes. Je sais que j'ai un coffre mais je n'ai jamais vraiment su combien j'ai dedans.

- Relevés de compte ? Un coffre ? s'étonna le gobelin.

- Oui... Dans le monde... commença à expliquer la sorcière.

- Je sais ce que c'est, coupa Griphook. Non mon étonnement est parce que je ne comprends pas votre question. Gringotts envoie ce document une fois par trimestre depuis votre onzième anniversaire. Avant cela, c'était deux fois par an. Et là, vous me dîtes que vous ne les avez jamais reçu... De plus, le coffre où je vous ai emmené n'est que le coffre scolaire... Il est là pour payer tout le nécessaire pendant vos années d'école que ce soit les fournitures, les uniformes, les activités parascolaires ou encore des tuteurs. La famille Potter est riche... pas la plus riche du monde sorcier surtout si on compare à d'autres familles mais assez pour que vous n'ayez pas besoin de travailler pendant toute votre vie, de même pour vos enfants si vous faîtes attention.

- Je...

Harriet était perdue, elle était venue pour avoir de l'argent puis aller à l'ambassade.

- Votre tuteur magique devait commencer à vous parler de tout cela lorsque vous avez eu neuf ans.

- Tuteur magique ? Je n'ai découvert le monde magique le jour où je suis venue pour la première fois, avant cela je ne savais rien.

- Donc on ne vous a pas parlé de votre héritage, et personne ne vous a amené à votre douzième anniversaire pour rencontrer votre gestionnaire et parler de vos comptes ? Non plus après le tournoi des trois sorciers pour finaliser votre statut d'adulte ? Avez-vous reçu l'invitation pour la lecture du testament de Lord Black ?

- Je... Non à toutes vos questions.

- Il y a quelque chose qui ne va pas ici. Restreindre le courrier venant de Gringotts est illégal. Je dois parler au Directeur. Voulez-vous manger, ou boire, quelque chose en attendant ? Cela risque de prendre un moment.

- J'aimerais. Merci beaucoup.

Griphook appela un gobelin pour aller récupérer ce qu'il fallait, lorsqu'un plateau fut là, il laissa la sorcière dans le bureau et se partit voir le directeur. Harriet resta seule pendant une heure, elle mangea ce qu'on lui avait donné, malheureusement elle ne put avaler à peine un quart, son estomac n'ayant jamais pu être de taille normal à cause de la famine qu'elle avait subit. N'ayant rien à faire, elle prit son journal et un crayon où elle fit quelques esquisses de Gringotts, Griphook, Dobby, ... Puis il fut de retour, accompagné. Il avait un grand gobelin qui prit place derrière le bureau, Griphook se tenant sur le côté.

- Miss Potter, Harriet, je vous présente le Directeur Ragnok. Il est aussi le chef de la Nation.

Elle se leva et fit une petite révérence.

- Monsieur, je suis désolé de vous déranger à une heure aussi impie.

- Ce n'est rien Miss Potter. De ce que Griphook m'a dit, ce n'est en aucun cas votre faute, de plus nous sommes désolé de vous avoir fait attendre aussi longtemps... Nous avons dû faire quelques recherches et je dois présenter des excuses au nom de Gringotts.

- Qu... Que se passe-t-il Monsieur ?

- Tout d'abord, je suis juste Ragnok. Nous n'utilisons pas de Monsieur parmi notre peuple... En fonction du poste, nous utilisons le titre comme Directeur, Maître, Gestionnaire, Manager, Guerrier, Guérisseur, ... Si vous deviez me donner un litre je serais Directeur Ragnok, ou Roi Ragnok. Alors que pour Griphook cela est Manager Griphook. Mais je pense lui proposer de devenir Gestionnaire Griphook.

- Quelle est la différence ?

- Un manager est celui qui gère les petits comptes, souvent ceux des nés-moldus... Il y a peu d'argent... Un gestionnaire gère les comptes des familles plus riches, souvent une seule famille à la fois car il y a beaucoup à faire comme des investissements, gérer les propriétés, et tant d'autres choses...

- D'accord... Pouvez-vous m'expliquer ce qui se passe ?

- Griphook est venu me voir avec ce que vous lui avez dit... Ce qui est assez préoccupant. J'ai eu accès à votre dossier. Et maintenant nous allons appeler le gestionnaire des comptes Potter.

- D'accord.

Griphook sorti et revint rapidement avec un autre gobelin qui se tenait droit, le nez en l'air, il fixa Harriet et eu un petit rictus, puis vit le roi et devint blême.

- Strongdust, c'est bien que tu joigne à nous. Je ne sais pas si tu reconnais miss Potter ici présente. Miss Potter, le reconnaissez-vous ?

- Je ne l'ai jamais vu Directeur.

- Vraiment ? Comme c'est étrange puisqu'il aurait dû vous rencontrer au plus tard à vos douze ans, et sûrement avant puisque vous êtes la dernière de votre famille. Pouvez-vous m'expliquer Strongdust ?

- Je... Elle ment bien sûr... Ce n'est qu'une sorcière... Ils aiment mentir sur nous...

- Vraiment ? Je n'en ai pas l'impression... Et si je regarde les comptes de Miss Potter, tout sera clair ? Pas de surprise ?

- Bien... Bien sûr Directeur.

- Je pense que nous allons arrêter là puisque vous avez l'air incapable de répondre sans mentir. Griphook je pense qu'il a besoin d'aide pour délier sa langue.

Le gobelin eut un sourire sanguinaire et partit chercher des gardes, il revint vite.

- Je veux que vous l'emmeniez pour qu'il réponde à nos questions, Griphook, je vous confie cela, je vais m'occuper de Miss Potter pendant ce temps.

Les gobelins quittèrent la pièce.

- Miss Potter, il était votre gestionnaire de compte. Je pense que je serais maintenant le votre avec l'aide de Griphook si besoin. J'ai pu voir quelques incohérences sur le peu que j'ai eu le temps de lire.

- Incohérence ?

- En effet. J'aimerais tout d'abord savoir pourquoi vous êtes venu cette nuit ?

- J'ai reçu une lettre signé par un certain Alexander Hayden, ambassadeur américain au consulat de Londres et représentant du MACUSA.

