Salut tout le monde.

Hum.. Déjà Désolée encore pour mon retard...
Je peux difficilement faire mieux sans bâcler mon histoire sachant que j'ai d'autres fics et la fac à gérer. Alors je m'excuse encore pour tout ceux qui attendait la suite avec impatience.

Merci à tout ceux qui lisent ma fic et tout ceux qui m'ont laissé une review. Merci à White Whale, (un seul reviewver anonyme cette fois) pour sa review à laquelle je ne peux pas répondre.

Maintenant je vous laisse lire! bisous!


Titre: Wolf's fang city

Genre: Slash HP/DM; UA; Romance/humour/aventure

Auteur: Yuyoko (yukipiyoko)

Rating: Pour l'instant c'est du PG.. Mais ça évolura, donc je préfère mettre M tout de suite XD

Résumé: L'ouest sauvage, histoire d'amour entre un cow-boy solitaire et farouche mercenaire(drago) et le fils d'un riche propriétaire aux capacités étranges. (Harry)


Chapitre 2 : I'm a poor Lonesome Cow-boy

Touillant le contenu de sa poêle pour faire cuire son petit déjeuné, le cow-boy grognait.

Non, Silver Drago n'était pas de très bonne humeur ce matin. Ce n'était pas la première nuit qu'il passait à la belle étoile, mais jamais il ne s'était fait autant attaqué en l'espace de quelques heures.

La première fois, il dut chasser quelques coyotes qui reniflaient de trop près sa jument, la deuxième fois, un groupe de fourmis avaient prit d'assaut son pantalon. Et la troisième c'est un serpent qu'il avait sentit ramper sous sa couverture. Jamais il n'avait passé une aussi mauvaise nuit et le manque de sommeil se répercutait négativement sur son humeur.

En plus, on était en Juillet. Drago trouvait que c'était le mois le plus cruel. Le soleil semblait être plus chaud que d'habitude et les terres plus sèches. C'était une horreur pour le teint.

Il porta sa tasse en alu à sa bouche, appréciant l'odeur enivrante du café avant de le boire. Ses effets salvateurs ne tardèrent pas à se manifester et il se sentit un peu plus en forme.

Il sortit un morceau de miroir de sa sacoche avec un peigne et commença à coiffer consciencieusement ses mèches argentées. Une fois satisfait il se sourit à lui-même dévoilant ses dents étonnamment blanches pour un pauvre cow-boy solitaire.

Mais Drago n'était pas un cow-boy ordinaire.

Il n'avait que 17 ans depuis quelques mois, et voyageait à travers les Etats-Unis depuis l'âge de 14 ans. Il n'aimait pas donner d'informations sur lui, et personne parmi celles qu'il avait rencontré au cours de ses voyages ne pouvait se vanter de savoir d'où il venait.

Il savait lire et écrire, ce qui était plutôt exceptionnel, laissant penser qu'il avait été élevé dans une bonne famille. Pourtant il maniait son colt et son lasso comme personne et pouvait se vanter de savoir presque tout faire. Ce n'était généralement pas ce qu'on apprenait d'un précepteur.

Il montait parfaitement à cheval et savait pister les bêtes et les hommes. Ceux qui l'avaient rencontré, reconnaissaient son intelligence, mais il n'était pas ce qu'on pouvait appeler un homme courageux. Il était plus du genre à négocier qu'à foncer dans le tas. Il était agile et souple et avait de très bonnes manières quand il le voulait. De plus il avait une chance de pendu. Lui-même le reconnaissait. Il ne comptait plus le nombre de fois où il ne dut son salut qu'à sa bonne étoile.

Pour ajouter à son mystère, il avait un physique très singulier pour un cow-boy.

Il était plutôt grand et fin ce qui, ajouté à sa silhouette athlétique, lui donnait un aspect gracieux bien que viril. Mais ce sont surtout ses yeux, d'un gris orageux et ses cheveux blonds argent qui le rendaient si particulier, de même que son visage parfait aux traits fins et délicats. Il aurait parfaitement pu se faire passer pour un noble scandinave, personne ne l'aurait soupçonné d'escroquerie.

