Un héraut pas comme les autres

Attention fic Yaoï

Dans le premier chapitre j'ai oublié de dire que Lunicorne Frelennye était à moi rien qu'à moi ainsi que les personnages de la famille Remoerdis et le héraut-mage Raoul.

* + police bleu = parole par la pensée.

Chapitre 2

La pierre-c?ur (1ere partie)

« - Maman, je vais sortir Marron.

- Fais attention, Luni.

- Oui, maman. »

Je courus à l'écurie avant que ma mère ne m'en empêche et je demandai à un palefrenier de m'aider à seller mon demi-poney. Dés que je fus monté sur Marron, je partis au pas dans la forêt.

J'arrivai devant des ruines ensevelis sous de la mousse, l'herbe et les arbres.

« * Comment vais-je faire ?

* Laisse-moi faire, mon petit. »

Je disparus pour apparaître devant une pierre qui donnait l'impression de vivre. Elle dégageait de la lumière qui pulsait comme le battement d'un c?ur.

« * Pourquoi voulais-tu que je vienne ?

* Pour m'aider à protéger Valdemar et les alentour. Je sens que je vais éclater bientôt. Les tempêtes magiques m'ont affaiblie et ma texture se fragilise avec les années. Tu vas rester avec moi pendant quatre ans. Je t'apprendrai à te servire de tes pouvoirs.

* Il faut que je prévienne ma famille.

* Je vais t'envoyer chez les descendants de mon ancien gardien.

* D'accord, maître.

* Quand j'éclaterai, je t'offrirai un cadeau et tu seras le seul à en avoir.

* Tu sais, tu n'es pas obligé de le faire ?

* Je fais ce que je veux, petit, et c'est normal. Bon, maintenant, chez mes gardiens.

* Dois-je leur parler de toi.

* Oui, mais qu'a eux.

* Je m'en suis douté. A demain matin, maître.

* Bonne nuit, Luni. »

Elle me téléporta devant un château. Une servante se tenait devant l'entrée.

« - Veuillez me suivre. Le seigneur-baron vous attend.

- Je vous suis, ma dame. »

Elle me guida au salon où se trouvait un couple, un jeune garçon de mon âge et un autre beaucoup plus âgée.

« - Anna, vous pouvez disposer.

- Oui, madame. »

La servante partit.

« - La pierre-c?ur nous avait avertis de ton arrivée. Peux-tu nous dire le pourquoi ?

- La pierre m'a autorisé à vous en parler mais, avant, je voudrai écrire une lettre à mes parents.

- Viens, je vais t'emmener à mon bureau.

- Pourriez-vous m'aider à l'écrire, seigneur ?

- Bien sur, mon enfant.

- Je m'appelle Lunicorne Frelennye ou Luni pour mes amis.

- Par ici, Luni. Je te présenterai ma famille après ta lettre. »

On l'a fit, dés qu'on fut au bureau. (Mille excuses à ceux qui lisent mes aventures, mais, je ne me rappelle plus du contenu de la lettre.) On retourna rejoindre sa famille.

« - Maintenant, les présentations. Je suis Blaise Remoerdis, Seigneur- Baron des marche Lineas-Baires, Ma femme Maria Remoerdis, et mes deux fils, l'aîné Mallory Remoerdis et enfin, l'héritier Rémi Remoerdis.

- Enchanté de vous rencontrer. Je dois vous raconter ce qui m'est arrivé. Il y a un mois, j'ai changé mon prénom, le jour de mon anniversaire.

- Tu as quel âge ?

- 6 ans, ma dame. C'est ce jour-là que ma magie s'est enclenché et que j'ai entendu l'appelle de la pierre-c?ur. Je suis parti ce matin de chez moi pour aller la voir et, elle m'a expliqué le pourquoi de l'appelle. Dans quatre ans, elle va éclater et elle veut que je l'aide à préparer le terrain avant son éclatement.

- Au cour des siècles, la pierre-c?ur devint une entité pensante. Elle nous a dits que c'était Vanyel Ashkevron qui lui a donné l'envie de connaître les humains.