- Je le connais. Que voulait-il ?

- Mon parrain, Sirius Black, l'a contacté pour mettre en place notre départ du pays.

- Je comprends...

- J'ai décidé de quitter la maison où je vivais... Je ne pouvais pas y rester plus longtemps... J'espérais découvrir combien j'avais d'argent avant d'aller voir Mr Hayden demain.

- D'accord. Je vois...

- Que se passe-t-il maintenant ?

- J'ai quelques questions pour vous ? J'aimerais aussi que vous passiez un test d'héritage pour voir ce qui vous appartient.

- D'... D'acc... D'accord.

Harriet était perdue... Elle était venue pour un peu d'argent et maintenant ça...

- Savez-vous qui est votre gardien Magique ?

- Non.

- Quand avez-vous découvert le monde magique ?

- Le jour de mon anniversaire, à onze ans, lorsque Hagrid est venu me remettre ma lettre pour Poudlard.

- Avez-vous reçu des hiboux venant du monde magique ?

- Poudlard, Ron et Hermione... Une ou deux fois Sirius...

- Rien d'autre ?

- Non, pourquoi ?

- Vous êtes célèbre Miss Potter, et vous avez donc des fans, il est logique de croire qu'ils vous ont envoyé des lettres au mieux, mais aussi des cadeaux, sans oublier les quelques menaces de vos ennemis. De plus vous n'avez pas non reçut les lettres que Gringotts envois à ses clients. Je pense qu'il doit y avoir quelques sorts sur vous. Je crois qu'un diagnostique de santé serait une bonne idée.

- En quoi cela consiste ?

- Le test d'héritage se fait via un don de sept gouttes de sang sur un parchemin préalablement plongé dans une potion, le second, je devrais vous emmener voir un guérisseur.

- O...Ok.

Elle devait le faire même si elle avait peur de ce qui se passerait. Le gobelin posa devant un parchemin ainsi qu'une aiguille. Elle l'attrapa et fit ce qu'on attendait d'elle. Elle vit son sang tombé sur le parchemin, celui-ci brilla en l'absorbant et des lignes rouges apparurent, une magnifique calligraphie.


Harriet Amaryllis Alya Potter Black

père : James Charlus Potter (décédé)

mère : Lily Rose Potter, née Evans (décédée)

parrain : Sirius Orion Black (décédé)

marraine : Alice Rosa Londubat, née McMillan (incapable)

Tuteur Magique : Sirius Orion Black (décédé) / Albus Brian Percival Dumbledore (illégal)

Héritage

Potter (par le sang, père)

Black (par le sang, parrain)

Peverell (par le sang, père/mère)

Gryffondor (par le sang, père)

Serdaigle (par le sang, mère)

Serpentard (par le sang, mère /par conquête)

Gaunt (par conquête)


Ils regardèrent le parchemin pendant quelques minutes assez étonnés de ce qu'ils lisaient, surtout Harriet, qui ne comprenait pas grand chose sauf quelques noms qu'elle savait être important dans le monde sorcier, elle était l'héritière de trois fondateurs et sa mère n'était pas une née-moldue. Ragnok s'attendait à quelques noms comme Potter, Black et Gryffondor, mais les autres... Pour que la conquête fonctionne, il fallait vaincre trois fois l'ennemi, donc elle avait rencontré le seigneur des ténèbres trois fois et gagné à chaque fois. Lily Evans avait été une sorcière appréciée à Gringotts par son respect des êtres magiques, découvrir qu'elle était plus que juste une première génération était incroyable mais pas improbable vu sa puissance. Harriet Potter était une enfant très riche.

- Continuons ? Avez-vous besoin d'explications ?

Elle lui fit un doux signe de tête.

- Que voulez-vous savoir ?

- Pourquoi le nom de Dumbledore est barré ? Et il n'y a que deux noms je croyais qu'il y avait Wulfric et que c'était dans un autre ordre.

- Cela aide à subjuguer les serments sorciers, tous le monde croyant que son nom est ce qu'il dit alors il peut mentir, un peu de magie sans baguette pour briller au bon moment et voila tout le monde y croit. Ensuite son nom est barré car il a prit ce poste de façon illégal en passant par son poste de Magenmagot, s'il avait fait jugé Lord Black à l'époque alors cela aurait pu être légal mais l'homme n'était pas condamné et dès que vos parents sont décédés il était votre tuteur, en vous enlevant à lui il vous a kidnappé. Donc illégal.

- D'accord. Par conquête ? Par le sang ?

- Vos parents ont des ancêtres sorciers, vous avez pu voir que le sang est important dans notre monde car cela permet de garder notre histoire, notre héritage, ce n'est pas que pour les sorciers... Par conquête, signifie que vous avez vaincu l'ancien héritier par au moins trois fois. Pouvez-vous expliquer ? En plus de cette nuit spécifique bien sûr.

- Heuuu... Il y a eu la fin de ma première année où j'ai... tué mon professeur de défense... Il avait Voldemort derrière sa tête...

- Possession ? Hummmm... Intéressant... Continuez s'il vous plait.

- Deuxième année... Il y avait un journal... qui possédait la sœur de mon ami, Ginny, et elle a fait sortir un Basilic dans l'école... Heureusement personne n'est mort cette fois... Je me suis battue avec l'ombre et le serpent... J'ai tué le serpent et détruit le journal.

- Un journal ? Une ombre ? Possession ? ... Basilic ? Quelle taille ? Quel âge ? Qu'en avez-vous fait ?

- Heu... Je crois qu'il avait mille ans, et je sais pas... très grand... je faisais pas attention à sa taille... Je n'ai rien fait...

- Il est où ?

- Dans la chambre des secrets.

- D'accord... Vous avez tué la bête et de plus vous avez l'héritage Serpentard donc cela vous appartient dans tous les cas. Nous pouvons récolter la bête pour vous.

- Vraiment ?

- Oui... Il faudra juste trouver une solution pour y aller. Nous en reparlerons.

- Après il y a eu la fin de la quatrième année, il a voulu se battre en duel, j'ai réussi quelques échanges avant de fuir... puis au ministère en Juin...

- D'accord. Je vais faire appeler les objets de Seigneuries.