C'est ce physique qui lui avait valu son surnom de Silver Drago lors de son premier travail et qu'il avait gardé quand il l'avait quitté.

Le jeune homme avala ses fayots, imaginant qu'il s'agissait de toast grillés et d'œufs avec du bacon. Son dernier morceau de viande séché avait été engloutit deux jours auparavant et il n'aimait les haricots que modérément bien qu'ils constituaient le repas principal dans ses contrées hostiles. Il ne lui restait plus que quelques biscuits quand n'avait il pas fait un bon repas?

Drago préféra ne pas y penser. Il sauça méticuleusement la poêle avec unmorceau de pain un peu secet rangea son attirail dans sa sacoche.

Il était temps de se remettre en route. Il en avait assez de dormir dehors, d'autant plus qu'il n'avait presque plus rien à manger et manquait d' soir il faudrait qu'il ait atteint une ville. Si elle était agréable et que les filles y étaient jolies, il pourrait même penser à y rester quelques temps.

Drago était un nomade, il appréciait la liberté qu'il avait à parcourir les états unis. Il se contentait de peu de chose, tant qu'il avait assez d'argent pour nourrir son révolver, son cheval et son estomac, il était satisfait. Quand il arrivait dans une ville, il acceptait tout type de travaux, allant du gardien de vaches au garçon à tout faire. Mais son véritable métier, était mercenaire.

Il collectionnait les avis de recherches et traquait ses victimes jusqu'au trou du cul de l'Amérique s'il le fallait, allant même parfois jusqu'à franchir la frontière du Mexique.

Ces temps ci, la chasse n'était pas très bonne. L'homme qu'il poursuivait, Petter Pettigrow, dit Rat Peter, s'était particulièrement bien planqué et il commençait à manquer de ressources.

Rat Peter était recherché pour plusieurs attaques de diligences et 2 attaques de banques, magnifiquement bien menées. On le soupçonnait d'appartenir à la bande des Serpentards, dont le leader Tom Jedusor était recherché mort ou vif dans plusieurs états. Car on savait que Peter en lui-même, n'était pas bien malin et il était impossible qu'il ait monté tous ces coups tout seul.

Drago l'avait pisté sans faillir depuis le Tennessee en passant par l'Arkansas, ce qui faisait un très long et fatiguant voyage à dos de cheval.

Il envisageait sérieusement de le laisser tomber un moment et de renflouer ses poches quelques mois avant de partir le traquer à nouveau. Il était dans une région fermière, les gens avaient toujours besoin de mains d'œuvre dans ces endroits là, et avec ses compétences, il était plutôt sûr de lui.

Il termina de sceller sa jument, un magnifique mustang palomino qui la suivait depuis le début de son voyage, et la monta avec aisance.

« En route Milky ma belle, la ville nous appelle ! »

La bête approuva d'un hennissement avant de se mettre en route.

« Et prie pour que ma bonne étoile nous guide dans une ville » ajouta t-il avec un soupir.


Lorsque Rat Peter, Goyle et Crabble avaient décidé de kidnapper quelques têtes du bétail qui paissait tranquillement sur la plaine, C'était sans compter Jonathan Potter et les rondes régulières, imposées par Sirius Black, pour s'assurer du bon fonctionnement des opérations.

Les 3 hommes n'étaient pas ce qu'on pourrait appeler, des lumières. Non, ils n'avaient pas inventé la tasse à café. Mais Crabble et Goyle compensaient par un physique de king kong, avec les muscles, l'agressivité et l'intelligence (ou plutôt le manque d'intelligence), la faiblesse pour la blonde en moins, quoi que… enfin… Ce n'est pas le sujet..

Rat Peter quand à lui, avait quand même quelques cases remplies en plus que ses deux partenaires. Il était même plutôt malin, si on considérait sa capacité à se tirer des situations les plus périlleuses. Il était particulièrement lâche et égoïste et ne se souciait que de sa petite personne. A la base, c'était un simple escroc. Il se complaisait dans la vente de, soit disant, potions miracles avec son partenaire, Berty Croupton Jr. Les potions, toujours le même mélange d'alcool, d'eau et de sucre, étaient sensées guérir de tous les maux, et après avoir fait boire à Berty déguisé en vieil homme, un peu de potion, et que celui-ci ait dansé la lambada comme s'il avait retrouvé une seconde jeunesse, il pouvait vendre des dizaines et des dizaines de bouteilles dans une seule ville. Puis il quittait précipitamment celle ci et changeait de perruque et de fausse barbe.

