Suite de l'aventure 4 ans, nous entendons tout doucement la seconde partie de la saison 1.

Merci pour les reviews qui stimulent et rendent fiers de nous , et ravie que vous soyez toujours fidèle au rendez vous.

Attention premier lemon...comment dire explicite, je me suis laissée embarquée.


Chapitre 9

POV Rodney

La première fois.

Je suis dans les entrailles d'Atlantis en compagnie d'une équipe de scientifiques, de marines, de Ford et de Zelenka, nous attendons l'arrivée de Carson, un virus a déjà tué de manière foudroyante deux membres de notre équipe, c'est un peu panique à bord, je décide que nous devons retourner sur nos pas pour aller dans l'endroit ou a du avoir lieu la contamination.

Carson et une équipe arrive enfin en tenue antibactériologique et ils commencent les examens, bizarrement les deux personnes mortes le sont d'une rupture d'anévrisme, mais malheureusement cela ne s'arrêtera pas là, j'apprends que je suis contaminé, tout semble perdu pour moi, je donne des consignes et mes dernières volontés, je pense à John, je vais mourir mais lui est à l'abri, il me survivra, j'enrage quand même, on a même pas dépassé le stade des baisers, je me trouve con de penser à ça maintenant, je me fous des claques mentalement mais par un miracle divin j' échappe à ma destinée.

Alors que je le crois en sécurité John a désobéi à Elisabeth, Teyla et lui essaient de rattraper un membre de l'équipe, hélas il parvient au mess blessé et la cité sentant un danger met la cité en quarantaine.

Nous nous apercevons que c'est le gène des anciens que m'a inoculé Carson qui m'a sauvé d'une mort certaine mais il y a urgence pour Ford, Zelenka et les gens bloqués dans le mess.

En guise de virus ce sont des nanosites qui provoquent hallucinations et mort.

Il n'y a qu'une seule solution une impulsion électromagnétique, John se rend dans mon labo pour provoquer une IEM sans résultat mais il a un coup de génie, faire exploser un générateur à Naquada dans l'espace qui engendrera une autre IEM beaucoup plus forte, il réussit et la cité libère les personnes bloqués, nous l'avons échappés belle grâce à John, je suis fier qu'il est réagit si vite et je suis heureux qu'il est désobéi aux ordres d' Elisabeth.

Cette folle journée s'achève, après un bref briefing je rentre dans mes quartiers direction la douche, je pense à John, j'ai failli ne plus jamais le revoir, quand je l'ai croisé tout à l'heure il m'a sourit et m'a fait un clin d'œil discret, notre relation me donne des ailes, je n'ai qu'une envie le tenir contre moi .

Je sors de la douche quand je le vois, assis sur mon lit, je reste immobile planté en plein milieu de la pièce, je dois avoir l'air malin tout mouillé avec une serviette noué autour des hanches.

Je lui demande comment il est entré mais avant qu'il ne réponde je pense à son gène ATA, il fait ce qu'il veut avec cette cité.

Mon homme se lève, me prend dans ces bras et m'embrasse, jamais de ma vie je n'ai jamais été embrassé comme ça, je lui lance un « baise moi » sonore, je rougis d'avoir dit ça mais la honte s'efface rapidement, j'ai envie de lui, j'ai failli mourir sans jamais l'avoir senti en moi, je lis du désir dans ses yeux, John me plaque contre le mur et de ses deux mains attrape mes fesses et me soulève, ma serviette glisse et il regarde avec avidité mon sexe gonflé de désir.

Sans savoir comment je me retrouve sur mon lit nu, à sa merci, il m'embrasse encore et encore, me mord sur la clavicule, il me fait un mal de chien mais je me contente de gémir, happé par le désir, ou qu'il m'embrasse je frissonne de plaisir.

J'attends mon sang palpité dans mes tempes, mon cœur bat à rompre, jamais je n'ai autant désiré quelqu'un, John continue son exploration, s'empare de mon sexe et se met à le lécher comme si c'était une foutue glace, sa langue lèche ma hampe et tourne autour de mon gland, je gémis son prénom comme une litanie.

John s'arrête et me met deux de ses doigts dans ma bouche, je les suce avidement, je sais ce qu'il va faire de ses doigts et l'excitation grandit encore et encore, je l'embrasse jusqu'en en avoir mal aux lèvres, il me reprend en bouche, mon sexe vibre dans cet écrin chaud, et pendant qu' il me suce il me pénètre avec ces deux doigts enduits de salive,mon amant cherche et trouve ma prostate, ces doigts bougent en moi, je suis sur une autre planète, j'ai atteint le point de non retour et je me met à jouir dans sa bouche en criant son prénom, il se redresse et je le regarde les yeux vitreux, mon homme reprend mes lèvres et je me rend compte qu'il a avalé ma semence, j'en sens le goût amer dans sa bouche quand nos langues se touchent.

Il se redresse et me regarde des pieds à la tête, amoureux, je veux le voir jouir à mon tour, je m'assois sur le lit et je porte une main à son sexe, je le touche, je le sens dur sous le tissu, je le caresse et il ferme les yeux et incline la tête en arrière, John halète et gémit à son tour, je me lève les jambes flageolantes et je le déshabille doucement, mes mains parcourent son corps et je l'embrasse à mon tour, T shirt envolé, je peste contre la ceinture mais j'arrive à la défaire, je baisse son pantalon et son boxer, son sexe surgit, épais et élégant comme je l'imaginais, je le fais assoir et je finis de le déshabiller.

Si on m'avait dit un jour que je serais a genoux devant lui et que je lui donnerais du plaisir avec ma bouche j'aurais crié au fou mais la vérité est là, je le suce à genoux soumis et ravi de l'être, la peur de mourir et de ne plus le voir m'a déshinibé, je me fous du monde entier, rien ne compte à part John et le plaisir que je lui donne, je veux qu'il prenne son pied lui aussi, c'est l'homme de ma vie.

John me caresse la tête pendant que je lui donne du plaisir et tout à coup il se tend et jouit aussi dans ma bouche en criant mon prénom, jamais mon propre prénom n'avait été dit avec autant de sensualité, je me sens tout con avec sa semence en bouche, j'avoue que je me force un peu à l'avaler, je grimace et je le fais malgré tout, il a du me voir faire car il me relève et s'empare de mes lèvres meurtries, se goutant par la même occasion.

Nous nous retrouvons côte à côte dans ce lit trop étroit, nous nous serrons l'un contre l'autre, nous n'avons pas été jusqu'au bout cette fois ci mais je m'en fous, nous avons pris du plaisir et ce qui nous attend en sera encore plus fort et plus beau,je sens son souffle chaud et sa respiration régulière contre ma nuque, je commence à m'endormir, juste un coup d'œil sur John pour voir qu'il a les yeux fermés et dort paisiblement, je le rejoins dans le sommeil, nous nous sommes vraiment révélés l'un à l'autre sans artifices, il ne manque pas grand chose pour que notre relation soit complète mais nous avons le temps, nous nous aimons et c'est qu'il y a de plus important.

Demain nous ferons peut être l'amour et nous nous fondrons l'un dans l'autre mais pour l'instant nous avons encore gagné une journée, une foutue journée dans cette galaxie qui ne nous fait aucun cadeau.


Vous connaissez la marche à suivre, en bien ou en mal j'attends vos reviews avec impatience.