- Objets de Seigneuries ?

- Dans notre monde, les sorciers fonctionnent avec des familles nobles donc des Lord et Lady... Vous avez des places au Magenmagot, qui est comme la chambre des Lords du monde non magique. Vous pouvez bloquer vos sièges ou trouver un mandataire, vous pouvez aussi les louer ou les vendre. Certains ont des bagues, d'autres des bracelets, des colliers, des broches, ... divers bijoux à porter pour montrer votre statut. Ils peuvent se combiner si besoin. Les voilà.

Il fit un signe sur le bureau et ouvrit un tiroir qui venait de briller. Il sortit six boites et les posa sur le bureau.

- Voilà Miss Potter.

- Harriet, s'il vous plait.

- Commençons par les fondateurs.

Il ouvrit les trois boites nécessaires. Il y avait trois pendentifs.

- Voici Serpentard, Gryffondor et Serdaigle, le pendentif peut servir de sceau si besoin, il y a une chaine mais ils vont se lier pour former un nouveau pendentif.

Elle prit le collier Gryffondor état en or jaune avec un pendentif rond de même couleur, il y avait un griffon de profil ayant pour œil un rubis rouge et une épée entre ses pattes. Elle l'enfila autour de sa tête, elle sentit une chaleur se répandre dans son corps un instant comme pour la renforcer. Elle prit celui de Serpentard, il était en argent et sur le pendentif, il y avait un serpent autour d'un chaudron, sa tête de profil et une émeraude en guise d'œil. Elle le mit et sentit la chaleur se concentrer sur sa tête. Enfin le troisième pour Serdaigle, il était en bronze avec comme un pendentif rond, le dessin était un corbeau aux ailes déployés et deux saphir bleu pour les yeux, la chaleur était aussi au niveau de sa tête. Une fois les trois autour de son cou, ils brillèrent un instant avant de se réunir, elle portait maintenant un beau collier tricolore argent/or jaune/bronze avec un beau pendentif rond avec le tour avec une forme de serpent avec un corbeau tenant une épée dans ses pattes, enfin il y avait les quatre pierres précieuses, une bleu et une verte pour les yeux de l'oiseau, la deuxième bleu pour le serpent et le rouge sur le pommeau de l'épée. C'était très beau.

- Maintenant, il vous reste Peverell, Potter et Black. La bague Gaunt a disparu depuis longtemps mais je vous conseillerais d'éteindre cette maison, elle a trop de mauvais ... sang pourrais-je dire.

- Je vais suivre votre conseils. Allez-y.

- Merci. Potter et Black ce sont des chevalières, les voici.

Elle regarda dans les deux boites qu'ils venaient d'ouvrir devant elle. La première avait une belle bague en or noir avec sept petits diamants, elle regarda de plus près et vit que cela montrait une constellation, celle de du Grand Chien, elle rit en voyant cela. La deuxième était en or jaune avec un lion rugissant et deux rubis rouge pour les yeux. Elle décida d'en mettre à chaque pouce, Black à droite et Potter à Gauche. Ici encore, elle sentit la chaleur courir dans son corps.

- Il ne reste que Peverell.

Il ouvrit la boite et elle vit un bracelet assez simple avec des breloques. Il était en or noir avec une pierre qui était un diamant noir d'après son explication, puis un signe avec un triangle, un rond et un trait, un emplacement vide, et enfin un Sombral. Elle le mit à son poignet, et la magie l'entoura. Tous les bijoux s'étaient redimensionnés pour être à la bonne taille.

- Quelle était la magie que j'ai senti ?

- Les bijoux ont des protections. Serdaigle et Serpentard auront un lien avec l'esprit, le premier aide la mémoire et l'intelligence alors que le second sera plutôt vers l'Occlumancie et la détection des potions. Gryffondor vous alerte des sorts néfastes, de même que Potter. Black protège l'esprit et détecte la magie noire. Enfin Peverell aide à la détection de certaines magies plus rares comme celle de la mort et du sang.

- D'a...D'accord.

- Allons à l'infirmerie pendant que le guérisseur sera avec vous, je m'occuperais de réunir ce qui vous appartient.

- Merci Directeur Ragnok.

Le gobelin se leva et la guida dans les couloirs jusqu'à une porte. Il entra. Il lui présenta la guérisseuse Mezzel qui allait prendre soin d'elle. Il les quitta. Elle fut allongée sur un lit et le gobelin commença à faire de la magie autour d'elle, des runes sur le lit se mirent à briller, un parchemin apparut à côté d'elle. La guérisseuse dit plusieurs sorts. Des mots commencèrent à s'écrire sur le parchemin. Le gobelin arrêta et regarda le parchemin s'écrire, encore, encore, ... toujours... Les yeux de Mezzel s'agrandissant en même temps que la longueur du parchemin, cela faisait la liste de TOUTES les blessures, maladies, et autres problèmes qu'elle avait eu depuis sa conception.. Sachant qu'elle n'avait que seize ans, cela ne devrait faire que quelques lignes, tout au plus une quinzaine de centimètres mais là c'était plus long que certains guerriers qu'elle avait soigné dans sa longue vie. Le parchemin continuait à écrire... Il dépassa bientôt le mètre... Chaque blessure était écrite avec la cause. Enfin c'était terminé. Elle regarda le document puis l'enfant endormi dans le lit. Comment avait-elle survécu jusqu'à aujourd'hui ?

Elle se mit à lire le parchemin, elle trouva les blessures bégnines de tout enfant en bas-âge puis à partir des quinze mois de l'enfant tout commença. Il y eut un coup de froid après une nuit passée à l'extérieur le premier novembre, puis des fesses abimés, le débit de la famine... les premiers coups apparurent : claques, coup de pieds et de poings, ceintures, fouets, brûlures, couteau, ... tout y passait. A six ans, elle vit le mot déchirures vaginales, elle avait été violée... A dix ans, ce fut les mots déchirures annales qui lui sautèrent aux yeux... Douze ans, c'était un empoisonnement via du venin de Basilic et elle fut sauvé par des larmes de Phénix. Quatorze ans... Brûlure venant d'un feu de dragon, et sang utilisé dans un rituel nécromantique... Quinze ans possession... Elle vit d'autres choses comme Horcruxe, Bloc sur la magie, restriction de l'esprit, de la taille et de l'intelligence, ... C'était intolérable.