Tout ça fonctionnait très bien, jusqu'à ce qu'il vende une de ses fameuses potions à un certain Tom. L'homme lui avait pointé aussitôt son pistolet dans l'oreille et pour sauver sa misérable existence, Rat Peter s'était mis à son service, lui proposant 60 de ses ventes, et rejoignant alors la bande des serpentards. Comme il y trouvait son compte, il y était resté.

Rat Peter, était ainsi passé de Escroc à Bandit pour peu qu'on y voit une différence.

C'est donc tout naturellement que lorsque Jonathan lui pointa son pistolet sur la tempe, en lui demandant ce qu'il faisait avec une de ses bêtes, il réagit en suppliant et s'agenouillant devant le rouquin, fabulant sur ses enfants et sa femme imaginaires qui mourraient de faim dans une cabane dans les bois, attendant avec espoir que leur papa ou mari leur ramène à manger.

Et comme Jonathan, était d'un naturel sensible, il se laissa déconcentrer par les contes du brigand et ne vit pas ses complices le prendre par l'arrière, pointant à leur tour leur arme sur lui.

Jonathan était maintenant tenu en joue par les deux gorilles et Rat Peter retroussait ses lèvres dans un sourire hideux, dévoilant ses dents jaunes et cariées. Il lâcha un rire aigu abominable en se relevant fièrement.

« Tu n'es pas très malin, si tu as cru mon histoire de femme et d'enfants, kid ! » déclara Rat Peter en rigolant.

« C'est vrai que ça m'étonnait aussi qu'un type aussi moche que toi ait pu avoir une femme ! » fit Jonathan.

Le sourire de Rat Peter disparut et il donna un coup de poing violent dans le ventre de Jonathan tandis qu'il était toujours retenu par Crabble.

« Tu ferais mieux de tenir ta langue ! » siffla Rat Peter avec un sourire mauvais.

«Jetez vos armes et les mains en l'air. »

Les 4 hommes se tournèrent vers un nouvel arrivant et tous levèrent leurs mains devant les deux pistolets de l'inconnu, dressés dans leur direction.

« Tu aurais mieux fait de rester sur tes gardes Rat Peter. » fit l'homme avec un sourire. « Surtout quand il y a 2000 $ sur ta tête. »

Jonathan détailla l'homme. Il ne l'avait jamais vu dans le coin. C'était sûrement un chasseur de prime de passage. Il était grand, blond, et dégageait quelque chose de noble malgré ses habits de cow-boy tout à fait banals.

« Jetez vos armes. » répéta l'homme d'une voix froide.

Avec un grognement, les 3 desperados obéirent.

« Toi le rouquin, prend leurs armes et vient là. »

Jonathan obéit et récupéra les armes de Crabble, Goyle et Peter.

« Merci étranger, je te dois une fière chandelle. » fit Jonathan en approchant de l'homme.

« Tu ne me dois rien, je recherche ces coyotes depuis plusieurs mois. Par contre, tu peux les attacher pendant que je les tiens en joue.»

« Je vais appeler les autres » fit alors Jonathan en pointant son pistolet vers le ciel.

Il tira deux coups de feu dans le vide et bientôt, 7 autres hommes rappliquèrent.

« Qu'est-ce qui se passe, Jonathan? » demanda l'un d'eux. Un grand homme brun.

« J'ai eu quelques problèmes avec ces voleurs de bétail, mais grâce à cet homme, tout est arrangé. » répondit Jonathan avant de donner des ordres aux autres pour qu'ils s'occupent des bandits.

Sirius jeta un regard à l'étranger.

« Merci Cow-boy» fit il en tendant sa main.

« Je suis Sirius Black, je suis à la tête de ce bétail.»

