Note : Idée tirée de la chanson Apple and Cinnamon d'Utada Hikaru. (C'est là qu'on voit que mon titre est original.)


Apple and Cinnamon

Kanji n'est pas idiot. Il n'est peut-être pas très vif mais cela ne fait pas de lui un crétin pour autant. Néanmoins, il y a des choses qu'il ne comprend tout simplement pas. Et il peut bien retourner la situation dans sa tête, se repasser en boucle ce qui pourrait être l'origine du problème, le moindre petit élément, cela n'y change rien : certaines choses lui échappent, quoi qu'il fasse. Comme lorsque Naoto lui a dit au revoir et qu'il n'a pas réagi. Comme à ce moment où elle a franchi la porte sans qu'il n'ait envie de la retenir.

Kanji ne comprend pas comment ils en sont arrivés là. Comment il a pu arriver à ce moment où il n'avait plus envie d'elle. Et ce qui l'attriste, dans tout ça, ce n'est pas que Naoto ne soit plus là. C'est ce manque, inexplicable, lorsqu'il se rend compte que ça ne le dérange pas d'être seul. Qu'il ne voie plus en Naoto qu'une amie, comme peut l'être Rise, ce n'est pas normal.

« C'est encore plus dingue que quand je te croyais… Tu sais, lorsqu'on pensait que tu aimais bien les… Ouais. Enfin, tu vois, quoi ! »

Yosuke n'était certainement pas le mec possédant le plus de tact, mais sa phrase avait fait mouche.

« Fais chier. »

Kanji se laisse glisser contre le mur de sa chambre et il se sent perdu, perdu comme ça ne lui est plus arrivé depuis longtemps. Il jette un œil au réveil qui traîne sur sa commode, tourne ses yeux vers la fenêtre et soupire. Foutu dimanche après-midi, foutue pluie de merde. Il ne voit même pas quoi faire pour occuper cette fin de week-end. Coudre ? Aller prendre l'air ? … Appeler Rise ?

L'idée lui parait ridicule et pourtant, au fond de lui, il sait que c'est ce qu'il va faire. Parce que même si Rise se moque parfois de lui, de ce qu'il fait pendant son temps libre, elle l'écoute, toujours. Pas avec autant d'attention que Naoto pouvait le faire, pas avec autant de sérieux. Mais Rise mise à part, Kanji ne voit vraiment pas vers qui se tourner. Souji est reparti en ville, Yosuke… est Yosuke. Pas un mauvais bougre mais pas vraiment le type à qui Kanji imagine déballer sa vie.

Rise décroche rapidement. On l'entend sourire au téléphone et Kanji regrette déjà moins. Toutefois, lorsque Rise lui demande comment il va, après lui avoir raconté sa superbe matinée avec son nouveau petit ami, Il y a un blanc. Et la jeune fille comprend, sans qu'on ne lui explique clairement ce qui ne va pas.

« J'arrive tout de suite. »

En effet, Kanji n'attend pas cinq minutes qu'il entend sa mère saluer quelqu'un. Rise débarque dans sa chambre, ouvrant la porte avec la délicatesse d'un éléphant dans un magasin de porcelaine, et ça ne le gêne même pas qu'une autre fille que Naoto entre dans sa chambre. Rise ne s'attarde pas sur l'étagère, remplie de petites poupées, toutes réalisées avec une précision remarquable. Elle se contente de lever les yeux au ciel pour ensuite venir se laisser glisser contre le mur, à côté de Kanji.

« Pourquoi ? »

Il n'y a pas besoin de demander plus. Kanji renifle dédaigneusement et hausse les épaules. Il ne veut pas répondre. Il ne sait pas, tout simplement.

« C'est comme ça. »

Et, pour une fois, Rise ne sait que dire. Alors, pour montrer que si, ça ira, tu verras, elle pose sa tête sur l'épaule de Kanji. Parce qu'ils sont amis et que, même si elle ne comprend pas, elle veut être là pour lui.