Malheureusement à ce stade, il n'y avait pas grand chose qu'elle pouvait faire... Les blocs et les restrictions allaient être retirées sans difficultés, de même que les potions et charmes sur sa personne mais les blessures ... Mezzel lança la compression temporelle sur la pièce, prit une potion pour mettre l'enfant dans un coma magique et commença à faire ce qu'elle pouvait avec son équipe qu'elle avait appelé. Ils brisèrent tout ce qui retenait la magie de l'enfant ainsi que ses dons et autres capacités. Ils défirent les charmes et malédictions, il était trop tard pour revenir sur certaines comme l'ancien charme de magie noire empêchant une personne de grandir, le gardant ainsi affaibli, Harriet Potter serait à jamais une personne de petite taille et mince.

Puis ce fut le physique... Ils ne pouvaient peut-être pas la faire grandir ou effacer tout ce qu'elle avait vécu mais il pouvait lui donner quelques potions pour l'aider à prendre un peu de poids, la faisant passer de maigre à mince, ils retirèrent et firent repousser plus d'une dizaine d'os, ainsi que quelques organes. Ils choisirent de se concentrer pour ramener la santé à l'enfant plutôt que l'apparence avec les différentes marques, un corps ne pouvait supporter que tant de soin et de magie si intense.

Avant l'aide des guérisseurs, il aurait été surprenant qu'Harriet vive jusqu'à ses vingt ans, et impossible d'avoir des enfants, maintenant elle aurait une vraie vie de sorcière devant elle si elle prenait soin d'elle. Il leur fallut presque trois semaines pour faire tout le nécessaire mais à l'extérieur seulement une heure et demi passa.

Harriet se réveilla se sentant si bien, son corps lui avait toujours fait mal, elle portait même un glamour instinctif avec le temps, gardant toutes les cicatrices invisibles à tous. Elle ressentait toujours une certaine douleur dans son corps, surtout lorsqu'il faisait froid, mais là rien... Elle était légère. C'était si bon.

- Bonjour Lady Potter, je vois que vous êtes réveillé. Nous avons fait ce que nous pouvions, à partir d'aujourd'hui vous aurez une potion de nutrition à prendre chaque matin avant son petit déjeuner, ainsi qu'une potion pour aider votre appétit et une autre pour calmer votre estomac, et cela pendant trois mois. Une fois cela fait, vous devriez aller assez bien. Vous serez toujours de petite taille et assez mince, nous ne pouvons rien y faire car cela a été causé par la famine que vous avez subit mais aussi quelques malédictions. Nous avons restauré vos os et vos organes, je sais si vous l'avez remarqué mais vous n'avez pas de lunettes... Vos yeux sont comme neuf, votre mauvaise vue venaient de plusieurs dégâts que votre cerveau ainsi que vos nerfs ont subit en grandissant. Grâce au mélange de venin de basilic et de larmes de phénix, vous êtes immunisé contre la plupart des poisons et des potions... Heureusement votre magie a fait en sorte que celles qui sont bonnes pour vous soient acceptées par votre corps. Malheureusement, nous n'avons pas pu effacer toutes vos cicatrices... Nous avons réussit à retirer celle de votre front car elle a l'air d'avoir été rouverte il y a peu et la magie noire se trouvant dedans a été enlevée... Pour la plupart, elles sont moins visibles mais toujours présentes.

Harriet ne savait que dire à tout ce que lui disait le... la... gobelin...ne... Elle se savait en mauvaise santé... En même temps tu ne peux pas survivre aux Dursley et être en bonne santé, Poudlard n'avait pas non plus aidé sur ce sujet.

- Je... Merci... C'est plus que ce je n'espérais. Merci.

Après quelques autres échanges, Harriet fut ramené dans le bureau où se trouvait toujours Ragnok.

- Miss P... Harriet. Comment allez-vous ? J'ai pu voir le diagnostique de Mezzel... Vous êtes très forte.

Harriet baissa la tête, elle n'était pas forte elle le savait, elle n'avait rien pu faire... Le gobelin vit qu'elle n'aimait pas le sujet alors il revint aux affaires.

- Harriet, j'ai pu avoir accès à vos dossiers, et alors que certains étaient ... normaux dût à l'inactivité depuis plusieurs générations d'autres sont plus inquiétant. Nous avons quelques décisions à prendre en urgence. J'ai fait amené de la nourriture et des boissons. Servez-vous si vous en avez envie. Commençons ?

Elle fit un signe de tête.

- Alors Serdaigle... La famille est en stase depuis deux cents ans, votre mère ne devait pas savoir. Elle a quelques entrées régulières qui datent comme une part du Chemin de Traverse, ainsi que Pré-au-Lard et Poudlard. Vous ne possédez pas Poudlard mais vous avez quelques... avantages. Vous avez un ensemble d'appartement dans l'école qui se nomme "Le Nid", ainsi que la possession de 50% de la grande bibliothèque d'Alexandrie et donc la possibilité d'avoir une copie de tous les livres s'y trouvant gratuitement, et enfin un manoir mais celui-ci est en ruine, tout ce qui était dedans a été déplacé dans votre coffre. Vous avez deux coffres : le premier pour l'argent, des métaux et des pierres précieuses ; le deuxième pour les héritages comme des meubles, des vêtements, les livres, ... En totalité, vous avez 45 000 452 Gallion sur ce compte, sans oublier les Mornilles et les Noises.

Elle était abasourdie, elle ne s'attendait pas à une telle somme.

- Quelles sont les avantages pour l'école ?

- Droit de véto et demande d'audit sur les comptes.

- Je veux un audit des comptes de Poudlard et je vous laisse la gestion des comptes de Poudlard à partir de ce jour. Je veux que vous vérifiez où va l'argent des étudiants.

- Bien Lady Serdaigle. Nous passons à la suite ?

Elle lui dit un signe de tête.