« Comme je l'ai déjà dit, vous ne me devez rien, je pistais ces hommes depuis un moment, et je dois dire que j'ai eu de la chance qu'ils s'arrêtent pour voler vos bêtes, parce que j'étais en train de les perdre. J'ai été attiré par ici parce que je cherchais de l'eau.» dit l'homme en rangeant ses pistolets et en serrant la main tendu. « On m'appelle Silver Drago. »

« Tu es pt'êt un cadeau de la providence, mais tu as quand même sauvé mon filleul, ne serait ce que pour ça, tu as ma reconnaissance cow-boy ! »

Pendant qu'ils se présentaient, Jonathan avait demandé à Charlie, un jeune homme encore plus roux que lui, de ramener des cordages et ils attachèrent fermement les 3 hommes en vérifiant bien qu'ils n'avaient plus d'armes sur eux.

« Nous allons au moins t'accompagner jusqu'à la ville. » dit Sirius. « Le shérif de Wolf's fang s'occupera d'eux et te donnera ta récompense. »

Le blond leva un sourcil au nom de la ville.

Il se trouvait donc près de Wolf's fang city. Voilà qui tombait vraiment bien.

« Ca m'arrangerait, j'espérais atteindre une ville avant la nuit. » dit Drago.

«C'est parfait ! » dit Sirius avec un sourire en frappant amicalement Drago sur le dos.

« Bill, Dubois, Nott, Montague ! Ramenez le troupeau ! » cria t-il ensuite. « Jonathan et Charlie, vous venez avec nous, on va ramenez ces racailles en ville ! »


Lorsque Drago pénétra dans la ville, il se sentit tout de suite à l'aise. Les rues étaient animées et très joliment décorés.

« Il y a une kermesse demain, suivit d'un rodéo. Notre ville est assez célèbre dans le Texas pour cet évènement annuel. » déclara Sirius.

« C'est intéressant » dit Drago avec un sourire.

« Si tu comptes rester quelques temps, tu peux essayer au saloon, je crois que l'hôtel est déjà complet. Et tu as le palefrenier juste là. » dit il en pointant son doigt vers une grand batisse.

Drago espérait en finir vite avec les formalités et se trouver une chambre.

"Pas une autre nuit à la belle étoile" priait il silencieusement. Sa bonne étoile n'allait pas le lâcher maintenant, n'est-ce pas? Ils ne mirent pas longtemps à arriver près du bureau du shérif et Drago se dirigea vers la barre où il pourrait attacher Milky.

« Jonathan ! » retentit alors une voix derrière eux. Une très belle voix, chaude et douce. Elle résonnait dans le cœur de Drago d'une façon étrange. Qu'il ne comprenait pas.

Il tourna la tête et vit la plus merveilleuse créature qu'il n'ait jamais rencontré. Il avait vu des femmes au cours de sa jeune vie, mais aucune ne lui avait fait un tel effet au premier coup d'œil. Elle était indéniablement belle, avec sa peau blanche qu'on devinait douce au touché, ses grands yeux verts brillants, sa jolie bouche rose et bien dessinée son nez droit sur un visage aux traits fins et agréables. Elle avait de longs cheveux noirs relevés dans une de ces coiffures compliquées qu'ont les grandes dames et de petites lunettes rondes et fines qui lui donnaient un petit air angélique. Elle dégageait une grâce divine. Pourtant, ce que ressentait présentement Drago, allait plus loin qu'une simple attirance physique, jamais son cœur ne s'était retourné à ce point en voyant quelqu'un. Le jeune femme, qui ne devait pas avoir plus de 16 ans, semblait transcender son âme d'une chaleur mystérieuse. Il descendit de cheval et lorsqu'il croisa son regard, il sut qu'elle l'avait ensorcelé. Il lui sourit, s'approcha d'elle et prit sa jolie main dans la sienne pour y déposer un léger baisé.

« On m'appelle Silver Drago. Enchanté d'avoir été éblouie par votre présence. Gente demoiselle. »

La jeune fille rougit considérablement et Drago ne la trouva que plus mignonne encore. Il planta son regard orageux dans ses prunelles vertes si fascinantes et il leur sembla plonger tous les deux dans un autre monde où le mal n'existerait pas. Un rire les sortit de leur contemplation de l'un de l'autre.