- Je comprends. Elle veut m'apprendre à me servir de ma magie et cela va prendre quatre ans.

- On t'invite, tu mangeras et dormiras ici. Tu travailleras le matin et l'après-midi.

- D'accord, Seigneur-Baron.

- Tu peux nous appeler par nos prénoms, Luni.

- Luni, tu as le même âge que Rémi.

- On pourra devenir ami tous les deux. »

Je voyais que Mallory n'était pas bien et que c'était peut-être à cause de ça que ce n'était pas lui l'héritier.

Je devins un adepte-guérisseur en trois ans et le jour où je commençais à déplacer le node vers Haven, je sus pourquoi Mallory ne pouvait pas être l'héritier.

« - Blaise, qu'est-ce qu'à Mallory ?

- On ne sait pas. Le tayledras Flammechant et son amant, An'desha nous ont dits que les adeptes-guérisseurs ne pourraient rien pour lui.

- Et ton travaille, Luni ?

- Demain, ça sera terminé.

- Veux-tu rester ici, après l'éclatement ?

- Non, je vous remercie, Blaise, mais je n'ai pas beaucoup vu mes parents pendant ses quatre ans. Alors, je vais aller les voir et je viendrai vous voir un mois après.

- Que m'as-tu fait, Luni ?

- Je ne peux rien faire contre ce qui te détruit mais je t'ai enlevé la douleur.

- Mais, tu ne seras pas tout le temps là ?

- La pierre-c?ur et moi, on s'est aperçu que je pouvais soigner une personne ou une terre de l'autre côté de la planète.

- Donc mon fils n'aura plus de douleur.

- Exacte, Maria.

* Luni, tu dois finir le travaille maintenant.

* Oui, mon amie. »

Je repris le node là où je l'avais laissé et l'attacha au node déjà existent de Haven et le dernier lien avec l'ancienne pierre-c?ur se brisa. Sous le choc, la pierre-c?ur éclata.

« - Travaille terminé.

- On l'a senti éclater.

- Luni, regarde devant toi.

- C'est le cadeau de la pierre-c?ur.

* Oui, Luni et je reste définitivement avec toi.

- On va t'en faire un collier, tu pourras le porter jour et nuit.

- Blaise, vous avez une excellente idée. Maria que pensez- vous. ?

* De ça ?

- C'est très bien et personne ne pourra te la voler.

* Difficile de me voler à Luni.

* Surtout avec une pipelette.

* Comment oses-tu, sale canasson ? »

On éclata tous de rire. Alors qu'on se tournait pour sortir dehors, un homme, habillé de blanc, se tenait devant la porte de l'entrée.

« - Que pouvons-nous faire pour vous, héraut ?

- Vous, et votre famille, rien, seigneur-baron, le petit, tout. Je suis le héraut-mage Raoul et l'un de nos compagnons est malade, son élu et ami ne sait plus quoi faire pour l'aider.

- Et vous voulez que je l'aide ?

- Oui, si tu peux, mon petit.

- J'ai bientôt onze ans et je voulais le fêter avec mes parents. Je vous suis mais on doit aller chez moi. Je veux voir mes parents.

- Bien sur, petit.

- Je m'appelle Lunicorne Frelennye, Luni pour les amis. Peut-on partir demain matin ?

- Il a besoin de repos.

- Ca se voit, seigneur, que Luni s'est servi de sa magie. On partira dés qu'il sera réveillé et qu'il aura mangé. Ca te va, Luni.

- Oui, Héraut Raoul.

- Héraut Raoul, vous resterez avec nous, bien sur.

- Oui, ma dame.

- Dame Maria, le repas est prêt.

- On arrive, Maria.

- J'ai quelque chose à demander à Mallory et on vous rejoint.

- D'accord, Luni. »

Ils sortirent tous du salon.

« - Alors ?

- Je confirme, Mallory, ce que tu m'avais expliqué est vrai, je suis shaych. J'espère que mes parents vont m'accepter à ce niveau.

- Tes parents t'aiment, Luni et je doute vraiment qu'ils te rejettent.

- Tu as peut-être raison. Allons manger, j'ai faim. »

A suivre.