- Serpentard vient avec la Chambre des Secrets et Gryffondor avec "La Fierté", des appartements dans l'école. Ils ont aussi deux coffres, divisés de la même manière que pour Serdaigle, le premier a plusieurs ingrédients de potion en stase, de même que des plantes et quelques créatures magiques ; pour le second, il y a une armurerie complète.

- O...Ok.

- Serpentard a eu quelques descendants mais ils n'ont toujours été que les héritiers donc n'ont jamais eu accès à l'entièreté des coffres, ils ont une entrée constante venant de part de Poudlard, Chemin de Traverse, Allée des Embrumes et Pré-au-Lard. Ce compte est d'une valeur monétaire de 25 452 485 Gallion. Gryffondor a aussi eu plusieurs familles, il y a un versement automatique aux coffres Potter par exemple, il y a les mêmes rentrées d'argent, avec en supplément Godric's Hollow, la valeur est de 35 258 856 Gallion. Les deux familles ont aussi un manoir mais, de même que pour Serdaigle, ils sont en ruine.

Elle était riche... On lui avait toujours dit qu'elle était une charge qui n'irait nul part et là elle avait plus d'argent que nécessaire.

- Passons aux autres familles. Peverell possède un manoir en Roumanie qui abrite plusieurs créatures magiques comme des Sombrals et des Sinistros, vous êtes aussi propriétaire d'un manoir et d'un château se trouvant en Transylvanie qui sont habités par des vampires. Ils vous versent un loyer annuel. Là aussi deux coffres divisés de la même façon. Vous avez des rentrées régulières d'argent avec les loyers, mais aussi l'Allée des Embrumes, la réserve de Dragons de Roumanie, de Chine et d'Afrique et enfin Durmstrang. La valeur monétaire dépasse les 50 millions de Gallion. Black est une ancienne famille à qui il reste quelques membres par rapport aux autres. Vous avez Andromeda Tonks et sa fille Nymphadora, Bellatrix Lestrange et enfin Narcissa Malefoy et son fils Draco. Cela ne change rien pour vous... Jusque vous le sachiez.

- D'...D'accord.

- Sirius Black a laissé un testament qui sera lu le 03 Août, de plus il y a une lettre à vous remettre le plus tôt possible. La voici.

Harriet prit la lettre et commença à la lire.


Harriet, ma chérie, ma très chère enfant.

Je t'ai encore une fois quitté, je suis tellement désolé. Surtout ne va pas croire que c'est de ta faute, j'espère honnêtement que je suis partie en fanfare en me battant pour te protéger et non en étant enfermé dans cette maison ignoble.

Tout d'abord quelques vérités : Harriet Potter JE T'AIME et rien ne changera jamais cela, même pas la mort. Tu es l'étoile dans la nuit lugubre qu'était ma vie depuis le décès de tes parents. Tu es quelqu'un d'incroyable et je sais que tu es plus que tu ne laisses voir. Tu es très intelligente et j'espère que tu trouvera un endroit où tu pourra enfin être toi.

J'espère que Alexander Hayden a réussit à te contacter, j'ai mis en place un plan pour que tu puisses quitter ce pays abandonné de tous et être heureuse. Ce n'est pas ta guerre, ce n'était pas la notre, c'est celle de Dumbledore et je ne veux pas que tu continue à être un pion dans sa partie d'échec ignoble. Alors je t'en prie suis mon plan et va vivre ta vie. J'ai fait de toi mon héritière et tout ce que je possède est maintenant tien.

Je n'ai jamais eu la possibilité de te le dire mais lorsque tu es née en plus de devenir ton parrain, je t'ai aussi adopté pour que tu puisses hériter mais c'était juste la première étape, j'ai laissé une potion et si tu la bois tu deviendra ma fille, en plus d'être celle de Lily et James, cela devra te changer physiquement, en tout cas suffisamment pour que tu puisses être un peu plus anonyme qu'actuellement. J'ai préparé tout cela avec Alexander, j'avais pensé à te le proposer pour ton anniversaire. Pensez-y et vois avec lui pour le reste.

Je t'aime ma princesse. Sois heureuse.

Sirius Black

Méfait géré.


Harriet eu les larmes aux yeux en lisant ces quelques mots, il voulait l'adopter... C'était incroyable... Au moins cela confirmait ce que lui avait écrit l'homme. C'était bien. Ragnok lui laissa quelques instants pour se remettre.

- Il nous reste deux comptes. Le premier est Gaunt, il est maintenant déclaré éteint, avec lui, il y avait deux propriétés... Une chaumière et un manoir... que voulez-vous en faire ?

- Ils sont où ?

- Hummmm... Little Hangleton.

- Vendez les... Le mieux serait de les raser avant et de vendre juste les terres.

- D'accord. Il n'y avait aucun argent ou héritage à part cela. Maintenant Potter... C'est ici que nous avons plusieurs incohérences... surtout couplé à votre passage chez le guérisseur.

- Je vous écoute.

- Dumbledore et l'ancien gestionnaire ont trafiqué vos comptes. Pour la plupart, vos coffres étaient protégés car vos ancêtres ont demandé une authentification sanguine pour y avoir accès ainsi que magique, donc il faut que le sang soit librement donné pour avoir une chance de pouvoir entrer. Mais ce n'est pas le cas de votre compte en fiducie, et de celui de vos parents. Heureusement Lily Potter avait mit la plupart de leurs affaires dans le coffre principal de la famille donc il a peu d'héritage qui ont été prit, surtout de l'argent... Cela ne vous rend pas pauvre mais c'est quand même une somme considérable.

- Il a prit combien ? Et savez-vous où c'est allé ?

- J'ai une liste... Nous avons l'Ordre du Phénix, Severus Snape, Albus Dumbledore, Molly Weasley, Dolores Ombrage, Cornelius Fudge, Vernon Dursley, Poudlard, Elphias Doge, Sturgis Podmore, Ronald Weasley, Ginevra Weasley, Hermione Granger, ... et encore quelques autres.

- Je...

Harriet était choquée par ce qu'elle entendait. Ses amis... Ils avaient été payés avec son argent... Et Dursley ? Dire qu'ils disaient qu'elle était une gêne, qu'elle leur volait le pain de la bouche, ... Et pendant tout ce temps ils étaient payés. Molly ? ... Ombrage ? Elle avait payé pour être torturé... Sa tête tournait... Nom après nom... cela défilait dans son esprit.