« Je suis désolé de te décevoir Drago. » dit Jonathan.

« Mais la personne qui t'a éblouit, n'est autre que mon petit frère, Harry. »

La délicieuse créature rougit en enlevant sa main de la sienne. Drago avait du mal à y croire. Alors c'était un homme ? Incroyable. Comment un homme pourrait il être si beau ?

Devant son air ébahit le dit Harry enleva sa perruque, dévoilant une masse de cheveux rebelles tombant irrégulièrement jusqu'en bas de sa nuque. Ses mèches brunes encadraient sauvagement son joli visage et aussi différent que cela puisse être de la coiffure élégante qu'il portait avant, il n'en était pas moins beau. Au contraire. Drago sentit un désir étrange et malvenu se manifester dans son bas ventre à la simple vue de ces cheveux noirs indomptables qui donnaient maintenant un petit air sauvage à cet ange en face de lui.

« Je suis Harry James Potter. » se présenta enfin le brun. « Je m'étais vêtu ainsi pour un spectacle de théâtre. » se justifia t-il ensuite.

« Je suis désolé de vous avoir confus. » ajouta t-il une légère rougeur s'affichant sur ses jolies joues.

Drago leva un sourcil en entendant le nom de la jeune personne. Jonathan ne lui avait pas dit son nom de famille. Ainsi il s'agissait des Potter….

« C'est moi qui m'excuse de ma méprise. » dit gentiment Drago.

Harry sembla rougir un peu plus et c'est Hermione qui vint sans le savoir à son secours.

« Mais que s'est il passé ? » demanda t-elle à son fiancé, le regard dirigé vers le bureau du shérif, avant de s'approcher de lui d'un air inquiet.

Harry tourna sa tête vers son frère pour écouter son explication en essayant de ne pas penser au regard de Drago qu'il sentait sur lui.

Il n'arrivait pas à définir le sentiment bizarre qui lui serrait la poitrine.

Son cœur battait vite et il avait l'impression de ne plus être maître de ses mouvements.

Il arriva à peine à se concentrer sur les paroles de son frère quand celui-ci expliqua l'attaque qui était survenue pendant qu'ils faisaient paître le troupeau et l'intervention du blond qui les avait tiré d'un très mauvais pas. Mais il comprit que son frère avait été en danger, et l'inquiétude lui remis un peu les pieds sur terre.

« Ne t'inquiète pas poussin, je vais bien. » dit Jonathan en devinant les pensées de son frère qui transparaissaient de son expression inquiète.

«Et personne n'a été blessé grâce à Drago. » ajouta t-il.

Harry rougit en reportant son attention sur l'autre homme. Le blond souriait à Jonathan et lui répétait qu'il n'avait aucun mérite. Que c'était son travail. Harry se demanda si Drago comptait repartir dès qu'il aurait sa prime. Il ne voulait pas. Il ne savait pas l'expliquer, mais il voulait que le blond reste.

Ce fut encore Hermione qui exauça sa prière muette.

« Mr Silver Drago, je vous suis profondément reconnaissante d'avoir secouru mon fiancé, même si vous vous déchargez de tous les honneurs. Comptez vous rester longtemps parmi nous ? Avez-vous déjà trouvé où vos loger ?»

« Je n'ai pas encore trouvé de logement » dit Drago. « Et en fait… » continua t-il en lançant un coup d'œil discret à Harry. « Je pensais m'installer ici quelques temps et trouver un petit emploi en attendant. Je dois d'abord passer au saloon réserver une chambre. »

«Vous devriez vous dépêcher ; les chambres se font rares en cette période. » dit Hermione.

La voix de Sirius les appelant du perron du bureau du Shérif mit fin à leur petite discussion.

« Drago. Tu peux venir pour la récompense. »

« J'arrive. » fit Drago avec un signe de main.

« Je vais donc vous laisser. » dit il en levant son stetson pour saluer les personnes présentes.

