Désolé pour la longue absence. Le blâme revient aux ordinateurs (ou mes mauvaise ondes sur eux) et à l'impossibilité de décrocher de wow . Je ne promets rien mais voici le chapitre 3. j'espère qu'il vous plaira.

3.

Les Granger, entendant le ton de supplication de leur fille, coururent afin de voir ce qui pouvait rendre si nerveuse cette jeune femme si courageuse. Si ils avaient pris le temps d'y penser, ils auraient étaient d'accord que ce n'était pas la meilleure idée. Cela aurait très bien pu être des mangemorts. Après tout n'était ce pas la raison pour laquelle ils devaient fuir ?

Regardant autour d'eux tout ce qu'ils virent était une perplexe et plutôt jolie femme d'âge indéfinissable. Il n'y avait pas de raison de s'inquiéter. « Hermione ! pourquoi as tu appelé ? y a t'il un problème ? »

Celle ci fit non de la tête. « Non, c'est rien man'. Désolé si je vous ai fait peur. C'est juste que professeur McGonagall est arrivée. Professeur, ceux sont mes parents : Elizabeth et Georges Granger.

-oui je sais merci. Nous nous sommes déjà rencontrés à plusieurs reprises. Enchantée de vous revoir en bonne forme. Maintenant que les politesse sont échangées, peut-être pourrions nous partir sans plus de délai ? à moins que vous n'ayez besoin d'un peu plus de temps pour vous préparer ? »

Mme Granger s'approcha et pris la main du professeur qui a eu un si grand impact dans la vie de leur fille. Ils avaient entendu beaucoup de bonnes choses à son sujet ces six dernières années.

« Nous avons juste fini de tout empaqueter. J'espère que nous pourrons revenir. Nous vivons ici depuis la naissance d'Hermione. Il est difficile de quitter son foyer dans de telles conditions.

- Croyez-moi, Mme Granger, je comprends tout à fait , mais nous devons vraiment y aller.

-Naturellement, nous ne vous remercierons jamais assez pour toute votre aide. C'est vraiment généreux de votre part de nous laisser vivre dans votre manoir. Nous essayerons de ne pas causer trop d'ennuis. Et j'espère que nous deviendrons rapidement de bons amis. »

Reprenant son souffle, elle continua : « Et s'il vous plait, appelez-moi Elizabeth. Ce sera plus facile si nous nous appelons par nos prénoms je pense.

-très bien, Elizabeth. Veuillez tous venir avec moi maintenant. Comme les transports magiques sont régulés par le ministère de la magie, nous avons pensé qu'il serait plus prudent de voyager à la façon moldu. Ma voiture est juste à coté.

-vous avez une voiture, professeur ? Une comme les Weasley? » s'écria une étonnée Hermione.

« s'il te plait, mon amour, reste tranquille... tu ressembles à Arthur à crier comme ça. à croire que tu n'as jamais vu une voiture de ta vie entière. » Se plaignit son père.

« désolé papa. C'est juste que je n'étais pas avec les garçons quand ils ont utilisé la voiture volante. »

Cela fit rire Georges : « et cela manquait à ta liste de choses extraordinaires et impétueuses à faire? »

Voyant Hermione fronçait des sourcils Minerva décida d'intervenir. « je suis désolée, mais ma voiture est vieille et la seule chose extraordinaire qu'elle possède est qu'elle fonctionne toujours. N'importe quelle trace magique pourrait être détectée et jéopardise notre plan. De tels trace resteraient visibles un long moment dans un environnement de moldu sans rien pour les couvrir. »

Le rappel de la situation dans laquelle ils se trouvaient mis un frein à l'excitation générale. C'est-à-dire, jusqu'à ce que les Granger aperçoivent la petite 4L blanche garée sur le trottoir. L'atmosphère tourna de nouveau guillerette à cette vue.

Mr. Granger ri sous cape tandis que mère et fille essayaient de ne pas sourire trop

largement. Minerva ne sembla pas s'en préoccuper cependant. Elle flatta

le flanc de sa voiture avec une douce caresse annonça fièrement : « Mlle Nelle, ma voiture! » Les Granger se mordirent les lèvres, essayant de ne pas éclater de rire.

Elizabeth se lança la première dans les commentaires : « C'est une jolie petite voiture… »

Mais Georges interrompit sa femme avant qu'elle puisse continuer : « est ce une voiture de collection? »

Hermione décida d'arrêter le massacre avant que ça dégénère et avec l'attitude autoritaire elle était bien connue pour, commença à donner des ordres : « bon ça suffit ! votre voiture est très bien professeur. Juste inattendue, comme votre apparence... Mes parents vont bien se comporter, je vous le promets. » Elle jeta un regard noir aux deux coupables et continua sa tirade : « les bagages dans le coffre, les enfants derrière, et je monte à l'avant avec vous professeur. »

'Les enfants' rirent sous cape et tendant l'oreille, Hermione saisit des brides de mots qui l'a firent rougir. Minerva pour sa part opina de la tête trop stupéfaite pour faire plus rendant le sourire à la préfète. Chacun fut bientôt à sa place. Le voyage pouvait commencer pour le meilleur et pour le pire.