- Harriet... Harriet ...

- Hummm ?

- Ne vous inquiétez pas je peux tout récupérer car il n'était pas votre tuteur légal donc il n'aurait pas dû avoir accès à vos comptes, de plus il n'a pas non plus respecté les obligations relevant d'un tuteur magique donc il devra payer un supplément, en plus des intérêts, en guise d'amendes.

- Je... Merci.

- C'est normal... Si un gobelin n'avait pas trahi vous ne seriez pas dans cette situation. Vous possédez plusieurs propriétés. Pour les Black, il y a une maison de ville à Londres et un manoir en Ecosse, mais aussi une dizaine de propriétés réparties de par le monde. Pour les Potter, il y a un manoir en Ecosse, un chalet à Godric's Hollow, et là aussi une dizaine de propriétés de par le monde. Vous avez plusieurs investissements dans le monde sorcier comme la Gazette du Sorcier, Honeydukes, ... et votre mère a fait quelques investissements dans le monde non magique.

- Vous fonctionnez dans les deux mondes ?

- Il n'y a plus qu'en Europe où les sorciers restent autant séparés. Le statut du secret demeure mais dans beaucoup de pays, les sorciers sont totalement intégrés aux mondains. Il n'y a même d'utilisation de la monnaie comme les Gallion, et autres, en Amérique et en Australie par exemple.

- C'es...C'est incroyable. Mais que faîtes vous de l'argent ?

- Hummm...

- Surtout que je sais que l'or vaut beaucoup dans le monde non magique donc l'échange n'est pas vraiment valable.

- Je vois que vous avez quelques connaissances. C'est bien. En vérité, cela dépend de qui nous avons en face de nous. Sachez que ce que je vais vous dire sera gardé secret à partir de maintenant et jusqu'à ce que je dise le contraire. Nous transformons certaines pièces en lingot que nous revendons parmi les mondains dans sa véritable valeur. Mais nous le faisons seulement pour une partie car cela pourrait noyer le marché des métaux. De plus, nous gardons 10% de l'échange. Mais je crois que nous devrons en parler lorsque vous serez ce que l'ambassadeur à préparé pour vous.

- En effet. Merci. Je n'en parlerais pas.

- Très bien.

Ils discutèrent encore quelques heures pour que la jeune fille puisse comprendre ce qui se passait et quelle décision prendre. Parfois ils faisaient une pause pour manger et/ou boire. Harriet demanda un remboursement complet ainsi qu'un rappel de toutes ses affaires, elle réclama la propriété du chalet de Godric's Hollow qui avait été transformé en mémorial sans son accord, ainsi qu'un rappel de tous les objets à son nom et effigie comme les livres d'aventure sur Harriet Potter, et même des poupées... Elle ne sut combien de temps ils parlèrent mais ce fut assez long pour que le jour se lève à l'extérieur de la banque. Ragnok lui offrit un portefeuille magique qui lui fournissait toutes les devises existantes sur une simple demande mais aussi contenait une Black Card, une carte bancaire de luxe sans plafond.

Elle avait appelé Dobby pour qu'il emmène une équipe de Gobelin dans la Chambre des Secrets lorsqu'il lui confirma pouvoir aller dans tous les endroits lui appartenant.

Il était temps de quitter la banque pour le moment, elle devait revenir pour la lecture du testament et la finalisation de ses papiers, le rappel de l'argent attendrait qu'ils en sachent plus sur son futur.

Elle se dirigea vers la partie non magique de Londres, elle appela un taxi pour Harrods où elle acheta une tenue plus appropriée que ce qu'elle portait. Elle choisit, après quelques réflexions, un jean près du corps, une paire de boots avec un gros talon de cinq centimètres de hauteur et un pull extra large avec une capuche pour la couvrir, il ne faisait pas trop chaud car il était encore tôt. Elle sortie et appela un taxi pour se rendre à l'adresse indiqué sur la lettre.

C'était un bâtiment très moderne fait de métal et de béton, ce n'était pas du tout ce qu'elle aimait mais ce n'était pas non plus moche. Elle entra et demanda à parler à Mr Hayden lui disant qu'elle était attendue. On la fit patienter puis elle fut dirigée vers son bureau.

Elle dût rester plus de trois heures avec l'homme. Ils parlèrent de tout ce que Sirius avait prévu pour elle. Il était venu dans l'espoir d'un jugement d'innocence aux Etats-Unis car le MACUSA n'appréciait pas vraiment Dumbledore donc il aurait été protégé, de même qu'elle. Tout était prêt, et elle pouvait partir rapidement. Il n'y avait que quelques formalités à terminés. Il lui fallait une nouvelle identité et des papiers. Sirius avait déjà une maison pour elle.

Ils parlèrent de l'adoption et il lui offrit la potion, lui disant de la prendre juste avant de dormir. De plus, elle obtiendrait l'immunité diplomatique et la citoyenneté américaine. Comme elle avait seize ans mais qu'elle avait été considéré comme adulte via le tournoi, elle n'avait plus besoin de tuteur mais il préférait qu'elle ne soit pas seule, elle expliqua qu'elle avait maintenant deux elfes, peut-être trois, il fallait qu'elle confirme.

Ils parlèrent aussi de guérison, elle lui dit pour le guérisseur gobelin. Après quelques échanges, Harriet accepta d'avoir un guérisseur/médecin mit en place et il fallut un plus pour la convaincre de parler avec un guérisseur mental/psychologue. En effet, en Amérique, pour se fondre dans la masse, il était demandé aux sorciers de posséder les deux facettes d'un même emploi lorsque cela était possible par exemple un Auror était aussi officiellement un policier ou un militaire, ils avaient accès à des cours aménagés pour cela comme des salles temporelles pour avoir plus de temps. Il n'allait pas pouvoir s'occuper d'elle puisqu'elle serait dans un autre pays donc il allait lui fournir un contact qui l'aiderait à tout moment comme pour finaliser une inscription au lycée et à l'université, passer le permis, ... tout ce qui pouvait nécessiter la présence d'un adulte.

