Le petit chaperon rouge : La véritable histoire

Il était une fois une jeune fille qui ne se déplaçait jamais sans sa capeline carmin et surnommée « petit chaperon rouge ». Elle vivait avec sa mère et son « oncle ».

Un jour la mère dû aller vivre de l'autre côté de la foret (comme vous vous en doutiez la petite famille habitait près de la foret car le commerce était plus rentable dans cette région. Elle confia le petit chaperon rouge à l'oncle avant de partir.

L'oncle mit un corset de fer au petit chaperon rouge et lui dit « tu ne pourra pas aller voir ta mère avant d'être assez forte pour ouvrir ce corset toi-même ».

Le petit chaperon rouge essaya jours après jours de l'ouvrir sans succès jusqu'à ce qu'elle y arrive un jour. Ce jour-là, son oncle lui dit : « Marche jusqu'à l'intersection et prend le chemin des pins. Il te mènera à ta mère. ».

Arrivé à l'intersection, un loup-garou l'arrêta. Où vas-tu, ma belle enfant, demanda-t-il.

Chez ma mère, par le chemin des pins.

Le chemin des ormes est beaucoup plus court pour s'y rendre

Merci Monsieur

Et elle partit pour le chemin des ormes. Le loup, quand à lui, fonça dans le chemin des pins. Un Auror ayant surpris la conversation décida de suivre le loup.

Mais, il est beaucoup plus facile de berner une jeune fille qu'un loup. Le loup affronta l'Auror et le blessa à la jambe.

Une fois chez la mère, le loup-garou cogna à la porte et, avec une petite voix, dit :

Mère, c'est moi, le petit chaperon rouge.

Tire la bobinette et la chevillette cherra.

Une fois la porte ouverte, le loup-garou tua la mère et endossa sa robe de nuit.

Quand le petit chaperon rouge arriva le loup-garou était prêt. Elle cogna à la porte et appela :

Mère, c'est moi, le petit chaperon rouge.

Tire la bobinette et la chevillette cherra.

Quoi ?

Tire la poigné et pousse la porte, chérie.

Une fois la porte ouverte le loup-garou d'une voix douce dit : « Mon enfant, tu as l'air exténuée, mange, je t'ai préparé à manger » en pointant la table ou trônait une assiette et un verre.

Le petit chaperon rouge entama la viande dans l'assiette quand un oiseau arriva à la fenêtre et dit :

Ne mange pas petit chaperon rouge, il s'agit de la viande de ta mère.

Mère, cet oiseau dit que je mange votre chair.

C'est un mensonge insensé, chasse-le pour son insolence.

Mais, l'oiseau était déjà ailleurs. Sans doute à chanter à une autre fenêtre.

Le petit chaperon rouge bu une gorgée du verre quand le chat de la maison l'avertit :

Ne bois pas, petit chaperon rouge, c'est le sang de ta mère.

Mère, dit avec inquiétude le petit chaperon rouge, votre chat dit que je bois votre sang. Est-ce normal ?

Non ! Ce chat est fou, il ment comme il respire et me parait fort inutile, donne-lui un coup de pied ! Ca lui apprendra.

Mais, le chat était parti se trouver un nouveau maître.

Quand le petit chaperon rouge eut finit de manger, le loup-garou lui dit : Tuas l'air exténué mon enfant, vas donc te reposer. Vous avez raison mère, répondit-elle avant d'aller se changer pour la nuit.

Avant d'aller dormir le petit chaperon rouge décida d'embrasser sa « mère ». En s'approchant elle remarqua les détails physionomique du loup-garou.

Mère comme vous avez de grandes oreilles.

C'est pour mieux t'entendre mon enfant.

Mère comme vous avez de grands yeux.

C'est pour mieux te voir mon enfant.

Mère comme vous avez de grandes mains.

C'est pour mieux te serrer mon enfant.

Mère comme vous avez de grandes dents

Quand l'auror arriva la scène qu'il vit le choqua fortement. Il combattit le loup-garou de toutes ses forces et avec toute sa rage…

…mais ne vous inquiétez pas, Fenrir Greyback est réputés pour sa puissance.