Abel et Caen

Attention fic Yaoï

+ police bleu parole par la pensée.

Les personnages de Saint Seiya ne m'appartiennent pas mais au grand Masami Kurumada sauf Abel et Caen.

Chapitre 2

Je vis Shun avec son frère, Ikki.

« - Hyoga, ai-je des chances avec Shun ?

- Il aime quelqu'un.

- Ah, bon ! Tant pis. »

J'étais triste dans mon cœur.

« - Saori, on a deux beaux chevaliers et ils vont nous piquer nos filles.

- Impossible, on aime les mecs, tous les deux.

- Les gars, on se planque. Ils risquent de nous sauter dessus.

- Je suis pris. Du moins, si Hyoga accepte d'être mon amant ou bien, si le mariage existe entre homme, mon mari. »

Hyoga et moi, on se regarda, lui comptant et moi, ébahi.

« - J'accepte car je t'aime.

- Merci. »

Il se colla à Hyoga.

« - Il ne reste plus que toi, Abel.

- Je verrai plus tard. Que savez-vous de nos ennemis ?

- Pour l'instant, rien.

- Au faites, je connais la théorie, et encore sur les dire d'un mangaka, mais je ne sais rien d'autre sur les chevaliers. Qui veut être mon prof ?

- Moi, si personne ne veut le faire.

- Hyoga, veux-tu être mon maître ?

- Oui, dit-il en rougissant.

- On commence quand, Ikki ?

- Maintenant.

- Je vous suis, Maître Ikki. »

Je le fis sous le regard étonné des autres chevaliers.

« - Ikki, pourquoi… ? »

Je ne pus finir ma phrase parce qu'il m'embrassa. Je ne le voulais pas et pourtant, je répondis à son baisé.

« - Shun nous a vus.

- C'est ton frère.

- Oui, et tu l'aime.

- D'après Hyoga, il a déjà quelqu'un.

- Non, il n'a personne mais peut-être toi, si tu vas le trouver maintenant.

- Oui, Maître Ikki. »

Je rentrai dans la maison.

« - Où est Shun ?

- Dans sa chambre.

- C'est laquelle ?

- à côté de la tienne. »

J'y allai. Je frappai à sa porte. J'entendis des sanglots. J'entrai et pris Shun dans mes bras.

« - Shun, qu'as-tu ?

- Je… Rien.

- Je ne peux plus me taire, même si Hyoga m'a dit que tu avais quelqu'un, mais je t'aime Shun. Je te laisse. Salut »

Je sortis sans qu'il réagisse. J'ouvris la porte de ma chambre quand on me menaça d'une épée.

« - Tu vas nous suivre bien gentiment, Abel.

- Il ne le fera pas. Ne bouge pas, Abel, ma chaîne te protège.

- Et on est là aussi. »

Shun me rejoignit et m'amena au centre de la chaîne qui se mit à attaquer nos ennemis. Ils disparurent.

« - Téléportation. Je pense à une chose, le message parle qu'on doit faire revenir les disparus.

- Exact.

- Et si c'était les chevaliers qui sont mort par vos conneris ?

- En faites, on est comme la réincarnation d'Athéna, on doit protéger la terre. Certain l'ont compris mais d'autre, on mis longtemps à le comprendre.

- Et d'autre ne l'ont pas encore compris.

- Caen, on doit trouver comment faire. Surtout ceux qui sont comme les chevaliers de bronze ou d'or.

- Mais je ne vais plus avoir l'armure du sagittaire mais je vais enfin rencontrer son proprio. Bon, je vais me recoucher. Bonne nuit, les petits.

- J'espère que tu vas te marier avec Shina.

- Comment sais-tu que je vais sortir avec elle ?

- Quand j'ai parlé de mangaka, c'est parce que dans notre monde vous êtes un manga très célèbre dans le monde entier. (NDA : je ne connais pas les pays où il est diffuser)

- Alors vous savez qui est ma sœur ?

- T'en as deux, Marine et Seika.

- Merci, Shun. Bonne nuit, les amis. »

J'allais avancer pour aller dans ma chambre, quand la chaîne de Shun se redressa.

« - Shun, ta chaîne… ?

- Je sais. »

On avança dans la chambre en même tant que la chaîne.

« - Alors, Shun, est-ce du danger ?

- Non, on va pouvoir aller se coucher. »

Il me fit un clin d'œil.

« - ça va pas, il n'est pas l'heure de le faire.

- C'est pas juste.

- Saori, laisse ses petits se reposer et tu devrais en faire autant.

- Je vais aller voir, avec les chevaliers d'or, les survivant et reconstruire la ville. A plus.

- Moi, je reste avec vous. Je voudrais juste savoir où je vais dormir.

- Hyoga montre-lui l'ancienne chambre de Caen.

- Oui, Saori. Hadès, veuillez me suivre, s'il vous plaît.

- Hadès, tu ne peux pas laisser ta nièce tranquille.

- Zeus, je veux juste me reposer dans un lieu où je ne risque rien et ou je n'ai pas de souvenir d'elle.

- D'accord, petit frère. Au faites, ce n'est pas un des nôtres qui a attaqué.

- On verra demain avec les autres dieux, père.

- Bien sur, mon enfant. Bon repos à tous. »

Zeus repartit aussi tôt.

« - Va te reposer Shun, je ne crois pas qu'ils reviendront. »

Il rougissait en me regardant.

« - Je voudrai rester avec toi.

- Mais je croyais que tu aimais quelqu'un.

Ses larmes coulèrent.

« - Elle m'a laissé tombé.

- Assis toi. S'est-elle mit avec quelqu'un d'autre ?

- Non, pas encore.

- J'ai une idée. Ikki, entre.

- Alors ?

- Tu vas écrire une lettre à sa dulcinée. »

On le fit.

« - Shun, es-tu prêt.

- Oui. Merci de ta gentillesse.

- C'est normal. Ikki, vas-y. Shun, vas te reposer. »

Ils partirent chacun de leur côté. Je m'allongeai et me mis à réfléchir à mes réactions. Je m'endormis.

A suivre…