La lecture du testament aurait lieu le 03 Août, ils décidèrent qu'elle reviendrait le 04 Août pour tout finaliser. Alexander lui dit que Sirius avait un nom pour elle si elle acceptait l'adoption : Meredith, car elle était sa joie d'après lui, sa Merry.

Elle aimait ça.

Il était temps de déjeuner lorsqu'elle quitta l'ambassade, elle trouva un petit restaurant pour déjeuner avant d'aller faire un peu de shopping, elle ne voulait pas remettre les guenilles de Dudley. Elle se promena dans les rues de Londres achetant ce qu'elle désirait, elle trouva une belle valise bleu nuit avec une sacoche, si elle prenait un avion comme proposé par Alexander elle ne pouvait pas être les mains vides. Elle acheta un carnet à esquisses, quelques crayons, un ordinateur portable, un smartphone pour écouter de la musique, quelques livres... Elle décida de ne prendre que le nécessaire pour ce soir car elle était décidé à boire la potion ce soir donc elle ne savait pas si elle allait changer ou non.

Actuellement Harriet Potter était une adolescente d'à peine 1m45 avec de longs cheveux rouges sombres presque noirs qui lui tombaient au milieu du dos extrêmement bouclés, elle avait de grands yeux verts émeraudes et une peau très pales. Son corps était parcourut de cicatrices. Peut-être qu'elle gagnerait quelques centimètres... Espérons !

C'était la fin d'après-midi qu'elle trouva un hôtel, c'était juste pour une nuit puisqu'elle allait changer pendant la nuit et cela pouvait amener quelques questions. Elle dina dans un restaurant pas loin de l'hôtel après avoir déposé ses affaires puis retourna dans sa chambre, elle se mit dans un grand tee-shirt pour dormir, elle fixa la potion avant de l'avaler d'un coup puis elle s'allongea. Rapidement elle était endormie.

Pendant son sommeil, une lueur apparut autour d'elle devenant de plus en plus forte avant de l'enfermer dans un cocon. Cela dura quelques heures avant que ce soit fini, la laissait finir sa nuit. Elle avait bien changé. Sa magie avait senti la nécessité.

Elle avait gagné quelques centimètres puisqu'elle faisait maintenant 1m53, par énorme mais pour elle cela faisait une grande différence. Ses cheveux étaient maintenant noirs, si sombre qu'ils en paraissaient bleus à certains moments, elle avait par contre deux mèches, qui entouraient son visage, de son ancienne couleur, une sorte de rappel. Ils étaient toujours bouclés et épais mais ils avaient gagnés un peu de lissage, c'était moins lourd et sûrement plus pratique à gérer que ce qu'elle avait avant. Ses yeux étaient incroyables, elle possédait maintenant une hétérochromie opposée : son œil gauche était argenté avec des paillettes vertes émeraudes et son œil droit était vert émeraude avec des paillettes argentées. Sa peau était toujours pale, mais ce n'était plus maladif, non maintenant elle avait une peau de porcelaine malgré les cicatrices qui n'avaient pas disparu, elles étaient... fanées. Ses lèvres étaient rouges comme si elle portait un rouge à lèvres. Enfin, ses traits étaient un peu plus aristocrates qu'avant, moins de rondeur des Potter. Elle n'avait plus l'air d'Harriet Potter. Elle aimait ça.

Elle ne le savait pas mais elle était magnifique, elle ressemblait à une poupée de porcelaine avec ses longs cheveux descendant jusqu'à mi-cuisse et ses immenses yeux incroyables. Si elle faisait des yeux de chiots on lui donnerait sûrement le bon dieu sans confession.

A son réveil, elle sauta dans la salle de bain pour se voir, elle adorait son changement, cela aidait à l'éloigner des souvenirs de son enfance, et encore plus lorsqu'elle se rendit compte que le jean était un peu court aux chevilles. Elle prit ses affaires et sortit de l'hôtel discrètement pour aller prendre son petit-déjeuner avec ses potions puis c'était shopping pour des vêtements et autres joyeusetés. Elle avait réfléchit à sa nouvelle identité. Elle décida de prendre Meredith pour Sirius. Elle devait encore y penser pour le reste. Demain, elle verrait Ragnok avant la lecture.

Elle alla à Harrods pour les basiques comme des sous-vêtements, des chaussures, des pantalons, ... Elle voulait au moins remplir sa valise. C'était vraiment la première fois qu'elle pouvait se faire plaisir pour des vêtements. Elle choisit surtout des couleurs sombres et beaucoup de hauts larges, elle aimait les pantalons près du corps mais aussi les pulls larges. En se baladant dans Londres après un bon repas, elle tomba sur un magasin vendant des vêtements mignons avec animaux, des oreilles, des peluches, ... c'était doux et mignon. Tout ce qu'elle avait jamais eu dans sa vie. Elle se fit plaisir. Toujours avec les mêmes tons de couleurs. Elle n'aimait pas les couleurs vives... Gryffondor avait été difficile pour elle à cause de ça... Elle aimait le rouge mais plus la version sombre que celle qui était utilisée dans la maison. Elle n'était pas fan des couleurs pastels, et le rose ne passait qu'à petite dose par exemple sur des accessoires mais pas sur ses vêtements.

La journée passa tranquillement, c'était agréable d'être seule, bien sûr elle évitait les rues avec trop de passants mais elle s'amusait quand même, de plus elle trouvait quelques endroits assez uniques pour ses achats. Elle trouva un hôtel pas trop loin du chaudron baveur pour la nuit.

C'était enfin le 03 Août, elle se vêtit d'un grand pull avec des oreilles de chat sur la capuche, d'un leggings noir et de sa paire de bottes. Elle se coiffa et fit ses bagages, elle appela Dobby pour tout prendre le temps qu'elle était à Gringotts puis se dirigea vers la banque. Elle se trouva vite dans le bureau de Ragnok. Il fut étonné de son changement, il lui expliqua que Dumbledore avait essayé de bloqué la lecture du testament puis il avait dit qu'il accepterait la part d'Harriet en son nom car elle ne pouvait venir. Ils passèrent une heure à finaliser quelques détails.