« Au plaisir de vous revoir. »

Il lança un dernier regard à Harry et tourna les talons.

« Poussin, je dois aller vérifier que le bétail est rentré sans encombre, tu diras à Maman que je risque d'être un peu en retard pour le déjeuner. »

« Ok. » dit Harry.

Jonathan déposa un baiser sur les cheveux de Harry et sur la joued'Hermione et monta à cheval pour partir au galop.

Harry put donc se concentrer sur le blond qui s'éloignait vers le bureau et se surprit à regarder sa chute de rein. Il rougit et détourna les yeux pour tomber sur le regard inquisiteur d'Hermione.

« Quoi ? » fit il en rougissant.

« Rien.. » dit Hermione sans cacher un sourire avant de se tourner vers Ron.

L'attention de celui-ci était complètement tournée vers une autre direction.

Hermione essaya de voir dans le paysage ce qui retenait ainsi l'attention du rouquin et tout ce qu'elle vit de différent de d'habitude, fut un homme dans un des boxes du palefrenier, en train de panser un magnifique cheval noir.

Un indien. Plutôt mignon d'ailleurs. Comme elle connaissait la passion de Ron des chevaux, elle pensa d'abord qu'il s'intéressait au mustang. Cependant, l'air hagard qu'elle lisait sur son visage la faisait douter de son hypothèse.

Elle tourna la tête vers Harry pour lui demander son avis et vit que le brun arborait la même expression, mais son regard cette fois tourné vers le bureau du shérif.

Elle regarda Harry, regarda Ron, puis Harry, puis à nouveau Ron et leva un sourcil.

Ses amis se comportaient de façon bien étrange.

A suivre…..


Voilà! c'est fini. Maintenant il va falloir attendre le prochain chapitre. J'en vois dans le fond qui disent, ouais mais elle publie au compte goutte tous les dix ans cette auteur chiante! Et puis ce chapitre a pas fait avancé le chmilblick du tout. C'était nul ect...

J'en suis consciente, et pour me faire pardonner, voilà un petit bonus.

Au programme du prochain épisode:


... Harry n'y pouvait rien, il ne pouvait pas s'empêcher de penser à la silhouette élancée et musculeuse du blond, à son regard si intense, à sa chute de rein diabolique, à son torse large et ses bras musclés.

Harry se mordilla la lèvre, puis semblant se rendre compte enfin de où le menait ses pensées il grogna et enfonça sa tête dans son oreiller.

«Mais à quoi tu penses, Harry?» dit il pour lui-même. «Ca va pas d'avoir ce genre de pensées pour un autre homme! Tu délires!»

Le fait était que malgré son malaise, Harry ne pouvait pas s'empêcher de se sentir bêtement heureux à la seule pensée du blond.

Il décida de se lever et d'aller voir si sa mère avait besoin de lui en cuisine. Après tout, il serait bientôt l'heure du repas.

Il sortit de sa chambre et se dirigea vers les escaliers. Dans le couloir, il entendit des voix venant du salon, il s'approcha et regarda par la porte. Il écarquilla les yeux de surprise en voyant Drago qui discutait tranquillement avec son grand père et son frère comme si de rien n'était. Légèrement paniqué, Harry fonça dans la cuisine où il espérait trouver sa mère.

«Maman maman!» s'écria t-il en entrant comme une tornade.

Lily qui à ce moment goûtait le ragoût sursauta et fit tomber sa cuillère dans la marmite.

«Mais que t'arrives t-il mon poussin?» demanda t-elle étonnée.

«Maman! Qu'est-ce qu'il fait ici?»

«Qui? .. Drago?» demanda t-elle.

«Ouiiii!» fit Harry les dents serrés. «Je veux dire Pourquoi! Comment?..» ...


Vous aussi vous aimeriez savoir ce que Drago fait là ?

Des hypothèses?

En tout cas, j'espère que le chapitre vous a plu même si il ne se passe pas grand chose en fait. Mais fallait bien introduire.

Si l'idée de donner un extrait du prochain épisode à la fin du chapitre vous plait, hésitez pas à me le dire hu hu hu.

Bisous