Elle était maintenant Meredith Alya Iris Black, la fille de Sirius Black qui avait grandit dans un orphelinat car sa mère était morte en couche et son père envoyé en prison. Lily et James étaient ses parrains et marraines. Elle avait tout un passif sur papier. Harriet Potter n'étaient plus... Elle allait disparaître de la circulation. Les gobelins avaient prévu de créer une piste à travers le monde, tout en envoyant les coffres de la jeune femme en Amérique, toutes les propriétés qu'elle avait allaient être nettoyés, triée des objets de magie noire puis mit sous stase et fidelus. Square Grimmauld serait vidée de ses squatteurs d'ici quelques jours. Har... non Meredith rencontra Kreattur avec qui elle discuta, elle trouva un accord avec lui, il viendrait avec elle, et elle lui laisserait un potager à gérer pour la maison.

Puis il fut temps de lire le testament. Sirius devait se douter de son accord car il avait un legs pour Harriet mais aussi pour sa fille Meredith qui obtint la Seigneurie. C'était assez drôle de voir la tête de certains sur ce qu'ils obtinrent. Sirius se lâcha pour dire ce qu'il pensait. Dumbledore ne reçut rien qu'une demande d'arrêter de croire que les gens étaient ses pions à déplacer à son plaisir, il dit à Molly que parler mal de quelqu'un dans sa propre maison était stupide, de même pour Hermione, Ronald et Ginny, il dit au garçon que le contrat qu'avait créé Molly et Dumbledore était invalide, il traita Remus de lâche pour avoir abandonner Harriet sans raison valable...ainsi de suite. Ils furent choqué lorsqu'il annonça qu'il laissa tout à sa fille, à part une somme pour McGonagall pour remplacer les balais de l'école ainsi qu'un don au DMLE pour Amélia Bones, et un dernier don à Andromeda Tonks et sa famille. Bien sûr Harriet avait de l'argent et une propriété qui se trouvait en France.

Ils regardèrent tous Meredith ne comprenant pas d'où sortait une enfant si âgée, il fut décidé que même son âge allait être changé pour la différencier d'Harriet, elle avait officiellement presque dix-sept ans, le 31 Octobre. Elle ressemblait à Sirius, personne ne pouvait le nier, mais ils se demandaient qui était la mère. Dumbledore essaya de lui parler pour qu'elle leur laisse Square Grimmauld, expliquant que c'était le désir de Sirius, ... blablabla... Ce fut une longue après-midi puis enfin ils étaient partis mais Meredith doutait qu'ils allaient l'attendre sur le Chemin de Traverse pour la kidnapper, même si ce n'est pas ce qu'ils diraient.

Meredith dit à Ragnok de virer tout le monde et à Kreattur de récupérer tout ce qui appartenait aux Black et qui n'était pas à sa place. Le gobelin lui dit que Griphook serait son responsable de compte pour les affaires courantes mais si elle avait besoin, elle pouvait lui parler, elle lui dit de faire des investissements dans le monde non magique. Alexander lui avait dit qu'elle partait en Amérique, pays qui utilisait la même devise dans les deux mondes donc elle aurait un compte ouvert avec la version non magique. En effet Gringotts étaient la partie magique mais ils avaient une partie de leur banque ouvert aux No-Maj, c'était la JPMorgan, ils avaient aidé quelques cracmols à une époque et maintenant cela aidait grandement puisqu'elle était la première banque américaine, elle faisait des investissements multinationales mais aussi offrait des services financiers. Le compte aurait un acompte de 100 millions de dollars et cela serait son compte personnel pour faire ce qu'elle désirait sans risque. Elle ne comprenait pas grand chose à ce qu'on lui disait pour le moment, elle savait qu'elle avait besoin d'apprendre ces choses si elle voulait gérer son argent ou au moins savoir de quoi on lui parlait.

Pour partir, elle demanda à Dobby de la déplacer directement dans Londres, elle ne voulait pas croiser l'Ordre du poulet frit. Elle retourna à l'hôtel pour se reposer. Le lendemain, elle se rendit tôt à l'ambassade où elle rencontra de nouveau Alexander. Elle lui donna son nouveau nom qu'il nota sur ses papiers, il récupéra certains documents fournit par Ragnok pour appuyer sa nouvelle identité. Ils discutèrent de tout ce qui devait maintenant être fait. Elle avait un avion à prendre dès le lendemain pour Los Angeles où elle rencontrerait son agent de liaison, il était prévu qu'elle reste une semaine dans la ville, le temps de passer son permis et finaliser des papiers puis elle pourrait partir pour sa nouvelle maison. Elle avait hâte de voir ce que Sirius avait prévu pour elle.


Elle fut interrompu dans ses pensées lorsque les premières classes furent appeler pour monter dans l'avion, elle se dirigea vers l'hôtesse. Comme il était tard, elle faisait ainsi un voyage de nuit car il fallait plus de 10h pour y être, elle avait mit un pull à capuche entièrement noir avec une capuche et des oreilles de lapin, il était tout duveteux et possédait une poche ventrale. Elle avait un leggings de même couleur avec des arabesques rouges et enfin une paire de tennis. Elle voulait être confortable. Elle avait son nouveau sac qui avait été modifié par Dobby pour être plus léger et plus grand à l'intérieur, elle avait des livres, son carnet à esquisses, son ordinateur portable et son téléphone avec plein de musique. Elle avait prit le temps de d'envoyer un sms à Dudley pour lui dire qu'elle allait bien et qu'elle lui donnerait son mail dès qu'elle serait dans sa nouvelle maison. Elle utilisait encore le téléphone jetable, gardant son neuf pour plus tard.

Elle s'installa près du hublot, mit ses écouteurs et sortit un carnet pour écrire, elle avait parlé dans l'après-midi à sa future psychologue par téléphone qui lui avait conseillé d'écrire dans un journal. Elle allait essayer.

Elle sentit l'avion rouler sur le tarmac... C'était le départ.


-`ღ´- (∩`-´)⊃━ ゚.*・。゚ -`ღ´-

C'est une réécriture de Merry Black, j'aimais vraiment cette histoire et j'ai eu plusieurs demandes pour ne pas l'abandonner. Je rappelle que mes histoires ne sont pas abandonnés même si parfois je met du temps à écrire le prochain chapitre.